29 janvier 2019

Saint-Mandé : le Val-Mandé veille sur les dents des handicapés

article publié dans Le Parisien

Corinne Nèves| 28 janvier 2019, 18h56 | MAJ : 28 janvier 2019, 19h49 |0
Saint-Mandé, le 25 janvier. L’Institut le Val Mandé a signé une convention avec l’hôpital Henri-Mondor, sur des actions de prévention, dépistage et soins bucco-dentaires des personnes handicapées enfants et adultes. LP/Corinne Nèves

L’institut vient de signer de signer une convention pour la santé bucco-dentaire des handicapés avec l’hôpital Henri Mondor.

Parce que ses 527 usagers — enfants et adultes handicapés —, font partie de la population la plus fragile, l’Institut le Val Mandé (ILVM), à Saint-Mandé, seul établissement public médico-social du handicap dans le Val-de-Marne, utilise tous les moyens qu’il peut pour maintenir et améliorer leur santé au quotidien.

Ainsi, la convention signée avec le Service de Soins d’Enseignement et de Recherche Dentaires (SSERD) du Groupe Hospitalier Henri Mondor (Créteil) prévoit des actions de prévention et de prise en charge thérapeutique si besoin. L’usage est déjà effectif depuis plusieurs années, mais la convention cadre le sujet.

 

8 professionnels formés

« Concrètement, deux seniors et 6 externes forment l’équipe dédiée à l’Institut » explique le professeur Philippe Pirnay, chef du SSERD.

Car l’intervention n’est pas simple. Fabien, par exemple, « avait très très peur du dentiste et il a mis plus d’un an avant de s’asseoir dans le fauteuil, raconte Sandrine, intervenante à l’Institut. Il y a eu une démarche particulière, de connaissance, de reconnaissance, de confiance et petit à petit, il est allé jusqu’au fauteuil de façon plus détendue ».

Claudette présente à l’Institut depuis 19 ans a mis beaucoup de temps à s’abandonner aux mains des praticiens. « Aujourd’hui je vais dans un cabinet de ville qui prépare mon appareil que j’aurai dans trois semaines », annonce-t-elle fièrement.

500 000 handicapés n’ont pas accès aux soins dentaires

« Nous visons trois objectifs, rappelle Emeline Lacroze, la directrice de l’Institut. Réaliser un dépistage annuel systématique des personnes handicapées ; sensibiliser les professionnels de l’établissement aux problématiques liées à la santé bucco-dentaire et les former. Et permettre aux étudiants du SSERD de mieux appréhender ces problématiques ».

48,2 % des enfants et adolescents de 6 à 20 ans en Institut Médico Educatif (IME) ou Etablissements enfants et adolescents handicapés (EEAP) présentent au moins un problème important de santé bucco-dentaire. « Près d’un demi-million de personnes souffrant d’un handicap n’ont pas accès à la santé bucco-dentaire » ajoute le professeur Pirnay.

Pour cette action de prévention, l’Agence Régionale de Santé a attribué une subvention de 10 000 €.

Voir aussi :

Soins dentaires : partenariat entre l'hôpital Mondor et l'Institut pour handicapés Le Val Mandé | 94 Citoyens

Dépister chaque année les éventuels problèmes de santé bucco-dentaire des enfants et adultes handicapés accompagnés par l'Institut le Val Mandé (ILVM), sensibiliser et former les professionnels de cet établissement médico-social de Saint-Mandé à ces pathologie et permettre aux étudiants du Service de soins d'enseignement et de recherche dentaires (Sserd) de l'hôpital Henri Mondor de mieux...

https://94.citoyens.com

 

Posté par jjdupuis à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


11 septembre 2018

Dominique Perriot : du handicap aux personnes âgées

Handicap | Saint-Mandé | 11/09
Par C.Dubois

 

Dominique Perriot


Directeur de l’Institut Le Val Mandé (ILVM), un lieu historiquement dédié aux aveugles et aujourd’hui ouvert à un public plus large, allant des jeunes autistes aux personnes polyhandicapées, Dominique Perriot s’apprête à prendre la tête d’un groupement de 13 Ehpad publics, toujours dans le Val-de-Marne, en succession de Richard Tourisseau. Un nouveau défi après 9 ans passés à développer et « ouvrir » l’institution saint-mandéenne.  Entretien.

