05 novembre 2015

Polémique fiscale AAH : le gouvernement retire sa mesure

Résumé : Le gouvernement vient d'annoncer qu'il n'appliquera pas le nouveau mode de calcul, contesté, de l'allocation adulte handicapé (AAH) tel qu'il était prévu dans le projet de budget, ce qui marque un nouveau renoncement fiscal pour 2016.

Par , le 03-11-2015

Par Fabrice RANDOUX

Paris, 3 nov 2015 (AFP) -
Mardi déjà, Manuel Valls avait annoncé le report d'un an de l'entrée en vigueur de la réforme controversée des dotations aux collectivités territoriales. Ce week-end, le gouvernement a annoncé l'extension à 2015 et 2016 du maintien de l'exonération des impôts locaux pour les retraités aux revenus modestes.

Abandon pur et simple de la mesure

Concernant l'AAH, la secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées Ségolène Neuville a assuré dans l'hémicycle de l'Assemblée que le  gouvernement avait entendu les "inquiétudes des associations, des familles, des personnes handicapées mais aussi des parlementaires".
Par conséquent, il a été "décidé de ne pas appliquer cette mesure (sur le mode de calcul de l'AAH) en l'état, au regard de son impact sur les ressources des personnes concernées", a-t-elle déclaré à l'occasion de l'examen du volet du budget sur la solidarité et l'insertion.
Le projet de budget prévoyait de prendre en compte à partir de 2016 dans le calcul de l'AAH les intérêts non imposables des comptes d'épargne, tels que le livret A, dans le cadre d'un processus d'harmonisation entre minima sociaux.
Cela aurait réduit le montant de l'AAH (actuellement 807 euros par mois au maximum) pour les bénéficiaires ayant de l'argent de côté, mais surtout leur aurait fait perdre des droits connexes qui ne sont ouverts qu'à ceux qui touchent l'AAH à taux plein (complément de ressources de 179 euros par mois, ou majoration pour la vie autonome de 105 euros mensuels), avait notamment dénoncé l'Association des paralysés de France (APF).

"Résultat de la mobilisation des associations"

Les députés socialistes, les écologistes et l'UDI avaient appelé mardi le gouvernement à revoir sa copie."Dans le cadre de la mission qui lui a été confiée sur les minimas sociaux par le Premier ministre, (le député PS) Christophe Sirugue devra nous faire des propositions sur la simplification des minimas sociaux dans leur globalité", a précisé Mme Neuville.
Plusieurs orateurs se sont aussitôt félicités de l'annonce gouvernementale. Philip Cordery (PS) a évoqué une "bonne nouvelle", tandis que Stéphane Saint André pour les radicaux de gauche a souligné que cette "mesure injuste risquait d'anéantir les efforts du gouvernement en direction du handicap". Arnaud Richard (UDI) s'est aussi dit "satisfait que (le gouvernement) revienne à la réalité" et Lionel Tardy (Les Républicains) a salué "le résultat de la mobilisation des associations" face à un "projet très douteux".

L'APF était à l'origine d'une pétition dénonçant une volonté du gouvernement de faire "main basse" sur les ressources des personnes handicapées. L'association avait calculé que, "pour quelques dizaines d'euros" tirés des intérêts de leurs livrets d'épargne (205 euros par an maximum sur un livret A), ces personnes perdraient "1.257 à 2.151 euros par an" de ressources."Cette recette (issue des livrets d'épargne) est une recette (fiscale) de poche qui est illusoire, qui est vexatoire, blessante pour les familles", avait estimé à la mi-journée le député Olivier Faure, vice-président du groupe PS, relayant la demande de révision de ses collègues.

La coprésidente des députés écologistes, Barbara Pompili, avait jugé de son côté que "faire comme si c'était un minimum social comme les autres est une grave erreur, car c'est une allocation pour compenser un handicap".
De son côté, le président du groupe UDI Philippe Vigier avait écrit au Premier ministre pour dénoncer un "racket" sur les bénéficiaires de l'AAH et appeler le gouvernement "à se ressaisir".

Le vice-président du FN, Florian Philippot, avait aussi dénoncé dans un communiqué "un véritable coup de massue antisocial". Lors des questions au gouvernement mardi, en réponse à l'UDI, Mme Neuville avait assuré qu'il "ne s'agit pas de pénaliser quelqu'un qui a mis quelques centaines d'euros de côté sur un livret A". Elle avait dit travailler à "des propositions destinées à limiter les effets de seuil" concernant les compléments de ressources, avant l'arbitrage rendu dans la soirée.

