"Au bonheur d'Elise"

Quelques mots pour vous dire ...

"La connaissance s'élabore contre une connaissance antérieure." [Gaston Bachelard]
Cette citation illustre parfaitement les débats passionnés autour de l'autisme ...

tiret vert vivrefm topLe point de départ et le fil conducteur de ce blog est la vie avec ma fille Elise, 34 ans, personne avec autisme & hyperactivité.

Avec Yann Dubosc, Maire de Bussy-Saint-GeorgesL'autisme est un handicap à large spectre (comprenez que les atteintes à la personne peuvent être plus ou moins sévères) ...

Les articles publiés portent témoignage, relatent des faits, donnent des informations ou proposent des pistes possibles ... L'ensemble me permet de me forger un jugement que je veux évolutif. Ce blog est un moyen de partager en toute simplicité les informations que je recueille et s'avère un outil efficace.

L'ouverture que nous visons pour notre fille est rendue possible, dans notre cas, par tous ceux qui agissent avec nous de façon positive dans son accompagnement.


Les principaux acteurs, en dehors de
sa famille avec qui Elise entretient des liens privilégiés, sont :

  • Toute l'éqlogo GCSMS AUTISME FRANCEuipe de la MAS ENVOL à Champigny-sur-Marne dans le Val-de-Marne (94) qui accueille Elise depuis le 14 septembre 2015 tout au long de l'année. Etablissement géré en direct depuis le 1er juillet 2018  par le Groupement de Coopération Social et Médico-Social d'Autisme France (GCSMS AUTISME FRANCE)

    Le GCSMS en 2018
    & les principes du GCSMS AF
    & ce qui différencie le GCSMS ...
  • l'association A Bras Ouverts et ses extraordinaires accompagnateurs/trices qui lui permettent de partir en week-end et de

    Elise sur Dora avec Virginie Govoroff-Regnault CE Neuilly-sur-Marne

    faire de courts séjours dans une ambiance festive ... Elle est toujours partante ;
  • l'association Envol Loisirs qui lui permet de pratiquer la voile et de faire de nombreuses rencontres, cette association monte des projets visant à la pratique des loisirs des personnes autistes et TED ;
  • l'association Trott'Autrement avec laquelle Elise fait de l'équitation adaptée en petit groupe ;
  • l'atelier danse spécifique handicap proposé par la ville de Champigny-sur-Marne auquel elle participe avec bonheur.

Mais aussi toutes les rencontres fortuites que le hasard met sur sa route. La qualité de l'accueil, la richesse des contacts lui apportent beaucoup ...

 

A Houlgate 23 juin 2019

L'insertion des personnes handicapées dans la vie de la cité est une des conditions essentielles pour lutter contre l'exclusion et la discrimination qui prévaut le plus souvent.

A chacun sa part d'effort et de compréhension ...

L'évolution des mentalités est un axe incontournable dans le combat contre l'autisme et passe par la connaissance.

Ce blog se veut une modeste contribution à cette prise de conscience majeure.
- Cliquez ici pour vous abonner - 

Bussy-Saint-Georges - AIME 77 - inclusion et de sensibilisation à l'autisme 15 juin 2019

Posté par jjdupuis à 15:57 - - Commentaires [20] - Permalien [#]


20 juillet 2019

Je suis scandalisé : le fils autiste de Stéphane refusé dans un centre à Sprimont car il est belge ?

Stéphane cherche désespérement un centre d’hébergement pour son fils autiste. Il y a quelques semaines, ce Liégeois a contacté un établissement à Sprimont qui lui a affirmé ne prendre en charge que des Français. Une situation choquante pour ce papa. Qu’en est-il exactement?

"Je trouve cela plus que scandaleux et je souhaite en faire écho", lance Stéphane via notre bouton orange Alertez-nous. Cet habitant de Jemeppe est le père de Régis, un autiste sévère de 21 ans qui vient de terminer ses études."Il était scolarisé dans un enseignement spécialisé à Grivegnée et pour le mois de septembre nous devons lui trouver une place dans un centre d’hébergement adapté", indique Stéphane.

Le handicap de son fils nécessite en effet une prise en charge spécifique. "Régis ne parle pas, ne peut pas manger ni se laver tout seul. Il n’est donc pas du tout autonome et a besoin d’un encadrement adapté. On n’a pas d’espoir de trouver une place dans un centre sans hébergement car ils sont blindés. Il reste donc les centres avec hébergement qui permet à Régis de rentrer le weekend", explique le Liégeois.

En mai dernier, ce père de famille a donc contacté la Résidence du Fort, un centre d'hébergement spécialisé pour les personnes en situation de handicap situé à Sprimont. "Quelle ne fût pas ma surprise lorsque le responsable m'a répondu ne prendre en charge qu'exclusivement des enfants français pour une question de subsides", témoigne Stéphane. "Ce n’est pas normal qu’en étant en Belgique la priorité est donnée aux Français, c’est quand même fort de café", ajoute le père de famille.


Régis et sa famille 


Un blocage des subsides wallons pour les nouvelles places

En réalité, ce n'est pas vraiment la nationalité de Régis qui pose problème, mais plutôt le manque de financement octroyé par les pouvoirs publics. Depuis 1997, il existe en Wallonie un moratoire qui interdit tout subside à une nouvelle institution qui accueille des personnes handicapées sauf pour les "cas prioritaires" (personnes en situation extrême) ou en cas d'appels à projets lancés par le ministre compétent. Et pour les centres existants, l'AVIQ (agence wallonne pour une vie de qualité) est limitée dans l’octroi de subsides en raison de carences budgétaires.