« Cela fait neuf ans que je suis au Val Mandé et je partirai en retraite dans trois ou quatre ans. Il y a une bonne équipe ici et j’avais envie de me lancer un défi personnel avant la retraite, d’autant qu’il y a beaucoup d’affectif dans cet établissement où tout le monde se connaît, et que je ne me voyais pas partir sans transition ! Je souhaitais aussi rester dans le Val-de-Marne où il y a des acteurs très attentifs aussi bien à la solidarité qu’aux personnes âgées. J’ai donc eu envie de me lancer dans ce nouveau challenge alors que Richard Tourisseau part en retraite. J’ai conscience que les moyens accordés aux personnes âgées ne sont pas les mêmes que pour les personnes handicapées et que le défi est là. Je ferai ce que je pourrai, je reste humble », confie le directeur de l’ILVM, qui rejoindra le Groupement de coopération sociale et médico-Sociale Les Ehpad publics du Val de Marne d’ici le premier octobre, à la tête de 13 Ehpad et un millier d’agents, et au service d’un millier de résidents.

Resté neuf ans à l’ILVM, Dominique Perriot résume les objectifs qu’il y a poursuivis en trois axes, la modernisation-extension et mise en accessibilité des locaux, la diversification des types de handicaps accueillis avec notamment la création d’une structure d’accueil de jeunes autistes et l’accueil croissant de poly-handicapés nécessitant plus de soins, et l’ouverture vers la ville.  voilà comment Dominique Perriot résume en très bref ses neuf années consacrées à l’Institut Le Val Mandé. « J’ai essayé d’ouvrir le Val Mandé vers la ville et réciproquement. Nous accueillons des expositions, nous avons ouvert le self aux retraités de la ville. L’objectifs était que le Val Mandé soit un lieu public dans lequel on entre sans peur, et qu’il y ait une liberté d’aller et venir des usagers. Cette ouverture et ces partenariats sont nécessaires pour que les personnes handicapées soient reconnues comme des personnes à part entière« , motive le directeur de l’établissement.  Des partenariats avec les écoles pour les plus jeunes et aussi des nouvelles formules à inventer pour les plus âgés. « Il y a un pont à créer entre les personnes âgées handicapées et les personnes âgées. Peut-être en mobilisant les financeurs et les acteurs pour créer des sections spécialisées d’accueil des personnes handicapées âgées ou d’accueil des personnes âgées handicapées. Dans notre section de personnes handicapées, nous avons des usagers de 25 ans et d’autres de 73 ans. Pas facile avec une telle différence de construire un projet de vie en commun. » Un sujet que le futur directeur des Ehpad pourra emmener dans ses cartons.

Dominique Perriot demeure par ailleurs président du Comité National du FIPHFP (Fonds d’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique)  jusqu’au prochain renouvellement prévu début 2019. Au sein de l’ILVM, le nouveau directeur ou la nouvelle directrice ne prendra ses fonctions qu’au début 2019 après une phase d’annonce et de recrutement.

Posté par jjdupuis à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 septembre 2017

Merveilleux souvenir où l'on voit Elise en pleine insertion lors d'un concert déjanté à Hossegor !

Vacances Eté 2010.

Depuis nous avons pris le taureau par les cornes et nous avons changé d'établissement en septembre 2015 ... l'ILVM Saint Mandé, formidable établissement, a, au bout du compte, montré ses limites. La "promotion de la personne handicapée" est un slogan intéressant et alléchant ... encore faut-il s'en donner les moyens ... et ne pas rester sourd aux besoins de la personne & de sa famille.

 

logo ilvm Saint Mandé

 

Promouvoir les recommandations de la HAS et de l'ANESM et garantir un accompagnement adapté à la personne me paraît plus juste et légitime.

Comme me l'a dit quelque part un ami philosophe possédant un certain sens de l'humour "Si les borgnes sont rois au royaume des aveugles, ils montrent quand même leurs limites par ailleurs".
Je suis sans doute maladroit, mais j'assume : sans formation spécifique le personnel est vite en difficulté face à Elise comme d'ailleurs vis-à-vis de beaucoup de ses camarades autistes. Il ne suffit pas d'avoir un agrément tous handicaps de mettre en avant les "Missions et valeurs de l'établissement" pour être compétent.

