06 novembre 2011

article publié sur le site d'Autisme Infantile le 6 novembre 2011

L’affaire « Le MUR » VS les psychanalystes

À la suite de la diffusion du reportage « Le MUR: La psychanalyse à l’épreuve de l’autisme« , réalisé par Sophie Robert et dont la publication a été permise par Autistes Sans Frontières, nous avons fait des opérations médiatiques pour que ce reportage soit diffusé à un maximum de familles avec un enfant autiste, mais aussi au reste de la population francophone, et plusieurs personnes se sont donné du mal pour le sous-titrer en anglais et en espagnol pour une diffusion mondiale.

Aujourd’hui, trois des psychanalystes qui ont participé à ce documentaire essaient de contrattaquer, car ils ne veulent plus qu’il soit diffusé. Ils ont essayé de faire confisquer les rushes et cherchent par tout les moyens de mettre un voile autour de toute cette affaire.

Vous retrouverez ici tous les documents relatifs à cette affaire au fur et à mesure qu’ils nous sont communiqués. En attendant, donnez votre soutien à Sophie en allant vous inscrire sur la page Soutien à Sophie Robert pour la diffusion de son film sur la psychanalyse.

http://autismeinfantile.com/informations/actualites/laffaire-le-mur-vs-les-psychanalystes/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+AutismeInfantile+%28Autisme+Infantile%29

Posté par jjdupuis à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


dossier publié dans vies de famille - octobre 2011

Un dossier intitulé "Élever un enfant différent" par Isabelle Gravillon.

Des informations intéressantes :

http://www.unaf.fr/IMG/pdf/vdf_dossier_oct2011.pdf

Posté par jjdupuis à 05:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

article publié sur le site Tanger Expérience le 1er novembre 2011

Pipoye à la Fiac

1 novembre 2011 par Paul  
Dans Evènements, Expositions 

Pipoye a eu les honneurs de la Fiac 2011.


Aujourd’hui, Pipoye, autodidacte, évolue dans l’art numérique. Il expose au Maroc mais aussi à l’étranger. Il a 14 ans.

Son travail a été sélectionné par la Fondation Orange et fut présenté dans le salon VIP Orange de la Fiac qui était réservé aux hôtes de marques et aux artistes.

Pipoye a conçu des oeuvres digitales pour décorer  les façades d’iPad et de MacBook Pro. Le responsable de la Fondation Orange a été particulièrement impressionné par le travail de Pipoye, artiste qu’il a découvert sur internet.

Vous trouverez un reportage sur cet événement sur le groupe Autisme en couleurs de Facebook :                http://www.facebook.com/groups/317813883975/ auquel nous vous recommandons de vous abonner.

Signalons que la Fondation Orange soutien l’autisme depuis 20 ans. Elle se mobilise dès 1991 auprès des associations de parents pour la mise en relation des différents acteurs, la reconnaissance de cet handicap par les pouvoir publics et pour la sensibilisation du grand public au travers des films, bandes-dessinées, évènements sportifs ou culturels.

Des toiles de Pipoye sont également présentées à partir du 27 octobre à New-York dans la “Soho Digital Art Gallery”

Le 14 décembre à Tanger à l’institut Cervantes, vous pourrez retrouver le travail de Pipoye pour la présentation de la nouvelle édition d’Autisme en Couleurs.

Bravo Pipoye.

Paul Brichet

http://www.tanger-experience.com/?tag=pipoye

Posté par jjdupuis à 04:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

05 novembre 2011

article publié dans Six-fours.net le 5 novembre 2011

Six Fours Handicap L'enfant handicapé a-t-il toujours sa place à l'école?

Les histoires se suivent et se ressemblent avec les enfants handicapés n'ayant pas à la rentrée ou en cours d'année leur auxiliaire de vie scolaire (AVS). Depuis la mi-octobre c'est le cas d'Arthur à l'école primaire de la Coudoulière.

Jean-Marc Bonifay, président d'APACA et la maman d'Arthur, Laurence.

Jean-Marc Bonifay, président d'APACA et la maman d'Arthur, Laurence.

Personne n'osera dire ouvertement : "on ne veut pas de votre enfant parce qu'il est handicapé", mais pourtant l'ensemble des faits rapportés par les parents suggèrent bien que les enfants handicapés présentant un handicap mental ou un trouble neuro-développemental sont orientés, ou du moins suggère-t-on aux parents de les mettre dans des établissements spécialisés, en dépit de la loi du 11 février 2005 censée protéger la scolarisation de ces enfants.

