10 avril 2016

Equitation adaptée avec l'association Trott'Autrement

Très belle ballade ce matin à Gouvernes Elise sur Prince accompagnée par Olivia & Mathilde. C'était la dernière séance avec Olivia Jami qui part aménager sa propre structure en Bourgogne ...

Elise a fait sans problème la connaissance de Mathilde.

Le jeune homme avec un grand sourire, accompagnateur bénévole sur la séance, est un certain Nicolas.

-> Voir + ici

P1090646

P1090651=> le site de Trott'Autrement

P1090653

P1090656


Autisme Ariège : une association très dynamique

article publié dans LA DEPECHE

Publié le 10/04/2016 à 03:49, Mis à jour le 10/04/2016 à 09:37

Les membres d'Autisme Ariège ne manquent pas d'énergie./Photo DDM.

Les membres d'Autisme Ariège ne manquent pas d'énergie./Photo DDM.

Le 2 avril, c'était la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Chaque jour, les chiffres concernant l'autisme s'affichent, de plus en plus alarmants. On ne parle pas d'un autisme, mais de spectre de troubles autistiques. En effet, il existe une telle diversité clinique que ce trouble paraît complexe et reste mal connu si on n'y est pas sensibilisé. Une naissance sur cent est touchée par les TSA (troubles du spectre autistique) et quand on sait que 37 % des Français pensent, à tort, que l'autisme est un trouble psychologique (étude «Opinion Way», 2012), alors on comprend l'ampleur du travail que doivent fournir les associations comme Autisme Ariège. L'occasion de parler de cette association, située au 4, place du Sémalier à Saint-Jean-du-Falga.

Un besoin repéré en Ariège

Partenaire d'Autisme France, Autisme Ariège travaille sans relâche pour proposer aux personnes avec autisme et à leur famille des réponses adaptées et de proximité quant à l'accompagnement, notamment par la mise en place d'un réseau de professionnels spécifiquement formés. Ce réseau, qui œuvre pour l'inclusion dans le milieu ordinaire, répond à un besoin repéré et non satisfait sur le département. Il comprend actuellement deux psychologues, une psychomotricienne, une orthophoniste et deux éducatrices qui œuvrent à mettre en place cet accompagnement.

Dans le cadre du projet communal «Vivre ensemble», Autisme Ariège s'est associée au LEC, accueil jeunesse, pour organiser des manifestations, notamment la marche solidaire, qui a connu un succès certain, ou encore, l'accueil au centre de loisirs des enfants avec autisme dans des conditions optimales.

D'autre part, une convention de partenariat avec l'inspection académique, signée cette année, permet aux membres de l'association de proposer des interventions en milieu scolaire afin de sensibiliser les élèves à cette différence.

Ariège Autisme propose encore, tout au long de l'année, des manifestations, des rencontres, des débats et s'associe à l'organisation de divers événements.

Autisme Ariège tient une permanence dans ses locaux, les premier et troisième samedis du mois, de 9 h 30 à 12 heures, pour accueillir, informer, aider ou encore écouter les familles concernées.

Plus d'informations au 0982608202.

La Dépêche du Midi

Posté par jjdupuis à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Autiste, cette petite fille ne parle qu'avec son chat. Et il l'a métamorphosée

article publié dans Holidog TIMES

fille-autiste-chat-thula-2

C’est l’histoire d’un duo hors du commun. Iris, une fillette de 6 ans atteinte d’autisme, partage sa vie avec Thula, un adorable matou.

 

fille-autiste-chat-thula-11Source : @Arabella Carter-Johnson

 

Les deux amis vivent dans la campagne anglaise de Leicestershire, près de Birmingham. Et depuis l’arrivée du matou dans le foyer, la petite fille est métamorphosée.

 

fille-autiste-chat-thula-15Source : @Arabella Carter-Johnson

 

Pourtant, Iris a connu un début de vie difficile. Ses parents étaient en effet très inquiets lorsque les médecins l’ont diagnostiquée autiste.

 

La mère, Arabella Carter-Johnson, raconte au Daily Mail :

 

Ma fille souffre d’un autisme sévère et les médecins nous disaient qu’elle ne parlerait jamais. Qu’il lui serait difficile de nouer des relations comme tous les autres enfants. Et ensuite nous avons eu Thula et tout a changé. Notre fillette est  devenue capable de nous communiquer ce qu’elle veut.

