29 février 2012

A.B.A. - Bases théoriques et appplication

http://www.aba-sd.info/documents/Presentation_ABA_LP_Maud_Collinet.pdf

Synthétique & clair ce document qui laisse une large place pour les notes me paraît être une base remarquable. (jjdupuis)

Posté par jjdupuis à 02:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


26 février 2012

article publié dans le blog Les pseudos-sciences

Dimanche 26 février 2012

Autisme et psychanalyse : une rhétorique d’esquive et de contradiction

 Un article de Nicolas Gauvrit

Depuis quelques mois, l’autisme et son traitement psychanalytique sont au cœur d’une polémique médiatique vive. Plusieurs événements, regroupant le procès puis la censure du film Le Mur de Sophie Robert, l’inauguration de l’année 2012 comme « année de l’autisme », les recommandations de la HAS (Haute Autorité de la Santé) qui préconiseraient l’abandon de l’approche psychanalytique, et l’implication du député Daniel Fasquelle, qui adopte une position similaire, ont participé à l’émergence de cette polémique.

Le philosophe Jean-François Rey publiait ainsi le 22 février 2012 dans les colonnes du Mondeun plaidoyer touchant (« Autisme : c'est la psychiatrie qu'on attaque ») pour le maintien dans la psychiatrie d’une approche psychanalytique. Cet article est très représentatif de ceux qui circulent en ce moment, et illustre les lignes de défense prises par les psychanalystes et les artifices rhétoriques utilisés dans le débat en cours, dont quelques-uns nous semblent récurrents et contre lesquels il faut mettre en garde le lecteur. Si les tenants de la psychanalyse ont évidemment le droit d’exprimer et défendre leur point de vue, cela devrait se faire dans le respect de la rigueur et de la logique.

La victimisation apparaît d’abord sous des formes variées avec parfois des accents enfantins provoquant la pitié du lecteur. Ainsi, J.F. Rey écrit-il par exemple que Pierre Delion « dont on ne dira jamais assez la gentillesse et l'esprit d'ouverture, est la victime d'une véritable persécution ». On se souvient également des titres d’Elisabeth Roudinesco dénonçant la « haine » de la psychanalyse. Il ne s’agit pas ici de prétendre que la psychanalyse n’est pas victime d’attaques, mais de rappeler que la remise en question académique est normale et fait partie du processus scientifique. Il n’y a pas lieu de s’en formaliser : Nous devons, pour le bien des enfants avec autisme et de leurs parents, déterminer quelle méthode est la meilleure pour chacun. Le fait que les porteurs d’une méthode soient critiqués ne valide en rien leur théorie.

La psychanalyse a, de fait, largement reculé dans les universités françaises – mais beaucoup moins chez les praticiens. Elle a été la cible de critiques scientifiques importantes. La faiblesse de ses bases théoriques, l’absence de preuves d’efficacité, et désormais son incapacité à répondre à ces critiques, ont rendu intenable – et spécialement dans le cadre de l’autisme – la position purement psychanalytique. Aussi, les tenants de cette « cure » ont-ils adopté une position intermédiaire, et promeuvent désormais une approche intégrative, macédoine de thérapies baignant dans la sauce psychanalytique. Or, pas plus que la psychanalyse seule, cette intégration n’a fait la preuve d’une efficacité supérieure aux autres méthodes actuellement disponibles. Si cette position convainc, c’est uniquement parce que nous sommes tous sensibles à ce qu’on pourrait appeler le « sophisme du juste milieu » selon lequel la vérité est toujours à chercher à mi-chemin entre les opinions contradictoires, ce qui est souvent faux.

Les promoteurs d’une approche psychanalytique ont également recours, ces derniers temps, à l’esquive. Cette feinte consiste à détourner l’interlocuteur de la question primordiale – celle de l’efficacité des méthodes et du bien de l’enfant – en déplaçant le discours dans le champ affectif, celui de la culpabilité ou de « l’éthique ». Pour cela, ils s’appuient sur une représentation sociale caricaturale de la psychologie, qui oppose des psychanalystes profondément humains, et des cognitivistes prônant une approche chimique. La réalité est bien différente, et de nombreux « cognitivistes » voient dans les approches thérapeutique fondées sur la science une alternative non seulement à la psychanalyse, mais aussi et surtout aux traitements par psychotropes. Pourtant, J.F. Rey ressasse dans son article que l’abandon de la psychanalyse « assèche », déshumanise, et détruit l’éthique de la profession de psychothérapeute, allant jusqu’à prétendre que les méthodes éducatives, cognitives ou comportementales de l’autisme consistent à traiter tous les enfants de la même manière, selon un protocole indépendant de la singularité de la personne… oubliant ce que le code de déontologie des psychologues prévoit (on lit dans le préambule de la version de février 2012 : « La complexité des situations psychologiques s'oppose à l’application automatique de règles ».)

