Image d'illustration. Une jeune femme handicapée de 28 ans a été «oubliée» par des agents SNCF lors d'une correspondance à Avignon et a du effectuer 1000 km de plus pour rentrer chez elle.

Image d'illustration. Une jeune femme handicapée de 28 ans a été «oubliée» par des agents SNCF lors d'une correspondance à Avignon et a du effectuer 1000 km de plus pour rentrer chez elle. | OUEST FRANCE ARCHIVE / MANON SIRET

Emmanuelle devait se rendre à Grenoble en train depuis la frontière italienne. Malheureusement, cette femme handicapée de 28 ans, en fauteuil roulant, a manqué sa correspondance à Avignon car les agents SNCF ne l’ont pas prise en charge. Elle s’est finalement retrouvée à Paris et a dû faire un « détour » de 1 000 km pour rentrer chez elle.

« Le train est entré en gare Avignon TGV et à ma grande stupeur, aucun agent d’Accès Plus n’est venu me chercher dans le train ! ». Tel est le récit d’Emmanuelle, une femme handicapée de 28 ans, qui a raconté son histoire rocambolesque sur son blog.

Tout avait bien commencé pourtant…

Partie de Vintimille, en Italie, la jeune femme devait arriver chez elle, à Grenoble, mardi à 16 h. Mais les choses ne se sont pas vraiment passées comme prévu.

Tout avait bien commencé pourtant, puisque des agents de la SNCF l’aident bien à monter à bord du train, à la frontière italienne.

C’est lors de l’arrivée en gare d’Avignon que les choses se compliquent. Alors qu’elle est censée être prise en charge par un agent de la SNCF pour sa première correspondance… aucune personne de la compagnie ferroviaire ne vient pour l’aider à descendre du train.

Pourtant Emmanuelle s’était bien inscrite au service « Accès Plus », destiné à accompagner les personnes handicapées. Finalement, la jeune femme apprendra plus tard que les agents avignonnais l’attendaient… dans le hall de la gare.

La jeune femme sera finalement prise en charge… à Paris

Des passagers, observant la détresse de la femme handicapée, tentent de lui venir en aide, en vain. L’arrêt ne dure que 3 minutes, et le train repart… direction Paris.

C’est donc seulement dans une gare de la capitale que cette dernière sera finalement prise en charge, à la sortie du train.

Une autre mission commence alors : rentrer à Grenoble.

« Une fois arrivée à Paris gare de Lyon, un agent d’Accès Plus était présent mais pour la 2e voyageuse. Il n’était pas au courant de ma situation, les contrôleuses ne se sont pas montrées, c’est un passager qui lui a expliqué ma situation. J’ai bien été prise en charge par cet agent […] Et les agents m’ont trouvé une place dans un TGV », raconte Emmanuelle.

Elle arrivera finalement à Grenoble à 21 h, au lieu de 16 h.

La SNCF parle d’une histoire « tout à fait malheureuse »

LCI a contacté la SNCF, qui a évoqué une histoire « tout à fait malheureuse ».

La jeune femme handicapée a également pris contact avec la compagnie ferroviaire, en leur envoyant une lettre.

Dans son blog, Emmanuelle a tout de même tenu à insister « sur le fait qu’Accès Plus marche bien habituellement et nous est indispensable. Tellement indispensable que le moindre bug a des conséquences énormes comme le démontre mon « aventure » »

La SNCF a présenté ses « excuses » ce vendredi à la jeune femme en situation de handicap et « reconnu » que « nos attentions n’ont pas été à la hauteur de vos besoins ».