24 avril 2019

RSA et PCH enfant : les Caf s’opposent au Conseil d’État

article publié dans Faire-Face

La Cnaf a communiqué aux Caf un argumentaire sur lequel elles doivent s'appuyer pour ne pas appliquer les règles de droit liées à la PCH enfant.

Faire-face.fr a obtenu une note interne de la Cnaf absolument stupéfiante. Elle demande à ses caisses de prendre en compte, pour le calcul du RSA, le dédommagement versé au titre de la PCH à un parent aidant familial de son enfant handicapé. C’est-à-dire de faire le contraire de ce qu’a rappelé le Conseil d’État dans une décision rendue en 2017.

La Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) ne craint pas de faire des entorses à la loi. Même lorsque le Conseil d’État a rappelé le droit. Le cas du cumul RSA et PCH enfant l’illustre jusqu’à la caricature.

En jeu : le mode de calcul du montant du RSA des parents aidants familiaux de jeunes de moins de 20 ans. De longue date, la Cnaf enjoint à ses caisses (Caf) de considérer comme une ressource le dédommagement qu’ils perçoivent au titre de la PCH de leur enfant. Ce qui entraîne donc la diminution, voire la suppression, de leur RSA.

PCH en complément de l’AEEH de base


Le Conseil d’État est la plus haute juridiction administrative française.

Le 10 février 2017, le Conseil d’État a statué sur une affaire opposant un parent à une Caisse. Sa décision est claire. « Lorsque la prestation de compensation du handicap est perçue (…) en complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH), il ne doit pas en être tenu compte pour le calcul des ressources déterminant le montant du revenu de solidarité active. » C’est systématiquement le cas pour un enfant de moins de 20 ans : la PCH est versée en complément de l’AEEH de base. Le cumul entre RSA et PCH enfant est donc bien possible.

Des « consignes nationales »

Pourtant, la Cnaf refuse de se plier à la décision de la plus haute juridiction administrative française. Un document interne, dont Faire-face a eu copie, le prouve. Les Caf ont reçu ces « consignes nationales, le 20 février ». Soit plus d’un an après la décision du Conseil d’État.

Les juristes de la Cnaf y développent leur argumentation. Ils distinguent la PCH proprement dite (qui peut couvrir l’aide humaine mais aussi les aides techniques ou bien encore l’adaptation du logement) du dédommagement que l’un des parents perçoit au titre du volet aide humaine de la PCH. La première – le montant global de la PCH – ne doit pas être pris en compte dans le calcul du RSA, reconnaissent-ils. Par contre, le second – le dédommagement – doit l’être.

Lire aussi

Les ministères à la rescousse


Extrait de la note de la Cnaf

Pour eux, la décision du Conseil d’État concerne la PCH dans sa globalité et non le dédommagement. Ce qui les amène à assurer que « l’analyse de cet arrêt (…) justifie le bien fondé de la prise en compte pour le calcul du RSA des sommes perçues par le parent (dédommagement ou rémunération) au moyen de la prestation de compensation ». La note précise même que cette analyse a été « confirmée par les services ministériels ».

« La Cnaf s’obstine à admettre l’évidence. »

Pourtant, l’arrêt en question ne fait pas cette distinction. Les magistrats se basent sur l’article R. 262-11 du code de l’action sociale et des familles. Et ils tirent une conclusion sans équivoque : la PCH enfant n’a pas à être considérée comme une ressource pour le calcul du RSA. 

« Toutes les décisions des tribunaux dont nous avons connaissance – à Grenoble en 2017 et à Rennes en 2018 – vont dans le même sens que la décision du Conseil d’État, souligne Marion Aubry, vice-présidente de l’association Toupi qui a accompagné plusieurs familles concernées. Et pourtant la Cnaf s’obstine à admettre l’évidence. »

Récupérer les indus

Cette dernière invite d’ailleurs ses caisses « à s’appuyer sur [son] argumentaire dans le cadre du traitement des contestations » dont elles pourraient être saisies.