Pour faire bonne figure, les défenseurs de la psychanalyse réclament souvent un débat centré sur les aspects scientifiques, déplorant qu’il devienne une guerre d’opinions au lieu d’une controverse plus rationnelle. Mais ces appels à un débat scientifique sont contredits par le déplacement du discours dans le champ émotionnel et l’attachement à l’idée que la psychanalyse est par essence non testable. C’est ainsi que dans son article J.F. Rey réclame un retour au cadre scientifique, mais rappelle que le psychanalyste lacanien ne se réclame que de lui-même (et donc pas de la science). En maudissant le « scientisme » qu’il ne définit pas, il arrive en fait dans un seul mouvement à réclamer ce qu’il refuse.

Après un siècle d’utilisation, on attend toujours des éléments tangibles, des expériences reproductibles en faveur des théories et pratiques psychanalytiques. Au lieu de travailler à les produire, les tenants de cette approche dépensent beaucoup d’énergie pour esquiver une réflexion sur cette absence de validation, en postulant  que la psychanalyse est inaccessible à l’investigation scientifique(une pure profession de foi). Si tel était le cas pourtant, la psychanalyse serait une philosophie, un récit. Le code de déontologie des psychologues, qui rappelle dans l’article 14 notamment que le psychologue doit utiliser des méthodes scientifiquement éprouvées, impose donc l’abandon de la psychanalyse, au moins dans tous les cas où une alternative efficace existe, et jusqu’à ce que la psychanalyse ait pu fournir des arguments solides en sa faveur.

 

Nicolas Gauvrit

Mathématicien et cognitiviste

Université d’Artois & Université Paris-VII-Denis-Diderot

http://www.pseudo-medecines.org/article-vous-plaisantez-m-rey-100145901.html

Posté par jjdupuis à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

article publié sur le blog de Jean-Marie de Lacan (Critique raisonnée du Non psychanalytique)

Omar Sy la psychanalyse!

Chers disciples,

S’il y a bien quelqu’un que ce grand coquin a oublié de remercier, c’est bien son psychanalyste, à savoir moi-même. Certains me rétorqueront qu’il n’a jamais chevauché mon divan ni verbalisé sa jouissance symptomatique dans ma direction. Je leur répond d’une, que le secret professionnel ne me permet pas de le confirmer ni de l’infirmer, de deux, qu’il n’a jamais été indispensable de côtoyer physiquement l’analysant pour l’analyser. Une simple rencontre symbolique suffit, et ce ne sont pas Moïse et Léonard de Vinci qui me contrediront.

La victoire du Grand Merci face au jardin à l’américaine demeure donc avant tout la victoire de la psychanalyse face à la dérive totalitaire. Quel film peut se prétendre davantage lacanien que celui qui ne se laisse pas toucher, qui prône la liberté de parole face au mutisme que l’on voudrait qualifier d’artistique? Le film du Grand Merci nous a en revanche tous touchés symboliquement, au plus profond de notre inconscient tant il est en accord avec les bonnes valeurs psychanalytiques : humanisme, générosité, modernité, égalité, fraternité, miséricorde et félicité. De l’autre coté, ce Jean que l’on pourrait déjà nommer John a pactisé avec le démon, et se voit déjà conditionné aux efforts promotionnels à la chaîne, en route vers un esclavage dont les coups de fouets sont délivrés par un empire américain drogué à l’évaluation, aux chiffres et à la finance.

L’Ô Grand Merci (OGM) sait faire honneur à la femme comme il se doigt, lui rendre sa place de trou néantifié, la rémunérer si besoin et en faire profiter son camarade impôt-temps tandis que le John Méricano Jardin (JMJ) se fait rouler par une féministe sournoise qui lui subtilise la parole pour en faire usage alors qu’elle n’existe pas, un triste blasphème à l’américaine qui finira bientôt par rompre la continuité de l’espace-temps, à moins que le peuple de la Terre se range du coté franco-argentin.

En attendant, je décerne un Jean-Marie de la psychanalyse au Grand Merci, n’en déplaise aux chambellans comme aux scientistes!

Pas de wonderbra, pas de masse-carat!

Césariennement vôtre,

http://jyaimedesailes.wordpress.com/2012/02/26/omar-sy-la-psychanalyse/

Posté par jjdupuis à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

ouverture du site ABA ((Applied Behavior Analysis))

logo-aba-autisme-2Le Site ABA est ouvert

Extrait :regles-dor-interventions

"Les règles d’or d’une bonne intervention

Selon la Haute Autorité de la Santé (HAS), les interventions quelqu’elles soient, doivent répondre à des règles de base.

 

Elles doivent structurer l’environnement afin qu’il s’adapte à la personne en lui apportant tous les repères dont elle a besoin. Ce n’est pas à la personne de s’adapter mais bien à l’intervention de créer un environnement satisfaisant.

Elles doivent impérativement tenir compte des familles. Fini le temps où les professionnels décidaient de façon unilatérale les interventions à mener. Personne ne peut obliger les familles ni même les tenir à l’écarter.

