03 mars 2020

Autisme : des studios en construction à Avoine

article publié dans La Nouvelle République

Publié le 03/03/2020 à 06:25 | Mis à jour le 03/03/2020 à 11:19

Ces studios, répartis dans quatre maisons, seront situés près de la rue du 11 novembre et de la caserne des pompiers.

Ces studios, répartis dans quatre maisons, seront situés près de la rue du 11 novembre et de la caserne des pompiers.
© (Illustration ADMR Samva)

A l’initiative de l’ADMR Samva, seize logements sont en construction  près de la caserne de pompiers. Ils doivent accueillir des adultes autistes début 2021.

Face au manque de solutions, elle a décidé d’agir. Depuis sa création, en 2017, à Avoine, l’association Aide à domicile en milieu rural (ADMR) de Service d’accompagnement mutualisé vers l’autonomie des personnes avec autisme (Samva) œuvre pour défendre la cause des personnes souffrant d’autisme.

Parmi ses combats, celui de trouver des logements adaptés aux handicaps. Son président, Didier Rocque, déplore une situation de « pénurie. À l’heure actuelle, il n’existe quasiment aucune perspective d’accueil d’adultes avec autisme, souligne-t-il. Et aucun projet de construction de places, dans toute la France ». Ce qui crée, selon lui, une situation « scandaleuse » : en conséquence, des jeunes seraient maintenus en institut médico-éducatif (IME), en Indre-et-Loire, « malgré leur âge, parfois à plus de 25 ans, limitant ainsi l’accueil d’autres personnes ».

Aux Maisonnées 55 demandes en attente

Pour tenter d’insuffler une nouvelle dynamique, l’ADMR Samva a lancé un projet d’habitat dit inclusif. Depuis plus d’un mois, près de la caserne de pompiers, à Avoine, seize studios, répartis dans quatre maisons, sont en cours de construction. Bâtis au titre de logements sociaux, ils permettront d’accueillir des jeunes adultes autistes, un par logement. Une salle à manger sera commune à chaque maison, pour avoir une « vie sociale partagée. On est tout près du centre-ville, de la maison de santé, des infrastructures commerciales et du tissu associatif de la commune », note Didier Rocque.

Des studios s’adressant à des jeunes « relativement autonomes. Cela ne règle surtout pas la situation des plus déficients et moins autonomes ». Et la demande est forte : une quarantaine de candidatures sont étudiées par la commission d’examens des dossiers, soit plus du double de places proposées. Une situation symptomatique de l’urgence de trouver des remèdes, selon Didier Rocque. « Vous vous imaginez être parent d’un autiste entre 15 et 18 ans, sans perspective d’avenir ? À l’ADMR Les Maisonnées (qu’il préside également, à Azay-le-Rideau), on a 55 demandes en attente, et aucune nouvelle place… »
Pour ces studios, le rythme de l’accompagnement par des professionnels, de jour et de nuit, dépendra des besoins de chaque jeune. À ce titre, entre vingt et trente agents seront recrutés en fin d’année (lire par ailleurs). Financés en partie par du mécénat, ces logements, évalués à deux millions d’euros, doivent être construits pour la fin de l’année, avec une installation début 2021. Avec ce projet, la Samva espère prouver que les « adultes autistes peuvent être indépendants ». Et susciter des vocations. « On aimerait que d’autres structures s’en inspirent ailleurs. Je sais qu’à Tours, par exemple, il y a plusieurs projets en cours. »

en savoir plus

Des recrutements fin 2020 au Greta

Pour les besoins de ce projet, l’ADMR Samva va recruter « entre vingt et trente agents » spécialisés dans l’accompagnement de l’autisme. Recruter, mais aussi former, en passant par le Greta. Deux mois de formation seront organisés à la fin de l’année 2020. Parmi les documents demandés pour les futurs candidats, un diplôme d’accompagnant éducatif et social (AES) et/ou d’aide-soignant. Contact : didier.rocque@wanadoo.fr

Posté par jjdupuis à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 mars 2020

Bayeux. Faute de place dans des institutions adaptées, son fils est en Belgique depuis 4 ans

 