Cela reste une belle vitrine ... Décidémment ce taureau m'aura quelque peu bousculé ce soir !P1030108

Jean-Jacques Dupuis

Mais regardez au mileu de l'orchestre ... c'est bien notre Lisou à la plage d'Hossegor ... en pleine insertion.

émoticone yeux bleux

les vacances à Dax -

Lundi dernier nous sommes revenus de Dax où nous avons passé trois semaines avec Elise. Et je dois dire que nous avons constaté combien son comportement s'était amélioré .... plus attentive, à l'écoute et soucieuse de bien faire en général.

http://dupuiselise.canalblog.com

 

09 décembre 2016

Saint-Mandé : la belle histoire des décorations de Noël de la mairie et du Val Mandé

article publié dans Le Parisien
 
Corinne Nèves|08 décembre 2016, 18h20|0
Saint-Mandé. La décoratrice Carole Pfeiffer a conçu les illuminations de Noël du hall de la mairie de Saint-Mandé. LP/C.N.

Saint-Mandé va s’illuminer ce vendredi, à 14 heures et 18 heures, pour les fêtes de fin d’année. Le hall de la mairie comme l’entrée de l’Institut le Val Mandé, se parent d’une multitude de petits oiseaux, papillons, plumes, boules translucides, et cristaux lumineux suspendus à de délicats branchages. Ces — presque— 800 jolies suspensions sont le résultat de l’échange entre Carole Pfeiffer, architecte décoratrice, et les pensionnaires de l’Institut le Val Mandé.

« Les ateliers ont débuté début novembre, précise Christine Tasse, secrétaire générale de l’établissement public médico-social destiné à l’accompagnement de personnes en situation de handicap. Ils ont rassemblé en différents ateliers Carole et 250 usagers adultes et animateurs. »

L’émotion est encore palpable chez la décoratrice Carole Pfeiffer évoquant cet échange comme « une vraie aventure humaine ».

Ce vendredi, le Val Mandé allume ses décorations dès 14 heures, tandis que la mairie fait découvrir les siennes à 18 heures dans son hall. « Ce sera le coup d’envoi des animations de Noël tant pour les petits que pour les grands », précise-t-on en mairie. Au programme de ce week-end, dans la salle des fêtes : un conte de Noël Eliot et PopCorn, ce samedi à 10 heures et 15 h 30, suivi d’un concert interactif et joyeux conçu par Denis Cuniot, Carole Pfeiffer et Françoise Degeorges, à 17 heures. Dimanche, à 11 heures, ce sera au tour des professeurs et élèves du conservatoire Robert-Lamoureux de donner le « la », en l’église Notre-Dame de Saint-Mandé. En parallèle, des animations et manèges sont prévus dans les jardins de l’Hôtel de Ville, sans oublier la vedette du jour : le père Noël.

 

Ce vendredi, à 14 heures, à l’Institut le Val Mandé, 7, rue Mongenot et à 18h00, dans le hall de l’hôtel de ville. Accès libre.

  leparisien.fr

Posté par jjdupuis à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 octobre 2016

Havre pour les personnes handicapées, l'Institut le Val Mandé pousse les murs

Havre pour les personnes handicapées, l’Institut Le Val Mandé pousse les murs

Maureen est incollable sur le cannage des chaises. Ses yeux ne lui ouvrent guère l’horizon mais ses doigts courent avec aisance, s’assurant avec rigueur du parfait lissage de l’assise. « Des années d’expérience« , glisse-t-elle avec un sourire lumineux. 

Avant de rejoindre l’Esat (Etablissement médico-social aidant à l’insertion des personnes handicapées par le travail) Trait d’union de l’Institut Le Val Mandé, Maureen a appris son métier au centre de formation de l’association Valentin Haüy, à Duroc (Paris). Comme elle, une centaine de personnes présentant des troubles de déficience visuelle, mentale ou psychique, s’affairent ici au cannage, rempaillage ou encore à l’ensachage de thé. D’autres aident aussi à tenir un restaurant-self et même un gite d’étape. Pour l’heure, c’est dans la grande salle polyvalente qu’ont été installés provisoirement les ateliers manuels, pendant les travaux de restauration et réaménagement de leur bâtiment historique. C’est qu’à l’institut Le Val Mandé, les chantiers ne manquent pas.

