31 juillet 2018

Jean Claude Ameisen : « Permettre à chacun d’accéder à la liberté »

article publié dans Le Monde

Bon courage ! 3|6. Il n’est pas ici question d’héroïsme, mais de cette vertu qui fait tenir au quotidien. Cette semaine, le médecin Jean Claude Ameisen convoque le courage collectif de la société face au handicap.

Le Monde | 28.07.2018 à 10h00 • Mis à jour le 28.07.2018 à 11h09 | Propos recueillis par

 

Jean Claude Ameisen.

Médecin, chercheur, directeur du Centre d’études du vivant (Institut des humanités, sciences et société - université Paris-Diderot), Jean Claude Ameisen a été président du Comité consultatif national d’éthique de 2012 à 2016.

Avoir du courage face au handicap, qu’est-ce que cela signifie ?

C’est faire face, jour après jour, aux difficultés, à la souffrance, à la détresse et à l’angoisse liées à la situation de handicap. Il faut du courage pour affronter l’isolement, l’indifférence, l’exclusion. Pour vivre dans une société qui ne tient pas compte de votre singularité et de vos besoins particuliers. Il faut du courage aux proches, qui font face à la solitude et à l’épuisement pour apporter, chaque jour, l’amour, l’affection et le soutien indispensables, et pallier le manque cruel d’aide humaine, matérielle et professionnelle, notamment pour les soins infirmiers et l’accompagnement au jour le jour.

Il faut du courage aux associations, aux familles et aux bénévoles pour combattre sans cesse, et si souvent en vain, afin qu’enfants et adultes puissent accéder à leurs droits fon­damentaux : le droit à une scolarisation, à un logement adapté, le droit d’aller et venir dans les lieux et transports publics, le droit à une formation, à un emploi, aux soins, à la culture, à une vie affective et sexuelle. Le droit de vivre avec les autres, parmi les autres, et de ne pas être relégué aux marges de la société.

On estime qu’il y a, en France, 12 millions de personnes en situation de handicap, et 8 millions de proches aidants. Plus que du courage, c’est un héroïsme quotidien – et méconnu – qui leur permet de tenter de ne pas sombrer, de ne pas s’effondrer.

Ce courage au quotidien concerne-t-il aussi les aidants professionnels ?

Il les concerne d’autant plus que les soignants sont en nombre insuffisant, débordés, épuisés et en burn-out. C’est aussi le cas des aides de vie à domicile et des auxiliaires de vie scolaire qui, le plus souvent, n’ont même pas été formés et vivent dans des conditions de grande précarité. Comme si la société avait décidé de déléguer à ses membres vulnérables son devoir de solidarité à l’égard des plus vulnérables.

Sur quelles valeurs morales s’appuie cette forme de courage ?

Sur le refus du repli sur soi. Sur le refus de tracer des frontières entre « nous » et les « autres » – entre ceux qui disent « nous » et ceux qu’on abandonne, qu’on oublie et qu’on retranche de la collectivité. Sur l’ouverture à l’autre, la rencontre avec l’autre. Sur la reconnaissance, dans chaque personne, par-delà toutes les différences, de ce qu’elle a d’unique et d’universel et qui fonde notre commune humanité. Sur la volonté de permettre à chacun d’accéder à la liberté. « On entre véritablement en éthique, dit Paul Ricœur, quand, à l’affirmation par soi de sa liberté, on ajoute l’affirmation de la volonté que la liberté de l’autre soit. Je veux que ta liberté soit. » Ce n’est pas la vision habituelle de la liberté – une liberté de l’un qui s’arrêterait là où commence celle de l’autre. C’est une vision plus riche, plus complexe, plus ouverte.

Ce que propose Ricœur, c’est que l’on doit penser la liberté comme inséparable de la solidarité.

Ma liberté a besoin de la tienne, et ta liberté a besoin de la mienne pour se construire. Elles se construisent ensemble, dans et par la relation, l’écoute, le partage, l’accompagnement. Tous, nous avons besoin de l’aide des autres pour exercer pleinement notre liberté et accéder à l’autonomie. Et pour celles et ceux d’entre nous qui sont en situation de handicap, cette aide indispensable doit être spécifique, particulière, adaptée.

Cela suppose aussi un courage collectif de la société. En quoi consiste-t-il ?

