" Médecines " douces ou alternatives : des insuffisances dans le respect de la règlementation

De plus en plus de Français se tournent vers des pratiques ou " médecines " dites " douces ", " non conventionnelles ", " alternatives " ou " complémentaires ", telles que l'hypnose, l'acupuncture, la réflexologie ou encore l'aromathérapie pour soulager certains maux du quotidien.

https://www.economie.gouv.fr