article publié sur inclusion à l'école

Le Phallus et le Neant Affichele phallus et le néant

 

5 mars 2019 · LECTURES ET FILMS

Ce documentaire devait être le premier d’une série sur la psychanalyse. Mais c’est « Le Mur » qui dénonçait le traitement psychanalytique de l’autisme qui a fait connaître Sophie Robert en donnant un coup de pied salutaire dans la fourmilière opaque et nocive d’une psychanalyse viscéralement sexiste. Une psychanalyse érigée en pseudo- science avec ses intégristes a été la cause d’un retard considérable dans prise en charge de l’autisme en France.

Pour ce second opus, Sophie ROBERT a retenu 18 psychanalystes freudiens et lacaniens orthodoxes, elle en avait interrogé 52 ! Elle décortique et met en avant les dérives sexistes/homophobes/pédophiles du discours freudien-lacanien orthodoxe. Elle dénonce pour la seconde fois un dogme, voire une religion fondamentaliste qui possède ses codes, son langage et ses prophètes

On découvre combien la psychanalyse peut s’apparenter à une secte, avec la même manipulation mentale.

Ce film démontre enfin parfaitement comme cette idéologie supplante hélas toute raison. Et cette démonstration nous est faite par ces praticiens eux-mêmes.

La salle rit aux premiers propos doctement infligés par ces mandarins

tant le ridicule le dispute à l’ahurissant.

Puis, peu à peu, les rires s’étranglent. Il devient impossible de rester protégé par le second degré tant les propos sont insupportables et scandaleux. Leurs affirmations seraient répréhensibles devant la loi s’ils n’étaient pas enrobés dans un jargon incompréhensible pseudo scientifique, et couverts par des textes sacrés (Freud et Lacan). Dans ce discours, arrive toujours le même salmigondis pornographique, sorte de soupe à la sorcière d’où surnage une haine féroce pour les femmes.

« La femme n’existe pas / la femme c’est un trou / il n’y a que du masculin dans l’inconscient / il n’y a pas de rapport sexuel possible entre un homme et une femme / les homosexuels sont des psychotiques qui s’ignorent / les enfants ont des pulsions sexuelles / seule la perversion permet le rapport sexuel / l’inceste ça ne fait pas tellement de dégâts, ça rend juste les filles un peu débiles. »

Ils parlent ainsi tous d’une même voix dogmatique, solidaires, arc-boutés sur leurs textes sacrés.

Ce film démontre enfin parfaitement comme cette idéologie supplante hélas toute raison. Et cette démonstration nous est faite par ces praticiens eux-mêmes.

Ce serait en effet comique si les gourous qui témoignent n’avaient pas tous pignon sur rue, pédopsychiatres ou pédiatres reconnus, professeurs enseignant en faculté, d’autres intervenant dans des CMPP ou encore dans le système judiciaire. La plupart interviennent en tant que thérapeutes dans des établissements médico- sociaux auprès d’enfants différents/autistes, et/ou des personnes victimes de violences sexuelles.

Alors du rire, je suis passé à la nausée, et suis sortie avec la gueule de bois.

Leur discours vicié transforme les victimes en coupables, par un tour de passe-passe bien rodé. Ils dénigrent les faits, prennent constamment le contre-pied de ce que le patient leur dit, car ils sont déconnectés de la réalité. Les récits de victimes qui témoignent offrent un écho glaçant aux propos tenus.

Sophie Robert endosse le rôle naïf de Candide. Ses questions lancent des ponts entre les non-dits et la jubilation de ces pontes à s’exprimer qui crève l’écran.

Il faut se pincer, souvent, pour réaliser qu’il ne s’agit pas là d’une fiction. Sophie Robert nous livre posément ce scandale, comment nos semblables les plus fragiles, les plus meurtris, peuvent être les proies de ces pratiques et être ainsi définitivement détruits.

Les parents d’enfants autistes avaient ressenti émoi et la colère suite au « Mur ». La psychanalyse n’est pas seulement nuisible et inutile pour l’autisme, cette fois-ci il est clair que nous sommes tous concernés.

Alors, on a juste envie d’aider Sophie Robert à agrandir la brèche qu’elle a réussi avec courage à ouvrir, en solitaire et à mains nues, dans ce Mur en espérant qu’il chute enfin.

Sabine K.