Et pour les familles auxquelles elles auraient déjà versé le RSA sans tenir compte du dédommagement comme une ressource ? La Cnaf leur demande alors de consulter le conseil départemental, qui verse le RSA. S’il le souhaite, les Caf réclameront les sommes qui, selon elles, ont été abusivement versées. Si ce n’est pas de l’acharnement…

Posté par jjdupuis à 01:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


21 avril 2019

Dossier autisme et vaccination - "La fabrique du mensonge"

20 avr. 2019
Par Blog : Le blog de Jean Vinçot

Dans la série documentaire "La Fabrique du Mensonge", France 5 revient sur les fake news concernant les vaccins et l'autisme. Quelques remarques et liens vers divers posts publiés ici ou ailleurs ("Initiative citoyenne") sur le sujet.

 

La fabrique du mensonge : Brexit : Référendum, mensonges et réseaux sociaux / Présidentielle : l'ombre russe ? / Vaccins : les rumeurs ne meurent jamais

Cette vidéo est disponible jusqu'au 29 avril : https://www.france.tv/actualites-et-societe/reportages/951797-la-fabrique-du-mensonge.html

Elle aborde la question des vaccins à partir de 51 mn 30 s jusqu'à 1h 16 mn 25 s

Andrew Wakefield TV USA © capture d'écran "La fabrique du mensonge"
Andrew Wakefield TV USA © capture d'écran "La fabrique du mensonge"

 

Dans l'interview de Wakefield, après que l'interviewer ait fait référence à Hitler, Wakefield fonce sur le pilier de la société qu'est la structure familiale, "menacée" par les injonctions vaccinales de l'Etat et des grandes entreprises !

Il s'adresse ainsi à l' alt right, l'extrême droite sans oublier de flatter le sentiment anti-multinationales.

 © Capture d'écran
© Capture d'écran

Le site "Initiative rationnelle" a publié un condensé sur l'examen comparé des preuves avancés par les sites pro et anti-vaccins.

Vaccins et autisme, un examen approfondi des preuves

Ce texte publié par "Initiative rationnelle"  est une traduction partielle de « Vaccines and autism: A thorough review of the evidence », sur The Logic of Science

[Intox] Le danger des vaccinations multiples

[Intox] Andrew Wakefield par Andrew Wakefield

Vaxxed fumisterie

[Intox] Vaccinés vs non vaccinés: quel groupe est le plus malade ?

Autisme, vaccins - rétractation d'un article

La revue "Lab Medicine" rétracte un article basé sur les travaux frauduleux d'Andrew Wakefield. Cet article continuait à être exploité pour jeter à tort le discrédit sur les vaccins. Le climat est tel que certains chercheurs hésitent à publier sur le sujet.

  5 nov. 2018

Vaccins,autisme - Les secrets de la panique du ROR (Brian Deer )1/4

Le film "documentaire" VAXXED est présenté au Parlement européen le 9 février 2017. Un bel exemple d’escroquerie intellectuelle ...et financière. Premier article de la série publié par le journaliste Brian Deer dans le "British Medical Journal" en 2011.

Brian Deer © capture d'écran "La fabrique du mensonge" Brian Deer © capture d'écran "La fabrique du mensonge"
 
6 févr. 2017

Vaccins, autisme - La crise du vaccin visait à faire de l'argent (Brian Deer 2/4)

Deuxième volet de l'enquête de Brian Deer : "Les secrets de la panique du ROR". Après avoir décrit la falsification des preuves, il décrit les objectifs financiers d'Andrew Wakefield.

7 févr. 2017

Autisme, vaccins - Le "Lancet" enterre la fraude (Brian Deer 3/4)

Dernier volet de l’enquête de Brian Deer publiée dans le "British Medical Journal" en 2011. Après avoir examiné la falsification des résultats et les motivations financières d'Andrew Wakefield, le journaliste décrit la réaction de "The Lancet" quand il a signalé la faute à la revue.