Arthur n'a plus d'AVS depuis octobre

Le cas d'Arthur est encore une fois là pour rappeler la réalité de ce que vivent les parents. Il est inscrit trois après-midi par semaine au Lieu d'accueil géré par Autisme Paca à Jaumard, et suit les cours en CM1 à l'école Eugène Montagne les matins et le mardi toute la journée. Atteint de troubles autistiques de type syndrome d'Asperger, associés à un trouble déficitaire de l'attention et hyperactivité, Arthur a toutes ses capacités intellectuelles préservées et parle sans aucun problème. Quant à son hyperactivité, elle est atténuée par les médicaments qu'on a suggéré à ses parents de lui administrer pour être plus calme, à savoir la fameuse Ritaline.
Sa maman nous raconte: "sincèrement je suis un peu démoralisée, et je vous avoue ne pas savoir quoi faire. Jusqu'à la mi-octobre, mon fils était suivi par son AVS avec qui tout se passait très bien; Mais son contrat se terminant, il n'était pas possible de le renouveler. Naïvement, je pensais qu'il allait en avoir une autre, mais en fait non, ça fait un mois qu'on bricole. L'école a mis à disposition une personne qui s'en occupe en partie, en attendant, mais quoi, je n'en sais rien, et je vous avoue une certaine fatigue. Et on se sent tellement impuissant". Et le président d'APACA, Jean-Marc Bonifay d'expliquer: "il faut bien comprendre une chose: dans le cas du syndrome d'Asperger l'enfant a besoin de repères, faute de quoi il peut connaître des troubles pouvant engendrer des problèmes de comportement et casser sa progression. Au lieu d'accueil, cela se passe super bien, il y a une pédagogie adaptée, et si cela pouvait suivre à l'école, l'enfant aurait vraiment toutes ses chances. Au lieu de ça, pour généraliser un peu, les enfants, qu'ils soient autistes, dyspraxiques ou trisomiques, sont mis dans des conditions telles qu'on pourrait croire qu'on préférerait les voir dans des centres spécialisées, qui ne sont en général pas adaptés. Ils ont besoin d'être dans un milieu ordinaire pour progresser, et on doit constamment se battre et répéter les mêmes choses. C'est usant et je ne compte plus le nombre de coup de fils de parents qui m'appellent suite à l'absence d'AVS".

L'incompréhension de la maman et l'agacement du président d'APACA

Et la maman d'ajouter: "depuis qu'il est au Lieu d'accueil, il a vraiment fait des progrès. Je le vois heureux et puis ça nous a soulagé de ne plus entendre les discours culpabilisants qu'on nous assénait avant comme si on était responsables de son trouble. Et je me dis qu'à l'école ça pourrait être pareil, il a juste besoin d'une AVS pour que cela fonctionne". Le président d'APACA, légèrement agacé ajoutait: "c'est toujours pareil, l'inspection d'académie devrait s'en occuper, l'école en elle-même ne peut rien faire, si ce n'est saisir l'inspection. Mais c'est toujours la même histoire: si on n'en parle pas, si on ne se bouge pas, rien ne se passe. C'est assez terrible, et je n'arriverai jamais à comprendre, c'est inhumain. On peut aider ces enfants, cela peut bien se passer si au moins on s'y intéresse. On formerait volontiers la prochaine AVS d'Arthur pour lui donner les clefs, tout simplement".
D'autant plus qu'il y a un inspecteur de l'éducation national ASH et un enseignant référent sur le secteur qui devraient normalement faciliter à résoudre ce type de problème: "il faut savoir qu'une circulaire du 6 septembre 2010 du ministère établit que l'inspecteur doit veiller à la qualité et à la mise en oeuvre des projets personnalisés de scolarisation au sein des écoles et des établissements. Et paradoxalement j'ai plus de témoignages, sur notre département, de parents me disant qu'on souhaite orienter leurs enfants vers des centres spécialisés... Allez comprendre! veut-on vraiment appliquer la loi de 2005 ? Je ne le crois pas, et je pense que ça gêne certaines personnes de voir nos enfants suivre une scolarité normale". Dans tous les cas, le président d'APACA compte ne pas laisser les semaines s'écouler sans que ce petit n'ait son AVS et il prévoit de prévenir les autorités compétentes si rien ne se passe.

D. D., le 05 novembre 2011

Posté par jjdupuis à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

revoir envoyé spécial sur france 2 "enfants handicapés privés d'école, trois après"

http://envoye-special.france2.fr/envoye-special-la-suite/enfants-handicapes-prives-d%E2%80%99ecole-trois-ans-apres-05-novembre-2011-3914.html
envoye-special.france2.fr
Ils avaient la loi pour eux. Pourtant, leur scolarisation n’allait pas de soi. Il y a trois ans, Envoyé spécial avait filmé les rentrées compliquées de Luca, 9 ans, et de Maxime, 14 ans.

Posté par jjdupuis à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


article publié dans Nature le 3 novembre 2011

Changing perceptions: The power of autism

Nature
479,
33–35
(03 November 2011)
doi:10.1038/479033a
Published online
02 November 2011

Recent data — and personal experience — suggest that autism can be an advantage in some spheres, including science, says Laurent Mottron.

THE AUTISM ENIGMA
Sorting fact from fiction
nature.com/autism

Most grant proposals, research papers and reviews on autism open with, “Autism is a devastating disorder”. Mine do not.

I am a researcher, clinician and lab director concentrating on the cognitive neuroscience of autism. Eight autistic people have been associated with my group: four research assistants, three students and one researcher.

Their roles have not been limited to sharing their life experiences or performing mindless data entry. They are there because of their intellectual and personal qualities. I believe that they contribute to science because of their autism, not in spite of it.

