30 mars 2014

12 avril 2014 : Grande soirée spectacles tout public au profit de Résilienfance

Venez découvrir



D
eux Spectacles

 

Véritable musée de la magie, 576 boites contenant chacune un tour de magie.
Sur l'étiquette le titre du tour, le nom du magicien qui l'a inventé et l'année de création.

Deux assistants aident le spectateur à choisir son tour de magie, puis en historien et en artiste,
le magicien de la Grosse Collection réalise le tour à quelques centimètres des yeux du spectateur !

_________

puis découvrez

La rencontre improbable d'une chanteuse lyrique, d'un musicien électro, d'une danseuse et d'une marionnettiste...

Un nouvel univers prend vie... poétique, drôle et... électro-lyrique...!

_________

 

Posté par jjdupuis à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 mars 2014

A cheval sur les soins

article publié sur Sud Ouest

Publié le 22/03/2014 à 06h00 par

À cheval sur les soins Fanny Cailley au milieu de ses chevaux Honey, Perle et Flora. © Photo

Photo I. L.
Fanny Cailley est une passionnée de chevaux. Avec sa formation d'éducatrice spécialisée et une solide expérience dans ces deux domaines, elle a décidé de s'installer en tant qu'équithérapeute dans un petit coin de paradis vayrais, avec ses trois chevaux : Honey, Perle et Flora.

« J'ai suivi une formation pendant deux ans à Paris et j'ai obtenu le diplôme de la Société Française d'Équithérapie » explique t-elle, avec en tête ce projet de s'installer à son compte, d'avoir son espace personnel, qu'elle a appelé Caval Sens.

« En tant qu'éducatrice, j'ai toujours amené le cheval dans les activités, j'ai vu le contact avec les jeunes et c'est une source de communication, le cheval est un être social comme nous. Je peux accueillir des enfants à partir de 6 ans, des adolescents ou des adultes en situation de handicap physique ou mental, ou des personnes qui manquent d'estime en elles-mêmes. Avec un cheval, le contact est direct, simple et naturel et une relation de confiance et sécurisante peut s'installer ». Les trois chevaux qui gambadent dans le pré sont de tailles différentes et peuvent s'adapter aux partenaires.

« Démarche thérapeutique »

Fanny Cailley, qui précise que « l'équithérapie n'est ni un sport, ni un loisir mais bien une démarche thérapeutique », accueille les personnes une première fois « pour évaluer les besoins et présenter la structure. Monter sur le cheval n'est pas systématique, le patient peut monter ou être à côté de lui, à pied, et avant il y a le temps du pansage pendant lequel le brossage crée un lien ».

« Je vois des enfants qui touchent le cheval, le caressent : il y a une attirance. L'équithérapie apporte apaisement, sécurisation, bien-être, lâcher prise, concentration, équilibre, confiance. De plus, la respiration du cheval crée un balancement qui rappelle les expériences de la petite enfance ».

Isabelle Leparoux

Cabal Sens, 34 route de Toulouse, tél : 06 75 37 25 15. mail : cavalsens@sfr.fr et le site : www.cavalsens.fr I. Leparoux

Posté par jjdupuis à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mars 2014

L'autisme avec humour : le spectacle à ne pas rater !

article publié sur handicap.fr

 

Résumé : 20 000 spectateurs ont déjà applaudi " Le bal des pompiers ". Un one-man-show hilarant sur le quotidien de Gabin, enfant autiste. Laurent Savard, son papa, est en tournée en France au printemps 2014. A ne rater sous aucun prétexte !
 