En premier lieu à rendre enfin effectifs les droits inscrits dans la loi du 5 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ; et dans la Convention de l’ONU du 13 décembre 2006 relative aux droits des personnes handicapées, qui a force de loi dans notre pays.

Dans le préambule de la Convention, les pays qui l’ont ratifiée, dont la France, reconnaissent que le handicap résulte essentiellement des « barrières » sociétales qui empêchent la personne de participer à la société sur la base de « l’égalité avec les autres ». La Convention reconnaît le droit de tous les enfants handicapés à « l’insertion scolaire au sein du système d’enseignement général avec l’accompagnement nécessaire » – mais l’immense majorité de ces enfants, en France, est privée de ce droit. Elle reconnaît le droit des personnes handicapées « à un niveau de vie adéquat » – mais le montant de l’allocation aux adultes handicapés est sous le seuil de pauvreté. Elle leur reconnaît le droit « de choisir, sur la base de l’égalité avec les autres, leur lieu de résidence » – mais c’est sur ce droit que revient le projet de loi ELAN, que l’Assemblée nationale vient de voter, et qui, en restreignant à 10 %, par immeuble à bâtir, le nombre de logements accessibles à tous, nie de fait la notion « égalité » que porte la Convention. Les 90 % des logements restants seront « évolutifs » – c’est-à-dire que les personnes confrontées à une situation de handicap devront se charger elles-mêmes de les rendre accessibles.

Cette régression manifeste un manque inquiétant de courage, d’empathie et de solidarité : plutôt que de se donner les moyens d’appliquer la loi, on élabore une nouvelle loi qui en limite, voire en nie la portée. La Convention reconnaît également aux personnes en situation de handicap le droit « de ne pas être obligées de vivre dans un milieu de vie particulier » – mais en raison du défaut de logement accessible et d’accompagnement à domicile, un très grand nombre de personnes se voient contraintes de vivre en institution ou en Ephad. Sans compter celles que notre pays envoie en « exil à vie » dans des institutions en Belgique, comme c’est le cas de nombreuses personnes avec autisme…

Qu’en est-il dans d’autres pays ?

Contrairement à nous, des pays aux cultures aussi différentes que la Suède et l’Italie ont réussi, en mettant en œuvre des approches distinctes, à scolariser tous les enfants en situation de handicap dans leur système scolaire général. En Suède, chaque enfant est accompagné en permanence par un assistant de vie scolaire formé à ses besoins spécifiques. En Italie, ­l’effectif d’une classe qui accueille un enfant handicapé est divisé par deux, et la classe ­dispose d’un deuxième enseignant, formé.

En Suède, le fait d’isoler une personne de la société en l’obligeant à vivre dans une institution est considéré comme une privation de ses droits civiques – dont le droit de vivre avec les autres, parmi les autres. Toutes les institutions pour personnes handicapées, y compris celles qui correspondraient à nos Ehpad, où seraient regroupées les personnes âgées handicapées, ont été interdites et supprimées. Chaque personne, quels que soient la nature de son handicap et son âge, est accompagnée près des siens, soit chez elle, soit dans un appartement ou une maison qu’elle partage avec, au maximum, sept personnes en situation de handicap.

Comment faire pour aller dans ce sens ?

Il faut accepter d’apprendre des pays qui ont réussi là où nous avons échoué. Et avoir le courage d’opérer un profond changement culturel, un profond changement de société. Tisser des liens, pour inclure chaque personne, en lui donnant les moyens d’exercer librement ses choix. Faire en sorte que les principes que nous proclamons – « Liberté, Egalité, Fraternité » – soient mis en application. En 2007, le Comité consultatif national d’éthique concluait son avis n° 102, « Sur la situation en France des personnes, enfants et adultes, atteintes d’autisme », par ces mots : « Une société incapable de reconnaître la dignité et la souffrance de la personne, enfant, adolescent ou adulte, la plus vulnérable et la plus démunie, et qui la retranche de la collectivité en raison même de son extrême vulnérabilité, est une société qui perd son humanité. » Il nous faut trouver le courage d’être humain.

Posté par jjdupuis à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


24 juillet 2018

Alerte rouge sur le handicap en Loire-Atlantique

Dans cette classe Ulis de Saint-Mars-de-Coutais, on accueille douze élèves. | OUEST-FRANCE

 

Près de 500 enfants et adolescents handicapés sont en attente d’une place pour les accueillir, dans le département. Institutions et classes spécialisées saturent.