institut Le Val Mande Cour

Créée à la fin du 19e siècle par Alphonse Péphau, pour accueillir les aveugles de manière complémentaire à l’hospice des Quinze-vingt avec de l’enseignement, de la formation et des ateliers, l’école Braille, rebaptisée l’Institut départemental des aveugles de la Seine puis l’Institut Le Val Mandé, a progressivement élargi son public.  Au fil des années, alors que le progrès technique facilitait l’autonomie des personnes aveugles ou très malvoyantes, l’Institut s’est ouvert aux handicapés psychiques ou déficients mentaux. Aujourd’hui, l’institution accueille une école destinée à des jeunes poly-handicapés de 6 à 20 ans dont certains présentent des troubles autistiques lourds, avec également des places de semi-internat ou internat séquentiel, un Esat, un foyer pour les personnes qui travaillent dans l’Esat de l’établissement ou un extérieur, un foyer de vie, un foyer d’accueil de jour et encore une maison d’accueil spécialisée dédiée aux personnes polyhandicapées. Au total, ce-sont douze services enfants et adultes, en internat comme en externat, que gère l’institut, en s’appuyant également sur deux autres sites distants, à Créteil et Corbeil (Essonne), représentant 420 personnes suivies par 300 professionnels.

institut Le Val Mande cour 2

De nouvelles structures d’accueil pour les plus jeunes et les plus âgés

Alors que la prise en charge des enfants handicapés, notamment à fort trouble autistique, reste très problématique pour les parents, et, qu’à l’autre bout de la pyramide des âges, les baby-boomers handicapés vieillissent, l’Institut s’apprête à accueillir 15 nouvelles places pour les plus jeunes, dès l’âge de quatre ans, dans l’un de ses bâtiments actuellement en cours de chantier (photo ci-dessous), et prépare également un nouveau service pour les personnes handicapées vieillissantes à Draveil (Essonne).

institut Le Val Mande chantier ecole accueil 4 ans

Restauration et modernisation du bâtiment historique des ateliers

En parallèle de ces projets d’extension, l’Institut, posé sur un gros hectare à quelques tirs d’aile du bois de Vincennes et enserré côté rue de remarquables bâtiments en briques rouges, a également entrepris de rénover son immeuble le plus ancien, situé en retrait dans la cour. Construit pour abriter les ateliers de l’ancienne école Braille, il accueille aujourd’hui ceux de l’Esat Trait d’union, ainsi que des salles à louer pour les professionnels extérieurs. Objectif : restaurer ce bâtiment historique répertorié dans la base Mérimée du ministère de la Culture pour en préserver le patrimoine, mais aussi moderniser ses espaces et en faciliter l’accès, notamment en installant un ascenseur. Un gros chantier qui bat son plein depuis déjà plusieurs mois et qui devrait s’achever au printemps 2017. Pour ce faire, l’un des principaux casse-têtes a été de gérer l’activité des ateliers pendant le chantier. « Nous avions envisagé d’effectuer les travaux sur site occupé mais cela s’est avéré trop compliqué, témoigne Dominique Perriot, directeur général de l’Institut.  Nous avons donc décidé de transférer temporairement les ateliers dans la salle polyvalente. Cela permet de gagner un semestre de travaux et plusieurs dizaines de milliers d’euros. »

institut Le Val Mande chantier batiment historique

Appel aux dons en partenariat avec la Fondation du patrimoine

Au total, le chantier de rénovation s’élève à 3,6 millions d’euros, financés au trois-quart par l’Assurance maladie et également par le Conseil départemental. Pour financer la partie restauration du patrimoine, une souscription publique a également été lancée ce jeudi 29 septembre, sous l’égide de la délégation Val-de-Marne de la Fondation du patrimoine. Les dons sont déductibles des impôts. Voir la page dédiée sur le site de la Fondation du patrimoine pour faire un don.

institut Le Val Mande Patrick Lemée Florence Lemaire Dominique Pierrot

Patrick Lemée, directeur patrimoine, Florence Lemaire, délégué Val-de-Marne de la Fondation du patrimoine et Dominique Perriot, directeur de l’Institut Le Val Mandé.

Posté par jjdupuis à 06:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 octobre 2016

Saint-Mandé : Une souscription pour rénover le Val Mandé

article publié dans Le Parisien

Je suis toujours prêt à m'étonner -> L'ILVM Saint Mandé est un formidable établissement qu'Elise a bien connu (FAM) !
"Tout type de handicap. Adultes de 20 et plus."
Au top en matière d'autisme ... Surtout n'hésitez pas à donner ... !!!