Par le 25-03-2014

Le spectacle de Laurent Savard continue son petit bonhomme de chemin. Et ce bonhomme-là s'appelle Gabin. Un p'tit gars de bientôt onze ans. Gabin est autiste et hyperactif. La vie, avec lui, c'est parfois un peu compliqué. Mais son papa a choisi d'en rire, ou plutôt d'en faire rire. Depuis plus de trois ans, il balade sa belle énergie dans toute la France avec son one-man-show, « Le bal des pompiers ». Parce que Gabin est né un 13 juillet. Avec lui ce n'est pas toujours flonflons et accordéons mais un feu d'artifice permanent…

Un show déroutant

Le 21 mars 2014, une maman d'enfant autiste montait sur une grue dans le centre de ville de Toulouse pour faire entendre ses revendications ; Laurent lui préfère monter sur scène et pourquoi pas au créneau. Différents modes d'expression pour un même objectif : dire le quotidien d'une famille qui vit avec un enfant autiste ! Sur ses affiches, il scande : « Fils autiste et hyperactif, papa artiste et actif. Vous y voyez une différence ? ». Laurent propose un show déroutant, débridé, déridant. Pas une caricature mais du vécu, du petit matin au bout de la nuit. Il parle de tous ceux, psy, directrice d'école, amis de la famille, qui ont croisé leur chemin. Une petite comédie de la vie, inspiré par des faits réels, le quotidien d'un enfant pas tout à fait comme les autres.

20 000 spectateurs

Laurent est accompagné au piano par la talentueuse Anaïs Blin. Parfois aussi par des interprètes qui, sur scène, à destination du public sourd, traduisent le spectacle en langues des signes. Plus 20 000 spectateurs à ce jour sont venus l'applaudir ! Le spectacle est encensé par la critique mais peu visible sur les plateaux de télévision. Récemment, Laurent invite une journaliste de la presse féminine. Elle assiste à son spectacle, rit, rit même de bon cœur. Mais pas le cœur pour autant à faire un article, l'autisme ça fait peur ! Le rire est pourtant le propre de l'Homme, à méditer !

Tournée de printemps avec un Zénith à Pau

En 2014, avec son « Bal des pompiers », Laurent Savard est en tournée de printemps, dans toute la France. Elle débute le 22 mars 2014 à Saint-Brieuc et se poursuit jusqu'au 18 mai avec une apothéose à La Pommeraie (Anjou). Une étape à Paris le 5 avril au théâtre Déjazet. Et rien de moins qu'un Zénith à Pau le 2 avril, dans le cadre de la journée internationalisme de l'autisme. Les spectacles de Saint-Brieuc et de Nantes sont traduits en langue des signes française. Le 7 octobre, Laurent remonte sur scène à Versailles à l'occasion du Festival Orphée (à la Royale factory) qui promeut des spectacles ayant un lien fort avec le handicap. Ce n'est qu'un préambule car la saison 2014-2015 s'en va au-delà des frontières, en Belgique, au Maroc, au Québec…

Au programme de 2014…

29 mars : Nantes (Festival Handiclap / traduction LSF avec Jean-Luc Gaudin)
2 avril : Pau (Le Zénith)
5 avril : Paris (Théâtre Déjazet)
28 avril : Mulhouse (Théâtre de la Sinne - Le Mois du Cerveau)
18 mai : La Pommeraye (Aux Jardins de l'Anjou)
D'autres dates à suivre sur le site de Laurent Savard

Crédit photos : Fred Forêt et CCT38

LES LEGOS from Laurent savard on Vimeo.

Posté par jjdupuis à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2014

Millau : le projet d'Autisme Larzac de plus en plus concret

article publié dans le Midi Libre

HUGUES CAYRADE
24/03/2014, 18 h 51 | Mis à jour le 24/03/2014, 18 h 55
Marielle Frayssinet et Cédric Boulouis qui suit le dossier à la communauté.
Marielle Frayssinet et Cédric Boulouis qui suit le dossier à la communauté. (Photo ÉVA TISSOT)

La création d’un centre d’accueil temporaire pour ados et adultes est cohérent avec les objectifs du nouveau plan national.

Ça s’est passé vendredi, à Toulouse. La maman d’un enfant autiste de 8 ans est montée en haut d’une grue dans le centre-ville pour dénoncer la précarité de l’accompagnement de son fils en milieu scolaire. Le 2 avril, journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, le collectif Citoyen Handicap a prévu de manifester dans tous les rectorats de France avec pour revendication “l’école pour tous”...

Cette actualité, qui illustre une nouvelle fois les difficultés de prise en charge des personnes autistes à tous les stades de leur vie, vient souligner le bien-fondé du projet de centre d’accueil temporaire porté par l’association Autisme Larzac à Millau.