 

fille-autiste-chat-thula-12Source : @YouTube

 

Ella s’est ouverte et a dépassé ses peurs

 

Cette rencontre a donc bouleversé le paysage mental de la petite Iris. Forte de la présence de son nouveau compagnon, la fillette s’est peu à peu ouverte au monde.

 

Ses capacités de communication se sont améliorées et elle s’est montrée plus encline à nouer des relations avec d’autres personnes.

 

fille-autiste-chat-thula-10Source : @YouTube

Désormais, le Maine coon la suit dans toutes ses activités : vélo, lecture, peinture et même…baignades !

 

fille-autiste-chat-thula-6Source : @YouTube

 

Thula adore en effet l’eau et ne raterait pour rien au monde une séance de baignade avec sa petite humaine, dans le bain où même à la piscine !

 

Grâce à lui, la fillette a ainsi dépassé sa peur de l’eau.

 

fille-autiste-chat-thula-3Source : @YouTube

 

Iris est aujourd’hui une petite fille épanouie. Elle montre même un certain talent pour la peinture, activité qu’elle pratique régulièrement. Bien sûr, Thula n’est jamais très loin…

 

fille-autiste-chat-thula-13Source : @YouTube

 

Vous pouvez suivre les aventures de ce duo extraordinaire sur leur chaîne YouTube.

 

 

En France, la Fondation 30 Millions d’Amis encourage la zoothérapie, cette pratique médicale qui consiste à introduire des animaux auprès de personnes en difficultés afin de réduire le stress, d’aider au développement de la motricité, et de stimuler l’intellect. Pour en savoir plus, c’est par ici.

 

Via : @30Millionsd’Amis

Posté par jjdupuis à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Santé : autisme et la non-assistance à enfance - et futurs adultes ! - en danger.

Sur les 750 000 enfants qui naissent chaque année en France, 1 % d’entre eux soit 8 000 enfants seront affectés à des degrés divers par l’autisme. Lors d’une soirée télévisée consacrée à cette maladie sur France 2 le 29 mars, la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées nous apprend que le nombre de places dans des classes spécialisées de l’éducation nationale pour l’accueil de ces enfants sera doublé à la prochaine rentrée, pour atteindre environ 750 places, soit une place pour 34 enfants malades si ces places sont exclusivement situées en maternelle, ou une place pour 85 enfants malades si ces places sont réparties sur l’école maternelle et l’école primaire. L’éducation nationale n’accueille tous les autres enfants qu’à temps partiel dans des classes non adaptées avec l’aide d’une auxiliaire de vie scolaire sans formation, dans un savant « bricolage » où l’Etat compte sur la bonne volonté du personnel et se donne bonne conscience en faisant semblant de respecter ainsi la loi de 2005 sur l’accueil des personnes handicapées ! Ces chiffres donnent le vertige et une idée claire sur l’étendue du désert institutionnel qui confine ces enfants et leurs familles dans un statut d’enfants et d’adultes en danger faute d’assistance.

Certes, la France ne peut combler son retard en ce domaine en quelques années, et priorité doit être donnée à la formation d’un personnel éducatif spécialisé pour ensuite pouvoir créer de nouvelles structures d’accueil au sein de l’éducation nationale. Au manque de moyens financiers souvent allégué pour ce retard, il est assez facile d’opposer que des budgets conséquents sont affectés à la médecine pour la prise en charge de l’autisme, psychiatrie et génétique incluses, et que le bénéfice de cette prise en charge médicale pour les enfants et leurs familles au quotidien reste à démontrer. Le combat pour les enfants autistes, « cause nationale », est une question de justice et d’égalité. C’est aussi un débat où de nombreux pouvoirs institutionnels et leur légitimité peuvent être remis en question. Le secteur institutionnel médical est loin d’être prêt à transférer les moyens et les compétences qui lui sont allégués au profit du secteur éducatif spécialisé pour ces enfants qui restent alors de fait en situation de « non-assistance à personne en danger ».

Pédiatre assurant depuis de nombreuses consultations hospitalières au service des enfants autistes, et témoin de l’incurie des services publics pour la prise en charge de ces enfants et de leurs familles, je me permets de vous adresser ce court texte en réaction et commentaire à une émission de France 2 du 29 mars consacré à l’autisme.