Posté par jjdupuis à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 novembre 2015

Henri Leconte : - L'autisme une cause qui me touche

article publié sur ITW

Henri Leconte :

 

Le Chroniqueur Henri Leconte de retour sur TennisActu.net. Pour nous évoquer une belle cause qui lui tient à coeur et dont il est parrain de l'association. Ce mercredi à l'Accor Hôtels Arena, Henri Leconte était là pour rencontrer les enfants atteints d'autisme et pour défendre leur cause. Rencontre donc avec votre chroniqueur de TennisActu.net et c'est en vidéo.

Henri Leconte : "L'Autisme une cause qui me touche"


ATP - BNPPM - Henri Leconte : "L'autisme, une... par tennisactu

Posté par jjdupuis à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Handicap, des fratries pas comme les autres

article publié dans La Croix

Avoir un enfant en situation de handicap modifie les équilibres familiaux. Le vécu singulier des frères et sœurs est aujourd’hui mieux reconnu, mais reste extraordinairement varié.

3/11/15 - 14 H 23

Ce petit garçon trisomique de 7 ans s’occupe de sa petite sœur, sous le regard de leur maman.

BURGER/PHANIE

Ce petit garçon trisomique de 7 ans s’occupe de sa petite sœur, sous le regard de leur maman.

Chez Marie et Damien, le mot handicap a récemment fait son apparition. Anna, 4 ans, peine davantage que ses frères, 6 ans et 2 ans, à marcher, manger seule, parler. «Elle nous demande beaucoup plus d’attention que les autres, expliquent ses parents, et de fréquents déplacements à 25 km pour les rendez-vous chez l’orthophoniste, la psychomotricienne, le psychologue… Nous les fixons toujours en semaine, et donc travaillons moins, afin de ne pas sacrifier la vie de famille. Nous voulons garder du temps pour les deux garçons, préserver leur relation individuelle avec nous.» 

Comme Marie et Damien, beaucoup de parents ayant un enfant différent se posent mille questions concernant la fratrie. «Au début, je voulais tout contrôler, la stimuler sans cesse, j’intervenais dans leurs jeux. J’ai compris qu’il était bon de les laisser évoluer sans nous, qu’ils vivent de vrais moments ensemble. Ils se débrouillent très bien. Anna ne peut pas faire de jeux de société, alors ils construisent des cabanes et jouent à cache-cache. Sa position de deuxième lui est très bénéfique.» D’ailleurs, pas de passe-droit: les colères d’Anna ne sont pas traitées avec plus de complaisance que celles des autres. 

Longtemps, les fratries étaient considérées comme les grandes oubliées du handicap. À l’écoute des familles en consultation, Régine Scelles, professeur de psychopathologie à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, constate que les choses changent. L’enjeu est important. «Le handicap perturbe forcément la vie de famille. Les parents sont moins disponibles, en souffrent, sont angoissés, ont des moments de tristesse. Les autres enfants sont aussi inquiets. Il est important de le reconnaître, le vivre avec eux et trouver des moments pour en parler, même si ce qu’ils ont à dire et ce qu’on a à leur dire est difficile.» Le risque est que la fratrie, réfugiée dans le non-dit, se conforme au rôle, aimant, qu’elle imagine devoir tenir.

Encore faut-il pouvoir garder une place pour le reste de la fratrie «valide», lui permettre d’exister en dehors du handicap: que ses difficultés et chagrins ne soient pas systématiquement minimisés, que ses joies et ambitions puissent être valorisées et encouragées. Des pistes sont suggérées par les associations. «Nous demandons que les congés de présence familiale ou de soutien parental par exemple soient revus, pour être moins compliqués à demander ou plus rémunérateurs, et que la prestation de compensation du handicap puisse prendre en charge des aides humaines pour libérer du temps au parent, afin qu’il puisse aussi s’occuper des autres enfants», indique Bénédicte Kail, conseillère nationale de l’Association des paralysés de France en matière d’éducation et de famille.

Hors du cadre familial, des initiatives existent. Deux fois par an, l’Association nationale des sœurs et frères de personnes handicapées (Asfha) propose à des enfants et adolescents de toute la France de «libérer la parole» lors d’une «Journée pour Manon». Les institutions suivent ce même mouvement, mais encore essentiellement à destination des petits. Certains établissements proposent des «groupes fratries» ; les frères et sœurs sont davantage invités à accompagner leur famille dans les consultations médicales.