Everyone knows stories of autistics with extraordinary savant abilities, such as Stephen Wiltshire, who can draw exquisitely detailed urban landscapes from memory after a helicopter tour. None of my lab members is a savant. They are 'ordinary' autistics, who as a group, on average, often outperform non-autistics in a range of tasks, including measures of intelligence.

JESSICA DIMMOCK/VII

Working with autistic scientist Michelle Dawson (right) has helped Laurent Mottron (left) change his entire perception of the condition.

As a clinician, I also know all too well that autism is a disability that can make daily activities difficult. One out of ten autistics cannot speak, nine out of ten have no regular job and four out of five autistic adults are still dependent on their parents. Most face the harsh consequences of living in a world that has not been constructed around their priorities and interests.

But in my experience, autism can also be an advantage. In certain settings, autistic individuals can fare extremely well. One such setting is scientific research. For the past seven years, I have been a close collaborator of an autistic woman, Michelle Dawson. She has shown me that autism, when combined with extreme intelligence and an interest in science, can be an incredible boon to a research lab.

“Too often, employers don't realize what autistics are capable of, and assign them repetitive, almost menial tasks.”

I first met Dawson when we were interviewed together for a television documentary about autism. Some time later, after disclosing to her employers that she was autistic, she experienced problems in her job as a postal worker and so had learned everything about how the legal system deals with employees with disabilities. I recognized her skill for learning and asked her to become a research assistant in my lab. When she edited some of my papers, she gave exceptional feedback and it was clear that she had read the entire bibliography. The more she read, the more she learned about the field. Almost ten years ago, I offered her an affiliation to the lab. We've now co-authored 13 papers and several book chapters.

Testing assumptions

Since joining the lab, Dawson has helped the research team question many of our assumptions about and approaches to autism — including the perception that it is always a problem to be solved. Autism is defined by a suite of negative characteristics, such as language impairment, reduced interpersonal relationships, repetitive behaviours and restricted interests. Autism's many advantages are not part of the diagnostic criteria. Most educational programmes for autistic toddlers aim to suppress autistic behaviours, and to make children follow a typical developmental trajectory. None is grounded in the unique ways autistics learn.

In cases where autistic manifestations are harmful — when children bang their heads on the walls for hours, for example — it is unquestionably appropriate to intervene. But often, autistic behaviours, although atypical, are still adaptive.

For instance, one sign of autism is using another person's hand to ask for something, such as when a child places her mother's hand on the refrigerator to ask for food, or on the door knob to ask to go outside. This behaviour is unusual, but it lets children communicate without language.

Even researchers who study autism can display a negative bias against people with the condition. For instance, researchers performing functional magnetic resonance imaging (fMRI) scans systematically report changes in the activation of some brain regions as deficits in the autistic group — rather than evidence simply of their alternative, yet sometimes successful, brain organization.

SOURCE: REF. 4

For certain tasks, autistics use their brains differently: these fMRI images depict the perceptual regions of the brain activated more among autistics than non-autistics during a non-verbal intelligence test.

Similarly, variations in cortical volume have been ascribed to a deficit when they appear in autism, regardless of whether the cortex is thicker or thinner than expected1.

When autistics outperform others in certain tasks, their strengths are frequently viewed as compensatory of other deficits, even when no such deficit has been demonstrated empirically.

Without question, autistic brains operate differently. Most notably, they rely less on their verbal centres. When non-autistic people look at an image of a saw, for example, their brains are activated in regions that process both visual information and language.

In autistics, there is comparatively more activity in the visual-processing network than in the speech-processing one2, and this seems to be a robust characteristic of autism, across a wide array of tasks3. This redistribution of brain function may nonetheless be associated with superior performance4 (see fMRI images below).

These differences may also have downsides, such as difficulties with spoken language. But they can confer some advantages. A growing body of research is showing that autistics outperform neurologically typical children and adults in a wide range of perception tasks, such as spotting a pattern in a distracting environment5.

Other studies have shown that most autistic people outperform other individuals in auditory tasks (such as discriminating sound pitches6), detecting visual structures7 and mentally manipulating complex three-dimensional shapes. They also do better in Raven's Matrices, a classic intelligence test in which subjects use analytical skills to complete an ongoing visual pattern. In one of my group's experiments, autistics completed this test an average of 40% faster than did non-autistics4.

A changed mind

A few years ago, my colleagues and I decided to compare how well autistic and non-autistic adults and children performed in two different types of intelligence test: non-verbal ones, such as Raven's Matrices, that need no verbal instructions to complete, and tests that rely on verbal instructions and answers. We found that non-autistics as a group performed consistently in both types of test — if they scored in the 50th percentile in one, they tended to score around the 50th percentile in the other. However, autistics tended to score much higher in the non-verbal test than in the verbal one (see 'Autistic intelligence') — in some cases, as many as 90 percentile points higher8.