Bruno JEANDIDIER Pédiatre en  Seine-Saint-Denis, cabinet à Aulnay-sous-Bois consultation de pédiatrie  à Hôpital Bondy

Posté par jjdupuis à 09:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Des autistes s'essayent à l'autonomie en résidence dédiée, première en France

Des autistes s'essayent à l'autonomie en résidence dédiée, première en France©AFP, AFP

Baptiste BECQUART, publié le 8 avril

Autisme: une résidence HLM près de Lille a pour vocation l'émancipation de jeunes adultes hors des établissements spécialisés

"C'est un tremplin pour une vie normale": Vianney, la vingtaine rugissante, savoure son autonomie. Pour la première fois en France, une résidence HLM née en janvier à Roncq (Nord) a pour vocation l'émancipation de jeunes adultes autistes hors des établissements spécialisés.

Dans cette banlieue de Lille, dix autistes habitent la résidence "HabiTED" en toute autonomie, ou presque. Deux fois par jour, une équipe de quatre travailleurs sociaux financée par le département rend visite à chacun d'eux dans leur appartement personnel pour les aider dans les tâches quotidiennes.

Cloué au mur du local réservé aux intervenants, l'emploi du temps organise leur semaine: lessive le lundi pour Louise, rangement et budget le mardi pour Madeline, rasage et ongles le mercredi pour Vianney...

"C'est surtout une aide sur l'aspect pratique: comment régler un thermostat, répondre au téléphone, sortir la poubelle. Pour des autistes, ces gestes simples peuvent très vite devenir angoissants", explique Fabienne de Oliveira, présidente de l'association Israa, porteuse du projet.

Madeline, en CAP cuisine et entretien, fourre son linge dans l'une des deux machines à laver collectives, au rez-de-chaussée. "Etre en autonomie, ça ne veut pas dire savoir tout faire", claironne-t-elle. Une affiche présente les différentes étapes d'utilisation de la machine, comme "Ouvrir le hublot" certes, mais aussi "Le refermer"... "Sans quoi ils ne le feraient tout simplement pas", pointe Fabienne de Oliveira.

- Entre stabilité et changement - A Roncq, la résidence se fond dans l'urbanisme. Les appartements ressemblent à des studios d'étudiants, l'espace et le confort en plus, pour un loyer de 500 euros. "L'objectif était que ça ne ressemble en rien à une résidence pour handicapés: on ne stigmatise pas, on insère. Les dix logements sont banalisés, bien intégrés à la ville, à deux pas des commerces et des transports", souligne Arnaud Delannay, directeur général du bailleur social Notre Logis.

Vianney, pull bleu sur les épaules, vient de faire son ménage sous les directives - fermes - d'une intervenante. Il se réjouit de sa nouvelle vie: "Je suis vraiment bien ici. J'étais pressé de m'installer, je me disais que ça apporterait un changement dans ma vie. On a plein d'activités et de sorties, ça sert de tremplin pour une vie normale".

"Depuis janvier il est plus adulte, il a plus d'automatismes", approuve sa mère, Marie-Cécile. "Il a appris aussi à appeler à l'aide car les autistes n'ont pas le réflexe de le faire".

C'est lorsqu'on demande à Vianney, en troisième année de licence de physique fondamentale, les inconvénients de la résidence, qu'on entrevoit le désir d'être un jeune comme les autres: "C'est un peu loin de Lille, quand on veut aller à des soirées ce n'est pas très pratique".

On en oublierait presque leur condition d'handicapés - c'est d'ailleurs l'objectif. Ils devront pourtant rester deux ans au moins avant, peut-être, de chercher un logement... encore plus normal.

Certains ont toujours des difficultés à se convaincre que le jeu en vaut la chandelle, tel Franck, 22 ans. Il ne veut "pas trop que ça se sache" qu'il est ici, soupèse longuement chacune des questions, le menton appuyé sur son poing, avant de livrer des réponses dubitatives: "Ici, c'est correct, ça peut aller".

Pour Arnaud Delannay, la réussite du projet tient en ce qu'il s'inscrit à rebours des établissements traditionnels, peu adaptés aux autistes en mal d'autonomie: "En France on cherche à mettre des structures partout. C'est souvent infaisable en termes de montage, ça coûte cher et ça ne répond pas aux attentes".

"On mutualise, on optimise", abonde Fabienne de Oliveira. "Les intervenants sont stables, contrairement au système de visite à domicile traditionnel, où ils restent un mois puis partent, et où il fallait tout reconstruire à chaque fois. Or les autistes sont réticents au changement". Des réticences que Vianney, Franck et les autres s'emploient à vaincre au jour le jour.

Posté par jjdupuis à 08:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Hier soir au cinéma avant le film > Je suis autiste et alors ?

