Avertissement : Je ne cautionne pas cet article très habile comme souvent ... La théorie sans démonstration est facilement adaptable quelle que soit l'époque ... La psychanalyse excelle dans l'art de convaincre, de séduire ... Une étude de cas (souvent biaisé) suivi d'une publication par un "Maître" vénéré et des écoles de pensée avec des disciples ...

Rappelons une évidence : la science démontre et évalue. La psychanalyse séduit par des concepts théoriques sans jamais les démontrer ... pratique non !

Concernant l'autisme : c'est en France un véritable scandale qui dure depuis des années : de nombreux professionnels se réclament encore de ce genre de propos alors que la Haute Autorité de Santé (HAS) a tranché en faveur des approches comportementales & éducatives ... !!!

Jean-Jacques Dupuis

article publié par Non fiction

[dimanche 17 juin 2018]



Les récents développements des neurosciences donneraient à la psychiatrie scientifique et à la psychanalyse les moyens de se rapprocher sans confondre leurs approches.

Dans leur introduction aux dix contributions qui composent Epistémologie et méthodologie en psychanalyse et en psychiatrie, Bernard Golse et Alain Vanier fixent le cadre du vrai débat avec les neurosciences que nombre d’observateurs appellent de leurs vœux. Dans les années 80, après deux décennies d’ascendance de la psychanalyse sur la psychiatrie, la théorie freudienne a cessé d’être la référence obligée pour les jeunes psychiatres. Depuis près de 40 ans maintenant, la connaissance du cerveau domine la recherche psychiatrique, sans pour autant que la clinique s’y réduise. Entre une psychanalyse déboulonnée de son piédestal et une psychiatrie aspirée par les avancées des connaissances sur les neurones, le temps est venu d’un débat pacifié. Telle était en tout cas l’ambition du séminaire animé par Bernard Golse et Alain Vanier au CHS de Sainte-Anne, entre 2008 et 2011, dont sont issues plusieurs contributions de ce recueil.

Tous les deux psychiatres et psychanalystes, Golse et Vanier défendent depuis longtemps la thèse selon laquelle les maladies prises en charge par la psychiatrie s’expliqueraient par un faisceau de plusieurs facteurs de natures différentes. La nouveauté selon eux, c’est que les avancées scientifiques permettent désormais d’étayer l’interaction entre les facteurs endogènes (génétiques, neurologiques, etc.) et exogènes (psychiques, notamment). Les neurosciences ouvriraient donc la possibilité d’un « vrai » dialogue entre des approches réputées incompatibles.

Trois grandes séries de questions organisent les contributions du recueil. Que disent, pour commencer, les développements récents des neurosciences sur les hypothèses de la théorie psychanalytique ? Si convergences il y a, quelle est la spécificité des plans sur lesquels se déploient la psychanalyse et les neurosciences ? Enfin, puisque l’autisme est depuis longtemps l’objet des tensions les plus vives entre les tenants de la génétique et ceux de la causalité psychique, quelle idée pouvons-nous nous en faire aujourd’hui ? Cette dernière question revient finalement à interroger la capacité des approches génétiques, neuroscientifiques et psychanalytiques à proposer une description synthétique de la plus grave des affections de la relation à autrui.

 

Les concepts freudiens à la lumière des neurosciences

Si des pistes s’ouvrent en faveur d’un dialogue entre neurosciences et psychanalyse, on le doit d’abord au principe désormais admis de la « plasticité cérébrale ». L’article de F. Ansermet, M. Arminjon et P. Magistretti  livre des clés essentielles pour comprendre la suite du recueil. Le réseau synaptique tel qu’on le connaît actuellement rend intelligibles les liens de détermination entre le traumatisme et le symptôme. Mais il permet aussi de concevoir un certain jeu entre eux et de penser le remaniement des symptômes par le travail thérapeutique. Tel est le pas majeur effectué par les neurosciences en direction de la psychanalyse.

Jean-Pierre Bourgeois tire des conséquences plus neuves de la plasticité cérébrale en introduisant le concept d’« organisation synaptoarchitectonique ». Ce que le généticien entend par là, c’est la coexistence d’une organisation de réseaux neuronaux programmée par le génome d’un côté et les fluctuations des « états fonctionnels » des synapses de l’autre. La génétique avait déjà connu une révolution avec la mise en place de l’« épigénétique », cette discipline nouvelle qui permet désormais de penser l’action modificatrice de l’environnement sur le génome. Mais la « synaptoarchitectonie » introduit un troisième niveau, selon lequel le changement de cadre pourrait avoir un effet sur les liaisons synaptiques établies. Dans cette perspective, la cure psychanalytique pourrait susciter de nouvelles associations et constituer un « environnement » apte à replastifier l’architecture synaptique. Quant elle fait bouger des lignes, la psychanalyse serait un opérateur de renouvellement de la « synaptoarchitectonie ».