Des dossiers. Des recours. Des lettres recommandées. Des refus. Et cette incertitude qui n’en finit pas. Aujourd’hui, en Loire-Atlantique, plus de 200 enfants handicapés attendent une place dans un Institut médico-éducatif (1). Ils sont 264 de plus à être sur liste d’attente pour le Sessad (2). Des chiffres vertigineux derrière lesquels se cachent des réalités familiales souvent douloureuses.

« Beaucoup de parents démissionnent de leur travail pour s’occuper de leur enfant » , lâche Véronique N’Douassi, mère d’un enfant bientôt adulte, pris en charge par l’IME de Saint-Hilaire-de-Chaléons, dans le Pays de Retz.

On sent chez cette femme de 56 ans une grande force doublée d’une colère profonde. « Nos enfants sont des numéros de dossiers, s’indigne-t-elle. À la naissance de mon fils, j’ai découvert que la notion de droit et l’égalité des chances pour tous était un leurre. On doit se battre en permanence. »

Des combats d’autant plus difficiles à mener que le quotidien est déjà compliqué pour ces familles. « Elles doivent faire le deuil de l’enfant ordinaire, résume Véronique N’Douassi. Accepter qu’on ne se réjouira pas pour l’obtention du bac, mais pour autre chose. »

Comment trouver de la force pour affronter l’administration lorsqu’il faut déjà veiller aux autres enfants de la fratrie, éviter que le couple n’explose sous la pression, se trouver du temps libre pour les nombreux rendez-vous médicaux ?

Seize mois d’attente en moyenne

En Loire-Atlantique, le délai moyen pour obtenir une place en IME est de seize mois. Mais à l’établissement de Saint-Hilaire-de-Chaléons, certaines familles patientent depuis deux ans.

« La situation est aberrante , lâche Denis Marchand, directeur éducatif de l’Adapei, association qui gère 70 % des IME du département. Rien que pour notre association, nous avons 324 familles sur liste d’attente (3). Nous recevons des appels de familles dans une détresse profonde. Nous leur disons que nous manquons de places. Que voulez-vous dire d’autre ? Nous sommes incapables de leur proposer quoi que ce soit. »

Une réalité que l’Agence régionale de santé ne nie pas. Dans un livret consacré à la question de la scolarisation des enfants en situation de handicap, paru le 18 mai dernier, l’ARS pointe du doigt « le nombre important de jeunes maintenus en Ulis (4) faute de places en IME » .

Comprendre : des enfants dont les pathologies nécessitent une prise en charge dans un établissement spécialisé restent dans des établissements ordinaires, faute de places.

Manon a 11 ans et se prépare à faire une rentrée en Ulis, au collège de Saint-Philbert-de-Grandlieu. | Ouest-France

« Manon ne peut pas aller au collège »

Derrière les chiffres, les dossiers, les acronymes, il y a des enfants comme Manon, 11 ans. Elle est atteinte d’une trisomie découverte à l’âge de 3 mois. Elle est élève à l’école publique de Saint-Mars-de-Coutais depuis 2013, en classe Ulis. « Malgré le turn-over important des enseignants, Manon s’y plaît beaucoup », confie sa mère, Cécile.

Cette jeune fille souriante manie depuis peu les multiplications, elle progresse en lecture et adore lire des histoires à son petit frère, mais pour ses parents, elle n’est tout simplement pas capable d’aller au collège à la rentrée de septembre. C’est aussi l’avis de la directrice d’école, Laurence Johanet, qui était d’accord pour garder Manon une année de plus.

Mais à en croire le dernier courrier adressé par la Maison départementale des personnes en situation de handicap (MDPH), Manon intégrera le collège de Saint-Philbert-de-Grandlieu, l’an prochain, en classe Ulis.

« C’est la mettre dans la gueule du loup , résume Cécile. Pour n’importe quel enfant, le collège est un univers difficile. Mais, pour Manon, ce n’est pas possible. Elle est extrêmement influençable, elle ne peut pas se débrouiller seule dans la cour de récréation. Avec ce qu’on voit aujourd’hui sur le harcèlement scolaire, sur les vidéos filmées dans les toilettes, nous avons très peur pour notre fille. Et elle le ressent. »

Cécile et Véronique sont deux mères d’enfants handicapés, adhérentes à l’Adapei de Loire-Atlantique. | Ouest-France

L’inclusion, mais avec quels moyens ?

