par Dov Botturi, mercredi 17 octobre 2012, 13:54 ·

 

Jacques Borie, dans le numéro 240 de « Lacan Quotidien » écrit :

« les détracteurs de la psychanalyse se servent de l'autisme pour faire passer non pas tant une position de critique argumentée mais des impulsions négatives relevant plus de l'anathème et de la dénonciation que du débat ; un nouvelle preuve en a encore été donnée lors du récent Colloque de l'ACF-Rhône-Alpes qui s'est tenu à Grenoble sur le thème " Discours croisés à propos de l'autisme" le 29 septembre dernier. Alors que 280 participants débattaient dans un climat serein et vivant quelques personnes (à peine une quinzaine) ont tenté de perturber notre assemblée mais ont pu être maintenues à l'extérieur d'où ils ont agité des banderoles, tendu des pancartes, pris la parole avec des porte voix, et filmé quelques exhibitions peu raffinées ; vous en avez une idée sur cette vidéo visible sur Youtube à l'adresse :

http://www.youtube.com/watch?v=yMxafGEvIy4&feature=player_embeddedur sous le titre

Une maman croco illustre les théories de Lacan ; Ce fut à vrai dire un pathétique happening dont le plus triste fut d'y mêler un enfant autiste qui n'avait sans doute pas demandé d'être ainsi utilisé. »

Comme d’habitude Jacques Borie comme ses semblables ne savent que manier les attaques ad hominem, les formules à l’emporte pièces visant à disqualifier les personnes qui osent les interpeler. Pas une seule fois il se demande pourquoi une telle réaction, pourquoi une femme Magali Pignard, mère d’un enfant autiste, se livre à un tel happening ? non bien sûr Magali et son gang d’hystériques ne seraient que des stipendiés des laboratoires pharmaceutiques, des agents du formatage de la société gestionnaire comme le dit son collègue Guy Briole, dans ce même numéro, où la psychanalyse apparaitrait comme un rempart de la culture contre la pensée unique, Magali et tant d’autres parents qui la soutiennent dans leur revendication d’une évaluation du packing, de la pataugeoire et autres « soins » proposés par la psychanalyse, seraient animés d’une volonté de faire entrer l’humanité «  dans le vaste laboratoire des évalués, dans la diversité de l’animalerie soumise à l’uniformisation ».

Derrière cette logomachie de prisunic, votre mépris de parents que cachez vous mesdames et messieurs de l’ECF ?

Comme d’habitude vous êtes dans l’incapacité à répondre à des faits, à la réalité que doivent subir les parents : des soins inadaptés aux besoins de leurs enfants, vous vous maintenez droits dans vos bottes et escarpins dans un discours basé que sur des spéculations jamais validées, et dans votre impuissance à sortir de vos dogmes, de vos croyances, vous ne savez que répondre par des dénégations, des esquives, des insultes.

Mesdames et messieurs membres de l’ECF en soi, comme bien d’autres je n’ai rien contre la psychanalyse, chacun a sa place tant qu’il reste à sa place, or ce que nous constatons c’est que la psychanalyse depuis trente ans démontre jour après jour son insolvabilité tant théorique que thérapeutique vis à vis de l’autisme, depuis 30 ans la psychanalyse vit dans un superbe déni des apports des neurosciences, de la psychologie expérimentale, de la génétique comportementale, cette schizophrénie culturelle ne prêterait qu’à sourire si elle n’avait pas de redoutables effets dans la réalité : des enfants qui pourrissent sur pieds, qui se dégradent que vous gavez de neuroleptiques… les vies meurtries des parents… Est-il normal que des parents soient obligés de s’installer en Belgique ou en Israël pour obtenir des soins dont les effets de réhabilitation des enfants autistes ont été largement validés ?

De plus, vous êtes dans un déni permanent des lois, recommandations, conventions, chartes internationales (ONU, OMS, UNESCO), européennes et nationales, pire vous faites des procès d’intention qui relèvent de la propagande nazie ou stalinienne pour justifier votre délinquance : DSM-IV qui serait comportementaliste (à éclater de rire), les méthodes éducatives qui relèveraient du dressage d’animaux, les familles qui seraient des propagandistes du New Public Management… Et puis il y a cette suprême injure « comportementaliste », or à vous lire, il est évident que vous n’avez JAMAIS lu une seule ligne de Skinner, Bandura, Richelle…. Oui nous sommes exaspérés par vos discours qui sont une démonstration permanente de votre obscurantisme, nous sommes lassés de vos réflexes réactionnaires, nous sommes affligés par vos pratiques malfaisantes et maltraitantes, et notre révolte est à la hauteur de votre bêtise prétentieuse à front bovin et de votre arrogance de pseudos intellectuels ….

Viendra un jour où une mère à bout, n’ira pas tuer son enfant autiste pour ensuite se suicider, mais tirera à vue sur le personnel d’un IME ou d’un CMPP, ce massacre si condamnable soit-il ne sera que le reflet de l’assassinat à petit feu que vous pratiquez sur les enfants autistes et leurs parents.

Oui nous sommes indignés par vos péroraisons, par vos journées de l’ECF où vous ne faites que jouir de vos spéculations gratuites hégéliano-structuralo-linguistico-pataphysique.

Pendant que vous faites de beaux discours qui n’intéressent que vous, que vous spéculez sur les enfants autistes qui ne sont pour vous que des sujets de discours, des assujettis à vos théories divagantes, comme le moi-peau d’Anzieu, il y a une réalité : des enfants livrés à la régression, à l’errance en attendant la divine « émergence du désir ».

Vos effets de sens nous n’en voulons plus, foutez-vous en jusque là si vous le voulez, mais nous nous n’en pouvons plus ! Ce que nous voulons ce sont des effets dans la REALITE.

Pour finir mesdames et messieurs de l’ECF votre mépris, votre condescendance pathétique envers Magali et ce qu’elle représente n’est qu’une démonstration de plus de votre étrangeté au monde des vivants.

Dov Botturi