Dans la dernière intervention de cette première partie, Bernard Golse propose de dresser un état des lieux de ce que les récentes recherches en neurosciences permettent d’affirmer au sujet de la théorie psychanalytique. Pour Golse, les neurosciences n’ont pas bouleversé le cadre du corpus freudien. C’est plutôt à des reformulations ponctuelles que l’on peut s’essayer. On sait par exemple que les liens entre les synapses ne sont pas fixes et que la réactivation d’un groupe neuronal après une expérience passée – ce qu’on appelle le « frayage neuronal » – fait appel en réalité à une re-création. Pareille description correspond bien aux effets de l’après coup freudien, selon lequel une nouvelle expérience peut remanier les souvenirs inconscients auxquelles le psychisme l’a associée.

Bernard Golse dresse ainsi une longue liste de « ponts » entre les deux disciplines. Parmi eux, nous retiendrons surtout l’approche de Jean-Pierre Bourgeois, évoquée plus haut. En introduisant l’idée selon laquelle les synapses se mettent en place dans le temps, par vagues successives (la fameuse « synatoarchitectonie »), le neuroscientifique donne les moyens de penser l’articulation entre les facteurs exogènes et endogènes.

 

Entre psychanalyse et neurosciences, une différence de méthode

Pour autant le rapprochement entre les notions ou concepts issus de différentes disciplines atteint vite ses limites si l’on ne rappelle pas les spécificités de leurs démarches. D’où une série de trois articles, très différents dans leurs arguments, mais qui invitent tous trois les psychanalystes à en rabattre sur leurs prétentions scientifiques.

C’est au statut de la preuve que s’intéresse Daniel Widlöcher dans « Un cas [clinique] n’est pas un fait [scientifique]». En psychanalyse, le cas tient fréquemment lieu de preuve. Or, qu’il soit longuement développé comme ceux de Freud dans les Cinq psychanalyses ou qu’il se réduise à une vignette, le cas reste toujours descriptif. Il témoigne des progrès de la pratique par la pratique. Sa valeur est d’abord persuasive. Jamais, en revanche, il ne saurait être regardé comme un fait scientifique. D. Wildlöcher affirme clairement qu’un cas ne fait pas progresser le savoir en réfutant – ou pas – les connaissances qui l’ont précédé.

Cette tension entre deux logiques, narrative et expérimentale, la psychiatrie la vit au sein de sa propre discipline où se bousculent les deux orientations. Alors que les cliniciens s’appuient fréquemment sur l’art du récit, les chercheurs étayent de plus en plus souvent leurs thèses sur les outils scientifiques de la génétique, des modèles statistiques complexes et, désormais, de l’imagerie cérébrale. Opposition trop binaire pour qu’on s’en contente, considèrent les auteurs de « La place des mots et des nombres en recherche ». C’est pourquoi, à la dichotomie entre les études quantitatives et qualitatives, ils substituent une taxinomie plus fine.

Selon eux, neuf approches peuvent être distinguées à partir du croisement entre deux séries de critères que sont la description de l’objet et la relation d’objet. La description de l’objet pourra être « littéraire », « localement mathématisable » ou « globalement mathématisable ». Les relations d’objet de leur côté se caractériseront comme « herméneutiques », « mathématisables par des statistiques », ou « par des équations ». Relevons quelques exemples pour illustrer l’intérêt de ce classement. L’interprétation herméneutique d’un objet décrit de façon littéraire correspondrait à la démarche la plus fréquente chez les psychanalystes. Les comportementalistes, de leur côté, construiraient une approche herméneutique d’objets « localement mathématisables ». Et l’imagerie cérébrale procèderait par traitements statistiques d’objets « localement mathématisables ».

Distinctes, les approches psychanalytiques et neuro-psychiatriques ne sont pas pour autant contradictoires, indique Daniel Cohen. Le Professeur de psychiatrie et membre de l’institut des systèmes intelligents et robotiques pose la question de savoir si les piliers de la théorie freudienne (l’inconscient, le rêve, le refoulement) sont confirmés par les neurosciences. L’efficacité du traitement est-elle validée ? demande-t-il encore. Si tel est le cas, a-t-on a les éléments pour affirmer que la technique freudienne doit ses succès à ses propres concepts et outils ? A toutes ces questions, le Dr. Cohen répond par l’affirmative et, en conséquence, en appelle à la formation de réseaux multidisciplinaires, incluant psychanalyse, méthodologie statistiques, développementalisme, etc.

 

Quand l’autisme fait dialoguer

Restait à parler de l’autisme, ce lieu de cristallisation des oppositions les plus irréductibles. Qualifié de « handicap », l’autisme est aujourd’hui contesté comme objet de médicalisation et de psychiatrisation par de nombreuses familles qui leur préfèrent une approche essentiellement éducative. Dans ce contexte, le temps n’est plus aux dissensions. Et de fait, si les tensions avec les associations des familles restent brûlantes, un troisième temps semble se dessiner entre les psychanalystes et les tenants des sciences dures.