Au sommet de l’État, depuis plusieurs années, le message est clair et se résume en un mot : inclusion. En clair : permettre à chaque enfant de vivre et apprendre avec les jeunes de son âge, en milieu scolaire ordinaire dès que possible. C’est-à-dire un système à l’inverse des IME, des établissements spécialisés, réservés aux enfants et adolescents handicapés.

Mais là encore, l’ARS des Pays de la Loire pointe elle-même les limites du système : « La coopération entre milieu ordinaire et milieu spécialisé existe dans les textes de loi. Néanmoins, cela se concrétise encore difficilement sur le terrain […] La scolarisation en milieu ordinaire se heurte à une mauvaise représentation du handicap à l’école, une difficulté d’accès à l’accueil périscolaire, aux sorties scolaires, aux transports et à un manque d’offre quantitative et qualitative. »

« L’école ne peut accueillir tout le monde »

Pour Cécile, mère d’un garçon déficient intellectuel, l’inclusion est un projet intéressant. « Mais on est dans une phase de transition qui prendra des années. Comment faisons-nous en attendant ? Nos enfants sont là et ne peuvent pas en faire les frais. »

Pour Denis Marchand, également, ce sont là des volontés politiques louables, « mais telle qu’elle existe aujourd’hui, l’école de la République n’est malheureusement pas en capacité d’accueillir tout le monde ». Dans l’IME qu’il gère, dans le pays de Retz, il estime que seulement 40 % des jeunes accueillis seraient capables, « avec un accompagnement intensif », d’intégrer une classe ordinaire.

S’équiper sur Le bon coin

Ce manque de moyens, Laurence Johanet le résume en une anecdote qui pourrait faire sourire si la situation n’était pas aussi grave. « Lorsque nous avons ouvert la classe Ulis, à Saint-Mars-de-Coutais, en 2011, nous n’avons eu aucun moyen supplémentaire pour acheter du matériel, se remémore-t-elle. On s’est retrouvés à chiner des objets de récup à l’amicale laïque et à poster des demandes sur Le bon coin pour des bureaux ! Ensuite, le conseil départemental nous a donnés 380 € par an pour notre classe Ulis. Puis, depuis trois ans, cette aide n’existe plus. Heureusement, la mairie a décidé de la prendre à sa charge » .

Dans la salle de la classe Ulis, le tableau numérique a été offert par une association de la commune, grâce au fruit d’une vente aux enchères. Une gestion qui tient comme elle peut, ici comme ailleurs, grâce en grande partie à la bonne volonté des équipes en place.

9 % d’équipements en plus

La Loire-Atlantique fait partie des départements particulièrement saturés. Depuis 2012, le taux d’équipement a augmenté de 9 % en Loire-Atlantique, insuffisant au regard de la pression démographique.

Alors, en attendant une société idéale, où les enfants handicapés iraient tous dans des structures adaptées à leurs capacités, avec suffisamment d’encadrement et d’aide pour leur permettre de s’y épanouir, de nombreuses familles angoissent. Remplissent des dossiers. Trouvent la force de faire des recours. Postent des lettres recommandées. Et attendent, encore.

(1) Un IME accueille enfants et adolescents handicapés atteints de déficience intellectuelle et dispense une éducation et un enseignement spécialisés.

(2) Un service qui permet l’intervention de médecins, orthophonistes ou éducateurs au lieu de vie de l’enfant, que ce soit à l’école ou à son domicile.

(3) Certaines familles s’inscrivent dans plusieurs établissements dans l’espoir de trouver une place rapidement. D’où la différence avec les chiffres fournis par la Maison départementale pour le handicap (MDPH).

(4) Les Unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) permettent l’accueil dans une école, un collège, un lycée dans des classes spécialisées avec des heures prévues au sein des classes « ordinaires » .

Posté par jjdupuis à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 juillet 2018

Blanquer promet une école réellement inclusive en 2022

article publié sur Handicap.fr

Résumé : 4 ans pour rendre l'école inclusive. C'est l'objectif que s'est fixé l'Education nationale qui dévoile son plan d'action le 18 juillet 2018. AESH en nombre, formation des enseignants, collaboration avec le médico-social... Du neuf à l'horizon ?