"En Wallonie, nous agréons et finançons un certain nombre de prises en charge. L’AVIQ peut agréer plus de prises en charges que de financer de places", indique Sarah Lefèvre, porte-parole de l’agence wallonne. Par exemple, l’AVIQ peut agréer la prise en charge de 70 personnes mais ne financera que 65 places, étant donné qu’il y a un moratoire en vigueur. "Ces places agréées mais non-financées peuvent être occupées par des personnes françaises", précise-t-elle.


La France injecte plus de 410 millions d’euros par an

La France, qui ne possède pas assez de structures, fait donc appel aux places situées dans les services wallons qui ont été agréées mais non-financées. Les autorités françaises subventionnent intégralement ces places destinées à ses ressortissants handicapés. Ainsi, chaque année, l’Hexagone injecte en Wallonie un peu plus de 410 millions d'euros de subventions (selon des chiffres du gouvernement wallon). "Et les modalités d’octroi des subventions sont très différentes entre les systèmes français et wallon", commente Sarah Lefèvre sans donner plus de précisions.

Au début de cette année, il y avait plus de 8.000 Français en situation de handicap accueillis chez nous, souvent dans des établissements hennuyers le long de la frontière.

Au total, près de 19.500 personnes sont prises en charge dans les 477 structures existantes en Wallonie, selon l'AVIQ. On s'aperçoit également que, dans la grande majorité des cas, ce sont des adultes et que le nombre de centres résidentiels est beaucoup plus élevé que le nombre de structures d'accueil de jour.


Pourquoi cet exode français ?

Le manque de places n'est pas le seul facteur pour expliquer cet exode. Alors que la France a historiquement mis l'accent sur des aspects médicaux et thérapeutiques, la Belgique privilégie la prise en charge socio-éducative et les capacités d'autonomie des personnes. Une approche qui semble séduire pas mal de familles françaises.

"Ce que les personnes et les familles aiment chez nous en Belgique, c'est la qualité de la prise en charge éducative plutôt qu'une démarche basée sur le soin. En effet, nous mettons la priorité sur des activités qui correspondent aux centres d’intérêt de la personne", souligne la porte-parole de l’AVIQ.


"On ne peut pas dire que nous refusons des Belges, ce n'est pas une question de nationalité mais de subsides"

"Je ne peux pas faire du bénévolat"

Visiblement, la Résidence du Fort fait donc partie de ces établissements wallons qui prennent en charge des ressortissants français subventionnés. "L'AVIQ ne subsidie pas du tout notre centre pour accueillir des Belges. On ne peut donc pas dire que nous refusons des Belges, ce n'est pas une question de nationalité mais de subsides", insiste Audrey Hanson, la directrice générale. "Si l'AVIQ voulait bien subventionner la place de Régis, il n'y aurait pas de souci. Mais là je ne peux pas faire du bénévolat. Je dois rémunérer les éducateurs et les autres membres du personnel pour leur travail, surtout si je veux maintenir un service et des soins de qualité", ajoute-t-elle.

En résumé, les Français ne prennent donc pas la place de Belges. Le budget wallon ne permettrait de toute façon pas de subventionner ces places françaises si elles étaient vacantes.

Au contraire, la présence de nos voisins permet de créer des milliers d'emplois en Wallonie et la manne financière venue de l'Hexagone serait excédentaire. Les montants envoyés sont supérieurs aux besoins réels et permettent donc à la Région wallonne de payer les frais d'hébergement et d'accueil de Belges.


Macron veut créer de nouvelles places en France

Récemment, le gouvernement français a toutefois annoncé sa déclaration d'intention de rapatrier certaines personnes handicapées françaises résidant chez nous. Lors de sa visite dans notre royaume fin 2018, Emmanuel Macron a d'ailleurs symboliquement visité un centre pour adultes présentant un handicap mental ou des troubles autistiques. Le président français a affirmé vouloir créer de nouvelles places dans son pays pendant son mandat. Une façon d'éviter le départ de ses ressortissants vers des institutions belges.

"Nous espérons que les autorités françaises travailleront en remettant le choix de la famille au centre afin qu'elles décident de la structure de leur choix et que les "retours" des personnes en France soient organisés au cas par cas", estime l’AVIQ. "Selon nous, ce transfert devrait être organisé avec une période de "préavis" et une organisation de l'accueil dans la nouvelle structure. Par ailleurs, il nous semble qu'il doit donc y avoir une création progressive de services en France afin de pouvoir offrir une capacité d'accueil de qualité", ajoute Sarah Lefèvre.

L'AVIQ, qui collabore déjà avec la France pour échanger des informations et réaliser des inspections, se dit prête à soutenir nos voisins dans cette démarche pour le bien-être de tous.


"On est toujours dans l’attente. Et je ne me berce pas d’illusions"

Stéphane toujours dans l’attente: "C’est un enfer"

En tout cas, Stéphane reste amer face à cette réalité. Il pointe du doigt la difficulté et le stress en tant que parent wallon pour trouver un établissement adapté. "Suite à ma demande, une employée de l’AVIQ est venue chez nous pour faire passer notre fils sur une liste prioritaire. Elle nous a également donné une liste de centres à contacter. En juin, cela m'a pris trois jours à remplir les candidatures et à les envoyer car les demandes ne sont pas forcément les mêmes. C’est vraiment épuisant", souffle le Liégeois.

A bout après plusieurs mois de recherche et de paperasse administrative, Stéphane déplore évidemment le manque de places mais aussi de soutien. "C’est un enfer. Ce n’est déjà pas facile d’avoir un enfant dans cet état et personne ne nous facilite la vie. Il faut nous-mêmes aller à la pioche aux informations. Ce serait déjà tellement plus simple si toutes les candidatures étaient uniformisées", estime le père de Régis.

Aujourd’hui, il n’a toujours pas trouvé de centre pour son fils. "On est toujours dans l’attente. Et je ne me berce pas d’illusions. Je serai rassuré qu’une fois l’admission de mon fils validée."

Posté par jjdupuis à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Comprendre l'autisme : Les troubles et les problèmes associés

 

Participate!