émoticone yeux bleux


Jean-Jacques Dupuis

portrait élise veste rouge

Elise Dupuis reconnaissante



Corinne Nèves|29 septembre 2016, 17h38|
Saint-Mandé, ce jeudi matin. Devant le bâtiment datant de 1830, de gauche à droite, Patrick Lemée, directeur en charge du patrimoine, Florence Lemaire de la Fondation du Patrimoine et Dominique Perriot, directeur de l’Institut le Val Mandé. LP/C.N.

Corinne Nèves
Saint-MandéVal MandéFondation Du Patrimoine Val-de-MarnePatrimoine

Ce jeudi, l’Institut le Val Mandé, établissement médico-social public situé à Saint-Mandé, lance une collecte de fonds, sous l’égide de la Fondation du patrimoine, pour la rénovation du bâtiment le plus ancien de son site, recensé dans la base Mérimée du ministère de la Culture. Dominique Perriot, directeur de l’Institut et Florence Lemaire, déléguée de la Fondation du patrimoine Val-de-Marne ont signé la convention qui permettra de rénover entièrement les façades du bâtiment de 1830 abritant l’établissement et service d’aide par le travail (ESAT) et ses ateliers.

Si l’ensemble des travaux s’élèvent à 3,6 millions d’euros, le Val Mandé a sollicité l’aide de la Fondation du patrimoine pour réaliser sa souscription publique à hauteur de 472 000 €. Le reste est pris sur les fonds propres de l’Institut cofinancés par l’assurance maladie et le conseil départemental. « Nous avons envoyé plus de 12 000 lettres aux parents, à nos fournisseurs et partenaires, mais aussi aux Saint-Mandéens et Vincennois, précise Dominique Perriot. Ils pourront faire un don à partir du site de la Fondation du patrimoine ou en nous l’adressant par courrier ». Chaque don est déductible des impôts, entre 60 et 66 %.

Le chantier, élaboré en concertation avec l’architecte des bâtiments de France, respecte l’esthétique du bâtiment historique tout en apportant des améliorations dédiées à l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. La fin du chantier est prévue en mai 2017.

leparisien.fr

Posté par jjdupuis à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 mai 2016

Elise a 31 ans ... l'occasion de faire un petit point !

Alors même que dans son ancien établissement Elise se voyait menacé d'un séjour dans l'hôpital psychiatrique du secteur ...

Elle reprend une dynamique, une joie de vivre etc. grâce à la compétence de toute l'équipe de la Mas Envol Marne-la-Vallée.

Cf les différents la page d'accueil du blog dont je publie un extrait ici => "Cette structure est partenaire d'Autisme France et nous avons tout confiance en leurs compétences. Cf. les principes du GCSMS AF ; voir aussi ce qui différencie le GCSMS ..."

MERCI !!! A tous !!!

Le petit compte rendu de cette semaine 25 au 29 avril 2015 est révélateur : "Très bonne semaine dans l'ensemble pour Elise. Elle a fait des sorties comme : le parc des félins, lac de Créteil etc. Nous lui avons également fêté son anniversaire avec un beau cadeau et un gâteau ..."

27 avril 1985 est sa date de naissance ... et en ce premier mai nous sommes un peu en retard pour fêter son anniversaire ... à la maison.

brin muguet cocinelle

PS Admise en stage à compter du 14 septembre 2015, Elise est admise à la MAS Envol Marne-la-Vallée depuis le 15 décembre 2015.

P1090759

 

 

 

 

P1090765

P1090769

31 octobre 2015

Tesson - Hollande, l'autiste

article publié dans Le Point

Avant-propos : Ce que je vais écrire peut choquer. Mais j'ai envie de dire bienvenue au club Monsieur le Président.

Quelle association nationale aura le culot de proposer à François Hollande une carte d'adhérent ... pour qu'enfin nous ayons la puissance publique à son plus haut niveau impliquée dans un accompagnement digne des personnes avec autisme.

"comme sourd et aveugle face à la réalité" cela me parle à titre personnel si l'on veut considérer que ma fille sort de l'ILVM Saint Mandé ex institut des aveugles qui en matière d'autisme aurait sans doute de quoi alimenter les rubriques de Monsieur Philippe Tesson si d'aventure il s'intéressait réellement au sujet et développait quelques compétences. Je parle toujours de Philippe Tesson bien-sûr.