"Il y a trop peu d’appuis pour les familles et professionnels qui œuvrent au quotidien." Marielle Frayssinet, psychologue clinicienne

"Au cours de mes vingt années de pratique avec des enfants, adolescents et adultes autistes, j’ai pu constater un réel problème de sous-diagnostic, note Marielle Frayssinet, psychologue clinicienne diplômée et auteur d’une thèse de doctorat intitulée Autisme et schizophrénie, à l’origine du projet. Trop peu d’alternatives à l’hospitalisation sont pensées. Il n’existe pas, par exemple, de lieux de vacances spécialisés pour autistes, et il y a trop peu d’appuis pour les familles et professionnels qui œuvrent au quotidien."

Le projet de centre d’accueil temporaire s’inscrit pleinement dans les objectifs du 3e plan national autisme (2014-2017), et la ministre déléguée au Handicap, Marie-Arlette Carlotti, a récemment indiqué par courrier à ses promoteurs qu’il avait retenu toute son attention. "Il pourrait s’inscrire dans la programmation de l’Agence régionale de santé Midi-Pyrénées, et (...) nécessite également une sollicitation de l’ARS Languedoc-Roussillon dans l’éventualité d’un appel à projet interrégional", écrit la ministre.

750 établissements interrogés

Les perspectives sont donc encourageantes, mais, pour en arriver là, l’association, créée en 2011, a beaucoup travaillé. Avec le soutien de la communauté de communes, elle a bénéficié d’un dispositif local d’accompagnement (DLA) qui lui a permis d’affiner son projet et de réaliser une étude de besoins auprès de 750 établissements situés à 2 h 30 de route de Millau, en Midi-Pyrénées, Auvergne, Languedoc-Roussillon et même en région Paca. "Plus de 80 ont répondu à notre questionnaire et se sont dit prêts à travailler avec nous, précise Marielle Frayssinet. À partir de 30, le projet est viable."

Le DLA a également permis d’impliquer la plupart des acteurs sud-aveyronnais qui œuvrent dans le champ social, médico-social et sanitaire (*).

"L’association n’a pas vocation à devenir gestionnaire de structure, mais bien de fédérer les associations gestionnaires reconnues", insiste encore la fondatrice d’Autisme Larzac.

[INT]Une capacité de douze places
Une capacité de douze places
 
La capacité du centre d’hébergement temporaire serait de douze places et une quinzaine de postes en équivalents temps plein, d’éducateurs notamment, pourrait être créée pour assurer des formes d’accueil différenciées en fonction des problématiques spécifiques des autistes qui y seront reçus. "Les usagers de la structure seront des adolescents en provenance d’IME ou des adultes issus d’établissements spécialisés, d’un externat ou sans prise en charge institutionnelle, résume l’association. Le projet vise l’amélioration globale de l’accompagnement des personnes autistes et entend faciliter leur parcours de vie et de soins." Pour chacun, le ou les séjours cumulés ne devraient pas excéder 90 jours par an.
 
Millau-plage, terre d'accueil
 
La création de cet établissement est aujourd’hui pressentie dans le secteur de Millau-plage, où la communauté de communes est en train d’acquérir terrains et bâtiments. "L’un des principes, c’est qu’il y ait de la vie, des échanges, qu’on puisse faire venir à l’intérieur des intervenants, comme par exemple des artisans ou des artistes, et que les autistes puissent profiter des activités extérieures, des sports et loisirs de pleine nature en particulier. De ce point de vue, l’emplacement est idéal", indiquent les promoteurs du projet.

Reste maintenant à affiner le budget pour cet établissement et à se positionner auprès des ARS dans le cadre de leurs appels à projets...

Posté par jjdupuis à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Le Grand-Bornand : tous mobilisés contre l'autisme avec Glisse en coeur

article publié sur le site de France 3 - Alpes

Près de 140 équipes se sont élancées ce week-end sur les pistes du Grand-Bornand pour "Glisse en coeur". La station de Haute-Savoie accueille en effet ce grand marathon à skis d'une durée de 24 heures. Un événement solidaire pour sensibiliser à l'autisme. Reportage. 