7 févr. 2017

Autisme, vaccins (4/4) - Le lien du vaccin ROR à l'autisme était frauduleux

En conclusion de cette série d'articles publiée par le BMJ, un éditorial tirant les leçons de la fraude financièrement intéressée d'Andrew Wakefield.

 7 févr. 2017

Vaccins, autisme - le film d'Andrew Wakefield "Vaxxed"

Michéle Rivasi, députée européenne des Verts, a projeté le film "Vaxxed". Une critique par un blog britannique par un chercheur, père d'un garçon autiste.

24 mars 2017

La vision sélective de Michèle Rivasi dans les conflits d'intérêts et le vaccin ROR

Michèle Rivasi, députée européenne Verts, prétend s'intéresser aux conflits d'intérêts, mais fait la promotion de l'ex-Dr Wakefield, qui a publié une étude frauduleuse en conflit massif d'intérêts.

14 mars 2019

Autisme, Trump - La poudre aux yeux et le comité de sécurité des vaccins de R.Kennedy

Trump semble s'intéresser à l'autisme par le biais de la phobie anti-vaccins. Mais les politiques qu'il veut mener permettront-elles d'améliorer la situation des personnes autistes ? Un point de vue américain, à prendre en compte dans notre contexte électoral.

  3 mars 2017

Posté par jjdupuis à 07:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Autisme, des parents jugés coupables

 

Autisme, des parents jugés coupables

Isabelle est la mère de Rémi. En grandissant, Rémi semble différent des autres enfants. Il avait l'air très intelligent, mais on a mis longtemps à lui apprendre à faire ses lacets, ce genre de choses. On l'a emmené voir un médecin qui n'a rien trouvé d'anormal puisque ses parents divorcent.

https://www.franceculture.fr

 

19 avril 2019

Certification Autisme, quelle qualité professionnelle pour l’autisme ?

 

 

Julien PAYNOT - Directeur Général HANDEO
La nouvelle certification autisme
« Qu’est-ce que l’exigence de qualité en autisme dans les établissements médico-sociaux ? »
Organisée par l’Union Régionale Autisme France Poitou-Charentes
Mardi 22 janvier 2019 - Salle culturelle - Breuil-Magné

 

Posté par jjdupuis à 03:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 avril 2019

Le projet Chatounets : une animation sur l’autisme

Par dans Projet chatounets

Les Chatounets de Comprendre l’autisme présentent leur première animation sur l’autisme : l’autisme, qu’est-ce que c’est ?

L’objectif est de présenter rapidement quelques éléments clés qui permettent d’expliquer ce qu’est l’autisme, quelles sont les causes et comment cela se traduit en matière de comportement pour les personnes concernées.

Contrairement aux articles peut-être un peu techniques/longs/complexes que je publie parfois, cette petite animation sur l’autisme permet plutôt une première approche simple du sujet.

C’est une vidéo réalisée en amateur, sans matériels ni logiciels professionnels qui permettraient de vous proposer un rendu de meilleure qualité. C’est un peu fait comme ont dit “avec les moyens du bord”.

J’espère que vous apprécierez malgré tout cette petite animation, réalisée par les Chatounets :

Posté par jjdupuis à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Autisme -> Quand l'aventure du handicap s'impose comme mode de vie.