SOURCE: REF. 8

Despite autistics' success in Raven's Matrices, I, too, used to believe that verbal tests were the best measures of intelligence. It was Dawson who opened my eyes to this 'normocentric' attitude. She asked me: if autistics excel in a task that is used to measure intelligence in non-autistics, why is this not considered a sign of intelligence in autistics?

It is now amazing to me that scientists continue to use, as they have for decades, inappropriate tests to evaluate intellectual disability among autistics,which is routinely estimated to be about 75%. Only 10% of autistics have an accompanying neurological disease that affects intelligence, such as fragile-X syndrome, which renders them more likely to have an intellectual disability.

I no longer believe that intellectual disability is intrinsic to autism. To estimate the true rate, scientists should use only those tests that require no verbal explanation. In measuring the intelligence of a person with a hearing impairment, we wouldn't hesitate to eliminate components of the test that can't be explained using sign language; why shouldn't we do the same for autistics?

Of course, autism affects other functions, such as communication, social behaviour and motor abilities. These differences can render autistics more dependent on others, and make everyday life much more difficult. None of my arguments above is intended to minimize that.

Too often, employers don't realize what autistics are capable of, and assign them repetitive, almost menial tasks. But I believe that most are willing and capable of making sophisticated contributions to society, if they have the right environment. Sometimes the hardest part is finding the right job — but organizations are now arising to address this problem. For example, Aspiritech, a non-profit organization based in Highland Park, Illinois, places people who have autism (mainly Asperger's syndrome) in jobs testing software (http://www.aspiritech.org). The Danish company Specialisterne has helped more than 170 autistics obtain jobs since 2004. Its parent company, the Specialist People Foundation, aims to connect one million autistic people with meaningful work (http://www.specialistpeople.com).

Many autistics, I believe, are suited for academic science. From a young age, they may be interested in information and structures, such as numbers, letters, mechanisms and geometrical patterns — the basis of scientific thinking9. Their intense focus can lead them to become self-taught experts in scientific topics. Dawson, for example, does not have a scientific degree, but she has learned and produced enough in a few years of reading neuroscience papers to conduct certain types of research. At this point, she deserves a PhD.

Instant recall

Research has consistently shown that, on average, autistics present strengths that can be directly useful in research. They can simultaneously process large pieces of perceptual information, such as large data sets, better than non-autistics can10. They often have exceptional memories: most non-autistic people can't remember what they read ten days ago; for some autistics, that's an effortless task. Autistic people are also less likely to misremember data. This comes in handy in science: whereas the methodologies used in studies of face-perception in autism are for me terribly similar, Dawson can instantaneously recall them.

Many autistics are good at spotting recurrent patterns in large amounts of data, and instances in which those patterns have been broken. In my lab, Dawson noticed a discrepancy in the standards applied to various types of treatments: to develop a drug, researchers must conduct elaborate studies including randomized controlled trials, but this is not a requirement for behavioural interventions for autistics, despite the huge costs of such interventions (up to US$60,000 a year for each individual) and their potential negative consequences.

It is thus worrying that some countries, including France, have proposed mandatory interventions that aim to get autistics to adopt 'typical' learning and social behaviours, which have not been tested using the standards applied to other areas in science.

Dawson's keen viewpoint also keeps the lab focused on the most important aspect of science: data. She has a bottom-up heuristic, in which ideas come from the available facts, and from them only. As a result, her models never over-reach, and are almost infallibly accurate, but she does need a very large amount of data to draw conclusions.By contrast, I have a top-down approach: I grasp and manipulate general ideas from fewer sources, and, after expressing them in a model, go back to facts supporting or falsifying this model. Combining the two types of brains in the same research group is amazingly productive.

Because data and facts are paramount to autistic people, they tend not to get bogged down by the career politics that can sidetrack even the best scientists. They prefer not to seek popularity, promotions or vast numbers of papers; they may post their best ideas on the web rather than publish them.

In 2004, Dawson gained recognition within the autistic community and among autism researchers and clinicians after posting online an essay detailing the ethical shortcomings of the intensive behavioural therapies used with autistic children.

Of course, autistics will not thrive in all careers. Given their social differences, they will often struggle in people-oriented fields, such as retail or customer service. Ideally, autistic individuals would have mediators who could help settle situations that trigger anxiety in them — typically anything unscheduled or hostile, such as changes to an existing plan, computer problems or negative criticism.

Despite these caveats, Dawson and other autistic individuals have convinced me that, in many instances, people with autism need opportunities and support more than they need treatment. As a result, my research group and others believe that autism should be described and investigated as a variant within the human species. These variations in gene sequence or expression may have adaptive or maladaptive consequences, but they cannot be reduced to an error of nature that should be corrected.

The hallmark of an enlightened society is its inclusion of non-dominant behaviours and phenotypes, such as homosexuality, ethnic differences and disabilities. Governments have spent time and money to accommodate people with visual and hearing impairments, helping them to navigate public places and find employment, for instance — we should take the same steps for autistics.