France 3 Alpes
Publié le 23/03/2014 | 09:26, mis à jour le 23/03/2014 | 09:26
138 équipes ont pris de départ sous la neige pour 24 heures de ski non-stop. © France 3 Alpes
© France 3 Alpes 138 équipes ont pris de départ sous la neige pour 24 heures de ski non-stop.

Reportage. L'événement a battu son record de participation. Pas d'abstention donc quand il s'agit de solidarité. Cette année, "Glisse en coeur" a attiré en effet 138 équipes. Toutes motivées à l'idée de sensibiliser la population à l'autisme, ce trouble neuro-développemental qui touche un enfant sur 150 en France. 

Alors pour faire parler de l'autisme, les équipes de volontaires se sont élancées pour 24 heures de ski non-stop. Une manifestation destinée à collecter également des fonds pour financer la recherche et améliorer notamment le quotidien des enfants malades. 

En vidéo, le reportage d'Ariane Combe-Savary et Christian Matthieu :

Glisse en Coeur au Chinaillon
Intervenants; Thomas Coville, navigateur; Hélène Meyrieux, présidente de l'association OVA

Posté par jjdupuis à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mars 2014

Teo ira-t-il au centre aéré ?

article publié sur yanous

  Teo ira-t-il au centre aéré ?
  Bien qu'accueilli comme les autres enfants les années précédentes au centre aéré de Longwy, voici qu'en 2014 le petit Teo, diagnostiqué autiste atypique, y est refusé. Décision provisoire ou discrimination ? Enquête.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.
 

           "On est prêts à aider la mère à monter le dossier MDPH, clame le maire de Longwy (Meurthe-et-Moselle), Edouard Jacque, et trouver une solution positive pour ne pas laisser cet enfant en dehors du centre aéré. Une fois passées les élections municipales, je la recevrai dans les 15 jours." Est-ce la pression résultant des appels répétés de journalistes à la mairie ? De la médiatisation d'une affaire de discrimination parmi des milliers d'autres ? De l'action d'une maman qui ne lâche rien ? Teo est devenu une épine dans la chaussure municipale. "Teo a été accueilli les autres années pendant les petites et grandes vacances, encadré par des étudiantes stagiaires, jusqu'en 2012, raconte Isabelle Gasparini. En 2013, l'Union Départementale des Associations Familiales [Unaf] a fourni une travailleuse sociale pendant 90 heures lors des grandes vacances, en jouant sur l'objet de ma demande au titre d'une 'fatigue de la maman'. Mais les médecins ont trouvé une tumeur cérébrale à Teo, qui a subi trois opérations." Agé de huit ans, diagnostiqué autiste atypique avant la découverte de la tumeur, Teo n'a pas de troubles du comportement : "Il aime les enfants, il est ouvert, va vers les autres. Mais il se remet encore des opérations, il ne peut rester longtemps avec eux. Teo a besoin d'être guidé pour se déplacer et avoir des activités avec les autres."

 
 

Isabelle Gasparini voulait resocialiser progressivement son enfant en l'inscrivant au centre aéré Plaine des Jeux, qui dépend de la ville de Longwy, quelques heures dans la semaine et pendant les petites vacances : "Teo était en CP-CE1 avec un Auxiliaire de Vie Scolaire, jusqu'à son opération. Il ne reprendra probablement l'école qu'en septembre prochain. Il a été difficile de le scolariser dans l'école du quartier, les enseignants étaient réticents à recevoir 'un enfant différent', il a fallu se battre, je n'ai pas lâché. Par contre, il n'y a eu aucun problème avec la Maison Départementale des Personnes Handicapées." Mais pas avec le centre aéré : "La secrétaire du centre, qui reçoit des enfants âgés de 3 à 16 ans, l'a inscrit, puis le directeur a refusé en me disant 'Ça va vite dans Longwy, si j'accueille votre fils, les autres vont débarquer'. Voilà comment on est traité quand on a un enfant handicapé !" Isabelle Gasparini a raconté cela fin février au quotidien Le Républicain Lorrain, ce qui irrite le maire de Longwy en pleine campagne de réélection et l'oblige à réagir.

