article publié sur le HuffingtonPost

MAROC 30/01/2019 10h:42 CET

Une formation diplômante sur 3 ans.

KatarzynaBialasiewicz via Getty Images

UNIVERSITÉ - C’est une première au Maroc et au Maghreb. Dans la soirée du mardi 29 janvier, la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca (FMPC) a accueilli la cérémonie de lancement du premier diplôme universitaire spécialisé en autisme. Étalé sur trois ans, ce cursus dont le programme consiste en la formation de 20 professionnels de l’autisme par an, vient en réponse à la demande de professionnels du secteur de la santé, soucieux d’acquérir les connaissances nécessaires et appropriées, souligne la MAP dans un communiqué.

Durant la cérémonie de lancement, qui s’est déroulée en présence des représentants des départements de l’Éducation nationale, de la Famille et de la Solidarité, de la Santé, ainsi que de la Fondation Mohammed V pour la solidarité, la convention de partenariat portant sur la création de ce diplôme baptisé “DU autisme”, alternant cours théoriques et pratiques, a été signée.

Cette formation devra profiter aux médecins du public, aux psychologues et aux autres professionnels du secteur de la santé, en vue d’une plus grande maîtrise des spécificités de cette maladie et d’un soutien plus adapté aux familles, pour qu’elles puissent savoir prendre en charge au mieux une personne autiste, généralement un enfant ou un adolescent, explique le professeur Mustapha Abou Maarouf, doyen de la FMPC, dans une déclaration à la MAP.

La FMPC, le Collectif Autisme Maroc, le Centre national Mohamed VI des handicapés, la Fondation Orange (France et Maroc) et la Fondation Susa (Belgique) se sont, ainsi, associés pour la mise en place de ce cursus, convaincus que “la meilleure réponse aux difficultés posées par l’autisme réside dans la formation de professionnels qualifiés ainsi que celle des familles des personnes touchées par le trouble du spectre de l’autisme”.

Le professeur Abou Maarouf a également tenu à saluer le partenariat avec la société civile, les opérateurs privés “dont le soutien financier est précieux”, ainsi qu’avec la Fondation Susa, active dans ce domaine depuis un quart de siècle, et le Centre national Mohammed VI, qui mobiliseront des encadrants et des formateurs.

La présidente du Collectif Autisme Maroc, Soumaya El Amrani, “elle-même mère d’une jeune de 25 ans souffrant de troubles autistiques”, s’est félicité que son organisation ait été à l’origine de cette initiative, qui a été approuvée et appuyée par les autres partenaires, ajoute la même source. Le Collectif représente “les familles et exprime leurs attentes en termes de prestations de qualité, auxquelles elles aspirent depuis longtemps”, a-t-elle ajouté, notant que les familles ont constamment déploré l’absence d’une formation académique adéquate autour de l’autisme.