Scientists, too, should do more than simply study autistic deficits. By emphasizing the abilities and strengths of people with autism, deciphering how autistics learn and succeed in natural settings, and avoiding language that frames autism as a defect to be corrected, they can help shape the entire discussion.

http://www.nature.com/nature/journal/v479/n7371/full/479033a.html

L'article est traduit sur le forum d'Asperansa :
http://forum.asperansa.org/viewtopic.php?p=68779#p68779

Posté par jjdupuis à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 novembre 2011

assignation de Sophie Robert, productrice du MUR, publié sur le net

Trois psychanalystes de renom assignent la documentariste du "MUR" devant la justice.

Cette assignation est maintenant accessible sur le net :

https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=0B8BvJkQgAnsFZjdhYTFjYmMtYThlYS00OTFjLTg0Y2ItOWNlMjRiMWJlYjc1&hl=fr

Posté par jjdupuis à 22:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

article publié dans RUE89 le 4 novembre 2011

Inconscients 04/11/2011 à 12h51

Autisme : « Le Mur », docu qui dérange des psys français

Panique chez les psychanalystes. Trois d'entre eux – de l'école lacanienne – cherchent à bloquer la diffusion d'un documentaire dans lequel ils apparaissent. Ils s'estiment ridiculisés par son auteur et ont fait saisir des copies des rushes (les épreuves brutes de tournage) pour le démontrer.

Le film « Le Mur ou la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme » montre comment le traitement des autistes est, en France, verrouillé par les psychanalystes et les psychiatres, au détriment d'autres approches.

Sophie Robert est productrice et réalisatrice, passionnée de psychanalyse, et critique la vision freudienne de la femme comme « sexuellement psychogène ». Depuis quatre ans, elle enquête en anthropologue sur les pratiques des psychanalystes « orthodoxes », finalement assez peu connues du grand public et qu'elle juge « dogmatiques » :

« Je pensais faire un travail plus nuancé au début. Mon but était de dresser un état des lieux de la psychanalyse, de leur demander : que prenez-vous et que laissez-vous de Freud et Lacan. J'ai découvert qu'il y avait des dogmes qui ne faisaient pas débat, comme l'idée que toutes les femmes sont psychotiques à la naissance de leur enfant, qui est un substitut du phallus... »

Assumer leurs propos « politiquement incorrects »

Elle tourne 27 interviews, démarche des chaînes télévisées pour leur vendre une série de plusieurs fois 52 minutes et, finalement, décroche une aide de l'association Autistes sans frontières pour aboutir à un premier volet, diffusé depuis septembre sur le site de l'association. La suite est en préparation.

 

 

Bande-annonce du documentaire « Le Mur », de Sophie Robert

 

Face caméra, les psys assument le côté « politiquement incorrect » de leur discours. Mais une fois qu'ils voient le film, trois d'entre eux s'étranglent. Ils saisissent le tribunal de grande instance de Lille, qui nomme un huissier aux fins de faire saisir les rushes.

Leur but n'est toujours pas clair, Me Christian Charrière-Bournazel, leur avocat, n'ayant pas répondu à nos sollicitations. Mais, selon l'ordonnance sur requête que Rue89 a pu consulter, ils semblent préparer une demande d'interdiction :

  • « les rushes confirmeront que leurs propos ont été dénaturés », est-il écrit. Les saisir empêchera la réalisatrice de les « détruire afin d'échapper à toute interdiction judiciaire dont pourrait être frappée son film et plus généralement à toute action en responsabilité » ;
  • ils reprochent à Sophie Robert de s'être « présentée comme journaliste alors qu'elle est gérante de société de production » : ils oublient qu'il n'est pas besoin d'avoir la carte de presse pour réaliser un documentaire en qualité d'auteur ;
  • ils « ont découvert avec stupéfaction que leurs interviews avaient été coupées et défigurées aux fins d'un film partisan » : les coupes font partie du travail normal de documentariste, et leur choix relève de la liberté d'expression ; il n'est pas rare qu'un film d'auteur assume un parti pris ;
  • ils estiment que « la pensée et les propos des intervenants sont réduits et déformés par le sens des commentaires » : rien n'interdit le commentaire de porter sur des interviews, voire de prendre leur contrepied ;
  • ils se disent « piégés » dans un film qui ne serait pas, à leurs yeux, un documentaire mais « une entreprise polémique destinée à ridiculiser la psychanalyse au profit des traitements cognitivo-comportementalistes (TCC) ».

« A​tteinte au secret des sources des journalistes »

La réalisatrice, qui ne veut pas que les plaignants croient qu'elle a « quelque chose à cacher », a retranscrit les trois heures d'interviews avec les trois psychanalystes qui la poursuivent (Esthela Solano Suarez, Eric Laurent et Alexandre Stevens, membres de l'Ecole de la cause freudienne).

Elle vient de transmettre à l'huissier un DVD avec des images originales, brutes, des interviews avec les timecodes (marquage temporel) « afin qu'ils voient bien que, techniquement, il n'y a pas de coupe inopinée dans les séquences ».

Selon son avocat Me Benoît Tritan, demander les rushes est une « atteinte au secret des sources des journalistes » protégé par la loi du 4 janvier 2010.

