article publié dans Le Parisien


>Île-de-France & Oise>Yvelines|Virginie Wéber| 12 mars 2019, 19h10 |0
Les Mureaux, ce mardi. L’unité d’enseignement maternelle autisme (UEMA) a été inaugurée à l’école Jean-Jaurès en présence de l’ensemble des acteurs du territoire parmi lesquels Charline Avenel, rectrice de l’académie de Versailles (2e à partir de la gauche). ARS IDF.

La deuxième unité d’enseignement maternelle autisme des Yvelines a été inaugurée, ce mardi, à l’école Jean-Jaurès.

Comme n’importe quel bambin de 3 ans, sept enfants atteints de troubles autistiques ont fait leur première rentrée en maternelle, aux Mureaux. Ces petits élèves ont intégré en novembre une classe pensée tout spécialement pour eux à l’école Jean-Jaurès. Cette unité d’enseignement maternelle autisme (UEMA) expérimentale a été inaugurée ce mardi.

« On accueille un maximum de sept enfants de 3 ans révolu dont l’intensité des troubles du spectre autistique ne permet pas d’intégrer une classe ordinaire », précise Caroline Plesel-Bacri, inspectrice en charge de la scolarisation des enfants handicapés. Ils se retrouvent dans une école classique, tout en bénéficiant de soins spécifiques au cours de la journée. Cet aspect est géré par l’association Handi Val de Seine, à travers l’accompagnement du Service d’éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) André Larché, situé aux Mureaux.

Trois éducateurs spécialisés et une psychologue travaillent à temps plein aux côtés de l’enseignante, elle aussi spécialisée. Deux jours par semaine, l’équipe reçoit aussi l’appui d’une psychomotricienne. « Nos pratiques sont différentes car on a une approche personnalisée à chaque élève avec des points de départ et des objectifs différents mais le programme scolaire reste le même qu’une autre classe de maternelle », indique Hélène Alfier, l’enseignante de l’UEMA.

Les trois salles de l’unité ont bénéficié d’aménagements permettant d’assurer le bien-être des écoliers. « Certaines choses peuvent gêner les élèves, ça peut même être douloureux pour eux », explique l’institutrice. Ainsi, les néons ont été enlevés au profit de lumières diffuses, un revêtement adapté a remplacé l’habituel carrelage, des murs anti-bruits et des faux plafonds ont été installés pour atténuer les sons.

Une autre unité à Elancourt

Père d’un petit garçon scolarisé à l’UEMA, Philippe savoure la « chance d’avoir ce projet-là ». « Il faut du temps pour accepter cette pathologie. Après le diagnostic, on ne se sent pas toujours très bien accompagné, c’est un parcours du combattant », souffle le père de famille.

Il s’agit de la deuxième unité de ce type dans les Yvelines, après celle créée à la maternelle Willy Brandt, à Elancourt, en 2016. « Cela enrichit une offre existante puisqu’il existe douze unités en Ile-de-France, se félicite Charline Avenel, rectrice de l’académie de Versailles. L’objectif est d’ouvrir une nouvelle UMEA dans les Yvelines à la rentrée 2019 et de porter leur nombre à sept en 2022. »

9 000 enfants atteints de troubles autistiques sont scolarisés dans le département.