Bernard Golse décrit cette catégorie complexe en tentant de faire la synthèse des connaissances. Ce que l’on sait aujourd’hui, c’est que l’enfant comme l’adulte autiste ne parviennent pas à « modaliser » les « flux sensoriels » provenant de l’autre. Plus précisément, la synthèse du traitement de ces flux (leur "co-modelisation") échoue. L’opération étant largement localisée dans la zone cérébrale du lobe temporal, le fonctionnement du cerveau se trouve toujours impliqué, que ce soit à titre de cause ou de conséquence. Aux yeux du responsable d’un des huit centres de diagnostic de l’autisme et des troubles envahissants du développement qu’est B. Golse, les facteurs endogènes et exogènes interviennent toujours dans l’autisme, mais dans des proportions différentes selon chaque enfant.

Si B. Golse prend position sur le sujet, c’est aussi pour revenir, avec le recul d’une dizaine d’années, sur la polémique suscitée par deux études neurologiques publiées en 2004 par les services de neuro-imagerie de l’hôpital Necker. L’une d’entre elles consistait à comparer les IRM d’adultes autistes écoutant des signaux vocaux avec ceux des adultes témoins ; l’autre visait à chercher des anomalies du sillon temporal. En 2004, ces travaux menés avec la collaboration de B. Golse avaient soulevé les plus vives contestations. Pourtant, ces résultats « ne nous gênent en rien », ne cesse de répéter B. Golse, tant qu’on ne réduit pas l’autisme à un déficit du fonctionnement du sillon temporal supérieur (STS).

Dans le modèle de B. Golse, la subjectivation en échec dans l’autisme serait partiellement pré-programmée (le bébé aurait en lui une ébauche de l’autre), et nécessiterait ensuite un processus de co-modalisation des flux sensoriels venus de l’autre. Pour cette opération, les soins maternels jouent un rôle essentiel et pourraient, selon les cas, soutenir ou entraver cette co-modalisation. Plutôt que d’opposer la théorie de la programmation génétique à la thèse du développement de l’autisme, le combat à mener aux yeux de B. Golse est celui des catégories nosologiques. Des concepts aussi flous que les troubles envahissants du développement (TED) ou les troubles du spectre autistique (TSA) entravent l’avancée de nos connaissances.

 

Les neurosciences sont-elles une caution ?

Incontestablement, ce recueil témoigne d’une volonté de pacification entre des disciplines se réclamant à divers titres de la science d’un côté, et une psychanalyste descendue de son piédestal de l’autre. On s’étonnera néanmoins du sous-titre, « Pour un vrai débat avec les neurosciences », car c’est surtout à un dialogue des neurosciences avec la psychanalyse qu’on a l’impression d’assister. La tentation est forte pour plusieurs auteurs de convoquer les concepts et avancées des sciences dures pour venir valider les théories de Freud. En témoigne en particulier l’article de D. Cohen dont l’intervention tend à chercher dans les données neuroscientifiques une caution pour la psychanalyse. L’écueil est fréquent chez ceux qui tentent d’établir ce type de rapprochement, rappelle Lisa Ouss, l’une des contributrices du recueil.

Mais B. Golse n’est pas loin d’une telle orientation, lui qui souligne le caractère étonnamment « moderne » des intuitions de Freud . Avec la « modernité », ne risque-t-on pas de valoriser a priori les connaissances scientifiques les plus recevables par un public contemporain, sans en interroger ses prémisses ? Ne risque-t-on pas, plus généralement, de céder à la séduction de la catégorie très mal définie qu’est celle des sciences ? Les distinctions introduites par les auteurs de « La place des mots et des nombres en recherche » se révèlent précieuses pour rappeler la fragilité du statut de preuve des statistiques, pourtant fréquemment utilisées en psychiatrie. Fondées sur l’observation quantitative de rapprochements, elles font l’hypothèse des corrélations, bien plus qu’elles ne peuvent affirmer un lien de causalité. Autrement dit, l’écart est grand entre l’idéal de la science et les réalités de la science expérimentale.

 

Et pourtant, ils coopèrent

Sans doute est-ce à plus d’humilité que ce recueil invite, rappelant comme le fait Lisa Ouss que, au-delà des querelles, ce sont leurs difficultés devant les comportements des enfants autistes qui contraignent les professionnels à essayer d’articuler les différents niveaux du cognitif, du neuropsychique et de l’intrapsychique. Ce sont les enfants eux-mêmes qui les obligent en quelque sorte à travailler ensemble, quel que puisse être le caractère parfois irréductible des prémisses de leurs disciplines.

Dans le dernier article du recueil, R. Pottier et O. Putois donnent un exemple très convaincant de l’éclairage mutuel que peuvent s’apporter les sciences dures et la psychanalyse. Chez les enfants dont on a diagnostiqué le syndrome de 22q11.2, le risque de développer un épisode psychotique à l’adolescence est de 40%. Et quand un médecin fait ce type de diagnostic, dès lors qu’il qualifie de génétique l’affection dont souffre un enfant, c’est d’un transfert très spécifique qu’il devient l’objet. S’il veut aider la famille et les enfants, il ne saurait occulter les effets produits par un diagnostic qui engage à chaque fois le récit des origines de chacun.

C’est par ce bel article, narratif plus que scientifique, que se clôture le recueil. C’est par lui aussi que s’éclaire le mieux la différence de plans entre les sciences « dures » et la psychanalyse, en même temps que la nécessité pour ces deux approches d’une reconnaissance mutuelle.