Thomas, moniteur à Panda Surf School de Pléneuf a animé cette séance de body-surf au Val-André.

Thomas, moniteur à Panda Surf School de Pléneuf a animé cette séance de body-surf au Val-André. | Ouest-France

Ouest-France

Initiation au surf, au Val-André, samedi, pour sept jeunes autistes. Une initiative de trois partenaires qui espèrent ouvrir le champ des possibles aux personnes en situation de handicap.

Reportage

Ils sont là, en ce samedi matin, sur la plage des Vallées, à Pléneuf-Val-André. Ils, ce sont Lloyd, Basile, Thomas, Elouane, Younaël, Grégoire et Nicolas. Ils ont entre 6 et 15 ans et viennent des alentours de Saint-Brieuc. Leur point commun, c’est l’autisme. Et ce n’est pas un jour comme un autre pour eux. Ils participent à une initiation de bodysurf.

Créer une dynamique

L’excitation se lit sur leurs jeunes visages. Les conditions sont idéales : du soleil et du vent juste comme il faut. Chacun est fin prêt à en découdre avec la planche et la mer. Les parents les ont accompagnés pour cette séance qui va durer près de deux heures.

« Une première dans le département, commente ce surfeur du cap Fréhel, initiateur de ce moment « privilégié » et qui préfère parler « au nom de tous ». « Un partenariat a été créé entre Fréhel Surf’n ride, Panda Surf School de Pléneuf et Autisme 22. »

L’association National Handi Surf a amorcé des initiations d’accès au surf pour les personnes en situation de handicap. « Il semble que la Ligue de Bretagne de surf poursuive cette dynamique en souhaitant créer une antenne formatrice de moniteur, spécifiquement pour ce public. C’était évident d’agir à notre tour localement. On peut amorcer une dynamique et ouvrir le champ des possibles ! Il est temps d’ouvrir le surf à d’autres. On voit bien les qualités thérapeutiques que cela peut apporter. »

Thomas, moniteur et animateur à l’école de surf pléneuvienne, anime bénévolement cette séance « très attendue par les enfants ». D’abord, enfiler la combinaison. Les parents donnent un coup de main et photographient ces moments.

Comme Nathalie venue avec Lloyd, 14 ans : « Mon fils est toujours partant dès qu’il y a des activités avec l’eau. Il s’est initié à la natation, la plongée, le paddle. Il est comme un poisson dans l’eau ! Cette activité permet aussi de sociabiliser les enfants. »

Tout le monde est équipé, direction la plage pour une petite leçon technique et interactive. Thomas, pédagogue, explique, interroge. Puis direction la mer ! Sans planche d’abord pour tester l’eau. Puis avec la planche. Chacun se lance, prend la vague et glisse jusqu’au sable sous les encouragements des accompagnateurs, aussi souriants que leurs élèves. Mais pas le temps de papoter avec maman ou papa ! Juste la photo et on y retourne. Avec bonheur.

Finalement, c’est une maman reconnaissante qui résumera cette initiative. « On a tellement l’habitude que ces enfants soient rejetés. Alors, cette initiative est formidable ! »

Pour Florent Briou, vice-président de l'assocation Autisme 22 : « Cette initiation leur permet de trouver l’équilibre, d’apaiser certains troubles émotionnels. Le bruit de l’eau leur fait du bien. Pour une fois, les vedettes ce sont les enfants ! »