24 avril 2019

Autisme : bientôt un foyer d'accueil à Noisy-le-Grand

article publié sur le site de la ville de Noisy-le-Grand


Une perspective du futur bâtiment vu depuis la coulée verte en cours d’aménagement.

À Noisy, la Ville s’engage pour ne pas laisser les personnes atteintes d’autisme et leur famille sans solution. Elle met à disposition un terrain pour la construction d’un foyer d’accueil médicalisé de 35 places, qui ouvrira en 2021.

Publié le 18 avril 2019

Le 2 avril avait lieu la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, une maladie qui touche des milliers de familles en France. Des familles parfois sans solution pour leurs proches autistes et obligées de déménager en Belgique pour leur offrir un lieu d’accueil adapté.

« La Ville a souhaité répondre à la problématique de l’accueil des adultes atteints d’autisme en réservant un terrain lui appartenant pour la construction d’une structure adaptée. C’est un projet que la municipalité a défendu devant l’Agence régionale de santé avec l’association partenaire, le Gapas », explique Bellina Léon, adjointe au maire déléguée à la Santé et au Handicap.

Ainsi, un foyer d’accueil médicalisé de 35 places pour adultes, dont 5 places en accueil de jour, sera construit rue René-Navier. Ce projet est porté par le Gapas, qui gère 26 établissements spécialisés en France, et son financement est assuré notamment par l’Agence régionale de santé. Les travaux débuteront en 2020, rue René-Navier, pour une ouverture en 2021.

Information et orientation

« Le bâtiment a été conçu pour s’adapter aux spécificités de l’autisme, grâce à sa sobriété, mais aussi pour une bonne intégration dans le quartier, en collaboration avec la Ville de Noisy », précise Charly Chevalley, responsable qualité et développement au sein du Gapas. « L’objectif est aussi d’ouvrir ce foyer d’accueil sur la ville et d’offrir un nouveau service aux habitants face à une désertification médicale qui s’accélère, poursuit Bellina Léon. Les aidants familiaux seront associés à cette structure qui prévoit, en outre, la création d’un espace parental dédié à l’information et l’orientation sur l’autisme. Ce projet s’inscrit dans la continuité de notre travail d’inclusion des personnes handicapées dans la ville, et nous favoriserons leur participation aux différents dispositifs culturels, sportifs ou associatifs de Noisy. »

Posté par jjdupuis à 10:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Un projet européen inédit pour l'inclusion des élèves en situation de handicap

 

Un projet européen inédit pour l'inclusion des élèves en situation de handicap

l'essentiel Après 3 ans de travaux, une dizaine de partenaires européens réunis autour de l'APAJH du Lot viennent de construire un module de formation pour les maîtres d'école afin d'inclure les élèves ayant un handicap. Le projet est inédit de par son rayonnement européen et sa durée.

https://www.ladepeche.fr

 

Posté par jjdupuis à 01:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Autisme : Bleu Network, une plateforme de mise en relations pour les parents et les professionnels

04/04/2019

100 000 enfants et 600 000 adultes souffrent d’autisme en France. Pour les aider, ainsi que leurs familles, un couple de Lyonnais a créé une plateforme gratuite pour les particuliers et les professionnels de santé.

autiste © istock

Leur deuxième enfant avait un peu moins de deux ans lorsque le diagnostic d’autisme a été posé. Leur vie a alors basculé du jour au lendemain. Loin de baisser les bras, ils ont tout mis en œuvre pour faciliter la vie de leur enfant autiste et la leur, mais aussi celles de toutes les autres familles rencontrant le même problème.

Bleu Network, la plateforme qui répond aux besoins de tous

Bleu Network s’adresse aux parents, aux familles, aux accompagnants, aux professionnels… afin de répondre aux besoins de chacun et de mettre les différents interlocuteurs en relation.