 

Autisme

Quand l'aventure du handicap s'impose comme mode de vie. Ses premiers mots : des bulles ! Son premier "stimulateur". Mes premiers mots de découverte de ce monde parallèle. Lilie est autiste à intensité élevée sans déficience intellectuelle. Le nom de la crèche de mes 4 enfants : Histoires de bulles.

https://laviedesbulles.wordpress.com

 

Posté par jjdupuis à 06:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2019

Séquencer son ADN, entre risques et opportunités

 

Séquencer son ADN, entre risques et opportunités - Swiss Digital Health

Le séquençage du génome humain a de plus en plus la cote de nos jours. Il s'agit d'une source importante de données pour offrir une médecine plus préventive et plus personnalisée. Mais, revers de la médaille, c'est également une source de problèmes, notamment du point de vue de la protection des données.

https://swissdigitalhealth.com

 

Posté par jjdupuis à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 avril 2019

12ème Congrès International d'Autisme-Europe à NICE du 13 au 15 septembre 2019

 

Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

 
 
 
 

12e Congrès International d'Autisme-Europe

13 au 15 Septembre 2019

 
 

ÉDITORIAL

 
 

Zsuzsanna Szilvasy

Présidente AUTISM EUROPE 

 

L'édito du congrès est en ligne

 

Nous sommes heureux de vous inviter au 12ème Congrès international d'Autisme-Europe, organisé en coopération avec Autisme France, dans la belle ville de Nice...

 
DÉCOUVREZ L'ÉDITO
 
 

DECOUVREZ

LE PROGRAMME DÉTAILLÉ

 

  • Des symposiums autour de 16 thématiques différentes dans quatre salles en parallèle

 

  • Six conférences principales en auditorium

 

  • De nombreuses sessions de communications orales et posters

 
DÉCOUVREZ LE PROGRAMME
 
 

CONFÉRENCIERS CONFIRMÉS

 
 

Sounia Amrani (Maroc)

Simon Baron-Cohen (UK)

Sven Bölte (Suède)

Stéfany Bonnot-Briey (France)

Thomas Bourgeron (France)
Manuel Bouvard (France)

James Cusack (UK)

Jean Decety (Etats-Unis)

Jeroen Dewinter (Pays-Bas)

Courtenay Frazier Norbury (UK)

Hilde Geurts (Pays-Bas)

Tatja Hirvikoski (Suède)

Ami Klin (Etats-Unis)

Chris Oliver (UK)

Herbert Roeyers (Belgique)

Jan Tøssebro (Norvège)

Peter Vermeulen (Belgique)

Donata Vivanti (Italie)

Tristan Yvon (France)

 
 
CONSULTEZ LEURS BIOGRAPHIES   
 
 

Langue et traduction

 

La langue principale du congrès sera l'anglais, mais une interprétation simultanée en français et anglais est prévue dans toutes les salles.

 
 
 
 

BÉNÉFICIER

encore du tarif préférentiel

 

Il est encore temps de profiter du tarif préférenciel

 
JE M'INSCRIS DÈS MAINTENANT
 
 
 

EXPOSITION

AUTISMO BURGOS

 

Le formulaire d'inscription et les photos des œuvres peuvent être envoyées par courrier électronique à partir de maintenant jusqu'au 30 avril 2019.

 

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI
 
 
 

INFORMATIONS PRATIQUES

 

Dates

13-15 Septembre 2019

Lieu du congrès
Palais des congrès, Acropolis, Nice France

 
+ INFO
 
 
 
 

ORGANISATION

GENERALE

13 rue du docteur Combalat
13006 Marseille - France
Tél. : +33 (0)4 91 94 54 72

contact@autismeurope-congress2019.com

INSCRIPTION 
HEBERGEMENT

Hébergement :

Geoffrey Serra
Tél. : +33 (0)6 09 97 13 59

geoffrey.serra@eventime-group.com


Inscription :

Julie Grillet
Tél. : +33 (0)6 35 81 53 72
julie.grillet@eventime-group.com

PARTENAIRES

SPONSORS

Charlotte Martin
Tél. : +33 (0)4 91 94 30 37
charlotte.martin@eventime-group.com

 
 

 

Posté par jjdupuis à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 avril 2019

Lettre ouverte à Sophie CLUZEL, secrétaire d'état aux personnes handicapées

Un exemple de plus de certaines difficultés ... (pour faire court & dans la mesure)
Jean-Jacques Dupuis
10 avr. 2019
Par Blog : Le blog de Mathieu Bellahsen

Une réaction de professionnels du soins psychiques partie prenante du "printemps de la psychiatrie" aux propos scandaleux de la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées.