À l’Institut médico-éducatif Les Primevères, à Knutange (Moselle), un groupe réunit des frères et sœurs d’enfants autistes. «Dans la cour d’école, la question est souvent taboue. Là, ils y parlent un langage commun. Ils expriment surtout de la colère face aux moqueries, pas de la honte», observe Danièle Reimann, la psychologue qui le coanime. Ils disent également leurs attentes: des informations sur la pathologie, pour mieux comprendre comment fonctionnent leurs proches, et des pistes très concrètes pour mieux vivre avec.

Cependant, toutes les fratries ne sont pas demandeuses. Nombreux sont les frères et sœurs affirmant qu’ils n’ont jamais ressenti ni honte, ni colère, ni culpabilité, ni jalousie. Parfois le handicap ne pose pas de réel problème. Il est difficile, en effet, de dresser des généralités, tant les types de pathologies, leur degré, leur origine (de naissance ou pas), l’écart d’âge, le rang dans la fratrie, la culture familiale, la personnalité de chacun dessinent des vécus très différents.

Jeanne, 38 ans, en situation de handicap moteur, et sa grande sœur Hélène, 46 ans, partagent ainsi l’impression d’avoir eu les mêmes chances et ont apprécié que leurs parents verbalisent très peu leur situation. «Mes sœurs m’ont fait oublier mon handicap», apprécie Jeanne. «Nous avons toujours géré cela comme faisant partie de la vie. Ce n’est qu’à l’âge adulte que j’ai réalisé combien cela m’avait façonnée, à commencer par mes choix professionnels», indique Hélène, chef d’entreprise ayant tendance à valoriser la différence.

Et quand le handicap est très lourd? S’il devait recommencer sa vie, Didier, 34 ans, ne changerait rien et surtout pas le temps vécu avec sa sœur, polyhandicapée, de deux ans son aînée, décédée quand il avait 17 ans. «Elle ne parlait pas, ne bougeait que par réflexes, ne mangeait pas seule, ne voyait pas, et elle a subi des traitements pour pouvoir pleurer ou sourire. Elle réagissait à son environnement, mais je ne sais pas ce qu’elle entendait ou comprenait. Pourtant, ce que j’ai vécu avec elle était très fort, indescriptible. Elle m’a donné un objectif, a extraordinairement soudé notre famille, sans rien me voler, car j’ai eu ma jeunesse.» 

Certes, à l’adolescence, il a pris garde à ne pas causer de soucis supplémentaires à ses parents et, le soir, c’est souvent lui qui portait sa sœur dans sa chambre, la mettait en pyjama, la couchait. «C’était ma façon de partager quelque chose avec elle. Le peu que je pouvais, je le faisais. Je le dis sincèrement, c’étaient de bons moments», assure celui qui est, depuis, devenu kinésithérapeute.

Des responsabilités excessives? Beaucoup de spécialistes estiment que les frères et sœurs ne doivent pas être trop sollicités. «Mais, de fait, beaucoup le sont», observe Françoise Ellien, psychologue clinicienne et psychanalyste dans l’Essonne. Selon elle, «ce n’est pas forcément subi. Ils veulent être acteurs de ce qui arrive de difficile à leur famille, et reconnus comme tels». Le réseau de santé qu’elle dirige a organisé l’an dernier, avec l’Association française des aidants, des séjours de répit (le projet Jade) pour une trentaine de jeunes aidants (frères et sœurs, enfants, petits-enfants), de 9 à 22 ans, pendant les vacances scolaires.

Ce sentiment aigu de responsabilité, rares sont les frères et sœurs à ne pas l’éprouver, au moins en arrivant à l’âge adulte, quand se profile le vieillissement des parents. Or «la majorité des parents ont du mal à préparer le terrain», estime Christine Regnault, de l’Asfha. Prise en charge, tutelle, succession… des sujets délicats, mais à regarder de front.

Posté par jjdupuis à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


03 novembre 2015

AAH et épargne : Ségolène Neuville précise sans rassurer

AAH et épargne : Ségolène Neuville précise sans rassurer
« Un allocataire de l’AAH ne devra pas, pour quelques euros de revenus du patrimoine, perdre un complément de l'AAH » : Ségolène Neuville, en commission à l'Assemblée nationale.

 

Publié le 28 octobre 2015

Le gouvernement ne veut pas renoncer à son projet de prendre en compte les intérêts non imposables des comptes d’épargne dans le calcul de l’AAH. Mais la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées assure que les personnes n’ayant que « quelques centaines d’euros d’épargne» ne seront pas impactées.

