19 octobre 2017

Université d'automne de l'ARAPI - Table ronde des associations

article publié sur Médiapart

A l'occasion de l'Université d'automne de l'ARAPI, quelques idées sur le diagnostic, l'emploi et l'accompagnement des autistes adultes.


arapi arapi

Depuis 1983, l'ARAPI regroupe professionnels et parents pour la recherche et les interventions sur l'autisme. Elle tenait ce début octobre sa 14ème université d'automne, au Croisic (44). Comme elle le fait traditionnellement, une table ronde des associations de personnes concernées avait lieu. Elle était centrée sur les problèmes des adultes. Pour la première fois, l'Alliance des Associations pour les Asperger ou Autistes de haut niveau (les 4A) était invitée à y participer.

ARAPI 2017 - Jean Vinçot, Danièle Langloys © Anne Brignon
ARAPI 2017 - Jean Vinçot, Danièle Langloys © Anne Brignon

L'Alliance regroupe des parents, mais aussi de plus en plus de personnes autistes. J'ai représenté l'Alliance lors de la table ronde. Je me suis appuyé quand c'était possible sur les réponses apportées par un sondage auquel plus de 300 adultes autistes ont répondu.1

Un débat avec de nombreux intervenants ne permet pas, faute de temps, d'approfondir tous les sujets. Je vais reprendre ci-dessous ce que j'avais préparé.

Le diagnostic

1 - 63% des répondants sont à l'origine du diagnostic. Ils mentionnent un délai très long pour y arriver. Ils ne bénéficient pas d'un accompagnement familial pour cela (sauf parfois l'autre membre du couple).

2 - Le contact avec le CRA ou un centre expert suppose souvent de prendre le téléphone. Or, 68% des répondants estiment que le téléphone est le premier obstacle pour un contact médical. L'accueil doit en tenir compte. L'annonce d'un délai important (1, 2, 3 ans) peut provoquer des idées suicidaires, compte tenu de l'enjeu existentiel que cela représente lorsque le diagnostic est demandé et de l'absence d'accompagnement. Il faut au moins que les centres contactés assurent une fonction de conseil réel pendant la période précédant le diagnostic.

3 - Après le diagnostic, il faut que les demandes d'accompagnement soient faites. Il ne suffit pas de signer le certificat médical pour la MDPH, mais il faut aider à rédiger le projet de vie. Certains SAMSAH [service d'accompagnement médico-social adulte handicapé] ont dans leur cahier de charges l'aide à la constitution du dossier auprès de la MDPH : cela se fait évidemment avant toute décision de la commission (CDAPH). Cette mission doit être assurée par les centres de diagnostic, les SAVS ou toute autre structure qui s'occupe de l'accompagnement.

4 - Une attention particulière doit être apportée au diagnostic des femmes : dans les répondants, seules 53% ont eu un diagnostic (au lieu de 69% des hommes). Il y a une demande qui s'exprime de plus en plus, alors que les outils de diagnostic ne sont pas adaptés.

5 - Des diagnostics doivent être établis en cas d'urgence : hospitalisations en HP, ruptures professionnelles ou d'études, signalements aux services du conseil départemental pour des adultes ou des enfants.

6 - Lors du diagnostic, une évaluation fonctionnelle sur l'emploi doit conduire à des outils utilisables par les acteurs de ce secteur;

Les diagnostics des adultes sont généralement considérés comme complexes. Les droits des personnes supposent des procédures établies et connues : - accès au dossier sur demande; - si réclamation, vérification du suivi des procédures; - réexamen par une autre équipe.

Le travail

D'abord, il faut éviter d'opposer les Asperger, qui seraient aptes à l'emploi en milieu ordinaire, et les autres qui ne seraient pas aptes à l'emploi. Voir par exemple les exemples de l'entreprise Andros et du zoo de Pont-Scorff (avec le Dr Tuffreau, de l'ARAPI).

