article publié dans Le Parisien

|Sébastien Morelli|15 décembre 2016, 18h50|0
Nathalie Iborra dénonce l’attitude inadaptée de l’enseignant face à son fils de 8 ans soufrant d’autisme. (LP/S.M.)
Sébastien Morelli

Nathalie Iborra est en colère et déterminée. Le 15 septembre dernier, cette maman d’un petit garçon autiste âgé de 8 ans, apprenait que ce dernier aurait été victime de maltraitance de la part de son professeur à l’école d’Etiolles. La scène lui a été rapportée par plusieurs parents à qui les camardes de son fils se sont confiés. Mais depuis, « rien ne se passe », déplore Nathalie, qui a retiré son fils de l’école et le scolarise à la maison.

« J’ai été prévenue le soir même par des parents qui m’ont appelé. Leur enfant, très troublé, leur avait raconté que l’enseignant avait hurlé sur lui. Puis l’avait tapé sur le bras. Le motif, c’est que mon fils avait de nouveau fait une crise en jetant ses affaires par terre. Ce genre de méthode sur un enfant autiste, c’est un cataclysme. Selon sa psychologue, cet événement a tout cassé. »

Cette scène, d’autres parents nous l’ont confirmée : « Ma fille m’a raconté qu’il avait claqué le bras de Romain. Tout le monde en parle », note cette maman. « Cet enseignant a la réputation d’être dur. Nous avons entendu parler d’autres problèmes les années précédentes. Des cris sur les enfants, des mouvements brutaux », raconte un autre parent d’élève.

 

« Mon fils ne peut plus retourner en classe avec lui »

L’enseignant, ainsi que l’auxiliaire de vie scolaire (AVS) qui suit Romain dans la classe, démentent. « S’il s’était excusé, ça se serait arrêté là. Mais ils se sont enfoncés dans le mensonge, regrette Nathalie. Romain nécessite des soins particuliers. Le problème de ce professeur, c’est qu’il refuse de s’adapter et le considère comme les autres enfants. Tout ce que je souhaite, c’est qu’il parte. Mon fils ne peut plus retourner en classe avec lui. Il ne va pas bien, il est en colère et trouve cela injuste. »

La maman, qui a pris une avocate spécialisée dans la prise en charge des problèmes liés à l’autisme, a rendez-vous avec l’inspection académique le 3 janvier prochain. Contacté, le service départemental n’a pas répondu à nos sollicitations.

  leparisien.fr