« L’objectif n’est pas de pénaliser une personne qui aurait quelques centaines d’euros sur son livret A. » Ségolène Neuville a voulu se montrer rassurante, ce mercredi 28 octobre, sur les effets de l’élargissement de l’assiette des ressources pour le calcul de l’allocation adulte handicapé (AAH). Le projet de loi de finances 2016 prévoit en effet que les revenus non imposables des comptes d’épargne (livret A, livret d’épargne populaire, compte épargne logement, etc.) soient pris en considération.

Ségolène Neuville veut « lisser les effets de seuil »

Devant la commission élargie des finances et des affaires sociales de l’Assemblée nationale, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées a assuré qu’elle veillera à « lisser les effets de seuil. Un allocataire de l’AAH ne devra pas, pour quelques euros de revenus du patrimoine, perdre un complément de l’AAH. » Seuls peuvent en effet prétendre à un de ces compléments (104 € ou 179 € par mois) les personnes percevant l’AAH à taux plein (807 €). Or, l’allocataire qui touche les intérêts d’un compte d’épargne devrait désormais percevoir une allocation réduite.

Un seuil de « quelques centaines d’euros » beaucoup trop bas, selon l’APF

« Ces précisions restent beaucoup trop floues », réagit Véronique Bustreel, conseillère nationale ressources de l’APF. Cette association a lancé, lundi 27 octobre, une pétition demandant au gouvernement de retirer cette mesure. « De plus, Ségolène Neuville fixe à un très bas niveau le seuil au-dessous duquel les allocataires ne seraient pas impactés, poursuit-elle : elle parle de quelques centaines d’euros d’épargne sur un compte et de quelques euros de revenus par an ! » Un allocataire qui aurait 2 000 € sur un livret A rémunéré à 0,75 % devra-t-il perdre ses 1 257 ou 2 151 € de complément d’AAH par an pour 15 € d’intérêts annuels ?

16 000 personnes ont signé la pétition demandant le retrait de cette mesure

Ségolène Neuville a également assuré que les revenus des contrats spécifiques épargne-handicap et rente-survie ne seraient pas inclus dans l’assiette de ressources pour le calcul de l’AAH. « C‘est la seule annonce qui nous rassure pour le moment, insiste Véronique Bustreel. Mais c’est loin d’être suffisant. Le gouvernement doit renoncer à cette mesure injuste qui va pénaliser des personnes ayant de très faibles ressources. » Plus de 16 000 personnes ont déjà signé la pétition de l’APF, moins de 48 heures après son lancement. Franck Seuret

Actualisation à 22.00, le 28 octobre : Vous pouvez visionner l’intervention de Ségolène Royal sur l’AAH et les revenus non imposable d’épargne sur cette page du site de l’Assemblée nationale : de 30:00 à 32:40 ; et de 1:58:30 à 1:59:20.

Posté par jjdupuis à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

XXIIIème Congrès d'Autisme France -> On ne lâchera rien : ce ne sont pas les chantiers qui manquent

Article publié sur le Huffingtonpost

Isabelle Resplendino Headshot
Danièle Langloys Headshot
Anne Freulon Headshot
Publication: 02/11/2015 07h06 CET Mis à jour: 02/11/2015 07h39 CET
AUTISM

AUTISME - Force est de constater que l'application des orientations du 3e plan autisme reste difficile à cause des résistances sur le terrain. Aucune sanction, comme un retrait des financements publics, n'est prise envers les gestionnaires qui continuent à mettre en œuvre des pratiques obsolètes, et refusent les interventions susceptibles d'offrir aux personnes autistes les outils qui leur permettent de devenir le plus autonomes possible.

Nous restons donc vigilants pour la suite du déploiement du plan, aussi avons-nous organisé notre prochain congrès le 14 novembre 2015 sur le thème: On ne lâchera rien: ce ne sont pas les chantiers qui manquent. Nous allons laisser parler des professionnels pour montrer que non seulement des solutions sont possibles, mais qu'elles existent déjà, chez nous, en France. Il faut donc prendre la décision de les dupliquer. On peut dire que tout cela a un coût. Mais les moyens financiers, s'ils manquent à l'évidence, sont par ailleurs gaspillés en pratiques inefficaces.

2015-10-21-1445417415-4695054-AfficheCongrsAutismeFrance.jpg

Nous gardons nos exigences pour que l'actualisation des pratiques, souhaitée par les familles comme par les professionnels, puisse se poursuivre. Nous nous trouvons devant une série de chantiers que nous devons faire avancer avec rigueur et détermination, en concertation étroite avec les professionnels engagés à nos côtés.

