article publié sur le blog FAIREFACE

15/10/2013

bientraitance,maltraitance,ANESM,Mas,Fam,usagers,établissements

La bientraitance n’est pas encore une réalité dans tous les établissements spécialisés pour adultes handicapés. C’est le sentiment qui ressort à la lecture du rapport de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) sur Le déploiement des pratiques professionnelles concourant à la bientraitance dans les maisons d’accueil spécialisées (Mas) et les foyers d’accueil médicalisé (Fam), qui vient d'être rendu public. Seuls 65 % des structures déclarent que l’ensemble des résidents disposent d’une chambre individuelle. À leur décharge, les structures les plus anciennes, les Mas le plus souvent, ont été conçues « sur la base d’une prise en charge collective » et n’ont pas encore toutes été réaménagées.

 

L’intimité pas toujours respectée lors des toilettes

C’est l’ancienneté des locaux qui explique également, souvent, que deux Mas sur trois ne disposent pas de salles de bains individuelles. Mais le plus embêtant est que parmi ces établissements ayant des salles de bains collectives, seuls 68 % assurent qu’elles sont utilisées par un seul résident à la fois. Autrement dit, l’intimité des usagers n’est pas systématiquement respectée dans plus de 20 % des Mas et 5 % des Fam. Et ce n’est pas tant l’architecture qui est en cause que la politique menée puisque certains établissements ayant des salles de bain partagées parviennent à s’organiser pour protéger l’intimité de leurs résidents.

Quant à la liberté d’aller et venir au sein de la structure, elle n’est effective que dans 74 % des établissements. Et là encore, il s’agit d’une question de politique d’établissement, passant par la mise en place de l’évaluation des risques et bénéfices de cette liberté. « Plus la liberté d’aller et venir au sein de la structure est évaluée et plus elle est effective, note l’Anesm. En effet, 79 % des établissements qui évaluent systématiquement ses risques et bénéfices l’accordent également systématiquement contre 48 % des structures qui ne réalisent pas d’évaluation. (...) Et le profil des publics majoritairement accueillis par les structures n’a pas d’impact significatif sur le fait de pratiquer une évaluation. »

 

À noter que le magazine Faire Face de septembre 2013 a proposé un dossier complet consacré à la bientraitance. Franck Seuret - Photo DR