Publié le




Rodrigue Massianga, jeune autiste de 25 ans, a été séléctionné pour les Jeux paralympiques, en septembre, au Brésil.
Rodrigue Massianga, jeune autiste de 25 ans, a été séléctionné pour les Jeux paralympiques, en septembre, au Brésil.

Rodrigue Massianga, jeune autiste de 25 ans, est en pleine préparation des Jeux paralympiques de Rio, qui suivront, en septembre, les Jeux olympiques. «  Je suis prêt pour le Brésil  », assure le jeune homme, qui avait démarré l’athlétisme voilà quatre ans. « Il y a deux Vénézuéliens dans le Top 5, un Brésilien est numéro un et un Espagnol, deuxième. » Et Rodrigue est classé troisième. « Les Jeux représentent beaucoup pour moi, on retrouve les meilleurs du handisport, les enjeux sont très forts. Gagner à Rio, ce sera aussi pour ma famille et pour l’équipe de France. »

Son rêve ? « Être chroniqueur

à la télé »

Ses espoirs conditionnent le quotidien du Lachenois. « Je m’entraîne tous les jours à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) et le week-end, ce sont les compétitions. » Mais le sport n’est pas tout : Rodrigue participe à des séances de découverte des métiers qui pourraient concrétiser son avenir. « Je me verrai bien dans les services techniques en collectivité, et plutôt à l’accueil, confie-t-il. Travailler dans des espaces verts ne correspond pas à mon état physique, je suis sujet aux allergies. » Mais depuis qu’il fréquente assidûment le milieu sportif, le jeune autiste a pris de l’assurance, et il peut même être très volubile lorsqu’il s’agit d’évoquer les résultats de compétitions, en athlétisme mais aussi en foot, son autre grande passion. Et à quoi rêve en fait notre athlète ? « J’aimerais être chroniqueur sportif à la télé ou à la radio. »

L’athlète a été découvert sur une piste d’athlétisme alors qu’il courrait pour son plaisir. Très vite, les résultats vont s’enchaîner : en 2013, il est champion de France à Grenoble, puis en 2014 il décroche les médailles au 100 m et 200 m aux championnats de France, la médaille d’argent aux championnat du monde en salle sur 60 m, sans oublier le championnat d’Europe avec deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze. Et les médailles vont continuer de tomber, avec notamment le titre de champion du monde en Italie cette année en 200 m en salle.

Rodrigue est un sprinter en 100 et 200 m, qui exprime encore mieux sa puissance lorsqu’il court avec les valides : « M’entraîner auprès d’eux me donne plus de solidité». La preuve cet été ?

Courrier picard