Par , le 20-07-2018

« Ensemble pour l'école inclusive ? » Avec un objectif tangible : 2022, fin du quinquennat. C'est le cap que se sont fixés Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, et Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge du Handicap. Le 18 juillet 2017, ils dévoilent les grands axes de leur feuille de route sur la scolarisation des élèves en situation de handicap (en lien ci-dessous). De 100 000 accueillis en 2006, on est passé, en France, à plus de 320 000 en 2017. « Après plusieurs années marquées par un effort quantitatif important, un saut qualitatif est désormais nécessaire », constatent les ministres qui appellent, pour maintenir cet élan, à une « transformation profonde ».

Des avancées depuis un an

Le rapport compte une douzaine de pages (dossier en lien ci-dessous) et commence par un bilan des actions menées depuis un an sous l'ère Macron, saluant « de nombreuses avancées » parmi lesquelles une meilleure formation des enseignants et des personnels d'encadrement, des créations d'ULIS (Unités localisées pour l'inclusion), d'UEE (Unités d'enseignement externalisées) et de postes d'accompagnants. Pour aller plus loin, dans les grandes lignes, l'Education nationale entend « approfondir la collaboration avec le secteur médico-social, veiller à ce que les élèves soient mieux accompagnés pendant les temps scolaires et périscolaires et qu'ils sortent de l'école avec un diplôme ». Pas d'impasse sur les points noirs et, notamment, l'augmentation des prescriptions des MDPH (+13% par an) auxquelles il est parfois difficile de faire face, de l'aveu du ministère, un « défi d'organisation non résolu depuis 2005 ».

Priorité AESH

Face à ce constat, il définit des axes de progrès. La mesure phare, c'est évidemment l'annonce des 10 900 accompagnants supplémentaires dès la rentrée 2018, Jean-Michel Blanquer insistant sur le fait qu'il s'agira d'emplois « robustes », et non aidés (article complet en lien ci-dessous). À ce jour, le métier d'AESH reste peu « attractif » à cause de faibles revenus, de la précarité (CDD successifs (6 à 8 ans) avant d'obtenir un CDI), des emplois aidés non pérennisés de manière systématique et du manque de formation initiale avant la prise de poste qui « insécurise » les postulants. Une situation rendue difficile par un turn-over important, des difficultés de recrutement et l'impossibilité de couvrir certaines prescriptions des MDPH. « Notre fille a dû interrompre sa scolarisation à chaque demande de renouvellement d'AVS car les délais de 9 mois d'instruction des dossiers par la MDPH ne permettent pas un relais sans interruption », témoigne une famille. « Si l'AVS est malade, pas de remplacement immédiat. On s'adapte. », déplore une autre.  Dans le détail, on comptera à la rentrée environ 42 900 postes d'accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), soit une hausse d'environ un tiers. Une formation de soixante heures pour chacun est prévue.

Des équipes enfin formées ?

La formation des enseignants, ritournelle entendue depuis déjà trop longtemps, fait évidemment partie des priorités. Le gouvernement prévoit la création d'une plateforme numérique nationale permettant d'accéder facilement aux adaptations scolaires mais également un pôle d'enseignants ressources maillés sur le territoire, mobilisables depuis la plateforme. Parce que rien ne peut se faire sans la volonté de l'ensemble des équipes pédagogiques, les établissements est au cœur de ce dispositif. L'outil d'auto-évaluation Qualinclus leur permet, dans le premier comme dans le second degré, de planifier et d'améliorer la qualité de leur démarche inclusive, en intégrant la relation aux parents et la coopération avec les partenaires. Des pôles inclusifs d'accompagnement localisés (PIAL) seront par ailleurs expérimentés dans chaque académie à la rentrée 2018. Leur objectif ? Impliquer toute la communauté éducative dans un projet d'inclusion collectif.