Bayeux. Faute de place dans des institutions adaptées, son fils est en Belgique depuis 4 ans

Steven a 23 ans. Sa vie et celle de sa famille basculent alors qu'il n'a que 6 ans. En début de CP, le petit garçon ne voulait pas travailler et préférait jouer. Comme beaucoup d'enfants pense sa mère, Rachel. Mais le diagnostic tombe.

https://actu.fr

 

Posté par jjdupuis à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 mars 2020

La mère d'un enfant autiste manifeste devant le Département pour les droits de son fils

 

La mère d'un enfant autiste manifeste devant le Département pour les droits de son fils

Camille a frappé à toutes les portes, envoyé des dizaines de courriers, au Département deses droits soient respectés, notamment en matière d'aides pour l'éducation de son enfant. Aujourd'hui, elle souhaite être reçue par le président du Département et mardi 25 février 2020 : seule avec son petit carton, elle s'est rendue devant les grilles de la collectivité à Seine-Maritime, dans les ministères...

https://actu.fr

 

Posté par jjdupuis à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2020

Compensation du handicap : un petit toilettage pour la PCH

 

Compensation du handicap : un petit toilettage pour la PCH

Le Parlement a définitivement adopté une proposition de loi améliorant la prestation de compensation du handicap (PCH). La limite d'âge de 75 ans va être supprimée. Son attribution à vie sera possible. Le contrôle de l'utilisation des heures d'aide humaine deviendra plus souple. Des mesures attendues mais limitées.

https://www.faire-face.fr

 

Posté par jjdupuis à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 février 2020

Accueil des personnes handicapées -> Pourquoi la Belgique plus qu'un autre pays frontalier ?

Extrait de l'article publié sur France 3 Hauts-de-France le 21.2.2020 (tableau en fin d'article)

"Pourquoi la Belgique plus qu'un autre pays frontalier ?

Selon Jean-Marie Duez, médecin conseil auprès de la caisse régionale d'assurance-maladie à Lille, interrogé par Le Monde, la préférence pour la Belgique est historique. Au moment de la Seconde Guerre mondiale, les institutions religieuses et les riches familles ont accueilli et scolarisé des petits Français, orphelins ou enfants de déportés.

Dans les années qui ont suivi, l'assurance-maladie française, confrontée à une forte demande des parents d'enfants handicapés et au manque de structure, a encouragé un "mouvement naturel" vers la Belgique. 

Au milieu des années 90, cette tendance est actée : la caisse nationale d'assurance-maladie est mandatée pour passer des conventions avec des établissements belges. 

L'échange a perduré car il est bénéfique pour les deux pays : 
 

  • D'un côté, la sécurité sociale française paye les instituts belges à des prix inférieurs à la journée que ce qu'elle ferait en France et est assurée d'avoir des places qui lui sont réservées. Selon Cristel Prado, présidente de l'Unapei, chaque année, l'Assurance maladie et les départements déboursent "250 millions d'euros" pour financer cette prise en charge.
     
  • De l'autre, les établissements belges peuvent compter sur des rentrées stables, supérieures aux versements de la sécurité sociale belge. 

Selon Christel Prado, présidente de l'Unapei, "outre les 6 500 personnes exilées en Belgique", la France compte "plus de 47 000 personnes" sans solution d'accueil."
 

Posté par jjdupuis à 07:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


TÉMOIGNAGE. Elle déménage de Lyon pour scolariser son fils autiste en Belgique : - En France, il y a trop d'attente

 

TÉMOIGNAGE. Elle déménage de Lyon pour scolariser son fils autiste en Belgique : "En France, il y a trop d'attente"

Virginie Germain a décidé de s'installer à la frontière belge pour pouvoir scolariser son enfant autiste en Belgique. Une situation loin d'être isolée : elle concernerait plus de 6 000 personnes handicapées installées en Belgique par manque de structures adaptées.

https://france3-regions.francetvinfo.fr

 

Posté par jjdupuis à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 février 2020

AAH en couple : l’humoriste Nicole Ferroni salue les députés qui ont voté contre l’avis du gouvernement

Nicole Ferroni : « Contre toute attente, quatre des trente-cinq marcheurs ont rejoint dans leur vote tous les groupes de l'opposition dans le camp du pour. »

Lire aussi

Les députés ont adopté, jeudi 13 février, une proposition de loi faisant de l’AAH une allocation ne dépendant plus des ressources du conjoint. Contre l’avis du gouvernement. Sur France Inter, ce mercredi 19 février, la chroniqueuse Nicole Ferroni rend hommage, avec humour, aux députés qui ont fait le choix de l’humanité.