Elles doivent comporter des objectifs à court terme avec un but à long terme. Cela signifie qu’il faut avancer pas à pas où, si vous préférez la métaphore, construire un tout pierre après pierre.

Les activités proposées se doivent d’être réalistes et adaptées au développement de la personne tant à son âge qu’à son milieu. Il ne faut donc pas que les activités et objectifs de l’intervention soient irréalisables par la personne sinon, nous la mettons en situation d’échec et elle ne pourra évoluer positivement.

Les interventions doivent avoir une durée assez importante afin de produire des échanges et de permet l’éducation. Si les séances sont trop courtes ou si elles sont trop éloignées, les progrès seront bien difficiles à développer.

Les interventions se doivent d’avoir pour objectif principal la généralisation des acquis. Les personnes avec autisme ressentent de grandes difficultés à généraliser leurs compétences puisque ce qu’elles vont réussir à effectuer dans un contexte particulier ne leur viendra pas naturellement dans une autre situation. Il faut donc bien veiller à ce que toutes les compétences soient révisées régulièrement et dans toutes sortes de contexte.

Les interventions doivent être évaluée et réajustée régulièrement. Ce n’est que comme cela que la personne progressera. Il faut pouvoir vérifier l’efficience des activités proposées pour avoir une intervention pertinente et adaptée."

http://www.aba-autisme.fr/

Posté par jjdupuis à 05:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


25 février 2012

article publié dans Médiapart le 23 février 2012

La psychanalyse et l'autisme en France, ou les dégâts d'un lyssenkisme hexagonal

 

Antonio Fischetti a pondu récemment, dans le Charlie Hebdo du 11 janvier dernier, un billet gentiment intitulé « Suis-je un fasciste ou un charlatan ? » Notons au passage que la disjonction dans ce titre n’est pas judicieuse, car les deux attributs sont souvent intimement associés – rares sont les formes de fascisme qui ne reposent pas sur un quelconque charlatanisme, qu’il soit idéologique ou pseudo-scientifique, et à son tour, le charlatanisme, pour s’imposer, dérive rapidement vers des méthodes de manipulation de l’individu et des groupes d’individus pour aboutir à leur soumission, qui caractérisent l’idéologie fasciste.  Il échappe peut-être à la vigilance intellectuelle de M. Fischetti que ce qui est précisément remis en cause, par les parents d’enfants autistes, est la prise en charge de l’AUTISME par les psychanalystes, dans la mesure où la psychanalyse n’a jamais été capable de démontrer une quelconque efficacité dans ce domaine, et qu’au contraire, elle contribue à enfermer les enfants souffrant de ce handicap dans leur retard développemental, tout en culpabilisant les parents, ce qui engendre une grande détresse.

Les psychanalystes occupent toujours la place prépondérante dans les institutions françaises où sont pris en charge les autistes. Par leur opposition déclarée aux TCC, ou par leur prétention à vouloir imposer leur contribution par le biais d’un montage nommé « approche intégrative », ils empêchent les enfants d’avoir accès à des méthodes qui ont fait leur preuve et qui pourraient leur permettre à apprendre à communiquer, à acquérir le langage, pour finalement se développer et être capable de s’épanouir et vivre une vie digne. Le retard de la France est patent et reconnu internationalement. L’engouement pour la psychanalyse est, de loin, principalement responsable de cette situation.

Faisant partie du problème, les psychanalystes ne peuvent à la fois prétendre faire partie de la solution. Les parents revendiquent, avec détermination, que la psychanalyse soit exclue du traitement de l’autisme. Cette revendication est légitime et conforme à l’état de la connaissance actuel en matière d’autisme. Les psychanalystes doivent simplement reconnaître leurs limites et s’avouer incompétents en matière d’autisme. Or, il semble que, pour les psychanalystes, même pour les plus nuancés d'entre eux, une telle admission n’est pas acceptable, car elle risque de remettre en cause tout leur édifice idéologique. Est-il possible que la psychanalyse fonctionne dans notre pays comme une science totalitaire, une sorte de lyssenkisme hexagonal ?    

Pour Elisabeth Tessier, il y a des astrologues sérieux, qui ont une approche scientifique (qui peut même être sanctifiée par un doctorat délivré par une Université française), dont elle fait naturellement partie, et des astrologues charlatans, qui sont la honte de la profession. Il en est de même pour Fischetti en ce qui concerne les psychanalystes : d’une part, il y a les psychanalystes « pitoyables » et « dogmatiques », ses collègues sur qui il n’hésite pas à jeter l’opprobre, pour mieux se positionner comme un psychanalyste « nuancé », raisonnable. (Si j’étais psychanalyste, je me dirais que quand on a des amis comme lui, on n’a pas besoin d’ennemis…) Dans son billet de Charlie Hebdo, Fischetti use d’un euphémisme lorsqu’il dit « qu’il ne condamne pas totalement et radicalement la psychanalyse », pour ensuite se plaindre qu’on le classe dans le camp des défenseurs des pseudo-sciences. En fait, son approche consiste à enlever les quelques fruits pourris pour sauver la récolte. C’est une stratégie de défense, qui le place résolument dans le camp des partisans de de la psychanalyse. Il a donc un double langage, qui malheureusement le condamne à l’incohérence. Ainsi, il se contredit, en commençant par observer que « les concepts psychanalytiques n’ont pas été démontrés par des expériences », concluant qu’ « il est vrai, la psychanalyse n’est pas scientifique », pour, à peine dix lignes plus loin, dire l’exact opposé : « il existe des études répondant aux règles scientifiques, et qui prouvent l’efficacité de thérapies ou d’hypothèse psychanalytiques ».