L'avocat a saisi le juge en référé afin de faire annuler l'ordonnance initiale ; une audience est prévue le 15 novembre au TGI de Lille. Pour Me Titran :

« Le travail a été réalisé de façon loyale, comme en attestent les autorisations de tournage, leurs propos ont été parfaitement respectés et il n'y a aucune atteinte à la probité, sinon ils auraient poursuivi en diffamation. »

Les parents d'autistes : « Si on dénonce, on est mis au bûcher »

Le documentaire avait déjà fait pas mal de bruit dans le milieu des parents d'autistes et des associations. Cette poursuite lui donne un écho encore plus retentissant.

Delphine Piloquet, déléguée générale d'Autistes sans frontières, jure que « ça ne s'arrêtera pas là » :

« On a l'impression qu'on attaque une religion d'Etat, c'est une fatwa qui s'abat sur ce film alors que sa force c'est que ce sont les psys interviewés qui eux-mêmes disent des énormités. »

Cette mère d'enfant autiste rappelle que c'est par « pragmatisme » et non par « idéologie » qu'elle a sorti son fils de l'hôpital psychiatrique où il stagnait, pour le réintégrer dans « notre monde », grâce aux techniques comportementalistes.

Le point de vue de l'auteure du documentaire rejoint celui des parents dont elle entend les appels au secours :

« C'est délirant. Tous les jours, des mères m'appellent pour me dire combien elles sont déconcertées par les troubles détectés par leur psychiatre, qui font de l'endoctrinement avec la souffrance des autres sans se remettre en cause... Et si on dénonce ça, on est mis au bûcher.

La vérité, c'est qu'elle leur a extirpé ce qu'ils pensent et qu'ils ne disent pas aux parents, elle a eu le mérite de lever le voile. »

http://www.rue89.com/2011/11/04/autisme-le-mur-docu-qui-derange-des-psys-francais-226195?mid=51

Posté par jjdupuis à 13:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 novembre 2011

Lettre de Gwendal ROUILLARD, député du Morbihan, membre de la commission parlementaire autisme à madame Roselyne Bachelot

par Sophie Robert, jeudi 3 novembre 2011, 19:35

 

Gwendal ROUILLARD                                                                      Paris, le 26 Octobre 2011

Député du Morbihan

Vice-Président de Cap l'Orient Agglomération

Conseiller Municipal de Lorient

 

GR/RB/EP

Mme Roselyne BACHELOT

Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale 

72, rue de Varennes

75007 Paris

 

 

Madame la Ministre,  

Je vous interpelle comme parlementaire membre du groupe d’études sur l’autisme présidé efficacement par mon collègue Daniel FASQUELLE. En matière de traitement de l’autisme, la France est le dernier pays du monde, à priver les familles du droit au libre choix, en privilégiant la solution d’ordre psychiatrique. Pourtant de nombreux spécialistes français et internationaux de neurobiologie ont démontré qu’il s’agit en réalité d’un trouble du développement du système nerveux.

Alors que les méthodes d’accompagnement éducatif précoce et adapté ont fait leur preuve dans le monde entier depuis 40 ans, elles sont constamment freinées dans les instituts médico-éducatifs où elles sont expérimentées, par une évaluation biaisée de la part des partisans de la psychiatrie. De fait, les familles se voient privées de la possibilité de choisir les modalités de prise en charge de leurs enfants et d’avoir accès à un accompagnement éducatif et de soins adaptés au handicap.

Les critères de diagnostic français ne concordant que partiellement avec ceux des classifications internationales, cette situation constitue un grave manquement. Ce défaut de prise en charge éducative est en contradiction avec les programmes d’accompagnement européens. Rappelons que la France en 2004 a été condamnée par le Conseil de l’Europe pour le non-respect de la Charte Sociale Européenne dans le domaine de l’autisme. 

Au regard de leurs homologues internationaux, les psychiatres et certains psychanalystes français représentent une regrettable exception, persistant à privilégier l’hypothèse de l’origine psychogénétique et à considérer l'autisme comme une psychose résultant d'une aliénation maternelle, voire d'une fusion incestueuse à la mère. Ce postulat implique une prise en charge réduite à la séparation de la mère et à l'attente de l'émergence du désir de sortir de l'autisme avec pour double conséquence de briser des familles qui se sentent ainsi culpabilisées et de retenir captifs les enfants en hôpital psychiatrique pendant que leur cerveau régresse.

Cette méthode totalement inadaptée est par ailleurs très coûteuse. Une personne autiste prise en charge par la psychiatrie a pour destin l'hôpital psychiatrique à vie: soit 120 000 euros par personne et par an.

A titre de comparaison, une prise en charge éducative adaptée représente 60 000 à 70 000 euros par enfant et par an en institution pour les premières années puis à travers l'intégration scolaire avec pour seul coût l'intervention d'une auxiliaire de vie scolaire présente jusqu'au collège.

Au-delà, les personnes autistes sont aptes à mener une vie digne et indépendante, comme en témoignent le parcours de nombre d'entre eux dans les études supérieures puis dans des métiers qualifiés, les mêmes qui avaient été condamnés comme « retardés » par la psychiatrie. Le nihilisme thérapeutique qui s'apparente ici à de la maltraitance est donc extrêmement préjudiciable humainement et financièrement.