SOS AUTISME - Il est autiste, et alors ? avec Juliette BINOCHE (Campagne 2016)

Posté par jjdupuis à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 avril 2016

Photo souvenir du gala du Hérisson 2 avril 2016

Un clic sur la photo pour en savoir +

gala du hérisson photo souvenir

Posté par jjdupuis à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Pour rappel SAMEDI 9 AVRIL > Conception d'un projet adultes par l'association AIME 77

Et le 9 avril, c'est demain !

Pour rappel : un café parent (ouvert aux parents) autour du sujet de l’accompagnement de l’autisme à l’âge adulte, le samedi 9 avril, à 10H30, à l’IME ECLAIR, 2 avenue du Général de Gaulle, 77600 Bussy Saint Georges (RER A 25mn PARIS NATION / A4 25mn PARIS BERCY, sortie 12). Vous pouvez écrire à aime77@orange.fr pour plus d'information.

https://www.facebook.com/ImeEclair/
L’association AIME77, gestionnaire de l’IME ECLAIR (IME experimental ABA) participe actuellement à la conception d’un projet adultes et nous voulons démontrer que la prise en charge d’un adulte avec autisme dans un établissement peut être ouverte, inclusive, bientraitante et construite en partenariat avec les familles, même pour des adultes n'ayant pas un haut niveau de fonctionnement/autonomie.
Si vous êtes proches d’un adulte avec autisme et que vous avez envie de contribuer, par vos idées, suggestions ou simplement en partageant avec nous votre histoire de vie avec un adulte touché par autisme, vous pouvez aussi m’envoyer des idées et suggestions par message privé ou par courriel aime77@orange.fr
On vous invite aussi à participer à un café parent autour du sujet de l’accompagnement de l’autisme à l’âge adulte, le samedi 9 avril, à 10H30, à l’IME ECLAIR, 2 avenue du Général de Gaulle, 77600 Bussy Saint Georges (RER A 25mn PARIS NATION / A4 25mn PARIS BERCY, sortie 12). Vous pouvez appeler au 0663092035 ou écrire à aime77@orange.fr pour plus d'information.

 

IME Eclair
Le premier I.M.E experimental ABA en France ! (qui dit mieux ?)

Posté par jjdupuis à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'autisme : reconsidérer la nature humaine

article publié dans le Huffington Post

Mélanie Ouimet Headshot
Publication: 06/04/2016 17:54 EDT Mis à jour: 06/04/2016 17:54 EDT

Pour ce premier billet, je vous expose un concept grandissant, mais encore méconnu qui me tient grandement à cœur. Celui de la neurodiversité.

La beauté et la force de l'humanité résident dans la diversité qui la compose. La diversité humaine est vaste et comporte plusieurs dimensions. L'intelligence cognitive n'en fait pas exception. Il n'existe pas de manière unique de penser, de concevoir, de percevoir le monde qui nous entoure. Tout comme la diversité ethnique, culturelle, sexuelle et biologique, la diversité cognitive enrichit la société et est essentielle au développement des êtres vivants.

L'intelligence différente est parmi nous, partout. L'autisme, le TDAH, la dyslexie, la dyspraxie, la bipolarité, etc. font partie de ces formes d'intelligence d'exception. La condition autistique sera plus précisément traitée dans ce présent écrit puisque cette condition me touche personnellement.

L'autisme est perçu comme une maladie ou un trouble à éradiquer, à guérir. Néanmoins, les personnes directement concernées, les autistes, pour la grande majorité d'entre eux, ne souhaitent pas être sauvés de leur condition. Les autistes revendiquent le droit d'exister pour qui ils sont: des humains intègres à part entière. Les autistes ne sont ni des êtres brisés, ni des êtres inférieurs. Leur cerveau ne comporte ni lacune ni anomalie. Il n'est pas endommagé, mais organisé de manière différente. Grossièrement, nous pourrions dire que le cerveau des neurotypiques (personnes typiques, «normales») est conçu pour avoir des habiletés sociales et le cerveau des autistes est conçu pour avoir des capacités perceptives. Aborder l'idée éventuelle d'un traitement peut porter de graves préjudices aux autistes. Pour un autiste, vouloir à tout prix le guérir revient à dire qu'il n'est pas assez bien et digne pour vivre tel qu'il est.