Les personnes ayant reçu le diagnostic d'autisme peuvent aussi montrer d'autres troubles associés : une déficience intellectuelle, de l'épilepsie, un trouble de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité, une dépression, etc.

https://www.participate-autisme.be

 

Posté par jjdupuis à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Accompagnement séquentiel et répit | Institut le Val Mandé

 

Accompagnement séquentiel et répit | Institut le Val Mandé

Public Le service accueille prioritairement des enfants autistes entre 3 et 20 ans. Ces enfants sont souvent à domicile sans solution ou avec des solutions très partielles. La rupture de parcours de ces enfants ou l'absence de solution adaptée rend la situation complexe.

https://ilvm.fr

 

Posté par jjdupuis à 06:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Foyer d'Accueil Médicalisé de Draveil | Institut le Val Mandé

 

logo ilvm Saint Mandé

Foyer d'Accueil Médicalisé de Draveil | Institut le Val Mandé

Public Le FAM accueillera 40 adultes de plus de 45 ans en situation de handicap psychique et/ou mental, avec ou sans troubles associés, présentant des problèmes de santé et une dépendance plus ou moins accentuée dans les actes de la vie quotidienne liée au vieillissement.

https://ilvm.fr

 

Posté par jjdupuis à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


19 juillet 2019

Le Conseil d'Administration d'Autisme France - Assemblée Générale 18 mai 2019

Extrait du site d'Autisme France

Liste des membres du Conseil d'Administration

 

Françoise Bastier  
Nicole Clavaud  

Anne Freulon  

Secrétaire Générale
Christine Garnier Galimard Vice présidente 
Frédérique Glory
 
Thierry Jardin  
Danièle Langloys Présidente

Marie-Claude Leclerc

 
France Levy  
Marina Petit   
Elisabeth Rivard  
Sandra Rondet  
Jean Simonin   
Christian Sottou Trésorier
Marie-José Villaret   
Sylvie Zuntini Secrétaire adjointe

CA-2019 Autisme France

Posté par jjdupuis à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Un an après le lancement de la stratégie autisme, des députés appellent à sortir les adultes des institutions psychiatriques

article publié dans Le Quotidien du Médecin

Par Coline Garré
- Mis à jour le 18/07/2019

La situation des adultes autistes, longtemps négligée, reste source de vive inquiétude, ont alerté les députés Daniel Fasquelle (LR, Pas-de-Calais) et Nathalie Sarles (LREM, Loire), ce 17 juillet, en présentant devant le comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques de l'Assemblée nationale, le suivi de leur mission. En juin 2018, soit deux mois après le lancement de la « stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement », les deux députés avaient présenté 31 mesures

 

 

Crédit photo : S. Toubon

Si un tiers a commencé à être mis en œuvre, « il y a très peu d'avancées pour les adultes : nous soulignons la nécessité de transformer en profondeur leur prise en charge », a déclaré Nathalie Sarles, appelant à la « désinstitutionnalisation des personnes qui n'ont rien à faire en institution psychiatrique ». « Nous avons besoin d'un choc culturel, par rapport à la façon dont nous voyons le séjour à l'hôpital », a-t-elle poursuivi. La députée propose en particulier de développer des équipes mobiles, qui puissent intervenir sur les lieux de vie des personnes, à leur domicile ou dans la rue.

Le repérage et le diagnostic des adultes sont toujours défaillants. Le Groupement national des centres ressources autisme (GNCRA) doit mener une concertation en vue d'élaborer un référentiel ; « mais cela ne démarrera qu'en 2020 », s'est impatientée Nathalie Sarles. Les plateformes de répit, réclamées par les familles, tardent à se déployer. L'accès au logement et à l'emploi des adultes avec troubles du spectre autistique est semé d'obstacle. Seul point positif, notent les députés : la stratégie autisme prévoit la fongibilité des crédits des agences régionales de santé, ce qui doit permettre « l'évolution du sanitaire vers le médico-social », et 40 millions d'euros pour les soins de réhabilitation psychosociale. 

Des moyens trop modestes pour la recherche 

Les députés ont déploré la faiblesse des moyens alloués à la recherche dans le champ des troubles du neuro-développement. La stratégie prévoit 14 millions d'euros. « Nous pensons qu'il faut quintupler ces fonds, pour atteindre 70 millions d'euros », considère-t-Daniel Fasquelle. Le député estime que leur proposition d'un institut national dédié aux TND, à l'image de l'INCa, reste d'actualité, même si le Groupement d'intérêt scientifique sur l'autisme et les TND prévu dans la stratégie nationale devrait voir le jour le 1er octobre prochain. « Ses moyens (300 000 euros par an jusqu'en 2022), sont trop modestes », pointe-t-il. 

Il a aussi reproché l'absence d'un véritable maillage territorial de centres d'excellence. Seuls trois ont été sélectionnés : InovAND, porté par l'hôpital Robert-Debré (AP-HP), Ceand, par le CHU de Montpellier, et Exac-T, par le CHU de Tours. « Un choix réducteur par rapport à l'excellence de la soixantaine d'équipes travaillant sur l'autisme », a commenté le député. 

Des bonnes pratiques à traduire sur le terrain  

Au chapitre des avancées, les parlementaires ont salué l'effort réalisé en faveur du dépistage précoce des enfants, avec la mise en place du forfait d'intervention précoce (des bilans réalisés par des psychologues, ergothérapeutes, orthophonistes et psychomotriciens libéraux, remboursés par l'Assurance-maladie – jusqu'à 1 500 euros par an pour un enfant), la sélection des plateformes d'orientation et de diagnostic (14 sont opérationnelles), et la mise à disposition des médecins de première ligne d'une grille de repérage facile d'utilisation. 