Ainsi, on y trouve un annuaire qui recense les centres de ressources, les associations, les activités de loisirs dans chaque région de France. Un espace emploi pour que les professionnels proposent leurs compétences ou pour que desemployeurs puissent recruter le personnel dont ils ont besoin. Pour se tenir au courant de tout ce qui se passe en matière d’autisme, les dernières actualités sont également proposées.

L’inscription à cette plateforme est entièrement gratuite pour les familles et les intervenants spécialisés. En revanche, à terme, elle sera payante pour les recruteurs. Une très belle initiative de la part de ce couple lyonnais qui aidera bien des familles. Merci.

 

Auteur : Véronique Bertrand

Posté par jjdupuis à 01:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

RSA et PCH enfant : les Caf s’opposent au Conseil d’État

article publié dans Faire-Face

La Cnaf a communiqué aux Caf un argumentaire sur lequel elles doivent s'appuyer pour ne pas appliquer les règles de droit liées à la PCH enfant.

Faire-face.fr a obtenu une note interne de la Cnaf absolument stupéfiante. Elle demande à ses caisses de prendre en compte, pour le calcul du RSA, le dédommagement versé au titre de la PCH à un parent aidant familial de son enfant handicapé. C’est-à-dire de faire le contraire de ce qu’a rappelé le Conseil d’État dans une décision rendue en 2017.

La Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) ne craint pas de faire des entorses à la loi. Même lorsque le Conseil d’État a rappelé le droit. Le cas du cumul RSA et PCH enfant l’illustre jusqu’à la caricature.

En jeu : le mode de calcul du montant du RSA des parents aidants familiaux de jeunes de moins de 20 ans. De longue date, la Cnaf enjoint à ses caisses (Caf) de considérer comme une ressource le dédommagement qu’ils perçoivent au titre de la PCH de leur enfant. Ce qui entraîne donc la diminution, voire la suppression, de leur RSA.

PCH en complément de l’AEEH de base


Le Conseil d’État est la plus haute juridiction administrative française.

Le 10 février 2017, le Conseil d’État a statué sur une affaire opposant un parent à une Caisse. Sa décision est claire. « Lorsque la prestation de compensation du handicap est perçue (…) en complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH), il ne doit pas en être tenu compte pour le calcul des ressources déterminant le montant du revenu de solidarité active. » C’est systématiquement le cas pour un enfant de moins de 20 ans : la PCH est versée en complément de l’AEEH de base. Le cumul entre RSA et PCH enfant est donc bien possible.

Des « consignes nationales »

Pourtant, la Cnaf refuse de se plier à la décision de la plus haute juridiction administrative française. Un document interne, dont Faire-face a eu copie, le prouve. Les Caf ont reçu ces « consignes nationales, le 20 février ». Soit plus d’un an après la décision du Conseil d’État.

Les juristes de la Cnaf y développent leur argumentation. Ils distinguent la PCH proprement dite (qui peut couvrir l’aide humaine mais aussi les aides techniques ou bien encore l’adaptation du logement) du dédommagement que l’un des parents perçoit au titre du volet aide humaine de la PCH. La première – le montant global de la PCH – ne doit pas être pris en compte dans le calcul du RSA, reconnaissent-ils. Par contre, le second – le dédommagement – doit l’être.

Lire aussi

Les ministères à la rescousse


Extrait de la note de la Cnaf

Pour eux, la décision du Conseil d’État concerne la PCH dans sa globalité et non le dédommagement. Ce qui les amène à assurer que « l’analyse de cet arrêt (…) justifie le bien fondé de la prise en compte pour le calcul du RSA des sommes perçues par le parent (dédommagement ou rémunération) au moyen de la prestation de compensation ». La note précise même que cette analyse a été « confirmée par les services ministériels ».

« La Cnaf s’obstine à admettre l’évidence. »

Pourtant, l’arrêt en question ne fait pas cette distinction. Les magistrats se basent sur l’article R. 262-11 du code de l’action sociale et des familles. Et ils tirent une conclusion sans équivoque : la PCH enfant n’a pas à être considérée comme une ressource pour le calcul du RSA. 

