Le lien invisible entre autisme et anorexie

de Carrie Arnold, 17 Février 2016 Louise Harrington commençait à se demander si elle ne devenait pas anorexique. Elle savait qu'elle était d'une maigreur effrayante, et elle voulait désespérément prendre au moins 13 kilos. Elle n'avait aucunement le désir de ressembler à un mannequin. Elle n'avait pas la phobie de grossir.

https://blogs.mediapart.fr