En termes de prise en charge, « les méthodes éducatives et comportementales ont été adoptées, les recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de santé (HAS) de 2012 ne sont plus contestées », s'est félicité Daniel Fasquelle. « On est entré dans une deuxième phase, où ces bonnes pratiques doivent être enseignées et appliquées », dit-il. Si la sensibilisation des professionnels aujourd'hui en contact avec les enfants « laisse à désirer », selon ses mots, l'optimisme est permis, avec la réforme des maquettes en médecine, ou encore la création par la HAS d'une commission chargée d'évaluer l'impact de ses recommandations sur le terrain.

Posté par jjdupuis à 06:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Autisme. Un lieu d’accueil en projet dans le pays malouin

article publié dans Le Télégramme

Publié le 18 juillet 2019 à 16h21

De droite à gauche : Franck Morault, président du Rotary-club de Dinard ; Stéphane Gautier, Marie-Jeanne Aloë (protocole) et Gérard Callens (trésorier), avec une belle surprise pour les enfants et parents, un Hugbike Star prêté pour la journée par la maison du vélo transport de Rennes.
De droite à gauche : Franck Morault, président du Rotary-club de Dinard ; Stéphane Gautier, Marie-Jeanne Aloë (protocole) et Gérard Callens (trésorier), avec une belle surprise pour les enfants et parents, un Hugbike Star prêté pour la journée par la maison du vélo transport de Rennes.

Les adhérents de l’association Autisme Côte d’Émeraude ont adopté le bilan 2018, lors de l’assemblée générale du samedi 6 juillet. Mais ils ont également validé le projet urgent de créer un lieu de l’autisme dans le pays malouins.

Samedi 6 juillet, Autisme Côte d’Émeraude a tenu son assemblée générale au Grand Domaine, avant une journée conviviale et festive. Au service d’enfants et d’adultes atteints d’autisme et de leur famille depuis quinze ans, l’association voit se dessiner le projet de création d’un lieu pour l’autisme à Saint-Malo.

L’association qui apporte écoute, soutien, conseils et informations, favorisent les rencontres et les échanges entre les familles et amis de personnes autiste ou ayant d’autres troubles du spectre autistiques (TSA). L’accueil de nouvelles personnes et la formation (aide aux aidants, conférences, cafés rencontres…) ont pris beaucoup d’importance et demandent un grand investissement.

Créer un « lieu de l’autisme »

La trentaine de membres a adopté le bilan 2018 ainsi que le projet devenu urgent de créer un « lieu de l’autisme » en pays malouin pour développer ces actions et permettre un accueil familial des parents en formation et de l’accompagnement pour leurs enfants. Franck Morault, ancien président, a affirmé son engagement au sein du Rotary pour aider à la création d’un centre de l’autisme sur la Côte d’Émeraude, citant l’exemple de l’école parentale mise en place au Touquet. De quoi réjouir l’association et rajouter aux aides indispensables des municipalités de Saint-Malo, Dinard et Dol-de-Bretagne pour voir aboutir leur projet d’envergure.

Stéphane Gautier, nouveau président du Rotary-club de Dinard, a remis à l’association la somme des 2 500 € collectés lors de deux tournois de golf.


Contact
Autisme Côte d’Émeraude, 57, rue du Docteur Huet ; tél. 06 48 67 28 35 ; autisme.emeraude@free.fr ; autismeemeraude.canalblog

Posté par jjdupuis à 06:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juillet 2019

Handicap : un rapport parlementaire propose d'accélérer le développement de l'école inclusive

Handicap : un rapport parlementaire propose d'accélérer le développement de l'école inclusive

La commission d'enquête sur l'inclusion des élèves handicapés dans l'école et l'université de la République a rendu publiques jeudi les 57 propositions de son rapport, voté à l'unanimité le matin même.

http://www.lcp.fr

 

Posté par jjdupuis à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La majorité du risque d'autisme réside dans les gènes, selon une étude multinationale

17 juil. 2019
Par Blog : Le blog de Jean Vinçot

Environ 81 % du risque d'autisme provient de facteurs génétiques héréditaires, selon une analyse de plus de 2 millions d'enfants de cinq pays. Les résultats sont différents suivant les pays.

 

spectrumnews.org  Traduction de "Majority of autism risk resides in genes, multinational study suggests"

par Hannah Furfaro / 17 juillet 2019

"Little moons & Shiny Stars / Petites lunes et Etincellantes étoiles" © Luna TMG "Little moons & Shiny Stars / Petites lunes et Etincellantes étoiles" © Luna TMG

Environ 81 % du risque d'autisme provient de facteurs génétiques héréditaires, selon une analyse de plus de 2 millions d'enfants de cinq pays, publiée aujourd'hui dans JAMA Psychiatry 1.

Il s'agit de l'étude la plus importante à ce jour pour estimer l'héritabilité du risque d'autisme dans une population multinationale. Les résultats concordent avec les résultats d'une vaste étude menée en Suède en 2017 sur les paires de jumeaux et de non jumeaux en Suède, selon lesquels environ 83 % du risque d'autisme est héréditaire 2. Une troisième étude - également en Suède et chez des jumeaux - a rapporté en 2010 que ces facteurs contribuent à environ 80 % du risque d'autisme 3.

La nouvelle étude améliore le travail précédent en analysant plusieurs générations de familles de plusieurs pays.

"Il s'agit d'une étude de grande envergure qui reflète le type de culture du diagnostic de plusieurs pays différents", déclare Joseph Buxbaum, professeur de psychiatrie à l'Icahn School of Medicine de Mount Sinai à New York, chercheur de l'étude. "C'est la meilleure estimation que nous verrons probablement dans un futur proche."