« Toutes les décisions des tribunaux dont nous avons connaissance – à Grenoble en 2017 et à Rennes en 2018 – vont dans le même sens que la décision du Conseil d’État, souligne Marion Aubry, vice-présidente de l’association Toupi qui a accompagné plusieurs familles concernées. Et pourtant la Cnaf s’obstine à admettre l’évidence. »

Récupérer les indus

Cette dernière invite d’ailleurs ses caisses « à s’appuyer sur [son] argumentaire dans le cadre du traitement des contestations » dont elles pourraient être saisies.

Et pour les familles auxquelles elles auraient déjà versé le RSA sans tenir compte du dédommagement comme une ressource ? La Cnaf leur demande alors de consulter le conseil départemental, qui verse le RSA. S’il le souhaite, les Caf réclameront les sommes qui, selon elles, ont été abusivement versées. Si ce n’est pas de l’acharnement…

Posté par jjdupuis à 01:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 avril 2019

C'est dimanche & Elise fait de l'équitation avec Trott'Autrement

Dimanche matin 11 heures, séance d'équitation à pied pour Lisou avec sa complice Dora... Nous essayons toujours de l'inciter à monter pour attrapper le coca en hauteur mais pas ce jour-là ... Toujours autant de plaisir et au moins 10 tours de manège en petites foulées !

Centre équestre toujours en travaux ... mais on a maintenant un certain confort et les réalisations sont belles !

Voir aussi le magnifique reportage réalisé avec Sara sur la page Facebook de Trott'Autrement lors de la séance suivante ...

NB Séance comme d'habitude sous la direction de Virginie GOVOROFF-REGNAULT au centre équestre de Neuilly-sur-Marne.

P1110333

P1110336

P1110340

P1110351

P1110358

P1110363

Posté par jjdupuis à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Ludosens : service civique adapté pour les jeunes autistes

article publié sur Handicap.fr

Pas facile de trouver un emploi quand on est jeune, avec peu d'expérience et a fortiori autiste... L'asso Ludosens propose un service civique adapté, pour familiariser les jeunes handicapés de 18 à 30 ans au travail en milieu ordinaire.

21 avril 2019 • Par Cassandre Rogeret / Handicap.fr

 

Près de 700 000 Français seraient concernés par des troubles du spectre de l'autisme (TSA). Si les capacités des autistes Asperger attirent de plus en plus d'entreprises (article en lien ci-dessous), les personnes avec un autisme plus sévère ont bien plus de mal à accéder à l'emploi. Pour les familiariser « en douceur » avec le milieu ordinaire, l'association Ludosens propose un service civique adapté de neuf mois. Il est destiné aux jeunes avec TSA, TDAH (troubles de l'attention / hyperactivité) ou un handicap psychique, âgés de 18 à 30 ans -au lieu de 25 ans pour le dispositif « ordinaire »-. Répartis en trois groupes de quatre, les jeunes apprennent la vie en communauté et le travail d'équipe. Chaque quatuor planche sur un projet qui vise à sensibiliser le grand public à ces troubles, encore source de défiance et de clichés.

Privilégier la pair-aidance

« Ces jeunes ont souvent des phobies scolaires ou sociales et ont pu connaître des phénomènes d'exclusion. Cette expérience leur permet de renouer avec un environnement bienveillant, explique Priscilla Laulan, fondatrice de Ludosens. En même temps, ils sont formés. » Au cours de leur mission, ils sont amenés à réaliser des supports artistiques, créatifs ou numériques, en privilégiant la pair-aidance. En cas de besoin, des professionnels les aident à concrétiser leur projet. Un informaticien les initie, par exemple, à la programmation ou au développement, tandis qu'une illustratrice jeunesse leur dévoile les rudiments du dessin. En 2018, le groupe « artistique » a réalisé une affiche sur « Les huit super pouvoirs du handicap invisible » : penser en arborescence, imagination, sens du détail, perfectionnisme, franchise… (vidéo ci-dessus). Cette année, les jeunes fabriquent un livre numérique et une bande-dessinée.