 

Madame la secrétaire d'Etat,

Nous avons pris bonne note de vos déclarations récentes dans les médias, à savoir que la psychiatrie ne devait plus rien avoir à faire avec les personnes en situation d’autisme. « Face à ce spectre de l’autisme très large, il faut que l’on arrête de parler de psychiatrie (…) Avec notre plan, il s’agit de ne plus placer de enfants autistes devant des psychiatres » avez-vous dit sur RMC le 2 avril 2019.

En conséquence, en tant que médecin responsable d’un pôle de psychiatrie adulte de service public qui accueille à ce jour des personnes autistes sans solution du fait de troubles du comportement importants, de difficultés avec l’entourage familial et avec les institutions dans lesquelles elles sont, je tire avec gravité la conséquence de ces déclarations, à savoir que toute nouvelle personne avec autisme qui sera hospitalisée dans le service devrait donc être transférée immédiatement au secrétariat d’État au handicap afin que vous-même et vos équipes trouviez une solution.

 En effet, il n’est pas possible de désavouer publiquement la psychiatrie et de ne pas prendre la mesure de ce que cela implique.

En dépit de ce désaveu qui dure depuis longtemps déjà et dont vous êtes la énième représentante, nous continuons d’œuvrer quotidiennement, dans l’ombre des pratiques, pour prendre soin et accompagner ces personnes et leurs familles qui sont souvent dans une détresse absolue et un désespoir très grand. A ce désaveu, à cette détresse et à ce désespoir s’ajoute le naufrage organisé de la psychiatrie depuis des années.

Il faudrait que la société puisse constater que dans la réalité, l’inclusion n’est qu’un vœu pieu, voire la nouvelle forme d’une exclusion. Toute personne qui ne s’adapte pas au cadre inclusif se voit rejeter des institutions que ce soit l’école, le secteur social et médico-social et maintenant le secteur sanitaire

Nous sommes désavoués par ces paroles mais la honte changera un jour de de camp. Ce désaveu ne vous concerne pas dans ses retombées pratiques puisque nous continuons à prendre en charge, comme nous le pouvons, les personnes -toutes les personnes-. Nous avons à cœur d’avoir une hospitalité inconditionnelle et d’ouvrir les portes du service public à tous les publics, personnes autistes comprises si elles en ont besoin. 

Vos déclarations ségrégatives nécessitent que vous preniez, dans la réalité, la mesure de la détresse des familles, des personnes, des professionnels, du manque d’institutions ambulatoires et à temps plein en capacité d’accueillir ces personnes. Que vous preniez également la mesure de la violence brute dont vous êtes la porte-parole. 

Au moment de recevoir dans votre secrétariat d’Etat ces personnes en situation d’autisme qui n’ont rien à faire en psychiatrie, vous auriez donc tout intérêt à leur trouver des solutions avec votre « plan ». A défaut, il s’agira très certainement de non-assistance à personne en danger. 

Nous vous prions d’agréer Madame la secrétaire d’État le sentiment de notre déconsidération.

Dr Mathieu Bellahsen,

Dr Alain Abrieu,

Dr Parviz Denis,

Dr Patrick Chemla,

Dr Pierre Paresys

Professionnels du soin psychique

Parties prenantes du printemps de la psychiatrie

https://printempsdelapsychiatrie.org/

printempsdelapsychiatrie@gmail.com

Posté par jjdupuis à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 avril 2019

Feu sur Sophie Cluzel : concours de communiqués !

10 avr. 2019
Par Blog : Le blog de Jean Vinçot


Efforts dérisoires des organisations de la psychiatrie pour faire monter la mayonnaise, en passant à côté des vrais sujets.