Les chercheurs ont également examiné d'autres facteurs liés à l'autisme. Par exemple, on estime que 18,1 % du risque d'autisme provient de facteurs environnementaux qui ne sont pas partagés entre les membres de la famille. Cela comprend les mutations non héréditaires, ou de novo, dit M. Buxbaum. L'équipe s'est également penchée sur les facteurs communs aux membres de la famille, comme l'environnement familial, mais a constaté qu'ils ne contribuent généralement pas au risque d'autisme.

L'analyse montre également que certaines maladies chroniques ne confèrent pas indépendamment un risque d'autisme via les gènes de la mère.

Toutefois, les chercheurs n'ont pas tenu compte de maladies comme la fièvre pendant la grossesse, dit Brian Lee, professeur agrégé d'épidémiologie et de biostatistique à l'Université Drexel de Philadelphie, en Pennsylvanie, qui n'a pas participé à ces travaux. Des études ont identifié des liens étroits entre l'autisme et plusieurs facteurs maternels, comme l'infection pendant la grossesse.

Les algorithmes utilisés par les chercheurs pour estimer le risque négligent également d'autres facteurs liés au risque d'autisme, notamment les interactions gènes-environnement et les modifications de l'expression génétique par des modifications chimiques de l'ADN.

"Les [algorithmes] sont les meilleurs modèles disponibles, mais ils sont assez grossiers, dit-il. "Il se passe beaucoup de choses [dans l'autisme] que cette étude ne peut évaluer."

Liens familiaux

Les chercheurs ont passé au peigne fin les registres nationaux de la santé pour trouver des données sur les enfants nés au Danemark, en Finlande, en Suède et en Australie occidentale entre 1998 et 2007. Ils ont également examiné les dossiers de santé nationaux d'environ 130 000 enfants nés en Israël entre 2000 et 2011.

Au total, l'échantillon comprend 2 001 631 enfants, dont 22 156 autistes. La majorité des enfants vivent au Danemark, en Finlande ou en Suède ; les chercheurs ont inclus ces enfants dans l'analyse principale et analysé séparément ceux d'Australie occidentale et d'Israël.

Ils ont également cherché des dossiers sur les diagnostics d'autisme chez les frères et sœurs, les demi-frères et demi-sœurs, les cousins et les cousines des enfants autistes. Et ils ont utilisé les mêmes bases de données pour identifier les parents et les grands-parents des enfants et construire des arbres généalogiques.

Plusieurs études antérieures ont estimé l'héritabilité de l'autisme en analysant des jumeaux, mais ces études peuvent être limitées par des facteurs spécifiques aux jumeaux, tels que leur probabilité accrue de naître prématurément. Selon Jeremy Veenstra-Vander-Weele, professeur de psychiatrie à l'Université Columbia, qui n'a pas participé à la recherche, la nouvelle étude bénéficie du fait qu'elle inclut des frères et sœurs et des cousins non jumelés.

Les chercheurs ont utilisé un modèle statistique et estimé qu'environ 81 % du risque d'autisme provient des gènes dont les enfants héritent de leurs parents. L'estimation comporte une faible marge d'incertitude, ce qui signifie qu'elle est plus fiable que les estimations précédentes, indique Veenstra-VanderWeele.

Division régionale

Les estimations de l'héritabilité varient toutefois d'un pays à l'autre. Par exemple, l'estimation pour la Finlande évalue le nombre à 51 % du risque d'autisme, les facteurs environnementaux partagés et non partagés contribuant respectivement pour 14 % et 34 % du risque d'autisme. Et la fourchette autour de ces estimations est large.

De même, l'estimation de l'héritabilité à partir des données de l'Australie-Occidentale est de 54% et là encore la fourchette pour cette estimation est large. Selon les chercheurs, ces écarts peuvent s'expliquer par le fait que le nombre de participants autistes à l'étude est faible, ou ils peuvent généralement refléter des différences entre les normes de diagnostic des pays pour l'autisme, selon eux.

"Est-ce que c'est juste du 'bruit' dans le système, ou est-ce qu'il y a quelque chose de vraiment différent dans la façon dont l'autisme est diagnostiqué dans ces pays ? C'est une question intéressante ", dit M. Buxbaum.

Pour tenir compte de l'impact de la prévalence de l'autisme sur les estimations de l'héritabilité, les chercheurs ont remplacé la prévalence de l'autisme en Suède (1,4 %) par celle de la Finlande (0,6 %). L'échange porte l'estimation de l'héritabilité de la Suède de 81,1 % à 62 %, ce qui suggère que les différences de diagnostic entre pays ont un impact important sur les estimations d'héritabilité.

Les différences de génétique des populations entre la Finlande et d'autres pays européens peuvent également expliquer pourquoi la contribution génétique à l'autisme est plus faible en Finlande que dans les autres pays.

Lee dit que ces explications sont valables, mais qu'il n'est "pas tout à fait à l'aise avec la façon dont [les chercheurs] ont fait fi des résultats de la Finlande".

Malgré tout, les principales conclusions sont les mêmes dans les trois autres pays - " une véritable force de l'étude ", affirme Tychele Turner, chercheur principal au laboratoire d'Evan Eichler de l'Université de Washington à Seattle.

"C'est toujours bon quand on a une découverte dans une cohorte ", dit Turner. "Mais tu te sens beaucoup plus fort quand tu vois que ça se réplique dans plusieurs cohortes différentes."