Dans le sondage d'Asperansa, 48% avaient eu un emploi dans les 6 derniers mois, dont 49% en CDI - soit seulement 24%. Dans ces emplois en CDI, il y en avait 39% dans le privé, 36% dans la Fonction Publique.

Facteurs favorables :

  • 83 % de ceux qui avaient un emploi en CDI avaient un diplôme supérieur au bac (contre 57% de l'ensemble).
  • 65% avaient plus de 35 ans (contre 43%).
  • 44% étaient en couple (contre 35%).
  • 84% avaient le permis de conduire (contre 61%).

Les principaux problèmes rencontrés (entre 80 et 72 %) :

  • codes sociaux
  • fatigabilité, stress
  • bruits
  • contacts avec les autres

Les principaux aménagements souhaités :

  • poste de travail (problèmes sensoriels : bruits, lumières, open space ...)
  • organisation du travail
  • horaires
  • télétravail (voir étude de Patrick Chambres)

Parmi les mesures à prendre :

  • avoir un référent emploi autisme dans chaque région;
  • faciliter l'apprentissage du permis de conduire;
  • permettre d'utiliser le télétravail;
  • avoir des dispositifs de pré-orientation ou de réadaptation tels que Pass P'As (Lille) ou Pass R'Lorraine;
  • multiplier les entreprises adaptées dans différents métiers (comme Avencod, Socia3, Compethance)
  • accompagner les décrocheurs scolaires. 

L'accompagnement

84% des répondants estiment avoir besoin d'un accompagnement dans la gestion quotidienne :

  • 74% : gestion administrative;
  • 67% : rangement, ménage;
  • 50% : gestion financière.

La question du rangement et du ménage est pointée par l'IGAS dans son rapport sur la PCH (p.19).

Dans la pratique, l'aide humaine est assurée par la famille (60%, dont le conjoint). Seulement 6% bénéficient d'un service, et 4% d'un coach privé (financé sans doute par l'AAH ou la famille ...).

Les obstacles rencontrés :

  • peu sont éligibles à la PCH;
  • les SAVS ne sont pas spécialisés;
  • l'existence des SAVS dépend de l'initiative des départements;
  • les SAVS ne sont accessibles en général qu'à 20 ans, alors que le besoin est ressenti auparavant (étudiant notamment);
  • les GEM (groupes d'entraide mutuelle) sont "réservés" au handicap psychique;
  • il n'y a pas de PCH pour accompagner les parents autistes d'enfants (PCH parentalité).

45% des répondants seulement se considèrent comme hétérosexuels. Cela implique que l'éducation sexuelle ne doit pas être hétérocentrée2.

28% ont des enfants, et 20% souhaitent en avoir.

35% sont en couple actuellement - et seulement 26% ne sont pas intéressés.

Le principal obstacle dans les rapports avec des médecins est le téléphone (68%), puis les aspects sensoriels (44%) et le fait d'en trouver un (40%).

Les solutions :

  • 74% : médecin référent connaissant l'autisme;
  • 52% : remboursement des frais de psychologue ;
  • 46% : prise de rendez-vous par SMS ou e-mail;
  • outils de suivi de la santé (cartes, logiciel).

23% des répondants ont été hospitalisés ou suivis par un HP (hôpital psychiatrique). 58% en sont insatisfaits. La présidente d'Autisme Europe, Zsuzsanna Szilvasy, est intervenue sur la question des suicides. C'est la première cause de décès "prématurés" dans les cas d'autisme léger, suivant la récente étude suédoise. Les idées suicidaires concernent 56% des hommes, 71% des femmes, 91% des "autre genre"3.

Conclusions

  1.  assurer un diagnostic fiable dans un délai raisonnable, avec un accompagnement avant et après;
  2. aider à organiser la vie sociale;
  3. puis préparer la vie professionnelle.