Samedi soir, la Chaîne Parlementaire PUBLIC SENAT projetait le documentaire "Rachel, l'autisme à l'épreuve de la justice".

copie d'écran Télérama
copie d'écran Télérama

Il doit être rediffusé. Toujours en replay sur Télérama..

Je me serai attendu devant ce documentaire très factuel à ce que les organisations représentatives des professions concernées s'expriment pour que çà s'arrête, pour que les "signalements" injustifiés s'arrêtent, que les personnes concernées bénéficient enfin d'un diagnostic précoce, que les experts arrêtent de fantasmer sur un syndrome de Münchhausen by proxy.

Non, c'est sur deux bouts de phrase sorties de leur contexte que les organisations de psychiatres font un concours de communiqué, du plus lèche-cul * (avec Claire Compagnon, c'est si bien - c'est pas sympa pour elle de la compromettre ainsi) à la plus radicale.

Voici donc les Dr Mathieu Bellahsen, Dr Alain Abrieu, Dr Parviz Denis, Dr Patrick Chemla, Dr Pierre Paresys, médecins responsables d’un pôle de psychiatrie adulte de service public qui déclarent que "toute nouvelle personne avec autisme qui sera hospitalisée dans le service devrait donc être transférée immédiatement au secrétariat d’État au handicap".

Après les 343 "salopes" qui ont lutté pour la liberté de l'avortement, faudra-t-il parler des 5 "salauds" qui refusent d'hospitaliser les personnes autistes ? A cause de deux bouts de phrase d'une ministre à la radio ?

C'est déontologique, çà ?

Ils me rappellent le Pr Botbol, qui lors d'un comité technique régional autisme à Rennes, avait déclaré, devant les représentants de l'association nationale des Centres de Ressources Autisme (ANCRA), qu'il ne prendrait pas en charge les enfants autistes des associations qui défendaient le Dr Eric Lemonnier ! **

Et le serment d'Hippocrate, bordel ?

Curieusement, ces  médecins responsables n'ont pas décidé de refuser les personnes autistes qui viennent aux urgences suite à une tentative de suicide. Cela aurait eu de la gueule !

On dirait cependant que c'est parce qu'ils n'y ont pas pensé, tellement les personnes autistes restent sous le radar de la psychiatrie, et que le fait qu'elles ont autant de risque de mourir suite à un suicide que les personnes schizophrènes n'est pas pris en compte.

La démarche pseudo-radicale de ces médecins responsables est identique à celle des gynécologues du SYNGOF menaçant de ne plus pratiquer l'IVG pour une question de prise en charge par l’État d'une assurance.

Par contre, pas le moindre début de réflexion sur les deux sujets en lien avec la psychiatrie dans l'interview de Sophie Cluzel :

  • comment assurer un diagnostic précoce de l'autisme ?
  • comment éviter des hospitalisations de longue durée*** des personnes autistes ?

* Les organisations signataires du communiqué soulignent néanmoins l'"esprit de co-construction, de confiance et de respect mutuels" qui préside au "travail mis en place depuis plusieurs mois grâce aux efforts conjugués de la déléguée interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme (Claire Compagnon, NDLR]) et du comité national de pilotage de la psychiatrie". Parmi les signataires, la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (Fnapsy) ...Une association que je respecte, mais qui n'a pas de titre à se mêler du rôle de la psychiatrie dans l'autisme. Quel mépris ont ces associations de psychiatres pour prétendre s'appuyer sur les usagers ! Voir déjà communiqué du 13/09/2018. Mais n'imaginez pas qu'il y ait des représentants des personnes autistes et de leurs familles dans le comité national de pilotage de la psychiatrie.

** J'avais préféré lui demander ironiquement la liste des associations concernées, pour nous éviter des démarches inutiles dans son CRA. cool Mais un médecin présent avait parlé de "honte de la profession".

*** Admirez quand même la délicatesse : "personnes autistes sans solution du fait de troubles du comportement importants, de difficultés avec l’entourage familial et avec les institutions "