09 octobre 2017

Samedi 14 octobre à Paris. Autisme : au-delà des clichés

 

Autisme : au-delà des clichés

Quel regard porter sur l'autisme aujourd'hui ? De nombreux clichés demeurent sur ce syndrome neuro-développemental qui débouchent sur un grand nombre de...

https://www.facebook.com

 

Posté par jjdupuis à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 octobre 2017

LA RUFFINERIE 13-16 octobre : 19e Portes ouvertes des ateliers d'artistes de Montreuil

C'est à la Ruffinerie le nouveau lieu à la mode !

La Ruffinerie du 13 au 16 octobre 2017. L'affiche, en pièce jointe, vous donnera le programme des festivités... Venez nombreux et amenez vos amis !

Affiche Ruffinerie octobre 2018

Posté par jjdupuis à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 octobre 2017

Les vidéos de l'association rhapsodif - soins dentaires enfants avec handicap

 

La santé bucco-dentaire des enfants en situation de handicap en vidéos

Rhapsod'if est une assocation qui permet de mettre en relation patients atteints de handicaps et professionnels de la santé dentaire en relation en ile de France

http://www.rhapsodif.com

 

Posté par jjdupuis à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 octobre 2017

Chameyrat (19) : l’appel à l’aide de Maheva jeune autiste

article publié France 3

A 23 ans Maheva Bouillaguet peut enfin dires ses maux / © France 3A 23 ans Maheva Bouillaguet peut enfin dires ses maux / © France 3

Par Karl ConstablePublié le 03/10/2017 à 10:37Mis à jour le 03/10/2017 à 11:53

Cet été le président Macron annonçait le 4ème plan autisme pour une meilleure détection et un meilleur accompagnement. A voir l’histoire de Maheva Bouillaguet, les malades qui souffrent de cet handicap en ont bien besoin. En échec scolaire alors qu’elle a une intelligence supérieure à la moyenne, internée en psychiatrie, ce n’est qu’au bout de 22 ans d’un parcours médical chaotique qu’elle peut enfin poser des mots sur ses maux…

Maintenant que je suis bien réveillée, je vois beaucoup de choses…


Maheva jeune autiste

Posté par jjdupuis à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


L'autisme n'est pas un trouble de comportement

En tant que parents d’enfant autiste, nous sommes souvent confrontés aux nombreuses crises magistrales et déstabilisantes de notre enfant.

 

Les crises sont un sujet qui revient fréquemment chez les enfants, particulièrement chez les enfants autistes. L’intensité des crises peut atteindre un niveau très angoissant pour les enfants. On se retrouvent souvent désemparés devant des telles crises et sans ressource pour aider l’enfant à surmonter la crise adéquatement. Les crises peuvent survenir à tout moment et n’importe où, même en public !

Avec quatre enfants, nous avons eu (et aurons encore !) plusieurs crises à gérer. Il est vraiment difficile de vivre ces situations quotidiennement, même avec les meilleurs outils et la meilleure compréhension possible de l’autisme. Nous avons toujours l’impression d’être détectives des comportements et des émotions de nos enfants. Nous avons ce sentiment anxiogène quasi permanent comme d’être assis sur une bombe prête à exploser n’importe quand. Être en état d’alerte, intervenir rapidement, gérer les coups de pieds, les claques, les morsures, trouver le déclencheur, en parler et recommencer plusieurs fois par jour, c’est épuisant !

Il y a par contre quelques petits outils à mettre en pratique afin d’aider nos enfants à comprendre leur fonctionnement et ainsi, avec un travail à long terme, nous pouvons les aider à mieux gérer cette tempête intérieure.

Ces crises et leurs expressions sont difficiles à comprendre, surtout pour une personne non autiste. Et comment bien intervenir dans ces situations est encore plus ardu.

Il faut garder en tête qu’en aucun cas, il s’agit d’un trouble de comportement, de crise de colère, de caprice ou d’un manque « d’autorité » parentale.

Il s’agit d’un effondrement autistique. Ces effondrements peuvent également survenir chez les adultes autistes. L’environnement et la société dans lesquels nous vivons ne sont pas conçus pour des autistes. Tout est basé sur le fonctionnement majoritaire : le fonctionnement neurotypique.

Ainsi, les autistes se sentent souvent agressés par leur environnement et par leur entourage. Trop de bruits, trop de lumière, des contacts physiques, des non-sens, des incompréhensions face à l’autisme, des interventions non adéquates, etc.

Lorsqu’une personne autiste se frappe sur la tête, il ne s’agit pas d’un trouble de comportement nommé automutilation. Un autiste n’a aucune intention d’automutilation ou d’autostimulation ! Il s’agit plutôt d’une manifestation autistique dû à l’effondrement qu’il subit.