Nicole Ferroni a de la suite dans les idées. Il y a trois mois, l’humoriste dénonçait, sur France Inter, le prix de l’amour pour les personnes handicapées. La prise en compte des revenus du conjoint ou de la conjointe pour le calcul de l’allocation adulte handicap les rend en effet dépendantes de lui ou d’elle.

« Pour rendre aux personnes handicapées le choix de l’amour. »

Ce mercredi matin, 19 février, la chroniqueuse a donc salué, sur cette même radio, l’adoption, par l’Assemblée nationale, de la proposition de loi visant à supprimer ce mode de calcul. « Pour rendre aux personnes handicapées le choix de l’amour, d’être concubin, deux culs dans un même bain, sans entamer l’autonomie ou leur dignité », souligne Nicole Ferroni.

Le texte avait peu de chances d’être adopté

Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, avait expliqué qu’elle était défavorable à la proposition. Et comme les élus de la République en marche, les marcheurs, majoritaires, soutiennent le gouvernement, ce texte avait peu de chances de survivre au débat parlementaire.

Mais « contre toute attente, quatre des trente-cinq marcheurs ont rejoint dans leur vote tous les groupes de l’opposition dans le camp du pour. Contre l’avis du gouvernement ». Est-ce « l’esprit de la Saint-Valentin ? », suggère Nicole Ferroni. Ou « peut-être l’ont-ils fait, juste pour ne pas être ceux qui manquent  d’humanité, en obéissant à leur ministre plutôt qu’à leur bon sens. »

L’Assemblée nationale n’est qu’une première étape

L’adoption par l’Assemblée nationale n’est qu’une première étape, comme Faire-face.fr l’a expliqué. La proposition de loi doit désormais passer devant le Sénat. Ce qui suppose qu’un groupe la reprenne à son compte pour l’inscrire à l’ordre du jour. Et elle devra alors absolument être adoptée, par les sénateurs, sans aucun changement pour que la loi devienne effective. Sinon, il reviendra en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Et, là, les députés LREM sauront faire entendre la voix du gouvernement.

Posté par jjdupuis à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 février 2020

Conférence nationale du handicap : la CNSA se mobilise

 

Conférence nationale du handicap : la CNSA se mobilise

La conférence nationale du handicap du 11 février 2020 a défini 12 nouveaux engagements pour améliorer la vie des personnes en situation de handicap et renforcer l'accompagnement des personnes et de leurs familles.

https://www.cnsa.fr

 

Posté par jjdupuis à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 février 2020

Les assos saluent le discours de Macron sur le handicap, sans doute l'un des meilleurs ...

 

Les assos saluent le discours de Macron sur le handicap, "sans doute l'un des meilleurs"

POLITIQUE - "C'était sans doute l'un des meilleurs." Le discours d' Emmanuel Macron en clôture de la conférence nationale du handicap ce mardi 11 février est salué par plusieurs spécialistes, à l'image d'Arnaud de Broca président de Handicaps, un collectif qui regroupe une cinquantaine d'associations liées aux personnes handicapées.

https://www.huffingtonpost.fr

 

Posté par jjdupuis à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'Assemblée adopte une proposition de loi sur le handicap contre l'avis du gouvernement

 

L'Assemblée adopte une proposition de loi sur le handicap contre l'avis du gouvernement

Divine surprise pour les oppositions parlementaires. L'Assemblée nationale a adopté, jeudi 13 février, contre l'avis du gouvernement et de la majorité une proposition de loi traitant notamment du handicap, après un débat tendu émaillé d'allusions à l'épisode récent du congé pour deuil d'enfant.

https://www.lemonde.fr

 

Posté par jjdupuis à 06:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,