05 janvier 2018

14h Sophie Janois, avocate spécialisée dans le droit des autistes - émission la tête au carré France inter

Sophie Janois est avocate, spécialisée dans la défense des autistes et des parents d'autiste. Manque de prise en charge, défaut de diagnostic, droit aux allocations bafoué... Quand la machine judiciaire et administrative s'enraye, c'est la vie de ces personnes qui est directement impactée, entre enfants déscolarisés et parents à bout de nerfs. Par son action, l'avocate espère apporter un regard nouveau sur le problème et commence à récolter les fruits des graines qu'elle sème. Mais le changement doit aussi être législatif, avec l'apport de textes de lois qui permettront d'encadrer et d'aider efficacement les personnes malades. Sophie Janois signe La cause des autistes, aux éditions Payot, dans lequel elle revient sur ses expériences.

 

Posté par jjdupuis à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


L'association R.I.AU (Rencontres Internationales de l'AUtisme) & le CRAIF prépare le prochain salon : 6 et 7 avril 2018

 

Salon international de l'autisme 2018 Paris by Riau

Bienvenue sur le site du premier salon international autour de tous les autismes. Conférences, ateliers, village ressources ...

http://salondelautisme4.wixsite.com

 

Posté par jjdupuis à 04:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 décembre 2017

Patfawl va défendre l’autisme dans un nouvel ouvrage

Pierre Déalet, allias Patfwal, va publier cette année son huitième ouvrage, un manuel pour aider à mieux comprendre l’autisme.
Pierre Déalet, allias Patfwal, va publier cette année son huitième ouvrage, un manuel pour aider à mieux comprendre l’autisme. - archives Courrier picard

Le chiffre 8 marquera l’année 2018 de Pierre Déalet, plus connu sous le pseudonyme de Patfwal. Le dessinateur de presse publiera, le 8 février, son huitième livre, Le manuel d’utilisation illustré pour garder un enfant autiste quelques heures pour aider ses parents .

Comment l’idée de ce livre est née ?

Je me suis engagé dans l’associatif, au niveau du handicap, pendant plusieurs années. J’ai moi-même un handicap au niveau de la jambe (d’où le surnom de Patfawl, ndlr) et je suis beau-père d’un garçon autiste de 12 ans. J’ai beaucoup regardé les bouquins qui parlent de ce trouble, il y a quelques gros livres scientifiques épais. J’ai voulu faire un manuel pratique.

Que pensez-vous du regard que le grand public porte sur l’autisme ?

Beaucoup de gens ont peur de l’autisme et tombent dans les clichés. C’est une chose que je vis très mal. Alors j’ai eu envie de faire une notice, comme celle que l’on trouve lorsqu’on achète un meuble à monter soi-même. J’ai élaboré ce manuel avec l’aide de ma femme.

Comment ce manuel se présente-t-il ?

Il fait 100 pages, avec beaucoup de dessins humoristiques pour montrer les comportements qu’il ne faut surtout pas avoir. L’objectif est aussi de déculpabiliser les parents : même si les gens leur font des réflexions tout le temps – ce qui est très stressant et fatigant – ce n’est pas de leur faute. Il faut vivre avec cette différence, ne pas en avoir peur !

Est-ce difficile de faire de l’humour avec ce thème du handicap ?

Ce n’est pas facile. Mais comme je suis moi-même handicapé, je me sens un peu protégé.

Vous avez sollicité Brigitte Macron pour cet ouvrage…

Oui, j’ai demandé à l’épouse du président de la République d’écrire la préface. Cela n’a pas été possible, mais elle m’a adressé ses encouragements. C’était une bonne surprise qui m’a fait bien plaisir.

Quels sont vos projets pour 2018 ?

Il va déjà y avoir la période de promotion du manuel sur l’autisme. Il va sortir dans 22 pays francophones.