Pour étayer cette dernière affirmation, Fischetti cite deux références. La première est une méta-analyse publiée en 2008, qui ne traite pas de l’autisme et qui a été critiquée car s’appuyant sur des études très disparates et extrêmement limitées pour servir de base à une méta-analyse.(*) En deuxième, il cite, sans autres précisions, les articles de Bruno Falissard de l’INSERM. Tout cela est bien maigre. Fischetti tombe lui-même, en l’occurrence, dans cette « lecture sélective » dont il accuse les « pourfendeurs » de la psychanalyse. Il met en effet en exergue les travaux d’un seul chercheur de l’INSERM, tout en faisant l’impasse sur le rapport « Psychothérapie – Trois approches évaluées » extrêmement détaillé et très élaboré que cette même institution a produit en 2004 en faisant appel à un groupe de ses meilleurs experts, qui ont passé en revue quelques 1000 articles et documents, pour conclure  à l’inefficacité de l’approche psychanalytique et à la supériorité des TCC dans le traitement de l’autisme. Difficile d’avoir une lecture plus sélective !

Il apparaît aussi que pour Fischetti, la science est une notion à géométrie variable, à laquelle il a recours – du bout des lèvres - quand il peut en tirer un soutien au dogme psychanalytique, mais qu’il dénigre en la taxant de « scientificité » dès que la démarche scientifique ne se prête plus à cette utilisation idéologique. Mais, ce qui est plus grave, il présente une version dénaturée de l’état de la connaissance en matière de psychologie, attribuant à la psychanalyse le monopole de l’inconscient : « je crois en effet à l’existence de l’inconscient. Pure invention, s’enflamment ceux qui veulent bruler Freud ». D’une part, l’inconscient n’est pas une invention de Freud, bien que ce dernier s’en soit abusivement attribué la paternité (comme Onfray l’a bien montré). D’autre part, la notion d’inconscient n’est pas l’apanage exclusif de la psychanalyse, loin de là. La division entre activité cérébrale consciente et inconsciente est actuellement un champ de recherche extrêmement fertile. Je pense notamment aux recherches placées sous la désignation de « Dual process theory ». Jonathan St B.T. Evans passe en revue l’état de la connaissance dans son récent livre « Thinking Twice : two minds in one brain ».  On peut aussi lire le dernier ouvrage de Daniel Kahneman, prix Nobel d’économie, « Thinking, Fast and Slow » - le point central de Kahneman est que le comportement de l’être humain est essentiellement dicté par son inconscient, et que nous ne sommes pas l’ « agent rationnel » qui est présupposé comme axiome central de l’ultra-libéralisme, mais sommes au contraire motivés par des préjugés de toutes sortes, qui échappent à notre conscience. L’inconscient joue aussi un rôle central dans « La soumission librement consentie » de Joule et Beauvois, qui observent que les gens « ignorent les déterminants de leur comportements tout comme ils ignorent les déterminants de leurs jugements, et la raison est simple : ils n’y ont généralement pas accès. »  J’aime beaucoup mieux cet aveu d’impuissance et ce constat d’une limite - nous n’avons pas accès à nos motivations inconscientes - plutôt que cette vaine prétention de vouloir tout expliquer en ayant recours à la mythologie freudienne.

De toutes les théories de l’inconscient, la psychanalyse est la moins intéressante et la plus stérile. Mais même si cela n’était pas le cas, même si la psychanalyse détenait les clés de notre inconscient, tant qu’elle n’a pas prouvé son efficacité dans le traitement de l’autisme – et pour l’instant, sa performance est complètement négative - elle n’a aucune légitimité à se mêler de ce qui ne la regarde pas. Ce qui importe, c’est que les soins prodigués aux autistes puissent leur donner les meilleures chances de vivre aussi bien que possible avec leur handicap. Les parents d'enfants autistes savent ce qui marche – et qui est constamment en  train d’évoluer, se soumettant à la validation scientifique de manière continue – et ce qui ne marche pas. Et pour eux, la psychanalyse est irrémédiablement disqualifiée : ils n’en veulent tout simplement pas.

