CHRISTINE MATEUS | 22.06.2010, 07h00

On ne fait pas du soin dans la structure Handi-Répit, les personnels parlent de « lieu de vie ». Dans des locaux neufs, rue Georges-Enesco, un accueil temporaire de jour à destination des personnes en situation de handicap vient d’ouvrir ses portes. Une source d’espoir pour des familles souvent épuisées par les démarches effectuées pour la prise en charge de leur proche.  

La structure accueille des personnes âgées de 6 à 60 ans, tous types de handicaps confondus, en fonction des besoins des aidants. Une solution pour permettre aux proches de souffler un peu. « On ne souhaitait pas se spécialiser dans un handicap et mettre les gens dans des cases. Nous prenons en compte les familles, les proches, ceux que l’on nomme les aidants en leur apportant un soutien. Le handicap a des conséquences sur toute la famille. Nous envisageons de proposer à la rentrée des formations aux aidants pour une meilleure compréhension de la pathologie et de sa gestion », explique Philippe Hédin, directeur de l’association la Vie à domicile, qui gère la structure. Une douzaine de personnes par jour pourront être accueillies deux journées dans la semaine, une demi-journée de temps en temps…, après l’accord de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Une infirmière, une psychologue, une aide-soignante, un ergothérapeute ou encore une aide médico-psychologique (AMP) sont aux petits soins pour leurs invités. Le recrutement d’AMP et d’aides-soignantes est toujours en pour développer les services proposés malgré les financements publics qui tardent.

« Heureusement que l’association avait des fonds car nous avons du mal à obtenir les 500000 € qui nous ont été promis », ajoute le responsable. « L’objectif est de passer un moment agréable. En cela nous sommes complémentaires de structures parfois plus institutionnelles. Il ne s’agit pas seulement de garder les personnes mais aussi de monter un projet avec elles, de leur apprendre des choses », précise la psychologue, Doris Diemahave. Parmi les usagers d’Handi-Répit, on compte notamment un autiste, un polyhandicapé, une personne victime d’un AVC (accident vasculaire cérébral) et principalement des gens âgés entre 15 et 25 ans. Pour bénéficier de la structure, les proches devront débourser 12 € par jour et le coût du repas. « Lorsque les familles obtiennent une place dans un établissement, elles n’ont souvent pas le choix. C’est l’internat. Or, elles veulent partager des moments avec le proche qui souffre de handicap, ici c’est tout à fait possible », conclut Philippe Hédin.

Handi-Répit, 9-11, rue Georges- Enesco. Tél. 01.48.53.61.80.

http://repit-services-handicap.over-blog.com/articles-blog.html

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/handi-repit-un-lieu-qui-permet-aux-familles-de-souffler-22-06-2010-973236.php