1) Le sondage est toujours en cours. Il s'agit donc de résultats préliminaires : la participation est possible à https://www.sondageonline.fr/s/2670b0c

2) Voir article sur le site de l'AFFA.

3) les répondants "autre genre" représentent 6,9% de l'effectif.

Enquêtes en cours

Posté par jjdupuis à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 juin 2017

Grand banquet ABO avec les balladins ce dimanche 18 juin 2017 à Saint-Benoît-sur-Loire

Anne-Sophie accompagnait Elise pour ce week-end de fête où joie, chants & danses jusqu'au bout de la nuit étaient à l'honneur samedi. Le dimanche les parents étaient invités au banquet !!!

Superbe partage ! Merci à toute l'équipe des Balladins - A Bras Ouverts est comme je l'ai déjà écrit la seconde famille d'Elise ...

P1110479

P1110483

 

 

 

 

 

La photo ci-dessous, devant l'Abbaye de Fleury au loin, regroupe Mathilde, Anne-Sophie & Henry, le beau gosse du groupe particulièrement apprécié par Lisou. invitation-parents abo banquet we fête balladins 18

Posté par jjdupuis à 19:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2016

Plus de 500 000 visiteurs pour Au bonheur d'Elise ! Et vous êtes de plus en plus nombreux ...

L'autisme ce n'est pas très glamour ... mais le partage d'information est essentiel !

Merci à tous de votre soutien ou de votre visite. Ci-dessous un rappel de la page d'accueil (en vert l'évolution récente ...)

"La connaissance s'élabore contre une connaissance antérieure." [Gaston Bachelard]
Cette citation illustre parfaitement les débats passionnés autour de l'autisme ...

tiret vert vivrefm topLe point de départ et le fil conducteur de ce blog est la vie avec ma fille Elise, 30 ans

P1090338

 

 Personne avec autisme & hyperactivité.

L'autisme est un handicap à large spectre (comprenez que les atteintes à la personne peuvent être plus ou moins sévères) ...

Les articles publiés portent témoignage, relatent des faits, donnent des informations ou proposent des pistes possibles ... L'ensemble me permet de me forger un jugement que je veux évolutif.

Ce blog est pour moi un moyen de partager en toute simplicité les informations que je recueille et s'avère un outil efficace.

L'ouverture que nous visons pour notre fille est rendue possible, dans notre cas, par tous ceux qui agissent avec nous de façon positive dans son accompagnement.

 


Les principaux acteurs, en dehors de
sa famille avec qui Elise entretient des liens privilégiés, sont :

  • l'association A Bras Ouverts et ses extraordinaires accompagnateurs/trices qui lui permettent de partir en week-end et de faire de courts séjours dans une ambiance festive ... Elle est toujours partante ;
  • l'association Envol Loisirs qui lui permet de pratiquer la voile et de faire de nombreuses rencontres, cette association monte des projets visant à la pratique des loisirs des personnes autistes et TED ;
  • l'association Trott'Autrement avec laquelle Elise fait de l'équitation adaptée en petit groupe ;
  • la Drôle compagnie avec laquelle elle participe à des séances de théâtre sur des thèmes variés.

Mais aussi toutes les rencontres fortuites que le hasard met sur sa route. La qualité de l'accueil, la richesse des contacts lui apportent beaucoup ...

Lcoeur 2 10ème'insertion des personnes handicapées dans la vie de la cité est une des conditions essentielles pour lutter contre l'exclusion et la discrimination qui prévaut le plus souvent.

A chacun sa part d'effort et de compréhension ...

L'évolution des mentalités est un axe incontournable dans le combat contre l'autisme et passe par la connaissance.

Ce blog se veut une modeste contribution à cette prise de conscience majeure.

03 août 2015

Elise au mois de juillet -> Séjour avec l'association A Bras Ouverts en Baie de Somme

Dans la période qui nous occupe ... heureusement que nous avons, notamment, la seconde famille d'Elise  ... !