(*) La remarque formulée par les experts de l’INSERM dans leur rapport s’applique à la perfection à cette étude : « La principale pierre d’achoppement des études méta-analytiques est le regroupement d’études concernant des pathologies ou des problèmes psychologiques variés et aussi les biais d’inclusion tenant à l’allégeance idéologique des auteurs. »

http://blogs.mediapart.fr/blog/pascal-diethelm/230212/la-psychanalyse-et-lautisme-en-france-ou-les-degats-dun-lyssenkisme

Posté par jjdupuis à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

article publié dans lamontagne.fr le 23 février 2012

Rencontre avec Annick Jean, fondatrice de l’association Educautisme et maman de Louison

Lu 99 fois

Un mercredi sur deux, un atelier ouvert à tous les enfants, à l’école Notre-Dame-des-Oliviers à Murat, permet cette évolution en milieu ordinaire, souhaitée par nombre de parents. Lesquels attendent également beaucoup de cette année 2012 pour laquelle l’autisme est décrété grande cause nationale.</br>Credit : Centre France

Un mercredi sur deux, un atelier ouvert à tous les enfants, à l’école Notre-Dame-des-Oliviers à Murat, permet cette évolution en milieu ordinaire, souhaitée par nombre de parents. Lesquels attendent également beaucoup de cette année 2012 pour laquelle l’autisme est décrété grande cause nationale.
Credit : Centre France

Louison a 4 ans et demi. Diagnostiqué autiste à 2 ans. Sa maman témoigne d’un parcours jalonné d’obstacles pour qu‘il ait droit à une vie simplement ordinaire.

«Le jour où Louison a enfin pu partir à l'école avec son grand frère, Maël, celui-ci a dit : "c'est bon, maintenant, il n'est plus autiste". »

Lousion est toujours autiste, on ne guérit pas de l'autisme. Mais son parcours, à seulement 4 ans et demi, sa maman aimerait juste qu'il puisse servir. De motivation. Pour tous les parents dépassés. Pour bousculer les préjugés. « On avait remarqué que Louison avait des difficultés de communication. Il n'avait pas le même comportement que son frère aîné. Un jour, j'ai vu qu'il faisait comme un parcours rituel à la maison : là, on s'est dit qu'il y avait vraiment un problème… On a vu un pédopsychiatre mais, comme Louison avait passé les huit premiers mois de sa vie à l'hôpital, il a mis ça sur le compte de sa santé. Il nous a dit d'attendre. Mais plus le temps passait, plus son comportement devenait étrange… » Commence alors le parcours du combattant. Pour Louison. Pour ses parents. Car en France, l'autisme reste encore très méconnu. Diagnostiqué toujours trop tard : l'âge moyen du diagnostic est de 6 ans, alors que tout se joue entre 18 mois et cinq ans. Expliqué encore par les pédopsychiatres comme « un trouble relationnel avec la maman ».

« Une amie médecin m'a orientée sur cette piste. Elle nous a incités à aller voir un certain nombre de sites liés à l'autisme… De là, on a décidé de regarder les possibilités de prise en charge et on a vu que c'était le gros néant. On a contacté Autisme France mais tout de suite, on s'est rendu compte que ce serait difficile de trouver une place. On s'est tourné vers la Belgique puis la Suisse. »

 

Et c'est en Suisse que la famille va prendre la décision de déménager. « Notre priorité, c'était Louison. On est allé voir l'école, qui a vingt ans d'expérience dans ce domaine. Une école très cosmopolite, où il y a beaucoup de professionnalisme. Ils ont posé un diagnostic d'autisme profond. »

Annick était en congé parental, son mari kiné : la mobilité n'était pas un problème. La prise en charge financière, le non conventionnement entre les Sécus, ils sont également passés outre. Une telle école coûte 10.000 € par an, certes, mais les progrès de Louison n'ont pas de prix.

« Il est sorti de son petit monde à lui »

« Il a énormément progressé. Le verbal est venu très vite, le reste a suivi. On s'est dit qu'on avait fait le bon choix. Il est sorti de son petit monde à lui. Quand Louison a dit son premier mot, son frère, qui avait eu beaucoup de mal à cause du déménagement, a dit : "bon, ben c'est bon maintenant, il parle, on peut rentrer". On était parti pour deux, trois ans. On est revenu en France au bout d'un an, par rapport au projet de structure sur Saint-Flour (*). On s'était battu pour, avec Educautisme. »

De retour dans le Cantal, Annick et son mari doivent alors se battre pour que Louison ne perde rien de ce qu'il a acquis. Grâce au soutien d'une psychologue, ils ont pris eux-mêmes le relais. « On devait être à la hauteur de la structure qu'il quittait. » Soudés comme toujours autour de Louison. « À deux, c'est plus facile. Quand on a un enfant autiste, on fait le tri autour de soi. Certains en ont peur. D'autres nous disent "mais vous ne faîtes plus rien à deux". Mais si : nous, notre projet de vie à deux, c'est Louison. Il nous apporte tellement au quotidien. Chaque journée a son petit truc. Oui, vous avez un enfant différent mais c'est tellement enrichissant. » (*) Le pôle autisme à l'école Hugo-Vialatte.