"Une réflexion est engagée, confirme le directeur du centre aéré, Vincent Bolognini. Pas grand chose ne va se passer avant les élections, le maire ne va pas prendre une décision actuellement." Sur l'accueil de Teo les années précédentes, il rappelle : "On a engagé une démarche avec sa mère pour lui dire que Teo aurait de plus en plus de difficultés à suivre le groupe d'enfants. Nos autres enfants handicapés sont en autonomie, alors qu'il faut à Teo, à certains moments, un éducateur pour lui seul. Et la demande de la maman était particulière, un accueil pendant une à deux heures. Moi, je n'ai pas les moyens de mettre en place cet accueil à temps partiel." Pour lui, l'idéal serait d'avoir quelqu'un qui intervienne auprès d'enfants comme Teo, mais il n'a recueilli ni appui, ni ressources, ni conseils et a renvoyé à la maman la tâche de trouver "la" solution.

  Image : Théo et sa maman.
 

À la question de savoir si cette tâche incombe au parent ou au professionnel qu'il est, Vincent Bolognini répond... qu'il ne sait pas ! Le Maire considère pour sa part qu'il revient aux parents de trouver une solution d'accompagnement, évoquant même un dossier auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées alors que celle-ci n'a pas compétence en la matière. "Déjà il y a deux ans, précise Isabelle Gasparini, le directeur du centre m'a demandé de trouver une aide, et j'ai sollicité l'Udaf. Il y a trop d'inscrits, et pas assez de personnels, disait-il. Alors que la Caisse d'Allocations Familiales m'a expliqué que s'il inscrivait un enfant handicapé, il touchait des subventions."

Pour sortir de l'impasse actuelle, Isabelle Gasparini est tentée d'accepter la proposition que vient de formuler un adjoint au nom du maire, soit accompagner elle-même son fils le temps qu'un accompagnement professionnel soit mis en place. Mais à la condition expresse que cette solution provisoire ne devienne pas, comme souvent, définitive. À suivre, donc...


Laurent Lejard, mars 2014.

Posté par jjdupuis à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Glisse en coeur : Jenifer chante en faveur de l'autisme

article publié sur Handicap.fr

Résumé : 7ème édition de " Glisse en Cœur ", l'événement caritatif n°1 de la montagne, au Grand-Bornand (74). Du 21 au 23 mars 2014, 10 concerts et 24 h de relais à ski pour collecter des fonds en faveur de l'autisme ! A l'affiche : la chanteuse Jenifer.
 
Par le 20-03-2014

 

Alors que les Jeux paralympiques de Sochi se sont achevés le 16 mars 2014, octroyant une 5ème place pour la France au classement des nations, la montagne renoue avec le handicap à travers une très belle initiative : « Glisse en cœur ». Ça se passe sur les pistes enneigées du Grand-Bornand (Haute-Savoie). C'est l'événement caritatif n°1 de la montagne française avec pour slogan : « Skier pour une vie, quel formidable défi... ». En 2014, les dons recueillis lors de la 7ème édition de la course en ski « 24h du Grand-Bornand » seront reversés à l'association OVA (Objectif Vaincre l'Autisme).

Au programme...

La fête débute le vendredi 21 mars 2014 par une grande soirée caritative, festive et musicale (25 euros la place) animée par Stéphane Thébaut avec la présentation d'OVA et l'intervention de François-René Duchâble, pianiste de renommée internationale passé maître dans l'art des performances extravagantes, accompagné de Fabienne Conrad, chanteuse lyrique, Hugues Borsarello, violoniste, le Quatuor Annesci ainsi que le Quintet à corde. Le tout orchestré par Cyril Diederich directeur musical et chef d'orchestre. Le samedi 22 mars, à partir de 13h15, des concerts prendront possession des pistes. Pop, folk et rock musette jusqu'au bout de la nuit ! A 19h30, ce sont 12 000 fans qui se rassembleront pour assister au concert gratuit (dons recommandés) donné par Jenifer. La fête se poursuit le dimanche toute la journée. Au total, 10 moments musicaux !