Conformément à l'axe 1 du plan qui met l'accent sur le diagnostic et l'intervention précoces, nous avons demandé à un médecin pédiatre de nous expliquer comment construire un réseau de libéraux pour faire avancer le repérage et le diagnostic précoces de l'autisme. Nous comptons solliciter des autorités de tutelle qui seront présentes, la refonte du carnet de santé pour qu'il intègre un vrai dépistage à 18 mois.

De même, le Centre de ressources Autisme Languedoc-Roussillon nous expliquera comment former les parents à l'intervention précoce, car c'est le partenariat entre parents et professionnels qui rend efficace ces interventions éducatives.

Nous savons bien aussi que les outils d'information à destination des Maisons Départementales des Personnes Handicapées manquent cruellement: aussi avons-nous voulu expliciter ce qu'est l'évaluation fonctionnelle des besoins des personnes autistes, travail indispensable pour pouvoir évaluer la nature et la spécificité des interventions souhaitables.

Par ailleurs, La MDPH 64, ainsi que l'association "Autisme Pau Béarn Pyrénées" ont sollicité Autisme France pour conduire ensemble un travail d'adaptation du guide GEVA (Guide d'Évaluation des besoins de compensation des personnes handicapées) aux personnes atteintes de troubles du spectre de l'autisme.

Comme l'a reconnu Mme Neuville publiquement, le retard de la France en matière d'autisme est historique. Ce retard est perceptible dans la scolarisation des enfants et la formation professionnelle des adolescents. La directrice d'un dispositif Institut médico-éducatif et Service d'Education spécialisée à domicile expliquera comment assurer la fluidité des parcours. Un Centre de Rééducation Professionnelle a relevé le défi de l'aide spécialisée à des adultes Asperger.

Vivre avec l'autisme reste un défi à relever, et une difficulté majeure pour les personnes autistes. C'est ainsi que l'accès aux soins somatiques est encore en France loin d'être possible et adapté pour elles. Nous savons par ailleurs que leur espérance de vie est réduite par rapport à l'ensemble de la population.

Comme chaque année, nous invitons une personne avec le syndrome d'Asperger à venir expliquer sa vie avec l'autisme; un jeune homme diagnostiqué à l'âge de 14 ans évoquera son parcours: déscolarisé pendant plusieurs années, par absence de reconnaissance de son handicap, hospitalisé de longs mois avec une forte médication, il a pu, grâce à des interventions cognitives et comportementales apprendre à vivre à présent avec son syndrome d'Asperger et non à lutter contre.

Les adultes autistes sont les grands abandonnés de tous les plans autisme. Notre association a fait le choix de construire et éditer un film (DVD) et une brochure pour montrer ce qu'il est souhaitable de faire dans les Foyers d'Accueil et les Maisons d'Accueil Spécialisées: interventions adaptées pour donner des outils de communication et de socialisation, promotion d'une vie sociale citoyenne, la plus ouverte possible sur le monde extérieur, garantie à l'accès aux soins somatiques.

Comme il le fait depuis longtemps, Josef Schovanec, adulte Asperger, docteur en philosophie, diplômé de Sciences Po, et écrivain, fera la synthèse de nos travaux.

Autisme France, association de parents reconnue d'utilité publique, représente environ 9000 familles au sein de son mouvement, composé de plus de 100 associations membres, partenaires et affiliées. Elle est née en 1989 d'un constat: les personnes autistes en France n'ont toujours pas droit à un diagnostic correct et à un accompagnement adapté tout au long de leur vie.

Autisme France milite pour un dépistage et un diagnostic précoces et conformes aux classifications médicales internationales.

Autisme France a amorcé une révolution culturelle pour sortir l'autisme de l'institution psychiatrique: elle se bat pour que les financements aillent au soutien éducatif pour favoriser la scolarisation et la professionnalisation, à l'inclusion sociale la plus large possible.

Pour aller plus loin:

2015-10-21-1445415715-8853654-logoAF.jpg


Le site d'Autisme France Lien vers le congrès
Le programme complet de la journée
Inscription en ligne
Inscription papier

Posté par jjdupuis à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Vivre et travailler avec l'autisme

article publié dans LE PEUPLE Lotbinière (Canada)

Vincent Breton vincent.breton@tc.tc Publié le 30 octobre 2015
pp-29102015-mois-de-sensibilisation-autisme-lotbiniere-cetal.jpg

L’entreprise Cétal embauche depuis 35 ans des personnes souffrant de déficiences physiques ou intellectuelles, comme Pauline Bard.