Références:

  1. Bai D. et al. JAMA Psychiatry Epub ahead of print (2019) Abstract
  2. Sandin S. et al. JAMA 318, 1182-1184 (2017) PubMed
  3. Lichtenstein P. et al. Am. J. Psychiatry 167, 1357-1363 (2010) PubMed

Posté par jjdupuis à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Quand les personnes autistes commettent des crimes sexuels

 

Quand les personnes autistes commettent des crimes sexuels

Un journaliste vient de publier un article qui commence par : " Le prévenu est atteint d'un syndrome d'Asperger, une forme d'autisme qui provoque chez lui une frustration sexuelle. Il a agressé une femme et une adolescente, au Coudray et à Chartres." C'est un sacré scoop scientifique, mais plutôt un raccourci ...

https://blogs.mediapart.fr

 

Posté par jjdupuis à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juillet 2019

Handicap : Comment j'ai été reçue par la MDPH du Calvados

 

Handicap : "Comment j'ai été reçue par la MDPH du Calvados"

Moana a dix ans. Son TSA (trouble du spectre de l'autisme) a été diagnostiqué en juin 2018, à 9 ans et demi. Voyant qu'elle était différente, sa mère a sans cesse cherché une explication depuis sa naissance : énormément de pleurs, troubles du sommeil, besoin de mouvement perman

https://blogs.lexpress.fr

 

Posté par jjdupuis à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Maroc lance le programme national d'éducation inclusive pour les enfants en situation de handicap

article publié dans le Huffington Post

MAROC

27/06/2019 10h:51 CET

80.000 élèves en situation de handicap sont scolarisés dans des classes ordinaires.

Wavebreakmedia via Getty Images

ÉDUCATION - Le programme national de l’éducation inclusive pour les enfants en situation de handicap a été officiellement lancé lors d’une rencontre présidée, mercredi 26 juin à Salé, par le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, et le ministre de l’Education nationale, Saaid Amzazi.

Organisée en coopération avec l’Unicef et en présence de plusieurs ONG et associations de la société civile, cette rencontre, inscrite sous le slogan “Ne laissons aucun enfant derrière nous”, visait à mettre en place le programme garantissant l’inclusion progressive de l’ensemble des enfants en situation de handicap dans les écoles marocaines.

Actuellement, le nombre d’élèves en situation de handicap scolarisés dans les classes ordinaires est de 80.000 élèves, rapporte le ministère de l’Education dans un communiqué, tandis que les classes intégrées abritent environ 8.000 élèves dont 37% de filles. Les efforts déployés ont permis de réaliser un taux de couverture de 10%, souligne le ministère qui ambitionne, à travers ce programme, que le taux de couverture des établissements scolaires atteigne 20% au cours de l’année scolaire 2019-2020 et 100% à l’horizon 2027-2028.

500 enseignants et 159 assistants travaillent par ailleurs dans ces classes, précise le ministère. Par ailleurs, le nombre des bénéficiaires de l’appui social a atteint 3.591 enfants, et 659 enfants ont bénéficié de la rescolarisation dans le cadre de l’école de la deuxième chance.

Lors de la rencontre, le kit pédagogique complet de la mise en place de l’éducation inclusive dans le système éducatif au profit des enfants en situation de handicap a été présenté.

Au niveau pédagogique, un nouveau cadre curriculaire a été élaboré pour les classes inclusives, avec l’appui technique de l’Unicef. Une adaptation des sujets des examens certifiants dans les trois cycles scolaires, et des conditions d’examen et de correction au profit des élèves en situation de handicap a été adoptée.

D’autres mesures ont été adoptées comme l’accompagnement individuel et pédagogique de l’enfant en situation de handicap, le développement d’une application pour l’amélioration de la lecture chez les enfants sourds à l’âge précoce, l’assistance à la production des aides et outils éducatifs dans la langue des signes, ainsi que la préparation du projet du cadre référentiel national pour l’adéquation du système de l’orientation scolaire et professionnelle.

Le ministère a procédé également à la création d’une unité administrative centrale relevant de la direction des curricula chargée de l’éducation inclusive, et la publication d’un arrêté ministériel encadrant toutes les mesures de la mise en œuvre de ce programme et sa promotion, indique le ministère.

Le ministère mise sur l’amélioration de l’efficience et la qualité des services des établissements pédagogiques inclusifs des enfants en situation de handicap à travers l’adoption d’une feuille de route étalée sur trois années (2019-2021), incluant le renforcement de l’offre scolaire, et la promotion du modèle pédagogique, souligne la même source.

Au niveau de la gouvernance, le cadre juridique de l’inclusion des enfants en situation de handicap a été renforcé et des partenariats en appui de l’éducation inclusive ont été développés, ainsi que la mobilisation sociétale à travers la sensibilisation et la mobilisation des intervenants et les partenaires.

Enfin, la loi-cadre, après son adoption, “constituera un cadre contractuel imposable à tous pour la mise en œuvre de ce programme national et l’instauration de l’école de la qualité et de l’équité et la promotion de l’individu et la société”, conclut le ministère.

Posté par jjdupuis à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Simplification des MDPH : une priorité pour la Conférence nationale du handicap, en attendant les décisions

16 juillet 2019
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis

 

Sophie Cluzel a présenté l'état d'avancement de cinq  "chantiers nationaux" en matière de handicap, qu'il s'agisse d'enfance, de PCH, de MDPH ou de participation des personnes en situation de handicap.

Sophie Cluzel, la secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, a présenté le 10 juillet devant le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) les résultats de la démarche "Tous mobilisés, tous concernés !", dans le cadre de la Conférence nationale du handicap 2018-2019. Lancée en décembre dernier, cette démarche comportait trois composantes : la labellisation d'actions citoyennes sur les territoires (500 actions labellisées à ce jour), des déplacements des ministres "à la rencontre des citoyens" et le lancement de cinq "chantiers nationaux" : améliorer et simplifier la compensation du handicap pour les enfants, rénover la prestation de compensation du handicap pour les personnes handicapées adultes, faire évoluer les MDPH, prévenir les départs non souhaités en Belgique et, enfin, assurer la participation des personnes en situation de handicap à la construction des politiques publiques.