Une conférence de presse va être organisée ainsi que des séances de dédicace. Ce sera, je l’espère, l’occasion de revenir à Albert. Par ailleurs, je devrais publier deux ou trois autres livres, mais il est encore trop tôt pour en parler !

« Le manuel d’utilisation illustré pour garder un enfant autiste quelques heures pour aider ses parents » sera publié aux éditions La Boîte à Pandore.

*****************************

Un clin d’œil au dessinateur Cabu

La parution de cet ouvrage dédié à l’autisme sera aussi, pour le dessinateur, une manière de faire un clin d’œil à Cabu, assassiné lors de l’attentat du 7janvier2015 contre «Charlie Hebdo».

«  J’ai fait un stage à la rédaction de l’hebdomadaire, raconte Patfawl. Nous avons eu plusieurs conversations sur le fait qu’il avait toujours un peu peur de dessiner sur le thème du handicap. Je pense qu’on peut en rire, mais tout dépend comment.  »

Un clin d’œil au dessinateur Cabu

La parution de cet ouvrage dédié à l’autisme sera aussi pour le dessinateur une manière de faire un clin d’œil à Cabu, assassiné lors de l’attentat du 7 janvier 2015 contre Charlie Hebdo. « J’ai fait un stage à la rédaction de l’hebdomadaire, raconte Patfawl. Nous avons eu plusieurs conversations sur le fait qu’il avait toujours un peu peur de dessiner sur le thème du handicap. Je pense qu’on peut en rire, mais tout dépend comment. »

Posté par jjdupuis à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 décembre 2017

Lamballe. Pour leur fils autiste, les parents montent au créneau

Paul et Annick lancent un appel pour que leur fils, Quentin, puisse intégrer une MAS de façon définitive.
Paul et Annick lancent un appel pour que leur fils, Quentin, puisse intégrer une MAS de façon définitive. | Ouest-France

 

Sonia TREMBLAIS.

Les parents de Quentin, un jeune homme de 21 ans, bataillent pour lui trouver une place définitive dans une Maison d’accueil spécialisée. Il est ballotté entre plusieurs structures. Les parents témoignent.

« Nous sommes en colère ! » Annick et Paul Tardivel habitent Saint-Aaron, à Lamballe. Elle est assistante maternelle, lui est à la retraite. Ils sont les heureux parents de six enfants, dont Quentin, âgé de 21 ans. Sa particularité ? Son handicap. C’est seulement en juin dernier que le diagnostic est tombé. « Notre fils est autiste typique associé à une déficience intellectuelle. Un diagnostic posé bien trop tard », s’agace la mère de famille.

Auparavant, il présentait un trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité. « À l’époque, les professionnels manquaient de formation sur l’autisme. Depuis son tout jeune âge, nous savions que quelque chose n’allait pas ». Après le CP, il est dirigé en Clis (classe d’intégration scolaire). « Il décrochait vite. » Il est ensuite entré en IME, institut médico-éducatif.

« Le corps de Quentin a dit stop ! »

À 15 ans, « il a été dirigé vers un apprentissage en espace vert, s’indignent les parents. Cela l’a perturbé. Il a dû abandonner à cause de son comportement envers les autres ». En 2015, il consulte un psychiatre qui lui prescrit un traitement. En février 2016, Quentin fait une réaction médicamenteuse et tombe dans le coma. « Nous avons su ensuite que ce traitement n’était pas approprié. Le corps de Quentin a dit stop ! Pendant une semaine, son pronostic vital était engagé. »

La décision du corps médical tombe. Il est interné en hôpital psychiatrique à Saint-Brieuc. Stupeur dans la famille. « Les soins étaient inappropriés. » Quentin perd des forces. Les parents sont dévastés, ses frères et sœurs aussi. « Il a fallu lui réapprendre tous les gestes de la vie quotidienne. La vie à la maison, ce n’était plus comme avant. »

De plus en plus perturbé, Quentin retourne en IME et fait des allers-retours en MAS (maison d’accueil spécialisée) dans quatre villes différentes. Comme toute personne handicapée, il bénéficie de 90 jours d’accueil en MAS par an.