La personne autiste vie une déstabilisation à l’intérieur. Par ces manifestations, elle essaie de retrouver son équilibre interne. Effectuer une pression sur la tête est le moyen rapide qu’un autiste a pour essayer de retrouver la paix intérieure.

L’autiste essaie généralement de comprendre une information complexe qu’il a reçue de son environnement et qui est extrêmement difficile pour lui de traiter. C’est un peu comme si son cerveau venait d’éclater en mille miettes et qu’il essayait de replacer les morceaux en se tapant ou cognant la tête. La personne autiste, peut ressentir un mélange d’émotions difficilement exprimable et contrôlable, souvent, il s’agit d’une énorme peur intérieure.

La personne autiste essaie par tous les moyens d’enrayer son mal-être intérieur. Elle lance un véritable appel à l’aide car elle est dépourvue d’outils pour gérer son malaise interne et d’outils pour nous le communiquer.

Il est important d’intervenir adéquatement sans quoi, nous accentuons ce malaise interne de la personne autiste. Un autiste agressé deviendra un autiste « agressif » parce qu’il sera en mode d’autodéfense. L’agressivité est bien involontaire.

Lors de ces effondrement l’enfant autiste (ou l’adulte autiste) est en perte de contrôle et il n’est pas en mesure de comprendre et de gérer les conséquences de ses gestes posés. L’autiste est incapable de faire une pause, de prendre du recul et de penser à une stratégie pour résoudre le problème. La peur (en apparence, la colère) est en puissance maximale et il peut avoir une réaction physique instantanée et irréfléchie.

Il ne s’agit aucunement d’un trouble de comportement. La modification de ces manifestations, les punitions ou encore les systèmes de récompenses sont totalement inutiles et non appropriés. La crise autistique est hors du contrôle de la personne autiste. C’est un mécanisme automatique que la personne utilise pour survivre.

Il s’agit d’une réaction physique, d’une manifestation autistique en lien avec des stimuli trop intenses provenant de son environnement. Nous devons par conséquent l’outiller afin de lui apprendre à comprendre ce qui se passe à l’intérieur d’elle et lui permettre progressivement de mieux gérer ces manifestions.

Il ne faut en aucun cas brimer un autiste qui tente de retrouver son équilibre interne. On ne doit jamais bloquer ses mouvements et ses gestes. Jamais ne nous devons intervenir physiquement en contraignant les mouvements de la personne. Il est préférable de l’amener dans un endroit calme, sans le toucher et de veillez à sa sécurité. L’effondrement autistique passera par lui-même, généralement, assez rapidement.

Ne pas tenter de modifier directement ces manifestations ne signifie pas de ne rien faire, de n’apporter aucune aide à la personne autiste et de la laisser à elle-même.

Il s’agit d’une part d’accepter que l’autiste ait une structure interne totalement différente des non autistes et que les réactions et interventions ne sont pas les mêmes. L’interprétation que les neurotypiques peuvent donner de la crise n’est pas nécessairement juste et bonne. Ces effondrements autistiques ne sont pas un non-sens exemptant d’explication logiques : ils sont des appels à l’aide et un mécanisme de survie. Essayer de les faire disparaître est complètement illogique.

Lorsqu’il s’agit de jeunes enfants autistes, il faut toujours garder en tête également que ces effondrements autistiques sont également combinés à un cerveau encore immature pour comprendre et exprimer toutes les émotions qui l’envahissent. Il est ainsi de notre devoir en tant qu’adulte d’apprendre à l’enfant à mettre des mots sur ces ressentis ET de comprendre comment fonctionne son cerveau autistique. Il s’agit d’un double travail !

Sur un travail à long terme, il est important que la personne autiste puisse communiquer, peu importe le moyen et nous devons l’aider à apprivoiser son fonctionnement interne. Et pour ce faire, il est important d’attendre que l’effondrement soit complètement passé et d’attendre l’accord de la personne autiste pour revenir sur l’événement afin d’en trouver les déclencheurs, les émotions et les méthodes pour éviter les prochains effondrements.

 

Mélanie Ouimet

Posté par jjdupuis à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 octobre 2017

The Good doctor : un jeune chirurgien autiste à l'écran

article publié sur handicap.fr

Résumé : Depuis le 25 septembre 2017, la série "The Good doctor", du créateur de " Dr House ", raconte le parcours d'un chirurgien atteint du syndrome d'Asperger, fraîchement débarqué à l'hôpital. Une nouvelle manière de présenter l'autisme à l'écran.