Elise est partie avec A Bras Ouverts dans la baie de Somme du 25 au 30 juillet accompagnée par une jeune femme professeure ... qui au retour ne m'a fait que des compliments sur ma fille !

Je partage avec vous la carte postale reçu ce matin ... Elise a signé !

carte postale élise train baie de somme

carte postale élise mot baie de somme

Posté par jjdupuis à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 avril 2014

Elise a passé le week end des Pâques avec les Balladins

ABO esprit

Pour le grand week-end pascal, Elise est partie dans une grande maison près de Coulommiers.
Cyrille comme responsable de groupe accompagné par son épouse Claire et leur petite Charlotte (4 mois et 3 we au compteur!) ... et Anne-Laure & Cécile étaient les accompagnateurs.

Elise, Sébastien & Hippolyte des balladins qui se connaissent bien ... Cécile accompagnait Elise.

Week-end top avec de grandes ballades dans la forêt, barbecue, feu de cheminée, danses et chants et le spectacle des chevaliers à Provins !!!  Décidemment avec ABO c'est à chaque fois le grand jeu ...

chevaliers-03

chevaliers014

 

Les activités du week-end (extrait du site ABO - espace accompagnateur)

(Je cherchais une image d'estafette ...)

gifs-sourires super pouce levé

 

"Les accompagnateurs se retrouvent de bonne heure le samedi matin autour d’un café, pour participer au ‘Briefing’. Les enfants ne sont pas encore là. Le responsable de l’activité présente " son " jeune à chaque accompagnateur, en prenant le soin de préciser ce qu’il aime ou ce qu’il n’aime pas. Il redonne également les dernières consignes pour que le week-end se passe parfaitement bien et dans un véritable esprit de rencontre, respect et bienveillance.

Au point de rencontre avec les jeunes, chaque accompagnateur est également attentif aux recommandations des parents.

estafette M&MAprès 1 ou 2 heures de route dans un de nos magnifiques minibus décoré façon A Bras Ouverts et que nous appelons " estafette ", nous arrivons sur notre lieu d’accueil : maison d’un particulier, gîte d’une communauté religieuse…

 

Ensuite nos activités sont très simples…mais passent très vite : supermarché, préparation des repas, chant, ballades, jeux, toilette…."

Posté par jjdupuis à 16:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 mars 2014

De la joie, de la chaleur et de la bonne humeur avec l'association A Bras Ouverts

élise abo mon truc en plumes

Comme vous le savez, Elise part depuis de nombreuses années avec A Bras Ouverts ...
Ce fut encore le cas ce week-end où elle a passé de merveillleux moments en compagnies de deux de ses vieilles connaissances Claire-Héli & Xavier qui font comme elle partie "des Balladins" et ont à quelque chose près la même ancienneté dans l'association.

Ils se connaissent depuis longtemps et suffisamment puisque Xavier est un camarade de promotion de l'hôpital de jour du Perreux et Claire-Héli était avec elle dans la section adolescents de l'IPPA de Maisons Alfort ...

ABO leur permet donc de maintenir le lien ...

Merveilleux week-end cette fois-ci encore avec en binôme une accompagnatrice super en la personne de Violaine qui avait déjà croisé Lisou au jour de l'an et qui s'est montrée enchanté de son évolution ... il faut dire qu'à l'époque Elise n'était pas très en forme ... mais bon la période est passée.

Le fait nouveau dans la période actuelle est que les mariages se succèdent au sein des accompagnateurs des balladins, suivis rapidement de naissance ...  et ce sont des couples avec bébé qui pilotent le groupe comme ce fut le cas samedi et dimanche dernier avec Claire et Cyrille & leur petite Charlotte.

Le week-end précédent c'était Florence et Jean avec leur petit Samuel.

Ce ne sont que deux exemples parmi d'autres ... sympa non !!!

