article publié dans La Dépêche

Publié le 10/10/2017 à 14:21, Mis à jour le 10/10/2017 à 14:48

 

C’est un rituel que connaît bien Aaron. Un rituel qui l’apaise et canalise son énergie.

Plusieurs fois par mois, le jeune garçon de 13 ans suit des séances d’équithérapie au sein du centre Pech Blanc dirigé par Heleen Inagori-Van Klaveren à Durfort-Lacapelette, à quelques kilomètres de Moissac. Car si, à première vue, rien ne distingue Aaron des autres enfants, il n’est pas tout à fait comme les autres. L’adolescent souffre d’autisme sévère. Une maladie très handicapante qui limite les interactions d’Aaron avec le reste du monde. Ces séances auprès des chevaux, c’est une bouffée d’air frais, pour lui, comme pour ses proches. L’autonomie de l’enfant est favorisée par tous les moyens. La répétition des gestes rassure Aaron et favorise la synchronisation de ses mouvements.

Des séances pour apaiser et canaliser son énergie

« Ces séances apportent beaucoup d’apaisement à Aaron. Il respire la bonne humeur, enlace les chevaux », sourit son père David. Un bienfait confirmé par Heleen, praticienne. « Le cheval est un facteur intéressant. Il bouge, a un caractère confirmé et est rassurant. Même si ce sont des petits pas, les enfants progressent, c’est magnifique à voir. »

Le quotidien avec un enfant autiste reste un combat de tous les jours. L’entrée dans l’adolescence et l’agressivité qui en découle complique encore les choses. Aujourd’hui hospitalisé à Montauban, le garçon attend qu’une place se libère dans le nouvel Institut médico-éducatif de Moissac.

« Un chemin de croix »

Dans « ce chemin de croix », comme le qualifie David, les parents ne peuvent souvent compter que sur eux-mêmes. « La société est très mal faite. Lorsque l’on ne rentre pas dans un cadre, c’est un périple pour tout. Il reste énormément de travail à faire en France. Nous sommes vraiment en retard par rapport aux pays voisins », déplore ce père de deux garçons. Dans ce quotidien compliqué, fait de petites victoires et d’immenses ras-le-bol, Aaron bénéficie d’une chance immense qui n’est pas donnée à tout le monde : celle d’avoir des parents aimants et combatifs.

En premier lieu, son père David. Depuis l’annonce du diagnostic, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider son fils. Président du Lions club de Moissac, depuis trois ans, il organise de nombreuses manifestations en faveur de l’autisme. L’an dernier, un spectacle avait permis de financer des heures d’équithérapie à plusieurs enfants, ainsi que des heures dans un centre de loisirs adapté. Ce vendredi soir, à 20 h 30, le Lions club de Moissac organise un nouveau spectacle humoristique : Laurent Savard, père d’un enfant autiste et vedette du show 2016, produit quatre jeunes artistes humoristes. Le coût de l’entrée est fixé à 15 euros. Les bénéfices permettront de financer une aire de jeux au sein de l’IME de Moissac et d’offrir des bons pour des séances d’équithérapie.

Ces actions concrètes et solidaires ont aidé David à accepter la maladie de son enfant. « L’annonce de sa maladie fut un tremblement de terre total. J’ai dû faire un gros travail pour l’accepter. Aujourd’hui je suis très fier d’Aaron, il est différent mais je l’accepte. »

JULIE PHILIPPE