23 octobre 2019

Les autistes français ne volent pas les places des Belges

 

Les autistes français ne "volent" pas les places des Belges

Depuis le rapport de l' Inspection générale des affaires sociales établi en 2016, il ne fait plus aucun doute que la Belgique doit faire face à l'arrivée de nombreux enfants ou adultes français atteints du trouble du spectre autistique. Bien qu'il soit difficile de chiffrer le phénomène, cet exil pour raison de santé concernerait des centaines voire des milliers de familles.

https://www.moustique.be

 

Posté par jjdupuis à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Autisme : Hors Normes, le film qui brise le tabou

article publié dans Le Parisien

Autisme : «Hors Normes», le film qui brise le tabou

La sortie du film « Hors Normes » lève le tabou sur le défaut de prise en charge des autistes sévères. La France tente de rattraper son retard, accumulé depuis des décennies.

 Dans « Hors Normes », Reda Kateb et Vincent Cassel incarnent des responsables associatifs prenant en charge des autistes atteints de symptômes lourds. Dans « Hors Normes », Reda Kateb et Vincent Cassel incarnent des responsables associatifs prenant en charge des autistes atteints de symptômes lourds. PROD


Le 23 octobre 2019 à 06h08

« Ces jeunes-là, personne n'en veut. » Prononcée par Vincent Cassel, la réplique détonne sur grand écran. Malheureusement, elle est bien plus qu'un moment de cinéma. Elle synthétise le quotidien de milliers de (vraies) familles, désespérées par les problèmes de prise en charge de leur enfant avec un autisme dit sévère ou lourd, c'est-à-dire avec des troubles du comportement, du langage, des accès de violence envers les autres ou contre eux-mêmes.

« Ceux qui ne sont pas glamours pour les médias, qui coûtent cher à la société, que ni l'école ni les instituts spécialisés n'acceptent, dénonce Danièle Langloys, présidente d'Autisme France. Le film réussit l'exploit de montrer ceux que l'on ne veut jamais montrer. On se le prend dans la gueule, et c'est tant mieux. »

Si cette dirigeante d'association est si cash, c'est qu'elle est bien décidée à faire en sorte que « Hors normes », en salles ce mercredi, ne soit pas un coup d'épée dans l'eau. Que ce long-métrage réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache marque un tournant positif pour les « oubliés de l'autisme ». Premier signe d'un dysfonctionnement : on ne sait pas aujourd'hui quelle est la part des situations complexes parmi les 700 000 personnes autistes (dont 100 000 enfants) de France.

« 1 500 places créées ou en train de l'être pour les adultes »

« Oui, il y a urgence à agir. La situation n'est pas satisfaisante. On le sait, et on y travaille », n'élude pas Claire Compagnon, déléguée interministérielle en charge de la mise en place de la stratégie nationale pour l'autisme, dotée de 344 millions d'euros et établie pour cinq ans. Comme Sophie Cluzel, la secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, elle a vu à plusieurs reprises ce film qu'elle juge « important ».

Depuis quelques mois, reprend Claire Compagnon, des équipes sont formées à repérer les adultes dans les établissements psychiatriques ou médico-sociaux « afin de les amener vers un diagnostic et définir avec leur famille le meilleur plan d'accompagnement possible. » Cela s'accompagne aussi de la création de nouvelles places : « 1 500 ont été créées ou sont en train de l'être pour les adultes », indique-t-elle.

Des années de retard à rattraper

Autisme France pointe un nombre trop bas et regrette le manque d'édification de « toutes petites » unités d'accueil, plus adaptées à la situation particulière du public attendu. Des structures qui mettent des années à se monter en France, quand cela n'est qu'une formalité en Belgique, où s'exilent de trop nombreux autistes.

Autre mesure nécessaire, la mise en place d'un dispositif spécifique d'accès aux soins. Aujourd'hui, faute de formation des professionnels et de matériel adapté, de trop nombreux autistes ne bénéficient pas de soins dentaires, ophtalmologiques, gynécologiques. Si le gouvernement assure faire du sujet « une priorité », le chemin s'annonce long. Selon les associations, il y a quarante ans de retard à rattraper.

Posté par jjdupuis à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 octobre 2019

Université ARAPI : Travail à l'âge adulte 5

 

Université ARAPI : Travail à l'âge adulte 5

Deux exemples d'emploi de personnes autistes ont été présentés jeudi après-midi 10 octobre. Paradoxalement, alors qu'on peut dire que çà s'adresse aux deux extrémités du spectre, il s'agit dans les deux cas d'emploi en milieu ordinaire de travail, pas dans une entreprise du secteur protégé (ESAT).

https://blogs.mediapart.fr

 

Posté par jjdupuis à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 octobre 2019

Danièle Langloys -> Retour sur le film Hors Normes, vu hier à l'Assemblée Nationale.