MDPH : pour une ouverture "automatique" de certains droits

La réunion du 10 juillet était précisément consacrée à la restitution des cinq chantiers. Celle-ci fait aussi l'objet d'un document de synthèse très clair et très pédagogique, mais qui reste assez peu précis sur le contenu et les modalités de mise en œuvre des mesures proposées. Ainsi, sur l'évolution des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), le document rappelle qu'"il existe aujourd'hui une iniquité et inégalité territoriales dans l'octroi des droits", avec en particulier des délais de traitement allant du simple au quadruple selon les départements. Il propose donc une ouverture "automatique" de certains droits et une procédure accélérée de leur renouvellement.

De même, le groupe de travail préconise un "pilotage renforcé des MDPH", dont il est difficile de savoir ce qu'il recouvre, si ce n'est la mise en place d'une mission nationale d'évaluation et d'appui (mission d'appui qu'exerce déjà plus ou moins la CNSA). Sur ce chantier, il est également préconisé, sans plus de précision, de poursuivre des travaux en vue notamment de développer les services numériques, de rénover les instances de décision et de garantir les moyens humains et financiers des MDPH (assurés aujourd'hui principalement par les départements).

PCH : vers une simplification de la demande d'aide-ménagère départementale ?

Sur la question de l'amélioration et de la simplification de la compensation du handicap pour les enfants, le groupe de travail (coprésidé par Daniel Lenoir, Igas et ancien directeur général de la Cnaf) propose une "réforme structurelle" qui substituerait aux actuels compléments de l'AEEH (allocation d'éducation de l'enfant handicapé) une nouvelle allocation de présence parentale, une ouverture aux enfants des éléments de la PCH (prestation de compensation du handicap) et une prise en charge par l'assurance maladie de tous les frais relevant du soin. En attendant, le groupe de travail préconise également "douze mesures rapides"

Sur la rénovation de la PCH, destinée majoritairement aux adultes et financée par les départements, le groupe de travail correspondant propose notamment une défiscalisation du dédommagement de l'aidant et l'automaticité de l'attribution de l'assurance vieillesse des parents au foyer, une simplification de la demande d'aide-ménagère départementale ou encore une aide à la parentalité pour les parents en situation de handicap.

Départs en Belgique et participation des personnes handicapées

Sur la prévention des départs non souhaités en Belgique (qui concernaient 1.500 enfants et 6.109 adultes à la fin de 2017), le groupe de travail préconise de poursuivre activement le développement de solutions alternatives en France et d'étendre les initiatives pour faciliter les retours. À cette fin, il suggère de reverser aux trois principales ARS concernées par les départs en Belgique les crédits correspondant aux "départs évités" sur trois ans, afin de financer le déploiement de réponses de proximité en France.

Enfin, l'amélioration de la participation des personnes en situation de handicap à la construction des politiques publiques passe, entre autres, par la création d'un Haut conseil aux citoyens handicapés et par le développement des liens avec d'autres instances de droit public (dont le Cese) et avec les territoires. Il reste maintenant à connaître ce que le gouvernement retiendra de ces propositions dans les prochains mois.

Posté par jjdupuis à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 juillet 2019

Les problèmes émotionnels peuvent entraver la socialisation des enfants autistes

 

Les problèmes émotionnels peuvent entraver la socialisation des enfants autistes

Beaucoup d'enfants autistes sont socialement motivés et veulent vraiment développer des relations. Cependant, d'autres facteurs peuvent faire obstacle à la transformation de cette motivation sociale en véritable socialisation. Parmi les plus importants de ces facteurs, il y a un trait clé de l'autisme : la dysrégulation émotionnelle et comportementale.

https://blogs.mediapart.fr

 

Posté par jjdupuis à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Enfant viré abusivement d'un IME : la justice condamne !

Maurade, autiste, a été exclu de son IME au motif que son père entretenait des "rapports conflictuels avec l'équipe". La justice vient de rendre son verdict, jugeant cette décision fallacieuse. Victoire au nom des parents qui osent briser l'omerta ?

16 juillet 2019 • Par

 

Illustration article

Kaddour Chama, qui se définit désormais comme un « lanceur d'alerte », assure que l'exclusion de son fils autiste et porteur de troubles moteurs de son IME a été décidée pour un « motif fallacieux ». Le tribunal administratif de Cayenne semble lui avoir donné raison dans une décision rendue le 20 juin 2019, condamnant l'Adapei Guyane à lui verser 4 200 euros pour suspension « illégale » de l'accueil de Maurade au sein de l'IME (institut médico-éducatif) les Clapotis de Rémire.

Un parent « chiant » ?

Rappel des faits. En 2013, Maurade reçoit une notification pour être accueilli dans cet IME Guyanais. Fin 2016, alors âgé de presque 17 ans, il est subitement évincé de cette structure médico-sociale alors qu'il n'est pas personnellement mis en cause. Il est vrai que son père est devenu au fil des ans un parent « chiant », ironise celui qui, militant par ailleurs au sein de l'Adapei local, tente de dénoncer des irrégularités internes. Son « parcours du combattant » a débuté en 2010, date de l'exclusion de Maurade d'un premier établissement, selon lui « de manière arbitraire car il était peut-être un peu plus difficile que les autres ». Lorsqu'il récupère son fils, il observe des signes de maltraitance et décide de ne pas en rester là. « J'ai mis le doigt dans une grosse machine, pris des cours de droit, fouillé très profond et ça n'a manifestement pas plu », observe-t-il. Le processus est enclenché, il ne lâchera plus jamais l'affaire mais, désormais, sa réputation le précède. Dans une lettre datée du 3 novembre 2016, Monique Boisfer, présidente de l'Adapei Guyane, association gestionnaire de l'IME, écrit noir sur blanc : « En attendant cette rencontre (pour faire le point sur votre relation avec nos structures), compte tenu des rapports conflictuels que vous entretenez avec nos salariés, nous nous trouvons dans l'obligation de suspendre l'accueil de votre enfant à l'IME. » La réunion n'aura jamais lieu, Maurade est renvoyé, contraint de retourner dans sa famille durant huit mois.

