article publié dans La Voix du Nord

Publié le

PAR GÉRARD BOUQUET (CLP)

La salle était comble au lycée Yourcenar pour suivre la conférence donnée par Josef Schovanec sur l’autisme, à l’invitation du Club médical de l’Artois.

josef schovannec

Trente-trois ans, autiste et surdiplômé (Sciences Po, doctorat de philosophie, polyglotte, écrivain, passionné de langues anciennes et de religion), Josef Schovanec a captivé son auditoire, démarrant sur le nombre d’autistes en France : 600 000, « autant que d’élus » dit-il. Le ton est donné.

Détricoter les stéréotypes

Un exposé débordant d’humour pour mieux détricoter les stéréotypes et balayer les idées préconçues. Peut-on réduire l’homme à de simples paramètres ? Un enfant doué en maths mais nul en français est-il un enfant moyen ? Les connaissances médicales sur l’autisme évoluent lentement et M. Schovanec de rappeler qu’il y a peu encore, les malentendants étaient considérés comme attardés car ils n’arrivaient pas à s’intégrer socialement.

Et pourtant, entre ceux présumés autistes comme Einstein, Bill Gates, Mark Zuckerberg, et ceux dont le diagnostic a été posé, comme A. Wineman, enfant disgracieuse élue depuis Miss Montana, Kim Peek, qui a inspiré Rain Man mais dont l’intelligence va bien au-delà de la fiction, Temple Grandin qui a jeté les bases d’un élevage « humanisé » adopté par 50 % des fermes américaines, Lionel Messi, la question demeure sur la compréhension de l’autisme.

« À 5 h devant le centre d’examen »

Angoisse et logique, poursuit M. Schovanec…. « L’angoisse, ce n’est pas de passer le bac, c’est de savoir si le bus va arriver à l’heure devant le lycée… et je me suis retrouvé à 5 h du matin devant le centre d’examen. »

Le journal de l’autiste, c’est le Financial Times avec ses courbes et ses chiffres bien ordonnés par opposition à Closer avec des photos en pêle-mêle, des commentaires sans liens, et donc perturbants.

Tant de problèmes demeurent, souligne M. Schovanec : l’autisme au féminin, l’architecture adaptée, les médicaments qui ne règlent rien sur le fond, le langage aussi car, pour un autiste, un porte-plume, c’est un oiseau, un portefeuille, c’est un arbre. Et de suggérer la mise en place d’un langage adapté. Au final, M. Schovanec a quitté la salle sous une ovation pour tenir une autre conférence à Alger, non sans une dernier clin d’œil en citant son ami Stephen Shore, professeur à l’université de Boston, autiste et marié à une autiste, qui déclarait : « nous n’aurons pas d’enfant car nous ne voulons pas prendre le risque d’avoir un enfant non-autiste ».

En savoir plus : www.assdesas.fr

À lire : « Je suis à l’Est », par Josef Schovanec

Association des Asperger du Nord - Pas de-Calais : l’ASS des AS’, 06 36 62 91 08.