Une compétition qui vaut de l'or

Pendant que certains se déhanchent, d'autres se lancent dans une compétition tout schuss, un relais de ski tout public par équipes. Du samedi 14h au dimanche 14h : 24 heures non-stop ! L'enjeu, pour les équipes en course, consiste bien évidemment à parcourir le plus de kilomètres à skis, non sans avoir récolté au préalable et tout le week-end durant un maximum de dons au profit l'association OVA. En 2013, 115 équipes avaient répondu présent. A trois jours de cet évènement, 117 000 euros ont déjà été promis par de nombreux donateurs en ligne sur les 200 000 escomptés.

Posté par jjdupuis à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mars 2014

Film -> De toute nos forces -> Champion de l'émotion

Résumé : Courrez voir " De toutes nos forces " ! L'histoire d'un père et son fils handicapé qui se lancent dans un triathlon extrême. Inspiré d'une histoire vraie, ce bijou vous tire les larmes et vous emplit de vitalité. Sortie au cinéma le 26 mars 2014
 
Par le 19-03-2014

Yeux rougis sur musique de générique. Heureusement, la salle est encore plongée dans le noir. Ca ne le fait pas de pleurer ! Et pourtant, lorsqu'on va voir « De toutes nos forces », il faut s'y préparer. C'est le dernier long-métrage de Nils Tavernier, reconnu pour ses nombreux documentaires, souvent inspirés par la vulnérabilité... ou la force, l'un ne va pas sans l'autre.

8 km à la nage, 180 en vélo et 42 en course à pied

C'est l'histoire d'un papa (Jacques Gamblin), absent, dépassé par la présence de Julien, son fils handicapé. Face à lui une mère (Alexandra Lamy) aimante mais étouffante. Julien entend un jour faire savoir à son père qu'il existe et le met au défi de courir la course la plus extrême qui soit, l'Ironman de Nice. Avec lui évidemment ! Un triathlon surhumain : 3.8 km à la nage, 180 en vélo et 42 en course à pied... Le papa bourru se laisse convaincre. Des mois d'entraînements et cette complicité naissante auront raison de leurs défiances initiales.

Inspiré d'une histoire vraie

Certains tiquent : « Ce n'est pas possible, l'histoire n'est pas crédible ». Elle est pourtant inspirée d'une réalité, celle d'un Américain, Dick Hoyt qui prit part avec Rick, son fils handicapé, à 984 événements dont 229 triathlons (dont 6 Ironman), 20 duathlons et 66 marathons. Les images sont sublimes, ouvertes en panoramique sur la montagne et la mer, révélant avec plus de force encore l'enferment mental des personnages. L'émotion est au rendez-vous. Tout en retenue et en pudeur !

Fabien : un acteur à part entière

C'est Fabien Héraud, un jeune homme infirme moteur cérébral, qui a été « casté » après 5 mois de recherches dans plus de 170 établissements spécialisés. Il a posté une vidéo, en cachette de ses parents. Ses facéties sur son fauteuil roulant électrique ont achevé de convaincre le réalisateur qu'il était bien « le comédien » de la situation. Selon Nils Tavernier, « dans certaines pathologies lourdes, les enfants peuvent rayonner d'une énergie de vie incroyable ».

Un film « all inclusive »

Ce film ne parle pas de handicap. Mais plutôt de paternité, de dépassement de soi, de retrouvailles. Les personnes handicapées sont bel et bien là : un groupe d'enfant dans un centre spécialisé, une jolie rousse en fauteuil roulant avec son chien d'assistance, le copain hémiplégique as du VTT... Visibles mais acteurs et pas sujets ! Enfin un film en « all inclusive ». « De toutes nos forces » sort le 26 mars 2014 dans les salles obscures mais vous promet la lumière !

« De toutes nos forces », film de Nils Tavernier
Avec Jacques Gamblin, Alexandra Lamy, Fabien Héraud
Sortie le 26 mars 2014

Posté par jjdupuis à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,