©TC Media - Vincent Breton

SOCIÉTÉ. À l’occasion d’octobre, mois de la sensibilisation à l’autisme, Le Peuple Lotbinière présente le portrait de Pauline Bard, une femme de Laurier-Station que ce trouble mental n’arrête pas.

 

Âgée dans la trentaine, elle travaille chez Cétal depuis cinq ans. Comme la majorité des Québécois, elle a étudié, à l’École secondaire Les Etchemins, avant de décrocher cet emploi manufacturier.

Après ses études, le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle l’a aidé à faire sa place comme stagiaire dans l’entreprise de Laurier-Station. Elle a ensuite dû passer une entrevue avec le Service externe de main-d’œuvre (SEMO), une étape « un peu stressante », souligne la principale intéressée.

« L’intégration s’est bien faite », se rappelle aussi Pauline, soulignant au passage qu’elle apprécie le fait de démontrer qu’une personne souffrant d’un trouble du spectre de l’autisme peut travailler comme n’importe qui. La tâche n’est peut-être pas la même, mais elle se sent utile et elle l’est. « N’importe qui peut travailler », mentionne-t-elle.

Pas que le travail

Pauline Bard pratique aussi de nombreux loisirs, dont la musique principalement. Elle peut jouer de la flûte à bec, de la clarinette, du piano et de l’orgue. Elle performe régulièrement dans des messes et parfois dans des mariages ou des funérailles.

Selon l’éducatrice spécialisée, Andréanne Comte, le fait de travailler et d’avoir une vie sociale active est très positif pour l’estime personnelle de ces travailleurs handicapés. « C’est gros pour eux d’avoir un vrai emploi », lance-t-elle.

Ouverture

Madame Comte reconnaît que l’ouverture des entreprises de Lotbinière pour les personnes handicapées est bien présente, surtout grâce à l’aide des organismes de la région.

« Il faut mettre les lunettes de l’autisme pour les comprendre, pas les nôtres, illustre-t-elle. Les choses qu’ils peuvent faire peuvent nous sembler bizarres pour nous, mais elles ont du sens pour eux. [Dans les entreprises] il s’agit juste d’adapter ses façons d’agir et d’intervenir. »

Posté par jjdupuis à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le Bal des Pompiers s'envole pour le Québec -> demandez le programme

bal pompiers québec

Information Laurent Savard

Du Havre à Montréal, il n'y a qu'un océan qui nous sépare ! Voici donc les dates à venir de ce bal qui n'a pas peur de prendre l'avion ...


17/11 GONFREVILLE - LE HAVRE (Espace culturel de la Pointe de Caux / 20H30) INFOS/RESA: http://culture.gonfreville-l-orcher.fr/

01/12 BERGERAC (Centre Culturel Michel Manet / 20H / Ouverture des portes 19H30) - Entrée libre par inscriptions jusqu’au 26/11 par tel. au 0557300975 ou par mail : emilie.authier@ag2rlamondiale.fr

05/12 VANNES (Théâtre Anne de Bretagne / 20H30) RESA: https://www.tickasso.com/e/lebaldespompierslaurentsavard52

21/01 MONTRÉAL (Cabaret Le Lion d’Or / 20H / 1ère partie: création du Département de danse du Collège Montmorency) RESA: http://cabaretliondor.com/

06/02 MERCUROL (26) (Espace Eden / 20H30) INFOS: 0475821382

04/03 VINEUIL (41) (Salle des Fêtes / 20H30) INFOS: 0620784494

19/03 TOULON (Palais Neptune / 20H30) RESA (pas encore ouvertes): http://www.francebillet.com/

31/03 TARBES (Théâtre des Nouveautés / 20H30) RESA: https://www.billetweb.fr/le-bal-des-pompiers

08/04 BUSSY SAINT GEORGES (77) (Salle des Fêtes Maurice Koehl / 20H30) INFOS: 0622344485
...

Posté par jjdupuis à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 novembre 2015

Carton plein pour Elise pour ce dimanche de Toussaint !

phantom boy

Le matin ciné avec le film Phantom boy au Kosmos de Fontenay-sous-Bois (ciné-ma différence)

Petit resto au Mac Do de Nogent-sur-Marne

et séance d'équitation au centre équestre de Bry-sur-Marne sous la direction d'Olivia JAMI l'après-midi avec l'association Trott'Autrement

 

Posté par jjdupuis à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,