PS Quand je fais le point, je note qu'Elise est partie fêter le nouvel an, les 9&10 mars, 8&9 juin, 13&14 juillet + le séjour du 18 au 23 août 2013 etc. Quand je vous dis qu'ABO est sa seconde famille ce ne sont pas de vains mots !

Dites ABO et les yeux d'Elise étincelles !!!

Ci-dessous avec Sabine qui l'accompagnait en week-end ... au mois de juin

élise abo mon truc en plume avec Sabine

 

Et pour faire bonne mesure avec Violaine lors du week-end des 1&2 mars

Elise et Violaine son binôme 1&2 mars 2014

Posté par jjdupuis à 14:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 août 2013

Encore un séjour avec ABO réussi pour Lisou !

logo les balladins

Retour du séjour avec A Bras Ouverts vendredi 23/8 18h00 place de Fontenoy (derrière l'école militaire).

Elise était partie le lundi 19 août à la Madeleine près d'Orléans ... à bord d'une des estafettes mondialement connues !
Excitée comme d'habitude quand elle revient mais rayonnante avec quelques coups de soleil ... Albane, son binôme me raconte par le menu les principales étapes du séjour ... le comportement d'Elise etc. Bref de la bonne et saine communication ... très naturellement.

Comme d'habitude, ABO organise de courts séjours estivals en plus des week-ends tout au long de l'année.

Celui-ci avait pour thème "Les pirates" et a permis à 5 jeunes encadrés par 6 accompagnateurs de mieux faire connaissance et de s'éclater : ambiance & bonne humeur garantie.

Octavia, responsable du séjour connaît bien Lisou également ... depuis le temps qui ne connaît pas Elise à ABO en a au moins entendu parler ...

Encore une aventure des Balladins (c'est le nom du groupe d'Elise) particulièrement réussie.

Merci à tous

Posté par jjdupuis à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mai 2013

Mieux connaître le fondateur d'A Bras Ouverts : Tugdual Derville

Tugdual Derville, un non-violent dans la bataille

Délégué général de l’association Alliance Vita, porte-parole de « La manif pour tous », Tugdual Derville témoigne d’une longue présence aux côtés des plus vulnérables


Tugdual Derville affiche résolument un parti pris de bienveillance, une posture de non-violence i...

Anthony Micallef pour La Croix

Tugdual Derville affiche résolument un parti pris de bienveillance, une posture de non-violence intérieure, choisie, et à laquelle il s’efforce de se tenir, quel que soit l’interlocuteur.
 
Avec cet article

A peine emprunté le chemin du Jardin des Plantes, aussi volubile qu’un enfant en route pour l’école buissonnière, Tugdual Derville se lance dans un plaidoyer émerveillé pour les insectes et raconte l’une de ses plus grandes aventures lorsque, un jour, avec l’un de ses fils, il lui a été proposé d’accompagner en forêt un chasseur professionnel de coléoptères…

 « Malheureusement, ce fut aussi une immense frustration, lâche l’entomologiste contrarié, car j’ai été rattrapé par l’actualité et j’ai dû dicter depuis le fin fond de la forêt des communiqués de presse. » Le délégué général d’Alliance Vita avait alors appris la mort de Vincent Humbert, ce jeune lourdement handicapé sur lequel sa mère avait pratiqué l’euthanasie (1).

C’est important aujourd’hui de revenir au réel

 « Cette passion pour la nature, qui remonte à mon enfance, rencontre beaucoup d’écho dans mon travail pour le respect de la vie et des plus petits, poursuit Tugdual Derville, promoteur d’une « écologie humaine ».