Ceci est un gâchis d'autant plus absurde que partout ailleurs, aux Etats-Unis comme en Europe, on associe un diagnostic précoce avec une prise en charge éducative adaptée au cas de chaque enfant afin de réduire ses troubles du comportement et de lui permettre d'intégrer l'école. On sait aujourd'hui que ces traitements associés au contact avec les enfants neurotypiques à l'école est très bénéfique pour les enfants autistes de  au point qu'un certain nombre d'entre eux parviennent ainsi à sortir de l'autisme.

Pour conclure je demande - à l’instar des principales associations de parents d’enfants autistes- l’interdiction de la pratique scandaleuse du « packing ». Cette pratique honteuse illustre parfaitement le retard scientifique et médical Français dans le domaine de l’autisme. Elle est sans fondement scientifique et archaïque, elle ignore les progrès scientifiques et surtout elle est dénuée de tout respect et de toute dignité pour l’être humain.    

Pour toutes ces raisons, je vous serais très reconnaissant de bien vouloir m'indiquer les mesures que compte engager le Gouvernement pour assurer le droit au libre choix des familles que ces dernières attendent avec la plus grande impatience et pour mettre fin à une situation aussi absurde que dommageable pour les personnes concernées et pour l’image de la France. 

Dans l'attente de votre réponse, je vous prie de bien vouloir agréer, Madame la Ministre, l'expression de ma très haute considération.

                        

                                                                                  Gwendal ROUILLARD

https://www.facebook.com/notes/sophie-robert/lettre-de-gwendal-rouillard-d%C3%A9put%C3%A9-du-morbihan-membre-de-la-commission-parlement/2362565756659

Posté par jjdupuis à 23:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

article publié sur le site d'Autisme Infantile le 3 novembre 2011

Réactions de professionnels et personnes autistes sur le documentaire « Le MUR » et sur le packing

Voici les réactions (traduites de l’anglais) de personnalités du monde de l’autisme suite au visionnage du documentaire Le MUR: La psychanalyse à l’épreuve de l’autisme.

Pr. Travis Thompson, PhD Licensed Psychologist, Dept. of Educational Psychology, University of Minnesota

Travis ThompsonJ’ai regardé les six sections du Mur avec un mélange de tristesse et d’indignation. Tristesse, parce que la France était le berceau de Jean Itard, qui a le premier décrit l’autisme et a introduit des méthodes de renforcement ainsi que la communication au moyen de pictogrammes (similaire au PECS) afin d’éduquer Victor, il y a plus de 200 ans; parce que la France était le berceau de Claude Bernard, le père de la physiologie moderne, qui a insisté sur la nécessité de pratiquer des méthodes scientifiques et d’exclure les causes hypothétiques des désordres et des maladies de l’Homme. Claude Bernard a été à l’origine du projet revirement de la recherche ABA reversal. La France est aussi le pays de Louis Pasteur, l’une des figures les plus importantes de l’histoire de la médecine, qui a découvert que les maladies infectieuses sont causées pour la plupart par des germes, la « théorie germinale des maladies ». Ses travaux sont devenus la base de la science appelée microbiologie. La France a une histoire médicale remarquable, ce qui rend la présente vidéo encore plus désolante.

Les notions théoriques exprimées par tous les psychanalystes interviewés n’ont aucun fondement empirique, et seraient simplement amusantes, ou au pire embarrassantes, si ce n’était le fait que, apparemment, de nombreuses personnes les prennent au sérieux en France. Elles sont particulièrement dérangeantes car elles perpétuent des idées, préjudiciables et sans fondement, initiées par Bruno Bettelheim, au sujet d’effets maternels nocifs qui seraient propices au développement de l’autisme chez les enfants. Or, ces idées ont été depuis totalement discréditées. Concernant l’autisme et le traitement de l’autisme, elles tiennent du conte populaire ou de mythologies: de même que les bergers désignaient les étoiles et les planète dans les ciels nocturnes, racontant des histoires haletantes pour expliquer le mouvement des constellations, on essaie d’expliquer les troubles du spectre autistique des enfants avec autisme.

Je suis indigné d’apprendre que des professionnels de la médecine et des psychologues apparemment éduqués empêchent les enfants avec autisme de bénéficier du traitement le plus approprié et de méthodes éducatives qui ont montré de manière récurrente lors de recherches contrôlées dans divers pays (Norvège, Royaume Uni, Etats-Unis) leur haute efficacité dans la diminution, la suppression et la prévention de l’émergence des symptômes autistiques. Il est évident que ni les associations professionnelles, ni les agences gouvernementales n’attendent des psychanalystes interviewés pour ce film qu’ils soient au courant de la littérature sur la recherche scientifique clinique ayant pour sujet le traitement de l’autisme. La première de ces études a été publiée en 1987, et la plus récente en 2010. L’un des psychanalystes de l’interview traite ces interventions comportementales de « lubies ». Il y a eu plus de vingt de ces études sur un quart de siècle, ce qui semble en faire autre chose qu’une lubie.