Pour les familles, c’est un répit pour souffler. « Mais, ce n’est que temporaire. À la fin de l’année, cela s’arrêtera. Nous craignons qu’il doive retourner en hôpital psychiatrique. Notre fils n’a pas sa place là-bas ! » Il y a un mois, Quentin s’est fait agresser par un patient. « Le personnel n’a pas eu le temps d’intervenir ! »

Lire aussi : Autisme. L’État condamné à trouver une structure adaptée à un enfant de 12 ans

Les parents dénoncent « le manque de moyens»

Une situation très compliquée. « Quentin ne veut plus aller à l’hôpital. Il est enfermé, alors qu’il a besoin d’air et d’espace. Il n’y a pas de place en MAS. » De démarche en démarche auprès des organismes de santé et d’élus, les parents dénoncent « le manque de moyens. L’État doit agir pour proposer des structures adaptées. Il y a de grands besoins pour l’accueil des autistes ainsi que pour former les soignants ».

Dans leur lutte, la famille est soutenue par l’association Autisme, ça suffit ! « Moralement, c’est important. Nous sommes aussi fatigués et parfois découragés. »

« Il vit dans sa bulle mais il adore la mécanique »

Ils parlent avec amour de leur grand garçon aux yeux bleus… « Il vit dans sa bulle mais il adore la mécanique, sourit Paul. Dès qu’il voit un tracteur ou une tondeuse, son regard s’illumine ». La famille persévère. « Quentin est en détresse, nous aussi. Mais nous nous battrons jusqu’au bout. Le pire, c’est qu’il doit rester à l’hôpital pour que le dossier avance. Aujourd’hui, il y a plus qu’urgence ! »Paul et Annick lancent un appel pour que leur fils, Quentin, puisse intégrer une MAS de façon définitive. Un combat qu’ils mènent non seulement pour eux mais pour toutes les familles touchées par le handicap. « Si ça peut servir aux autres… »

Posté par jjdupuis à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Bande annonce de "Maternophobie" émission réalisée par Sophie Robert

il y a 2 heures141 views

dragonbleutv

Dragon Bleu TV

Bande annonce d'une émission de 85 minutes "Maternophobie" produite, réalisée et animée par Sophie Robert pour Océan Invisible Productions et Ninsun Project.

Sujet : "Syndrome de Munchausen par procuration" versus "syndrome d'aliénation parentale" : deux fantasmes psychiatriques utilisés dans les tribunaux pour condamner les parents/mères d'enfants différents et les mères d'enfants abusés sexuellement dans leurs démarche de protection de leur enfant. Objectif, les séparer de leur enfant pour le confier à une institution ou au parent abuseur. Les mères sont la cible, les enfants différents/handicapés, et les enfants abusés en sont les premières victimes.

Comment en est on arrivé à criminaliser l'amour maternel? D'où viennent ces théories d'un autre âge? Comment s'expriment t'elles aujourd'hui ? Comment s'en prémunir?
Avec : Caroline Colombel,
Me Sophie Janois, avocate en droit de la santé,
Véronique Gropl, présidente des Rencontres Internationales de l'autisme,
Maud Lacroix, présidente de l'association Petits Bonheur,
Ilel Kieser, psychologue spécialisé dans la protection de l'enfance et des victimes d'abus sexuels,
Pr Christophe Lançon, chef du service psychiatrie de l'hôpital de la Conception à Marseille.

Posté par jjdupuis à 22:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 décembre 2017

Rennes. Dans ce coffee-shop, tous les salariés sont handicapés

L'équipe du Joyeux avec Yann Bucaille Lanrezac à droite.
L'équipe du Joyeux avec Yann Bucaille Lanrezac à droite. | Ouest-France

Samuel Nohra.