 Observer les animaux m’arrache aux constructions de l’intellect, aux pensées fiévreuses, et m’ancre dans le réel. C’est important aujourd’hui de revenir au réel. Même par rapport à la loi Taubira. Cette loi qui veut ouvrir le mariage aux personnes de même sexe ne tient pas compte du réel, elle est dans le fantasme, l’illusion… Quand Mme Bertinotti (NDLR : ministre déléguée à la famille) affirme que “l’accouchement ne fait pas la mère”, cela heurte le bon sens de beaucoup de Français qui savent bien à quel point la gestation et l’accouchement dessinent une histoire très particulière entre deux êtres humains. » 

Comme sur les plateaux télévisés lorsqu’il répond à des journalistes plus ou moins virulents, ou sur Internet lorsqu’il essuie les quolibets de ceux qui ne voient en lui qu’un « catho réac », « homophobe forcené » ou « facho anti-avortement », quand ce ne sont pas des menaces de mort, Tugdual Derville désarme par sa bienveillance inébranlable. 

Aucune aigreur, ni ressentiment. Il affirme même éprouver de la sympathie pour ses adversaires en plateau, Jean-Luc Romero, militant pro-­euthanasie, Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT, ou la journaliste Pascale Clark, qui ne l’a guère ménagé dans son interview sur France Inter, en janvier dernier. 

Sans naïveté toutefois. « Bien sûr, il y a beaucoup d’agressivité dans le débat, reconnaît-il, mais Pascale Clark s’est cognée à un édredon. » Tugdual Derville affiche résolument un parti pris de bienveillance, une posture de non-violence intérieure, choisie, et à laquelle il s’efforce de se tenir quel que soit l’interlocuteur.

Patient, modéré, obstiné

Avec Frigide Barjot aussi d’ailleurs, qui vient de lui laisser un message téléphonique, de retour de Lyon où la manifestation s’est assez mal passée pour elle. Ce quinquagénaire aux airs de gentil garçon sous sa barbe poivre et sel a beau exaspérer la pasionaria de « La manif pour tous » par son look classique, refuser fermement l’union civile quand elle tente de négocier avec le gouvernement, il est toujours à ses côtés quand la plupart des porte-parole ont été écartés ou ont jeté l’éponge. 

Patient, modéré, obstiné, même. « Travailler pour le droit des enfants peut passer par des sensibilités multiples et c’est toute la richesse de notre mouvement », plaide-t-il sur RTL, qui vient soudain de l’appeler pour un direct et l’interroge sur ses dissensions avec Frigide Barjot.

La non-violence n’a pourtant rien d’une évidence pour lui. « J’ai découvert que, pour mieux aimer, je devais accepter de travailler sur moi », glisse-t-il, évoquant son « laboratoire intérieur ». « Qu’est-ce qui provoque en moi le mensonge, l’irrespect ? Ce sont bien souvent des conditionnements, des peurs… ».  

Il reconnaît d’ailleurs que son discours à Alliance Vita, depuis près de vingt ans, a évolué au fil des écoutes empathiques de femmes ou d’hommes rencontrés notamment grâce à SOS Bébé, un site de conseil qu’il a créé pour répondre aux questions sur les grossesses non désirées, l’IVG, la stérilité… (2). 

 « Plus j’ai recueilli ces souffrances intimes, moins j’étais dans le jugement. Ce qui permet aussi d’avoir une évaluation des actes très libre. Comme dans un couple : on peut tout dire dans l’amour. J’ai d’autant moins de gêne à en parler que j’éprouve un sentiment de profonde injustice pour ce qu’elles ont enduré. » 

La rencontre de Cédric

Son empathie, Tugdual Derville l’enracine aussi dans sa longue amitié avec les plus vulnérables. Et cette expérience décisive de l’été 1982. Brancardier à Lourdes, il a 20 ans et s’occupe de Cédric, un enfant qui ne peut s’exprimer qu’en clignant des yeux. Ce regard va le marquer à jamais. « Ma vie a basculé dans le bonheur. J’ai été empli d’émerveillement devant son humanité », se souvient-il. 

Cédric n’est plus. Mais grâce à lui, Tugdual a découvert le prix de l’instant présent, écrin d’éternité. C’est cette rencontre en particulier qui l’a conduit à fonder, en 1986, À bras ouverts (ABO), où des bénévoles accueillent, le temps d’un week-end, des enfants handicapés, pour permettre à leur famille de reprendre des forces.