La Traversée blanche. Les bénéfices de la 6 e édition, qui partira dimanche de Tiviers entre 13 h 15 et 14 h 30, seront reversés à Educautisme.

Séverine Perrier

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/cantal/saint-flour/2012/02/23/rencontre-avec-annick-jean-fondatrice-de-lassociation-educautisme-et-maman-de-louison-189723.html

Posté par jjdupuis à 00:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 février 2012

article publié dans le quotidien du médecin le 24 février 2012

Autisme : un député dénonce des pressions sur la HAS


Daniel fasquelleDans une lettre adressée à Xavier Bertrand, le député UMP Daniel Fasquelle s’inquiète de « pressions remettant en cause l’indépendance de la Haute Autorité de santé » qui doit bientôt publier ses recommandations sur l’autisme.

Tandis que la Haute Autorité de santé (HAS) doit publier le 6 mars prochain ses recommandations de bonnes pratiques dans la prise en charge de l’autisme et des troubles envahissant du comportement chez les enfants et adolescents, le député UMP Daniel Fasquelle alerte sur des pressions que subirait la HAS et susceptibles de remettre en cause le contenu de ses recommandations. « Après avoir défini en janvier 2010 l’autisme comme un trouble envahissant du développement, l’écartant ainsi du champ des psychoses, la Haute autorité de santé s’apprêtait logiquement à présenter un rapport excluant les approches d’inspiration psychanalytique des pratiques recommandées », au profit de méthodes éducatives et comportementales. Or, « des faits laissent aujourd’hui penser qu’on cherche à faire pression sur elle pour qu’elle n’aille pas au bout de sa démarche », écrit le député dans une lettre adressée au ministre de la Santé, Xavier Bertrand. Daniel Fasquelle déclare en effet être « en possession d’éléments » lui permettant « d’affirmer que la HAS est (…) victime de pressions, de la part des partisans de l’approche psychanalytique de l’autisme, visant à l’empêcher de publier ses recommandations en l’état et à lui faire réécrire dans un sens contraire à la définition posée en 2010 ». Selon le député, les récentes fuites dans la presse du contenu de rapport émanent d’une volonté de déstabilisation de la Haute Autorité qui a aussitôt démenti le caractère définitif de ce document transmis au quotidien « Libération ».

Des fuites anormales.

« Je constate que ce groupe de travail (de la HAS) était parvenu à un consensus », explique-t-il au « Quotidien ». « On a fait fuiter ces recommandations pour créer toute une agitation. (...) Aujourd’hui tout est fait pour que la Haute Autorité ne puisse pas statuer de façon sereine. Le fait que ce document ait été publié dans la presse est tout à fait anormal », poursuit le député qui assure ne pas avoir eu accès directement à ce rapport. Selon les sources de Daniel Fasquelle, la HAS aurait « déjà fait passer les pratiques psychanalytiques des pratiques non recommandées aux pratiques non consensuelles ». Auteur d’une proposition de loi visant à interdire les pratiques psychanalytiques dans l’autisme et président du groupe d’études parlementaire sur l’autisme, le député s’« inquiète vivement d’une telle remise en cause de l’indépendance de notre plus haute autorité de santé ». Il demande à Xavier Bertrand d’« intervenir immédiatement pour mettre fin à ces pressions et faire en sorte que la Haute Autorité de santé puisse finaliser son rapport en toute autonomie et dans la plus grande sérénité ». Pour le député, la HAS « ne doit pas se laisser perturber par des éléments extérieurs à la science et se laisser dicter ce qu’elle a à dire ». Si les recommandations de la HAS sur la psychanalyse devaient ainsi être réécrites, Daniel Fasquelle assure qu’il n’en restera pas là. « Je demanderai qu’on réunisse une commission d’enquête. J’ai des documents qui pourraient le cas échéant prouver ce que je dis », assure-t-il. De son côté, l’association « Vaincre l’autisme » entend mobiliser les familles d’enfants autistes en organisant le 6 mars à 10 heures une manifestation devant le siège de la HAS.

› DAVID BILHAUT

http://www.lequotidiendumedecin.fr/information/autisme-un-depute-denonce-des-pressions-sur-la-has

Posté par jjdupuis à 23:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

article publié dans PSY COMPORTEMENTALISTE : Psychothérapeute TCC (Paris)

Psychanalystes, au Tribunal !

Pourquoi le psychanalyste doit-il répondre de ses actes ?

