sophie marceau

article publié dans FAIRE FACE

L’art, en l’occurrence le 7e, arrivera-t-il à faire évoluer les mentalités sur la question de l’assistance sexuelle en France ? Le succès de The Sessions aux États-Unis -n°1 au box-office depuis 10 semaines consécutives, plus de 180 millions de recettes pour huit d’investis, va peut-être bouleverser la donne. Car les producteurs hexagonaux flairant le bon filon (le phénomène Intouchables a marqué les mémoires) ont racheté les droits. Et c’est Sophie Marceau qui va rependre le rôle d’Helen Hunt, dans un film réalisé et produit par son compagnon Christophe Lambert, selon une information rendue publique par l’agent de l’actrice.

Si Christophe Lambert sera pour la première fois derrière la caméra, les deux acteurs ont déjà joué dans un film traitant du handicap. Dans L’Homme de chevet, sorti en 2009, il interprétait le rôle d’un ancien champion de boxe devenu auxiliaire de vie d’une riche tétraplégique, incarnée par Sophie Marceau. Cette fois, c’est cette dernière qui offrira ses services à des personnes lourdement handicapées, condamnées à vivre dans une abstinence sexuelle non choisie, en raison de leurs incapacités physiques.

Formation en Suisse

La personnalité féminine préférée des Français aura à ses côtés Romain Duris qui jouera le rôle du journaliste et poète handicapé Mark O’Brien. « Je suis particulièrement sensible à la question de l’assistance sexuelle pour les personnes handicapées. La force des sentiments entre Mark et Cheryl décrits par The Sessions m’a profondément touchée. J’en ai d’ailleurs discuté avec Helen Hunt, avec qui j’ai joué dans La Leçon de piano en 1993. Je me réjouis de jouer un tel personnage, fort et fragile à la fois », a déclaré Sophie Marceau. L’actrice, formée à la méthode de l’Actors Studio (ne pas jouer le rôle mais être le rôle) a également annoncé qu’elle se rendrait en Suisse pour se former à l’assistance sexuelle. Le tournage du film, dont le titre définitif n’a pas été révélé devrait commencer en juin. Sortie prévue dans les salles début 2014.

 

O. Clot-Faybesse et Franck Seuret - Photo Georges Biard