danièle langloys présidente autisme france

Retour sur le film Hors Normes, vu hier à l'Assemblée Nationale. Je ne vais pas faire consensus mais je m'en fous. Mme Compagnon nous a annoncé que nous serions bouleversés et il y en a parait-il qui ont pleuré. Pas moi. Montrer pour une fois ceux qu'on cache, ceux que les FAM et MAS rejettent et envoient en HP, lesquels HP peuvent envoyer en UMD, c'est bien, et je remercie les réalisateurs et acteurs, mais je n'ai pas envie de pleurer à voir notre quotidien. J'ai envie de hurler. Les associations qui représentent les plus vulnérables sont éliminées des groupes de travail au seul profit des auto-représentants qui ont la parole divine. Elles avaient demandé des fonds pour leur ouvrir des lieux de vie dignes de ce nom, que pour une fois on confierait aux associations compétentes : rien, pas un centime pour les plus vulnérables.
La morale du film : il faut aller vers l'autre, c'est le charabia psykk enseigné dans les écoles d'éducateurs et c'est insupportable. La bienveillance, c'est le minimum. Le rappeler ne peut pas faire de mal vu le nombre d'institutions maltraitantes qui shootent, isolent, contentionnent, contraignent à la vie collective dans des unités de 11 ou plus des adultes aux difficultés sensorielles massives.
Il faut des équipes bien formées et expertes pour répondre aux besoins de ces personnes. Il faut un taux d'encadrement élevé. Les derniers et rares appels à projet de FAM ou MAS, les associations sérieuses n'y ont pas répondu, car avec une dotation trop faible, on ne fait que de la maltraitance.
Il faut identifier les problèmes somatiques et sensoriels, apprendre un moyen de communication, structurer l'environnement. Rien de tout cela n'est montré dans le film.
Les adultes autistes méritent mieux que des bons sentiments.
Où est l'argent pour penser des unités de vie de petite dimension, où on respecte leurs goûts, leurs choix de vie, leurs particularités, où les acquis de leur vie d'enfant ne seront pas réduits à néant par l'absence de moyens et de professionnels formés ?
Ah oui, c'est vrai les TSA n'existent pas, il faut penser TND. S'il y a un mérite majeur à ce film, c'est d'inviter nos gouvernants à atterrir : les TSA existent et il y en a de sévères qu'il faut identifier le plus vite possible, aider en soutenant les familles épuisées. Non, le TSA n'est pas soluble dans les TND. Il a refait surface et on le prend dans la gueule. Mais pas de quoi pleurer. Juste hurler d'indignation devant la bêtise, l'oubli, la maltraitance, la cruauté.


14 octobre 2019

L’allocation adulte handicapé augmente, le plafond de ressources pour les couples baisse

article publié dans Le Parisien

L’AAH, dont bénéficient près de 1,1 million de personnes, augmentera de 40 euros à partir du 1er novembre, passant de 860 à 900 euros par mois.

 Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées. Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées. LP/Frédéric DUGIT
Le 13 octobre 2019 à 17h44

La revalorisation de l'Allocation adulte handicapé à 900 euros par mois a été officialisée dimanche au Journal officiel, dans un décret qui abaisse par ailleurs à nouveau le plafond de ressources pour les bénéficiaires en couple, une mesure très critiquée par les associations.

Selon ce décret, l'AAH augmentera de 40 euros à partir du 1er novembre, passant de 860 à 900 euros par mois, conformément à une promesse de campagne d'Emmanuel Macron.

Versée sous conditions de ressources aux personnes handicapées, cette allocation bénéficie à près de 1,1 million de personnes de plus de 20 ans et n'ayant pas encore l'âge de la retraite.

Mais parallèlement à la revalorisation, ce décret modifie à partir du 1er novembre le plafond de ressources pour percevoir cette allocation pour les personnes en couple. En effet, pour les personnes mariées, pacsées ou en concubinage, les ressources du couple sont prises en compte dans le calcul.

Au lieu de multiplier par 1,89 le plafond de ressources annuelles maximales pour une personne seule (12 fois le montant de l'AAH), un couple devra désormais avoir des ressources moins de 1,81 fois supérieures à ce plafond pour pouvoir prétendre à cette allocation.

L'an passé, lorsque l'AAH était passée de 819 à 860 euros par mois, ce coefficient multiplicateur avait déjà été abaissé de 2 à 1,89.

La mesure s'était attirée les foudres des associations de défense des personnes handicapées, qui avaient déploré « une augmentation en demi-teinte » et calculé que 80 000 allocataires n'allaient pas bénéficier de la revalorisation et 1500 00 seulement partiellement.

En octobre 2017, la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, avait affirmé que ces changements dans « les règles d'appréciation des revenus des bénéficiaires de l'AAH » ne feraient « pas de perdants chez les couples » car ceux ayant des ressources supérieures à ce seuil verraient leur situation « strictement inchangée ».

Posté par jjdupuis à 01:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2019

Handicap: les associations contre l'intégration de l'AAH au futur revenu universel d'activité

 

Handicap: les associations contre l'intégration de l'AAH au futur "revenu universel d'activité"

Un collectif de 55 associations défendant les droits des personnes handicapées a exprimé mardi son "refus" que l'allocation pour adultes handicapés (AAH) soit intégrée dans le futur "revenu universel d'activité" (RUA), par crainte que son versement puisse justement être conditionné à l'exercice d'une activité.

https://www.lepoint.fr

 

Posté par jjdupuis à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 octobre 2019

Établissements spécialisés : la fin des départs en Belgique ?

 

Établissements spécialisés : la fin des départs en Belgique ?

Chaque année, plusieurs centaines d'adultes, atteints d'autisme ou d'un autre type de handicap, sont contraints de " s'exiler " dans des établissements spécialisés à l'étranger, faute de place en France. Une pratique à laquelle le gouvernement entend mettre fin en débloquant 90 millions d'euros.

https://hizy.org

 

Posté par jjdupuis à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,