24 mars 2020

INFO RTL - Coronavirus : après la réserve sanitaire, la réserve sociale mobilisée

 

INFO RTL - Coronavirus : après la réserve sanitaire, la réserve sociale mobilisée

Tous les étudiants en travail social qui le souhaitent pourront prochainement venir prêter main forte aux établissements sociaux et médico-sociaux. Ils sont 40.000 à pouvoir participer à l'effort. Ils seront intégrés aux établissements, le temps de la crise en tant que stagiaires ou en contrats CDD.

https://www.rtl.fr

 

Posté par jjdupuis à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 février 2020

PCO TND : mais pourquoi les CMPP ?

 

PCO TND : mais pourquoi les CMPP ?

La fédération des CMPP soutient un colloque au Sénat le 30 mars 2020. Il s'agit d'un rassemblement des opposants aux recommandations de bonnes pratiques professionnelles de la HAS depuis 2005. Voir par exemple Bernard Golse, Jean-Claude Maleval, Pierre Delion : pour les plus gradés, profs émérites (en retraite), opposants aux RBPP.

https://blogs.mediapart.fr

 

Posté par jjdupuis à 00:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 décembre 2019

Nantes : elle menace de monter en haut d'une grue si son fils autiste n'est plus scolarisé

Nantes : elle menace de monter en haut d'une grue si son fils autiste n'est plus scolarisé

Depuis fin février, son fils de 8 ans est dans une école spécialisée pour enfants autistes de Nantes, avec 10 autres camarades. Malone, 11 e sur la liste, a été accueilli " en sureffectif ". Au 29 février 2020, il devra quitter cet établissement, faute de financement de la part de l'ARS (Agence régionale de la santé).

https://actu.fr

 

Posté par jjdupuis à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


21 décembre 2019

Français handicapés en Belgique : des départs maîtrisés?

article publié sur Handicap.fr

La 4è commission mixte de l'accord franco-wallon s'est réunie le 16 décembre 2019 en présence de 2 ministres. Elle promet la maîtrise des départs non désirés des Français handicapés vers la Belgique et le renforcement des contrôles.

17 décembre 2019 • Par

Illustration article

7 892 personnes de nationalité française dans les services wallons, dont 6 457 adultes et 1 435 jeunes, c'est le dernier décompte datant de décembre 2018, originaires majoritairement des régions Ile-de-France, Hauts-de-France et Grand-Est. Depuis 2011, dans le cadre de l'accord-cadre franco wallon, une commission mixte paritaire organise la coopération entre les gouvernements. Le 16 décembre 2019, sa 4ème édition a réuni Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat française en charge du Handicap, et Christie Morreale, vice-présidente du gouvernement wallon au sein des locaux de l'Agence régionale de santé des Hauts-de-France, principal acteur chargé de la mise en œuvre de cet accord-cadre sur le versant français.

Des inspections en hausse ?

« Les délégations française et wallonne ont fait le point du nombre toujours important d'adultes français en situation de handicap présents dans les établissements de Belgique, dont la dynamique de création a été très soutenue ces dernières années », explique le communiqué. Cette rencontre a également permis de mesurer l'impact jugé « positif » de l'augmentation du nombre d'inspections communes conduites depuis 2018, qu'elles soient « programmées » ou « initiées sur la base d'événements préoccupants ». Une vingtaine d'établissements sur les 200 accueillants des Français sont ainsi inspectés chaque année mais le gouvernement français se donne deux ans pour les passer tous au crible.

90 millions pour des places en France

Le plan qu'a engagé la France en 2014 pour « mettre un terme aux séparations subies des familles françaises » était également au cœur des discussions. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 prévoit en effet deux mesures. D'une part le conventionnement du secteur des adultes pour réguler, tant sur le plan qualitatif que quantitatif, l'activité des établissements wallons accueillant des Français. D'autre part, il entend accélérer le déploiement de solutions alternatives d'accompagnement dans les régions les plus concernées (Ile-de-France, Hauts-de-France et Grand-Est) avec un engagement de 90 millions d'euros sur trois ans (article complet en lien ci-dessous). Un « plan massif » pour mettre un terme aux « séparations non choisies ».

Le constat reste en effet amer pour de nombreuses familles : plus de 550 adultes handicapés s'exilent en Belgique chaque année faute de solutions en France tandis que 350 places sont encore créées chaque année pour accueillir ces transfuges.

Posté par jjdupuis à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 décembre 2019

CREAI PACA et Corse -> Les jeunes adultes bénéficiant de l'amendement Creton en PACA en 2019

 

CREAI PACA et Corse (Centre interRégional d'Etude, d'Action et d'Information Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse en faveur des personnes en situation de handicap et/ou d'inadaptation)

accueil > Études et publications > Détail d'une publication Éditeur : CREAI PACA et Corse Date de parution : octobre 2019 La transformation de l'offre médico-sociale, souhaitée par le Premier ministre, devrait permettre de diminuer le nombre des personnes bénéficiant de l'amendement Creton de 20% par an, sur la durée du PRS.

http://www.creai-pacacorse.com

 

Posté par jjdupuis à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 décembre 2019

Ouverture d’un GEM Autisme à Niort !

 

Ouverture d’un GEM Autisme à Niort !