Une décision pas très légale

Mais Kaddour finit par refuser ce statut quo et obtient d'un juge une ordonnance en référé, dispositif qui permet en quelques heures d'avoir une décision lorsqu'une liberté fondamentale menace d'être bafouée. Le 30 juin 2017, la justice, manifestant « un doute sérieux quant à la légalité » d'une telle mesure de suspension, contraint l'établissement à rependre Maurade, en attente de sa décision finale. Le jeune homme doit être réintégré dans les 24 heures, sous astreinte de 1 000 euros par jour de retard. Il faudra ensuite attendre 32 mois pour obtenir le verdict définitif. Lors de l'audience du 20 mai 2019, le rapporteur public a notamment pointé un « excès de pouvoir » de la présidente de l'Adapei. Dans sa décision rendue le 20 juin, le tribunal administratif souligne « l'incompétence » de l'association qui ne pouvait s'arroger le droit de revenir sur une décision de la commission départementale de l'autonomie et des droits des personnes handicapées (CDAPH), laquelle avait orienté Maurade vers cet IME pour 5 ans. La décision de renvoi de 2016 est donc annulée.  Aujourd'hui, parce que, selon son papa, l'équipe a été renouvelée à 90 %, Maurade bénéficie d'une « bonne prise en charge ». Il se félicite que son engagement ait porté ses fruits pour l'ensemble des résidents. Pour lui, c'est « mission accomplie ». Mais pour d'autres ? Il encourage les parents à ne pas baisser les bras et à ne pas céder aux pressions permanentes. « Cette histoire n'est pas anodine, juge un journaliste de Guyaweb. Elle met en exergue une décision arbitraire au sein du monde peu investigué, voire invisible, du handicap en Guyane. » Seulement en Guyane ?

Julia, un autre combat

Julia Berrard a mené un combat similaire en Métropole. A l'occasion de la restructuration de l'établissement dans lequel elle est accueillie, sa fille Lina est transférée dans un autre centre, celui de Moussaron qui va bientôt, en 2013, défrayer la chronique (article en lien ci-dessous). Mais, au bout de trois semaines, elle la retrouve sédatée, chamboulée et est alertée par d'autres dysfonctionnements. Julia exige le retour dans son établissement d'origine mais, selon elle, « les deux directeurs sont de mèche » et sa demande refusée ! Elle contacte alors l'Adapei 65 et le médecin référent de l'ARS (agence régionale de santé) qui intercèdent en sa faveur et exigent la réintégration de Lina. « J'avais ouvert ma bouche, refusé ce qu'on me proposait et le système avait décidé de me mettre des bâtons dans les roues. Si je n'avais pas tapé du poing sur la table et remué ciel et terre, je restais avec ma fille à la maison. »

Des parents pris en otage

« Derrière les murs de certains établissements, on apprécie peu les parents qui observent, dénoncent, revendiquent », consent Céline Boussié, qui s'est fait connaître en révélant des actes de maltraitance à Moussaron. « Le cas de Maurade est une situation courante, c'est souvent la course à la place, alors les parents préfèrent ne pas faire de vague de peur de se retrouver avec leur enfant à demeure », assure-t-elle. Ce n'est pas le rapport du Sénat daté de 2003 qui la contredira ; évoquant la maltraitance institutionnelle dans le médico-social, il fait mention des pressions dont sont parfois victimes les parents. « Par peur de représailles (…), les familles des personnes handicapées maltraitées entretiennent involontairement la loi du silence ». Et poursuit : « Pour eux, une exclusion de l'établissement serait catastrophique car il leur faudrait alors chercher, éventuellement très longtemps et sans garantie de succès, un nouvel établissement. » On estime à 33 500 le nombre de personnes handicapées sans solution en France, certaines familles redoutant alors une alternative : l'hospitalisation en hôpital psychiatrique.

Dans ce contexte, Céline Boussié salue la décision du tribunal de Cayenne qui, selon elle, « mérite d'être largement diffusée auprès des familles prises en otage ». Elle invite les parents à s'en saisir pour faire valoir leurs droits…

Posté par jjdupuis à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sélection des trois premiers centres d'excellence de recherche sur l'autisme et les troubles du neuro développement

 

Sélection des trois premiers centres d'excellence de recherche sur l'autisme et les troubles du neuro développement - Secrétariat d'État auprès du Premier ministre chargé des Personnes handicapées

La recherche sur l'autisme a récemment permis de nombreuses avancées dans la compréhension des mécanismes biologiques associés à l'autisme et aux autres troubles neuro-développementaux, mais nous devons aller plus loin, en dotant la France d'une recherche d'excellence.

https://handicap.gouv.fr

 

Posté par jjdupuis à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le sport pour éveiller les enfants handicapés

 

Le sport pour éveiller les enfants handicapés

Fabien Dworczak, enseignant-chercheur et auteur de Neurosciences de l'éducation, cerveau et apprentissage, explique en quoi le sport permet de résoudre des problèmes liés à son handicap : " Il y a un lien entre apprentissage, sommeil et activité physique et chaque élément vient consolider l'autre.

https://hizy.org

 

Posté par jjdupuis à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

ECOLE -> Séances d'orthophonie des enfants en situation de handicap désormais prises en charge par l'assurance maladie

 

Les séances d'orthophonie pour les enfants en situation de handicap désormais prises en charge par l'assurance maladie également en milieu scolaire - Secrétariat d'État auprès du Premier ministre chargé des Personnes handicapées

Sophie Cluzel, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées, et Adrien Taquet, Secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé chargé de la Protection de l'enfance, se félicitent du protocole d'accord entre les représentants des orthophonistes et l'Assurance maladie permettant la prise en charge des soins réalisés notamment en milieu scolaire.

https://handicap.gouv.fr

 

Posté par jjdupuis à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,