14 mars 2019
Par Blog : Le blog de Jean Vinçot


Michèle Rivasi, députée européenne Verts, prétend s'intéresser aux conflits d'intérêts, mais fait la promotion de l'ex-Dr Wakefield, qui a publié une étude frauduleuse en conflit massif d'intérêts.

 

L'information a été largement diffusée : une nouvelle étude danoise très large prouve que le vaccin ROR n'est pas la cause de l'autisme. Voir par exemple Futura Sciences.

Rappelons que c'est une étude menée par l'ex-docteur Andrew Wakefield , publiée il y a 20 ans dans The Lancet, qui a prétendu que ce vaccin était la cause de l'apparition de l'autisme.

Elle a été rétractée par les co-auteurs, par The Lancet. Andrew Wakefield a été radié par l'Ordre des Médecins britannique.

Il y avait fraude scientifique.

Mais cela a eu comme résultat une panique anti-vaccins, qui se traduit notamment par une réapparition de la rougeole.

Je suis sidéré par les propos tenus lors de la matinale de France Inter le 9 mars par Michèle Rivasi (députée EELV au Parlement Européen).

"Je veux savoir ce qu'on y met (...) je veux la transparence des données (...) M. Wakefield, c'est ce que je lui ai dit en face [Question : Pourtant, vous avez fait la promotion de son film au Parlement Européen] Oui, parce que son film parle des conflits d'intérêts dans une agence américaine. Moi, je m'intéresse aux conflits d'intérêts. (...) Je lui ai dit que je ne soutenais pas ses thèses parce que son étude était trop faible."

Michèle Rivasi le 9 mars 2019 © copie d'écran France Inter Michèle Rivasi le 9 mars 2019 © copie d'écran France Inter

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-du-week-end/l-invite-du-week-end-09-mars-2019

Vous pouvez consulter la critique du film VAXXED.

Je ne vois pas la mention de conflits d'intérêts, mais d'un désaccord entre scientifiques sur la publication de données.

Extrait : "Dans tout le matériel rendu public à ce jour, il n’y a pas une déclaration de Thompson disant qu’un acte de tricherie a été commis. En fait, ses notes de l’époque contiennent l’affirmation que « tout le monde a de bonnes intentions ».

Il avait le sentiment que les résultats afro-américains devraient avoir été publiés. Apparemment, ce sentiment était très fort. Et il estimait que ne pas les rendre publics équivalait à un mensonge. Mais il affirme aussi : « les scientifiques raisonnables peuvent diverger, et divergent, dans leur interprétation de l’information. » Ce n’est pas : « mes collègues sont des tricheurs », c’est l’indication qu’il y avait un désaccord scientifique.

Un désaccord scientifique n’est pas une tricherie."

Mais qui a des conflits d'intérêts ?

Le 5 janvier 2011, Brian Deer, journaliste, a publié dans le "Bristish Medical Journal" le résultat de son enquête sur la fraude scientifique qui a entraîné la chute de la vaccination du vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) en Grande-Bretagne.

Secrets of the MMR scare - How the case against the MMR vaccine was fixed
Les secrets de la panique du ROR - Comment a été préparée l'affaire contre le vaccin ROR

Vous trouverez la traduction en 4 pages ici : https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/blog/060217/vaccinsautisme-les-secrets-de-la-panique-du-ror-brian-deer-14

La crise du vaccin visait à faire de l'argent (Brian Deer 2/4)

Le "Lancet" enterre la fraude (Brian Deer 3/4)

Le lien du vaccin ROR à l'autisme était frauduleux

Je ne reviens pas sur la fraude sur les données, la sélection des enfants ...

Mais dans la deuxième partie de son enquête, Brian Deer explique :

  • "En Février 1996, sept mois avant l'admission de l’enfant 2, Wakefield avait été engagé par un avocat du nom de Richard Barr, qui espérait intenter une poursuite contre les fabricants de vaccin. Barr était un avocat de haute volée, et un expert dans le transfert de propriété, mais agissait également pour un groupe anti-vaccin, JABS.(...)
  • Ainsi, l’argent public (qui a finalement totalisé 50 000 livres et a ensemencé le plan d’affaires) a été déplacé de la faculté de médecine dans un compte numéroté de l’association caritative, puis versé pour la recherche de Wakefield sur le vaccin ROR – de retour à la faculté de médecine.(...)
  • La commercialisation devait être menée par Carmel Healthcare Ltd – nommé d’après la femme de Wakefield. Fermement ancrée dans le procès de Barr, qui a fini par payer à Wakefield £ 435 643, plus les frais, l'entreprise devait être lancée sur le dos de la crise des vaccins, le diagnostic d'un prétendu - et encore sans substance - "nouveau syndrome." Celui-ci, Wakefield le revendiquait, comprenait à la fois des troubles du cerveau et de l'intestin, qu'il a baptisé«entérocolite autistique», après que la maladie de Crohn n’ait été trouvée chez aucun des enfants du « Lancet ».
  • "On estime que le marché initial pour le diagnostic sera le contentieux conduisant à tester des patients atteints de AE [entérocolite autistique] à la fois au Royaume-Uni et aux États-Unis», disait un prospectus "privé et confidentiel" de 35 pages, qui m'a été transmis par un de ses destinataires. Il visait à lever £ 700 000 de fonds d’ investisseurs et prévoyait des recettes extraordinaires. "On estime que d'ici 3 ans, les revenus de ce test pourraient s’élever d'environ £3.300.000 à £ 28.000.000 tant en tests de diagnostic qu’en régimes thérapeutiques mis en service».

Si Michèle Rivasi s'intéresse aux conflits d'intérêts, elle avait une bonne occasion de s'attaquer à Andrew Wakefield, qui est un des arnaqueurs de la santé plutôt gratiné sur ce point !

Outre les conséquences sur la santé publique, cette étude falsifiée a été à l'origine de multiples études, a été la source d'un véritable gaspillage d'argent public ou privé pour trouver une corrélation entre autisme et vaccination. Par contre, quand il s'agit de recherche, il y en a très peu sur les adultes et elle manque aussi sur les programmes de prise en charge, pour améliorer la vie des enfants et adultes autistes.