Répondre à une carence

Cette initiative répond à un besoin d'inclusion professionnelle mais également à une carence du service civique. « Peu de jeunes en situation de handicap y ont accès. Nous l'avons utilisé comme un levier administratif et juridique mais l'idée était de proposer une alternative aux jeunes neuro-atypiques qui ont des fonctionnements et des modes de pensée différents », précise Priscilla Laulan. Pour prendre en compte leurs besoins spécifiques, l'association met notamment à disposition une salle de repos « pour les personnes très fatigables » ou encore des casques anti-bruit pour celles sensibles aux sons. L'objectif : « leur permettre d'évoluer dans un environnement le plus confortable possible ». Autre atout non négligeable : ce dispositif leur permet de cumuler l'AAH (Allocation adulte handicapé) et la bourse de service civique. Intéressés ? Trois sessions auront lieu en 2019 : de mars à décembre, d'avril 2019 à janvier 2020 et de septembre 2019 à juin 2020. Les candidats sont recrutés via le réseau de partenaires de Ludosens : missions locales, dispositif d'emploi accompagné des structures médico-sociales… « Mais les candidatures spontanées sont aussi les bienvenues », assure la directrice.

Illustration article Partager sur :

Posté par jjdupuis à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Certification Autisme, quelle qualité professionnelle pour l’autisme ?

 

 

Julien PAYNOT - Directeur Général HANDEO
La nouvelle certification autisme
« Qu’est-ce que l’exigence de qualité en autisme dans les établissements médico-sociaux ? »
Organisée par l’Union Régionale Autisme France Poitou-Charentes
Mardi 22 janvier 2019 - Salle culturelle - Breuil-Magné

 

Posté par jjdupuis à 03:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Vendredi 7 juin 2019 à CRETEIL -> Forum MDPH du Val de Marne à la Maison des Syndicats

Voir les détails du programme de la journée sur le site du Département du Val de Marne

   

departement du val-de-marne
 
   
  accès
Maison des Syndicats

11 rue des Archives à Créteil
Métro ligne 8 Créteil-Préfecture

Parking de la Brèche à proximité

Plan et itinéraire

INVITATION

Forum MDPH : stands et ateliers autour du handicap

Vendredi 7 juin 2019 de 9h à 17h
Maison départementale des syndicats Michel-Germa

Christian Favier

Président du Conseil départemental du Val-de-Marne

Brigitte Jeanvoine

Vice-présidente en charge des Solidarités en faveur de l'autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées - Présidente de la MDPH

Josette Sol

Conseillère départementale déléguée à l'accessibilité et au transport des personnes âgées et des personnes handicapées

Le bureau du Conseil départemental

 

ont le plaisir de vous convier

au Forum de la Maison départementale des personnes handicapées.

Personnes en situation de handicap, proches aidants ou professionnels : vous êtes invités au Forum MDPH.

Une trentaine de stands seront en accès libre toute la journée.
Vous pourrez y rencontrer des associations (UNAFAM, Autisme 3D, Fraternité des personnes malentendantes, APF…), des établissements et services (ILVM, Handi-répit…), des institutions (CAF, CRAMIF, Education Nationale…).

Au programme aussi :
10 ateliers thématiques gratuits et sur inscription pour :
-découvrir les aides mobilisables pour un adulte en situation de handicap
-vous informer sur la question de l’emploi en situation de handicap
-mieux comprendre les notifications envoyées par la MDPH
et bien d'autres encore !

Surprise à 13h !
Pour un rendez-vous artistique autour du handicap.

Bon forum !