Parce qu’il est un être humain et que tout être humain doit répondre de ses actes. Mais aussi et surtout quand il est médecin, parce qu’un médecin a des obligations particulières envers ses patients.  Notamment, « dès lors qu’il a accepté de répondre à une demande, le médecin s’engage à assurer personnellement au patient des soins consciencieux, dévoués et fondés sur les données acquises de la science, en faisant appel, s’il y a lieu, à l’aide de tiers compétents ». Parce qu’un médecin « doit toujours élaborer son diagnostic avec le plus grand soin, en y consacrant le temps nécessaire, en s’aidant dans toute la mesure du possible des méthodes scientifiques les mieux adaptées et, s’il y a lieu, de concours appropriés ». Parce qu’un médecin ne peut proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé (articles  33 du code de déontologie médicale,  R. 4127-32, R. 4127-33 et R. 4727-39 du code de la santé publique). Or, les études scientifiques (Schopler, 1971 ; Lovaas et Simmons, 1969) les plus abouties démontrent clairement la non-pertinence de l’approche psychanalytique dans le traitement de l’autisme (et c’est notamment le cas du rapport qui sera rendu public par la Haute Autorité de Santé le 6 mars prochain).

Ne pas tenir compte de ces preuves scientifiques, c’est très clairement ne pas assurer des soins fondés sur les données acquises de la science ni tenir compte des méthodes scientifiques les mieux adaptées. Proposer un traitement psychanalytique de l’autisme c’est proposer au patient un procédé illusoire. Ce sont des fautes déontologiques. Ce sont également des fautes tout court, au sens civil et pénal.

Comment le psychanalyste doit-il répondre de ses actes ?

Votre enfant a été diagnostiqué autiste mais l’explication qui vous a été donnée repose sur un fondement psychanalytique ? Vous souffrez de toute la culpabilité qui vous a été infligée ? Votre enfant a été orienté vers une structure de soins où il  a subi des traitements d’approche psychanalytique type  « packing » ? Il n’a fait aucun progrès, ne parle pas ?

Vous n’avez pas à supporter la fatalité au nom d’une prétendue science omnipotente. Trois solutions s’offrent à vous :

-        Aller devant le Conseil de l’ordre,

-        Aller devant les juridictions pénales,

-        Aller devant les juridictions civiles.

Porter plainte devant le Conseil de l’ordre des médecins c’est attaquer la qualité de la pratique du médecin psychanalyste qui ne respecte pas ses obligations déontologiques. Il s’agit d’une action utile pour faire avancer la pratique médicale et mettre un terme à des agissements peu scrupuleux. Les instances disciplinaires pourront sanctionner d’un blâme, un avertissement, une interdiction temporaire ou permanente d’exercer voire une  radiation du praticien. En outre, lorsque les faits révèlent une incompétence professionnelle, une injonction de formation pourra assortir la décision !

Porter plainte au pénal, c’est poursuivre le psychanalyste qui a commis une infraction pénale. C’est une action grave mais qui parfois ne laisse pas le choix. En effet,  le droit pénal est édicté au nom de la Société tout entière. C’est parce que certaines valeurs sont socialement protégées (par exemple l’intégrité du corps humain) que certains comportements sont prohibés et érigés en infractions (les violences dans notre exemple). Et c’est au nom de la Société que des peines viennent sanctionner ceux qui violent la loi pénale, ceux qui ne respectent pas les valeurs de la Société. Autrement dit, la responsabilité pénale d’un individu est, de prime abord, totalement indifférente au préjudice qui pourrait être subi par un autre individu : c’est avant tout la Société qui est atteinte par le comportement déviant et c’est pour cela que le contrevenant (délinquant ou criminel) sera poursuivi et jugé, indépendamment d’un éventuel préjudice subi par un tiers. L’action pénale est avant tout publique et elle suppose avant tout la commission d’une infraction pénale. S’agissant du traitement des autistes en institution la Cour de cassation (dans un arrêt déjà ancien du 2 décembre 1998 a ainsi été amenée à juger s’agissant de sanctions infligées à de jeunes pensionnaires autistes par le personnel éducatif d’une institution spécialisée, notamment l’administration de douches froides que  « ne peuvent constituer des mesures éducatives des traitements dégradants imposés à des êtres humains ». La Cour a ainsi considéré que des pratiques assimilables au « packing » constituaient des traitements inhumains et dégradants et sanctionné leurs auteurs pour violences sur mineurs (articles 222-13 et 222-14 du Code pénal). D’autres pistes pourraient être explorées, selon les traitements effectivement subis, que l’on songe aux actes de torture ou de barbarie (articles 222-1 et suivants du code pénal), risques causés à autrui (articles 223-1 s.), omission de porter secours (article 223-6), abus de l’état d’ignorance ou de faiblesse (article 223-15-2)… Tout est donc affaire de circonstances… Il est tout à fait possible pour la victime de demander réparation du préjudice personnel et direct subi du fait de l’infraction.