Demain mercredi ouvrira, rue Vasselot à Rennes, un coffee-shop original. Vous pourrez y déguster de très bons cafés et viennoiseries, mais surtout découvrir un service joyeux assuré par des gens différents! Tous les employés (ées) sont handicapés (ées) et sont particulièrement heureux de vous accueillir.

« Ils ont vraiment hâte de vivre cette ouverture. Pour eux, c'est le début d'une aventure qui s'annonce fantastique », assure Yann Bucaille Lanrezac. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais c'est notamment grâce à lui et à sa fondation, Émeraude solidaire, que va ouvrir, mercredi, au 14, rue Vasselot, dans le centre-ville, un coffee-shop baptisé Le Joyeux.

« Il s'agit d'abord d'un établissement où vous pourrez boire un excellent café et déguster de très bonnes pâtisseries. Mais surtout, vous serez accueillis par des gens un peu différent, pour qui ce coffee-shop représente beaucoup. »

Lire aussi : Restauration. A Nantes, bientôt un resto tenu par des trisomiques

Une belle histoire

Il y a Vianney, Fabian, Brandon, Mathilde, Lucie, Cécile, Thérèse et Eliza. Ils sont un peu différents, car ils sont handicapés. Certains sont trisomiques, d'autres autistes. « Pour eux, c'est l'occasion de travailler dans un commerce comme un autre, au coeur du centre et non pas dans une structure spécialisée éloignée de tout. » Mine de rien, ça change tout.

« Le but est aussi d'abolir ses différences et de ne plus en tenir compte. Que tout le monde passe un bon moment dans un cadre agréable. » Les clients ne seront d'ailleurs pas déçus sur ce dernier point. La décoration est chaleureuse et originale. À l'image, par exemple, de ces petites tasses anglaises transformées en lampes...

Mais comment est venue cette idée? Retour quelques années en arrière. Yann Bucaille Lanrezac est un patron qui a fondé une entreprise spécialisée dans l'énergie solaire. Ses affaires tournent bien et comme il le dit, « j'ai été gâté par la vie ».

Mais c'est aussi un homme qui veut agir pour les autres. Il acquiert, en 2012, un beau catamaran de 18 m dont le port d'attache est Dinard.

Le chef cuistot et Yann Bucaille Lanrezac.
Le chef cuistot et Yann Bucaille Lanrezac. | Ouest-France.

« Un jour Théo m'a demandé... »

« Avec des amis, on proposait à des personnes handicapées de larguer leurs différences et de passer des journées en mer. On en a fait déjà près de 400. » Sa seule satisfaction, les sourires.

Puis en 2014, d'un retour d'une sortie en mer, il tombe sur Théo, un jeune de 20 ans souffrant de troubles autistiques. « Il m'a demandé si je pouvais lui trouver du travail. Je lui ai répondu que malheureusement non et il s'est mis en colère. Il m'a dit que ce n'était pas juste et que ce n'est parce qu'il était handicapé qu'il ne pouvait pas être utile. »

Un épisode qui le marque. « Je me suis alors demandé pourquoi ne pas créer une petite entreprise. Puis, ça a fait tilt ! Pourquoi pas quelque chose au coeur de la ville. » Le coffee-shop est né et va devenir réalité grâce à la fondation et un investissement financier non négligeable. « C'est à eux maintenant de jouer et de montrer ce qu'ils ont dans le ventre et dans le coeur. » Et surtout d'être « joyeux ».

L'établissement ouvrira ses portes mercredi, à partir de 9 h. Alors si vous avez envie d'un café et d'une sacrée dose de sourires...

Posté par jjdupuis à 23:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 décembre 2017

Vidéo sur le fonctionnement du centre expert Autisme Limousin

collectif sauvetage centre expert autisme Limousin

Vidéo publié sur la page Facebook du

Collectif Sauvetage Centre Expert Autisme

 

 

Posté par jjdupuis à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,