Je m'inscris
en ligne

Posté par jjdupuis à 03:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 avril 2019

Les Molières : la Ferme de la Lendemaine, un lieu d’accueil pour autistes unique en France

article publié dans Le Parisien

=> Voir aussi https://www.la-lendemaine.fr/

Elia Dahan| 27 août 2017, 16h00 |0
Les Molières, jeudi 17 août. Claire et Denis Chastenet ont créé la Ferme de la Lendemaine, un projet qui réunit un centre d’accueil pour adultes autistes, une ferme agricole et artisanale et nombre de projets scientifiques et naturels. (LP/ED)

La ferme de la Lendemaine accueille 24 adultes autistes à qui elle permet d’apprendre le jardinage, le maraîchage ou l’entretien des animaux. Un dispositif unique en France.

Derrière sa brouette, Tania avance en chantant dans les allées de la ferme de la Lendemaine. Elle accompagne Eric, horticulteur, et réceptionne les quelques mauvaises herbes qu’Oumou est en train de déterrer. A leurs côtés, une accompagnatrice, gouge en main, doit régulièrement leur venir en aide. Car Tania et Oumou sont toutes deux autistes.Les deux jeunes femmes, à l’image des 22 autres résidents de la Ferme de la Lendemaine, aux Molières, sont atteintes de Troubles envahissants du développement (TSA). Le foyer d’accueil médicalisé, porté par l’association Sauge (Solidarité autisme gestion) a ouvert ses portes en 2013. Posé au milieu des champs, l’établissement - composé d’un bâtiment principal et de trois maisonnées dans lesquelles vivent les 24 adultes - est unique en son genre dans l’Hexagone.

Maladie, nature et recherche

Ici, contrairement à un centre médical classique pour adultes autistes, l’objectif est de permettre aux résidents d’accéder à un métier et évoluer dans la vie comme n’importe quelle personne. Le fruit d’années de travail pour Claire et Denis Chastenet, créateurs du lieu et parents de Lucie, 41 ans, atteinte d’autisme. « Notre fille a subi de nombreuses maltraitances et a été défenestrée dans une institution spécialisée, relate sa mère. Nous étions démunis face à cette situation et avons donc créé l’association Sauge en 2008, puis déposé notre projet de centre l’année suivante. »

La ferme a pu ouvrir ses portes en 2013 et accueillir ses résidents venus d’Essonne et de Paris, grâce à un partenariat des deux départements pour financer le centre. L’établissement se base sur trois piliers : maladie, nature et recherche. « Nous sommes à 10 km des plus grands centres de recherches sur le cerveau, tel que Neurospin (NDLR : à Gif-sur-Yvette), rappelle Denis Chastenet. Les résidents sont accompagnés, chaque jour, par une équipe d’une cinquantaine de professionnels et nous souhaitons coordonner ce travail avec des chercheurs. » Ce foyer d’accueil pourrait être alors un pilote dans la recherche et la compréhension de l’autisme.


 

La Lendemaine va bientôt vendre ses légumes bio

A quelques pas du foyer d’accueil médicalisé de la Lendemaine, un nouveau projet est en train de prendre forme. Une serre vient de sortir de terre et un potager bio a été mis en place il y a quelques semaines. « Nous avons comme projet de faire du maraîchage, indique Denis Chastenet, fondateur de La Lendemaine. Nous aimerions réussir à avoir une véritable production d’ici trois ans. »

Denis Chastenet va donc accueillir dès le mois de septembre deux jeunes hommes en BTS maraîchage, qui devront cultiver les 600 m2 de potager, entretenir la serre, et développer la production. « Nous leur laissons le terrain et à eux, ensuite, de s’autofinancer. » Pour cela, les deux agriculteurs pourront également compter sur le coup de main des 24 résidents du foyer d’accueil médicalisé qui ont déjà commencé à apprendre les bases du maraîchage.

Posté par jjdupuis à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,