L'autisme d'un n'est pas l'autisme des autres. L'unanimité quant à ce concept semble irréaliste. Entre autistes de Kanner non verbaux et autistes Asperger, a priori, l'unité paraît inconcevable. Bien que l'idée semble énorme, elle mérite réflexion. Pour un parent, avoir un enfant autiste représente de nombreux défis à relever au quotidien, et parfois ses défis peuvent sembler insurmontables. Dans notre société actuelle, il y a plusieurs obstacles à franchir et l'aide véritable se fait très rare. Il ne s'agit en aucun cas de négliger et de nier ces embûches. Il s'agit de revoir notre manière de conceptualiser la neurodiversité. La différence est normale, saine et souhaitable avec tout ce qu'elle implique. Ses forces et ses défis. Les forces doivent être mises à
profit et doivent être encouragées. Les défis limitatifs et handicapants doivent être améliorés.

L'amélioration d'une condition ne veut pas dire l'éliminer. Les difficultés de communication, l'anxiété, la gestion de la colère, l'hypersensibilité, etc. ne sont pas propres à l'autisme, mais propres aux humains. Nous avons tendance à prendre la difficulté comme étant un problème intrinsèque à l'autisme et oublions parfois qu'il y a une personne, un humain qui se cache derrière le mot autisme. Une personne qui demande soutien, bienveillance et respect face à sa condition. Concentrons-nous à aider la personne autiste en difficulté en l'outillant de manière empathique à sa situation propre et unique afin que son quotidien en soit bonifié. Au même titre que nous aiderions une personne anxieuse à gérer son anxiété par exemple.

Nous dépensons des millions de dollars pour des recherches qui permettraient d'éradiquer l'autisme et de le prévenir alors que nous devrions mettre nos efforts dans l'amélioration de la qualité de vie des personnes autistes et leur apporter du soutien, ainsi qu'à leurs proches. Les autistes devraient toujours avoir le droit de choisir leur traitement et leur forme d'aide et le tout, suivant la nature de leur personnalité profonde sans devoir subir quelconque assimilation dans le but de les changer.

Ce mouvement a été lancé par des personnes autistes. Ils ont un message important à transmettre et ils méritent d'être entendus. Ces autistes sont bien avec leurs différences et ils ne souhaitent pas être «guéris» de leur condition autistique. Les autistes verbaux et non verbaux s'allient à ce mouvement. Nous n'avons qu'à penser aux deux têtes de file de ce mouvement, Jim Sinclair, qui n'a pas parlé avant l'âge de 12 ans et Amanda Baggs, qui est considérée comme une autiste de bas niveau sévèrement handicapée. Les autistes ont beaucoup à apporter à la société. Les autistes parlent pour eux même. Il est grand temps de les écouter.

La neurodiversité nous amène à regarder ces conditions neurologiques uniques sous un autre œil afin d'y percevoir toutes les vertus des esprits distincts plutôt que d'y voir des pathologies en soi. En voyant des campagnes de sensibilisation très alarmante et négative sur l'autisme en cataloguant ce «trouble» de catastrophe, de déficit parsemé de difficultés, de lacunes et de manques à combler, les autistes se retrouvent d'emblée condamnés à êtres des individus inférieurs et limités tout au long de leur vie. L'estime de soi s'en retrouve entièrement démolie et leur plein potentiel demeure en dormance caché au fond d'eux. À l'inverse des images véhiculées qui mettent à l'avant les déficiences, le mouvement de la neurodiversité voit les personnes autistes comme des individus possédant une combinaison complexe de forces et de difficultés cognitives.

Un cerveau distinct, des branchements cérébraux différents auxquels arborent des individus singuliers, avec une vision exceptionnelle de la vie. Ce cerveau remarquable n'a rien à voir avec une maladie ou un trouble. Ces distinctions relèvent de la neurologie, de la biologie, de la génétique qui sont à la base même de l'hétérogénéité de la vie. La différence choque, la différence effraie, la différence est déroutante. Pourtant si précieuse. La différence est rafraîchissante, la différence est galvanisante, la différence colore la vie.

L'idée peut sembler énorme, saugrenue et marginale, mais ne mérite-t-elle pas réflexion? Je vous invite à revenir à la base et à reconsidérer la nature humaine. Je vous invite à repenser l'autisme au travers le prisme de la diversité humaine. L'autisme est une richesse pour l'humanité. Laissez les autistes vous guider vers leur vision du monde avec leur langage. Ils ont beaucoup à vous apprendre et nous en sortirons tous grandis.

Posté par jjdupuis à 09:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,