Ouverture d'un GEM Autisme à Niort, le 1er en Deux-Sèvres mardi 17 décembre à partir de 10h00

http://alainpecquerie.wordpress.com

 

Posté par jjdupuis à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 décembre 2019

Première en Gironde : une unité autisme ouvre dans une école primaire d'Arcachon

 

Première en Gironde : une unité autisme ouvre dans une école primaire d'Arcachon

Le maire d'Arcachon Yves Foulon et l'Inspectrice académique pour le bassin d'Arcachon Béatrice Birou avaient le sourire cette semaine en annonçant ensemble la création d'une nouvelle unité pour enfants atteints de troubles de l'autisme. Une telle unité existe déjà à Arcachon depuis septembre 2014 dans l'école maternelle Osiris.

https://www.sudouest.fr

 

Posté par jjdupuis à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 décembre 2019

Hauts-de-Seine : en grève de la faim depuis un mois pour son fils autiste

article publié dans Le Parisien

Karima Gouali, habitante de Meudon, a cessé de s’alimenter afin d’alerter les pouvoirs publics sur le manque de prise en charge de l’autisme.

 Meudon, le 18 novembre 2019. Karima Gouali, une habitante de Meudon, est en grève de la faim depuis le 13 octobre. Selon elle, les instituts médico-éducatifs ont 50 ans de retard en France. Meudon, le 18 novembre 2019. Karima Gouali, une habitante de Meudon, est en grève de la faim depuis le 13 octobre. Selon elle, les instituts médico-éducatifs ont 50 ans de retard en France.  LP/A.H.

Le 18 novembre 2019 à 17h05, modifié le 18 novembre 2019 à 18h20

De l'eau sucrée et des compléments alimentaires pour tenir. Cela fait un peu plus d'un mois que Karima Gouali a cessé de se nourrir. « Je ne le fais pas pour me mettre en danger, mais pour montrer les répercussions de l'autisme sur une vie de famille », explique cette mère de famille meudonnaise. Yohann, 12 ans, a été diagnostiqué autiste sévère à l'âge de 4 ans. « Depuis, c'est un chemin de croix » pour Karima, qui estime que les soins en France sont inadaptés à la maladie.

Originaire de la région Centre, elle déménage en région parisienne dans l'espoir de trouver une place à son fils dans un établissement spécialisé. Mais les désillusions arrivent vite. « On trouve tout et n'importe quoi, dénonce-t-elle. J'ai visité deux IME (NDLR : instituts médico-éducatifs) dotés de chaises et de lits de contention ou avec des sangles. D'un point de vue éthique, j'estime qu'on ne doit pas attacher les enfants. »

«En France, nous sommes dans le non-choix»

Selon Christine Meignien, présidente de la fédération Sésame Autisme, « ces choses-là n'existent plus. Il y a beaucoup de fantasmes autour des IME, mais les méthodes sont validées. En revanche, nous devrions avoir le choix des soins. Depuis le départ, en France, nous sommes dans le non-choix. »

Malgré tout, Yohann est inscrit sur liste d'attente. Les IME en France ont « 50 ans de retard », estime Karima : « Nous sommes enfermés dans la psychanalyse (l'approche longtemps privilégiée en France), le « packing », qui consiste à envelopper l'enfant dans un drap blanc et froid dans l'espoir qu'il parle… Ça n'a pas fonctionné pour mon fils. »

LIRE AUSSI > «Hors Normes», le film qui brise le tabou

En invalidité depuis près d'un an, la Meudonnaise a suivi une formation sur la méthode ABA, qui favorise l'analyse du comportement. « Grâce à cela, mon fils est devenu propre au bout de 15 jours ». Ses progrès sont énormes : Yohann ne s'automutile plus et ne fait plus de tri alimentaire.

Tout ceci au prix d'une attention permanente et d'un arrêt de travail, faute de place dans un centre spécialisé. Epuisée, cette ancienne conseillère sociale a entamé une grève de la faim en désespoir de cause. « Il y a toujours un sentiment d'injustice chez les parents car ils n'ont pas toujours accès à un diagnostic ou à un établissement avec du personnel compétent, déplore Christine Meignien. La situation est dramatique, ils ne savent plus quoi faire pour se faire entendre. Mais nous sommes dans un tel état de manque d'offre par rapport à la demande que je crains qu'elle n'ait pas beaucoup plus de réponses. »

63 enfants autistes sans solution dans le département

Karima, qui a aussi une fille, refuse d'envoyer son fils en Belgique, comme bon nombre de familles dans cette situation. « La séparation aurait été trop difficile. Ça fait loin, je l'aurais vu tous les quinze jours… » Pour elle, la solution doit se trouver en France. « C'est un problème politique, et un problème de formation, fustige-t-elle. On ne peut plus continuer comme ça, il y aura de plus en plus de familles concernées! Les effets collatéraux sont dramatiques, je n'ai plus de vie, moins de liens avec ma fille ».

Son action, médiatisée, lui a permis d'obtenir un rendez-vous le 22 novembre, vendredi, avec l'U.M.I. Centre, un service dédié aux troubles du spectre de l'autisme complexes. En attendant, Karima Gouali cherche sans répit des psychologues certifiés. Et compte continuer sa grève de la faim « jusqu'à aller à l'hôpital ». Selon l'ARS (agence régionale de santé) Ile-de-France, 63 enfants autistes (entre 3 et 20 ans) sont, comme Yohann, à ce jour sans solution dans le département.

Posté par jjdupuis à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,