ABO l’a-t-il préparé à vivre, dans la non-violence, ses combats ? Il n’y a pas réfléchi. Mais, de fait, au contact des jeunes handicapés, Tug­dual s’est confronté aux limites de sa capacité à aimer. Comme ce jour où, face à la violence de Valérie, il enjoint à son équipe de ne pas céder aux provocations de la fillette en grande souffrance. 

Mais un peu plus tard, alors qu’elle lui jette ses excréments à la figure, une claque part, instinctivement : « Je me suis excusé, mais j’ai bien vu la violence en moi. Le respect de la vie est une école, la non-violence aussi. » C’est d’ailleurs un épisode qu’il a récemment raconté aux « veilleurs », ces jeunes qui protestent en silence, dans plusieurs villes de France, contre la loi Taubira.

La dyslexie a été une énorme souffrance

C’est d’abord contre lui-même que Tugdual Derville s’est battu. Deuxième de quatre, il ne comprend rien de ce qu’on lui demande à l’école, se croit un cancre. Deux premières, trois terminales, trois baccalauréats de français… « La dyslexie a été une énorme souffrance, relit-il. Le cerveau est vraiment fait différemment, c’est une contrainte de tous les jours, jusqu’à la fin de sa vie. » Comme ce pigeon qui boite sous ses yeux, tandis qu’il parle, et dont il remarque le pied entravé par une ficelle de poubelle…

« La réussite à un examen d’entrée pour une prépa Sciences-Po m’a décoincé, j’ai ressenti une immense joie et travaillé d’arrache-pied tout l’été en m’inventant des moyens mnémotechniques propres. » Habitué à raconter sa « résilience », il évoque le personnage de Forrest Gump dont les attelles explosent et qui se découvre un génie de la course.

 « Les dyslexiques sont tellement entravés intellectuellement que, le jour où ça se libère, l’énergie accumulée donne à plein. » Licence de droit, Sciences-Po, l’Essec : promis à une brillante carrière, il opte pour l’humanitaire, chez les petits frères des Pauvres, avant de devenir consultant dans le domaine médico-social, auprès de Jean de Kervasdoué, ancien directeur des hôpitaux.

Il faudrait du temps pour expliquer ce qu’est la miséricorde » 

Son engagement trouve aussi sa source dans une foi profonde, qu’il n’aime guère évoquer publiquement. Non qu’il soit pudique. À l’inverse de son père, ce militaire très secret qui ne disait jamais « je », Tugdual Derville livre avec confiance son intimité. Mais à cause des « contresens » autour de Dieu.

 « Le Dieu dans lequel beaucoup ne croient pas, ce Dieu castrateur, liberticide, n’est pas celui en qui nous croyons, il faudrait du temps pour expliquer ce qu’est la miséricorde. » Les associations malveillantes, également, avec son frère, le P. Guillaume Derville, responsable spirituel de l’Opus Dei, dont il est proche même s’il dit partager une spiritualité quelque peu différente, plus proche du renouveau charismatique, n’ont pas manqué non plus de lui valoir de nouvelles critiques. 

Aussi préfère-t-il rejoindre ses interlocuteurs sur le terrain des droits et de la justice. Mais le moteur de son action se trouve dans la prière. Sur les conseils de son père spirituel de 87 ans, cet ­ultra-actif se plonge chaque matin dans son « sanctuaire » intérieur. Et prête une oreille attentive aux sages conseils de sa femme, Raphaële. 

Peintre, elle reste avec leurs six enfants près de Luçon en Vendée, où ils se sont installés pour deux ans, tandis que lui travaille la moitié de la semaine à Paris. « Dans cette ­année de turbulences, elle sent lorsque je dois rentrer, ou quand je dois partir. Elle me soutient beaucoup. » Rien ne semble l’ébranler. 