Jean-Jacques Dupuis

Le président suit les traces de François Mitterrand et est tenté de répéter 1988. "Que les dieux nous en préservent !" lance le chroniqueur du Point.fr. Par

Publié le 20/10/2015 à 07:21 | Le Point.fr
Tesson n'a pas été convaincu par l'intervention de François Hollande lundi matin.

Tesson n'a pas été convaincu par l'intervention de François Hollande lundi matin. © Francois Mori/AP/SIPA

Que la France ne soit pas en bonne santé, on le sait. Que le mal dont elle souffre se soit aggravé depuis qu'elle est gouvernée par François Hollande, on le sait également. Quant à la nature de ce mal, on ne l'ignore pas davantage. Il s'agit d'une forme de dépression dont les symptômes sont clairement perceptibles. Le pays est incertain de lui-même et de son avenir, il vit frileusement dans des conditions précaires à de nombreux égards, il est orphelin d'une autorité légitime, il a perdu à bon escient sa confiance dans ceux qui le dirigent. Il n'y a pas d'autre explication à la montée du Front national, qui n'est que l'effet d'une cause. Cette cause n'a prospéré que par la faute de ceux qui avaient le devoir et le pouvoir de la réduire et qui au contraire l'ont aggravée par leur aveuglement idéologique, leur sectarisme et leur ambition.

Le spectacle donné par la France ces dernières semaines est désolant. Les catégories sociales les plus actives du pays, à tous les niveaux de la hiérarchie professionnelle et sociale : enseignants, médecins, avocats, politiciens, paysans, et l'on en passe, ont manifesté de manière résolue leur mécontentement, voire leur révolte, et en tout cas leur opposition au sort que leur fait le gouvernement en place, soit dans la gestion de leurs intérêts, soit dans sa fringale réformatrice désordonnée et approximative. Dans le même temps, la volonté gouvernementale d'une relance du dialogue social apparaissait dans toute sa vanité du fait de la défection du syndicat le plus puissant. Cet épisode a signalé après tant d'autres la faiblesse du pouvoir.

Hollande, comme "sourd et aveugle"

Car que vaut la parole de François Hollande dans ce contexte ? On l'entendait hier, comme sourd et aveugle face à la réalité, n'opposant à celle-ci qu'un discours neutre, comme ces bonimenteurs de foire qui sortent indifféremment de leur chapeau un nouveau produit miracle. Aujourd'hui le bâtiment, dont il découvre au bout de trois ans qu'il est le moteur de la croissance, alors que son ex-amie Duflot en freinait de son temps les conditions du développement.

C'est ce décalage entre la circonstance et la nécessité, c'est cette inadaptation au réel qui alimentent le discrédit de ce président réputé opportuniste. Son autisme le condamne. Il explique son ambition de prétendre à un nouveau mandat. Or cette éventualité malheureuse risque de déterminer pour les mois qui viennent le cours de la vie politique. Elle va conduire Hollande à mener une politique sinueuse de distribution de gages à la fois aux libéraux modérés et aux extrémistes de gauche. La radicalisation de ses attaques contre le Front national en est le signe. Cette stratégie serait ô combien incertaine. Mais elle contribuerait à brouiller les pistes d'un contexte déjà très confus, à l'heure où plus que jamais le pays a besoin de clarté. Une fois de plus François Hollande met ses pas dans ceux de François Mitterrand. Il est tenté de répéter 1988. Que les dieux nous en préservent !

23 août 2015

Portes ouvertes à l'ILVM Saint Mandé : l'affiche est belle !

institut-le-val-mandeL’Institut le Val Mandé, Établissement Médico-social Public Départemental est heureux de vous inviter aux traditionnelles journées Portes Ouvertes , dites cette année « Journées d’Automne ». Ce début de saison automnale sera propice à vous inciter à déambuler dans les locaux mais surtout à découvrir ou redécouvrir les activités toujours novatrices des services et à consacrer du temps aux rencontres avec les usagers et les professionnels.


L’Institut le Val Mandé se veut avant tout un lieu de rencontres et d’échanges entre professionnels, entre professionnels et familles, parents et aussi entre partenaires.


Prenons le temps de nous découvrir et de nous parler.

 

Les journées d automne de l institut le val mandé-page-001

Les journées d automne de l institut le val mandé-page-002