Il est de plus en plus évident que l’autisme est un trouble neurologique qui implique une défaillance du développement des composants des connections du cerveau ou synapses. Il y a une évidence convaincante qu’une synaptogénèse induite par l’expérience peut surmonter certains de ces problèmes. Je propose que les psychanalystes interviewés dans cette vidéo lisent, de Murrow et al. (2008): Identifier les loci et les gènes de l’autisme par traçage de l’ascendance partagée récente, Science volume 321 pp. 2018-223. Les auteurs concluent ainsi: « La relation entre l’activité neurologique dépendant de l’expérience et l’expression des gènes dans la période postnatale constitue la base de l’apprentissage et de la mémoire, et l’autisme apparaît typiquement durant ces phases tardives du développement. Notre conclusion est que les délétions de gènes régulées par l’activité neuronale, ou par des régions potentiellement impliquées dans la régulation de l’expression des gènes dans l’autisme, suggère que des défauts dans l’expression de gènes dépendants de l’activité peut être une cause des déficits cognitifs chez des patients avec autisme. Par conséquent, la perturbation du développement synaptique régulé par l’activité pourrait être un mécanisme commun au moins à un sous-groupe de mutations apparemment hétérogènes associées à l’autisme ». L’implication logique de ces conclusions est qu’une expérience compensatrice sous forme d’intervention comportementale intensive et précoce est à même de surmonter certaines des conséquences de ces déficiences des gènes en favorisant la synaptogénèse, ce que j’ai déjà signalé dans un article en 2005 (Thomson T. 2005, Paul E. Meehl et B.F. Skinner: Autitaxie, Autitypie et Autisme. Comportementalisme et Philosophie, 33, 101) dans lequel je faisais une comparaison avec entre l’analyse de l’étiologie de la schizophrénie de Paul Meehls avec l’autisme.

Je suis vraiment désolé de voir que continuent à s’imposer de telle idées dans un pays aussi développé et scientifiquement sophistiqué que la France.

Donna Williams, autiste Australienne, auteur entre autre du livre Si on me touche, je n’existe plus

Donna WilliamsLe fait est que les enfants, handicapés par des troubles de perception sensorielles ont besoin d’une famille qui soit présente, qui soit capable de mettre de côté ses névroses, drames et égo personnels, et, sans s’engloutir dans la co-dépendance, qui soit capable de prendre à bras le corps cette aventure qu’est de travailler avec ces problématiques de façon à ce que l’enfant qui en est victime ne s’enferme pas dans sa bulle, en réaction contre un monde qui le submerge d’un point de vue cognitif… mais les psychanalystes doivent retourner à l’école.

Pr. Tony Attwood, Masters degree in Clinical Psychology from the University of Surrey, Honours degree in Psychology from the University of Hull, PhD from the University of London

Tony AttwoodMerci beaucoup pour votre e-mail ainsi que le lien vers les extraits sur YouTube du documentaire concernant l’approche psychanalytique de l’autisme et du syndrome d’Asperger en France. Je parcours lentement les films, car je crois qu’ils sont très importants, et ma propre opinion clinique est que la psychanalyse est en fait dangereuse pour les enfants autistes, mais aussi pour leurs parents, tout particulièrement la mère de l’enfant. Je reviens en France tous les deux ans, et je serai de retour à Paris en Juin prochain. Lorsque je présente des informations au sujet d’approches alternatives, je sais que les parents sont parfois étonnés qu’il y en ait, et les professionnels ont beaucoup du mal à comprendre qu’il y a une alternative et, je dirais même, une approche plus efficace.

Temple Grandin, autiste Américaine, a inventé la « squeeze machine » qui permet de ressentir de la pression contre son corps

Temple GrandinL’autisme n’est pas causé par des mauvais parents. C’est complètement fou que la psychanalyse soit le traitement principal pour l’autisme en France. Il est choquant que la France ait tant de retard.

Je détesterais le packing. L’enfant devrait etre capable de contrôler la pression lui-même. La squeeze machine marche sur ce principe. Le packing est inutile et très stressant pour l’enfant

Judy Barron, maman Américaine de Sean Barron, autiste, tous deux co-auteurs du livre Moi l’enfant autiste

Judy BarronJe viens juste de voir le film avec l’horrible bande des psychologues/psychiatres partageant leur ignorance sur le sujet de l’autisme. Ils parlent comme si ils étaient dans les années 50. Ils n’ont rien appris depuis toutes ces années? Comme cela doit être profondément choquant pour les parents et enseignants qui voyent ce film!

Merci de transmettre aux cabinets d’avocats qui préparent un réquisitoire: je souhaiterais leur proposer mon aide car je pense que ceci est si important pour les familles françaises et surtout pour leurs enfants.

http://autismeinfantile.com/observation/reflexion-sur-lautisme/reactions-de-professionnels-et-personnes-autistes-sur-le-documentaire-le-mur-et-sur-le-packing/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=reactions-de-professionnels-et-personnes-autistes-sur-le-documentaire-le-mur-et-sur-le-packing&mid=51

Posté par jjdupuis à 08:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,