Comme durant la manif anti-pacs, dont Christine Boutin lui avait confié l’organisation en 1999, il se dit convaincu que « le but n’est pas de gagner mais de faire ce qu’on doit faire, le reste ne nous appartient pas ». « Cela nous demande aussi d’ajuster notre rapport à la victoire. Elle est en nous, et non dans les apparences. L’histoire de France, la révolution de l’amour se jouent dans le secret des cœurs ». 

 (1) En 2003. Marie Humbert a bénéficié d’un non-lieu en 2006. 

 (2) Le Bonheur blessé, avortement, eugénisme et euthanasie en question , CLD.

Posté par jjdupuis à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 octobre 2011

journée de rentrée des Balladins (ABO)

Elise avait reçu son carton d'invitation :

Les vacances sont déjà loin !
Toute l'équipe des Balladins
est impatiente de te retrouver
à l'occasion de la journée de rentrée
au jardin d'acclimatation
le 23 octobre.

au programme : manège, visite de la ferme, pique-nique, sport en tout genre et surtout beaucoup de bonne humeur !

En fait c'est dès samedi matin que nous avons conduis Lisou au rendez-vous habituel ... et bien évidemment nous sommes allés au goûter auquel les familles étaient conviées le dimanche vers 17h00 ... pour partager un grand moment de fraternité ... voir les photos du week-end etc.

Lisou nous a fait un discours et a commencé à chanter une chanson ... reprise en choeur par toute l'assistance ...

Une bonne nuit là-dessus (un peu fatiguée tout de même ...) et le lundi matin je l'accompagnais au foyer où l'occasion m'était donné de rencontrer Blandine Yéyé & Sabrina Houet du cabinet Espas Iddees. L'une et l'autre m'ont fait part à cette occasion des progrès d'Elise ... de plus en plus appliquée et concentrée dans les divers exercices ... et ce qui n'est pas le moindre : elle y prend beaucoup de plaisir !

Je gomme un peu certains moments plus délicats à gérer ... Mais ce qu'il faut retenir c'est la tendance lourde : Lisou progresse dans tous les domaines !

Cette tendance m'est confirmée par l'équipe du foyer "Moi la vie" qui l'accompagne dans les diverses activités : équitation, danse, théâtre, piscine etc.

Nous la constatons aussi à la maison ...

Bravo Lisou & Merci à tous !

 

Posté par jjdupuis à 07:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 août 2011

séjour en Vendée avec A Bras Ouverts

A peine une petite semaine passée dans son foyer et Elise est partie en séjour avec l'association A Bras Ouverts en Vendée accompagnée par Florence, son binôme qui était aussi la responsable du week end. Florence et Elise se connaissent depuis longtemps ...

Le samedi 20 août quand nous l'avons accompagnée elle était rayonnante ... Depuis le temps qu'elle attendait ! ABO vous le savez occupe une place de choix dans le coeur et les pensées d'Elise ... c'est un sujet qui la mobilise.

Ce jour là quatre enfants partaient jusqu'au vendredi suivant chacun accompagnés par un bénévole de l'association ... et c'est donc un groupe de 8 qui a pris place dans l'estafette des "Balladins".

Au retour, nous apprendrons que le séjour s'était comme à chaque fois très bien passé : chants, baignade, promenades sur la plage etc. et clou du séjour les spectacles au Puy du Fou ! ... Avec ABO on est toujours quelque part émerveillé ...

Lisou nous a retrouvé avec plaisir et beaucoup d'émotion ... un peu dur pour elle à gérer avec la fatique du voyage ... mais elle a vite retrouvé ses marques une fois installée dans la voiture ...

Le reste du week end tranquille à la maison avec nos ballades habituelles ... et retour au foyer "Moi la Vie" le dimanche soir sans aucun problème pour retrouver les copains et les copines ...

Posté par jjdupuis à 06:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,