Par , le 01-10-2017

Dr House est achevée mais le créateur de la série, David Shore, n'est pas à cours d'idées. La preuve avec The Good doctor, une nouvelle série médicale dont le personnage principal est un jeune homme… porteur du syndrome d'Asperger.  Le pitch ?  Dr Sean Murphy, chirurgien brillant et autiste, doit être accepté dans le service d'un grand hôpital mais le débat entre les parties prenantes de l'institution fait rage…

Un personnage qui doit faire ses preuves

Peu d'adaptation sociale, avance médicale stupéfiante, véritable don pour soigner, stigmatisation dans le milieu professionnel… Le personnage de Sean est dévoilé en 45 minutes dans un épisode pilote. La première saison, qui laisse présumer qu'il n'y en aura pas beaucoup d'autres, selon certaines critiques, dévoile un personnage au tout début de son histoire ; Murphy doit gagner ses galons à l'hôpital, y faire ses preuves, apprendre à côtoyer ses collègues. En clair, il doit lutter pour trouver sa place.

Disponible sur Netflix

Officiellement diffusée depuis le 25 septembre 2017, la série est disponible sur Netflix, et à l'écran sur la chaîne américaine ABC tous les lundis soirs. Elle aborde avec un ton décalé, parfois cynique, des thématiques liées au handicap très actuelles : comment gérer son handicap dans le milieu professionnel, comment est perçu l'autisme par ceux qui n'en connaissent que les stéréotypes ? L'idée de David Shore est à saluer ; aux spectateurs de juger la crédibilité de sa nouvelle production.

L'autisme dans deux séries

David Shore n'est pas le premier à vouloir aborder le sujet de l'autisme dans une série télévisée. On pense à Atypical, réalisée par Robia Rashid (auteur de How I met your mother), elle aussi diffusée sur Netflix (lire article en lien ci-dessous). Celle-ci met en scène, avec beaucoup d'humour, le quotidien d'un lycéen atteint de troubles autistiques et sa famille quelque peu déjantée. Plus cynique, moins proche du registre de la comédie, The Good doctor pourrait séduire les adeptes de séries médicales désireux de voir plus de personnages « originaux ».

© The Good doctor / David Shore


 

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

 

Posté par jjdupuis à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 octobre 2017

« Plongez En Nos Troubles » webdocumentaire sur la scolarité des enfants TDAH

extrait du site plongez en nos troubles le webdocumentaire "Les enfants avec TDAH vous parlent de leur scolarité"

Le projet

Dernier ajout : 24 septembre.

samedi 16 septembre 2017, par Benjamin Laurent

« Plongez En Nos Troubles » (PENT) est un webdocumentaire sur la scolarité des enfants présentant un Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) produit par HyperSupers TDAH France.

Il s’attache à travers une narration interactive à répondre aux questions :

  • Comment s’exprime le TDAH en classe ?
  • Quelles sont les difficultés liées à l’inattention ?
  • Quelles sont les solutions ?

« Plongez en nos troubles » sera visible gratuitement à l’adresse : www.plongezennostroubles.com

« Plongez en nos troubles » vous invite à suivre le quotidien de Lalie, Jules, Matéo, Mélissa, Alexandre, Lucas, Enzo, Marius, et Bastien, pour nous aider à comprendre ce trouble qui concerne 1 à 2 enfants par classe.
De l’école primaire au lycée, "Plongez en nos troubles" décrit le quotidien de ces enfants avec des entretiens et scènes de vie captées sur « le vif ».
C’est également un outil de formation via sa chaîne thématique dont les vidéos permettent d’informer les parents, les professionnels de l’éducation et de la santé. A travers ces vidéos, les professionnels de santé apportent un éclairage scientifique et une meilleure compréhension des mécanismes en jeu dans le trouble.

Véronique Le Normand est écrivaine. Auteure de nouvelles, de récits de voyages et de romans pour la jeunesse, elle est connue aussi

véronique le normand

sous le nom de Minne, avec lequel elle signe des albums pour les enfants.

Elle vit à Paris et travaille aussi comme tuteur à Ecriture Factory, l’atelier d’écriture en ligne.
Pour en savoir plus, l’écouter et la voir : rendez-vous sur son site :
www.veroniquelenormand.com

 

Posté par jjdupuis à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 octobre 2017

Sur le site du Gouvernement : 4ème plan autisme : la méthode

 

4ème plan autisme : la méthode

Le lancement du 4ème Plan autisme constitue un engagement du Président de la République dont le caractère prioritaire a été rappelé dans le cadre de la communication en conseil des ministres relative au handicap, priorité du quinquennat, le 7 juin dernier.

http://handicap.gouv.fr

 

Posté par jjdupuis à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Reportage France 24 : Diagnostiquer, accompagner, soigner : les défis de l'autisme

Vidéo publiée sur le site de France 24

 

à 17h45.

Dernière modification : 29/09/2017

© France 24
L'autisme est un trouble du développement du cerveau qui touche entre 300 et 600 000 Français. Il se manifeste entre autres par un retard de langage, une faible attention à l'entourage ou encore des gestes répétitifs. Cette semaine, nous sommes à Neurospin, près de Paris, l'un des plus grands centres de recherche sur le cerveau, pour essayer de comprendre ce qu'est l'autisme, comment aider les patients qui en souffrent et comment le traiter.