Engager la responsabilité civile du psychanalyste est une autre piste à explorer qui pourrait peut être davantage prospérer car comme en dispose l’article 1382 du code civil : « tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer ». Ici nul besoin de démontrer l’existence d’une infraction, la seule faute suffit (la violation d’un devoir ou plus globalement du devoir général de ne pas nuire à autrui). Ainsi, le simple diagnostic erroné pourrait être considéré comme une faute. Les mauvais soins médicaux aussi. Resterait à déterminer le préjudice et le lien de causalité entre les deux. Ce préjudice, qui peut être matériel ou moral, pourrait même consister en une simple perte de chance, comme l’admet la jurisprudence (V. notamment, Civ. 1re, 21 nov. 2006, n°05-15.674 : constitue une perte de chance réparable la disparition actuelle et certaine d’une éventualité favorable). Il a ainsi été jugé qu’en raison de leur persistance dans un diagnostic erroné, des médecins sont responsables de la perte d’une chance, pour le patient, de subir des séquelles moindres (V. en ce sens : Civ. 1re, 8 juill. 1997, n°95-18.113) ou encore que la perte d’une chance d’être «soigné efficacement» subie par un malade décédé au cours d’un accident postopératoire ne constitue pas seulement un préjudice moral, cette perte étant celle d’une chance d’éviter la mort et les divers préjudices en résultant directement (V. Civ. 1re, 10 janv. 1990, n°87-17.091). Quid du jeune autiste qui faute d’avoir pu bénéficier d’un diagnostic et d’un traitement adéquats, fondés sur les données acquises de la science, aurait définitivement perdu la possibilité de pouvoir s’intégrer à la société ? Quid de la mère éplorée à qui le psychanalyste a fait comprendre que c’était de sa faute et qui s’est en outre vue privée de son enfant des années durant ? Quid de ces parents qui récupère un adulte dans un état végétatif après des années d’errance dans des institutions d’orientation psychanalytique ?

Maintenant, les psychanalystes doivent répondre de leurs actes !

http://www.psy-comportementaliste.fr/2012/02/22/tribunal-responsabilite-penale-civile-autisme-psychanalyste/

Posté par jjdupuis à 23:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

communiqué de l'association vaincre l'autisme

   
Bonjour à tous,
 
Suite à la rencontre de M. SAJIDI, Président de VAINCRE L’AUTISME, avec le Pr DELION, promoteur du Packing en France, le jeudi 16 février à Lille, une décision sera rendue par le Conseil Départemental de l’Ordre des médecins entre le 29 mars et le 15 avril.
Suite à la lettre adressée aux ministères, à l’ANESM et à la HAS en date du 17 février :                http://www.vaincrelautisme.org/sites/default/files/lettre_HAS_ANESM_MINISTERES_CNS_fevrier_2012.pdf)                          
 
Le mardi 6 mars, la Haute Autorité de Santé (HAS) et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) présenteront les Recommandations de bonne pratique sur l’autisme et les troubles envahissants du développement chez l’enfant et l’adolescent. « L’objectif sera de mettre en lumière les avancées les plus importantes pour les enfants et leur famille ainsi que pour les professionnels concernés des secteurs médico-social et sanitaire » (source : site de la HAS). Dans les débats publics actuels et sous les pressions exercées par les psychiatres psychanalystes sur la Haute Autorité de Santé (HAS) en vue de faire modifier les Recommandations de bonne pratique sur la prise en charge de l’autisme et les troubles envahissants du développement chez l’enfant et l’adolescent, il semblerait que la HAS soit sur le point de céder à ces pressions. Une modification aux conséquences graves et lourdes sur la santé des enfants autistes et leurs familles…
 
Cette modification, effectuée sous la pression du lobby de psychiatrie psychanalytique, renvoie la France à son retard historique et met en cause la crédibilité de la HAS.
 
VAINCRE L’AUTISME a en effet été alerté que dans les Recommandations à venir, la psychanalyse passe de « non recommandée » à « non consensuelle ». Le Collège de la HAS remet ainsi en cause les avis des experts et de la consultation publique, qui se sont majoritairement prononcés pour que la psychanalyse soit « non recommandée » concernant la prise en charge de l’autisme en France.
 
Pour les enfants atteints d’autisme et leurs parents, le moment est venu d’avoir gain de cause pour une vie meilleure, par l’accès au diagnostic précoce et une prise en charge adaptée. Veuillez prendre connaissance de la lettre adressée à la HAS ce jour :
 
Rassemblons-nous, mobilisons-nous ! Le mardi 6 mars sera la JOURNEE D’ACTION CONTRE LE PACKING à Paris. Le RDV de la manifestation est donné à 10h à :
 
Haute Autorité de santé
2, avenue du Stade de France
93218 Saint-Denis La Plaine Cedex
 
Un événement à l’action contre le Packing de sensibilisation se déroulera simultanément sur le Pont des Arts à partir de 10h.
 
Faites passer ce message, mobilisez-vous, mobilisez vos proches, sensibilisez les gens autour de vous (qu’ils soient concernés ou non)…
 
Inscrivez-vous par mail à : info@vaincrelautisme.org
 
A très bientôt,
 
VAINCRE L’AUTISME
 
VAINCRE L'AUTISME
51 rue Léon Frot 75011 Paris
Tél: 01 47 00 47 83 - Fax: 01 43 73 64 49
info@vaincrelautisme.org

Posté par jjdupuis à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,