D'autres mesures…

Le gouvernement promet également des unités d'enseignement (UE) deux fois plus nombreuses pour scolariser les élèves des établissements et services médico-sociaux dans l'école, ainsi que 38 ULIS en plus des 40 déjà mises en place au cours de l'année scolaire 2017-2018. Ces unités pourront s'appuyer sur une « coopération optimisée entre les établissements scolaires et le secteur médico-social », ce dernier étant en mesure d'apporter son « expertise handicap » au sein de l'école. Le système éducatif visé s'engage également à garantir la continuité des temps scolaires, péri et extra-scolaires dans le cadre de projets éducatifs territoriaux (PEDT) inclusifs. Cet objectif est inscrit dans le Plan mercredi dévoilé fin juin 2018 (article en lien ci-dessous) ; il prévoit ainsi un accès à des activités « à forte valeur éducative » en complément de la scolarité, mais aussi un complément d'activité pour les accompagnants du premier degré qui le souhaitent, ainsi qu'une meilleure conciliation de la vie familiale et professionnelle (notamment des mères) afin de limiter le risque d'usure sociale et de répondre au besoin de répit.

Jusqu'au 1er emploi ?

Le gouvernement s'engage, enfin, à garantir la continuité des parcours jusqu'à la formation professionnelle initiale, l'enseignement supérieur ou le premier emploi. Cela exige, notamment, des outils numériques accessibles et mieux utilisés, des aménagements d'examens effectivement garantis et la mise en place d'attestations de compétences acquises pour certains élèves en situation de handicap qui ne peuvent accéder au diplôme. En bout de cursus, c'est une aide pour mener les démarches d'insertion professionnelle qui est envisagée.

Concertation à venir

À partir du 10 septembre 2018, Jean-Michel Blanquer et Sophie Cluzel lancent une concertation auprès du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), des parents d'enfants en situation de handicap, des organisations syndicales et des accompagnants, pour rénover le dispositif d'accompagnement des élèves en situation de handicap dès la rentrée 2019.

Une mission déscolarisation

Hasard, ou pas, du calendrier, cette feuille de route est dévoilée le même jour que la mission flash menée par les députées Anne Brugnera et George Pau-Langevin sur les enfants déscolarisés. Elles y abordent, entre autres, le « parcours atypique et chaotique » de certains enfants handicapés, des enfants du voyage, des enfants de familles migrantes sans domicile et des enfants de travailleurs itinérants. Elles tiennent à faire le distinguo entre la déscolarisation « choisie » (les enfants instruits à domicile) et « subie » (ceux laissés à la porte de l'école). Et de constater qu'il « reste des enfants en situation de handicap qui demeurent à domicile dans l'attente d'une place en IME ou en classe ULIS, la scolarisation en milieu ordinaire ne leur convenant pas ». Mais, ça, on le savait déjà. Impossible donc d'assurer qu'aucun élève ne restera sur le carreau à la rentrée. « On ne peut pas atteindre la situation parfaite du jour au lendemain », justifie Jean-Michel Blanquer.


 

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

Posté par jjdupuis à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


21 juillet 2018

Les nouvelles mesures pour mieux intégrer à l’école les enfants en situation de handicap

article publié sur le site du Gouvernement

20 juillet 2018

Jean-Michel Blanquer et Sophie Cluzel ont présenté, le 19 juillet 2018, les axes de transformation du système éducatif et médico-social pour améliorer la scolarisation en milieu ordinaire des enfants en situation de handicap.

Le droit à l'éducation pour tous les enfants, quel que soit leur handicap, est un droit fondamental. Le nombre d’élèves en situation de handicap accueillis en établissements scolaires a plus que triplé depuis 2006, passant de 100 000 à 320 000 élèves.

Jean-Michel Blanquer et Sophie Cluzel mènent une transformation ambitieuse du système éducatif, pour une école pleinement inclusive, au bénéfice des élèves en situation de handicap. L’ambition est d’aboutir à une école 100 % inclusive en 2022.

PLUS de 10 000 nouveaux postes d'accompagnants

  • Plus de 10 000 postes d’accompagnants supplémentaires, sous le statut d’Accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH). Ces nouveaux contrats, pérennes et à temps plein apportent une réponse aux difficultés de situation précaire des accompagnants ayant le statut d’Auxiliaire de vie scolaire (AVS) : des contrats aidés, précaires et généralement à temps partiel ;
  • 100 postes d’enseignants ressource supplémentaires pour continuer à améliorer la formation du personnel éducatif ;
  • L’expérimentation de pôles inclusifs d’accompagnement localisés dans chaque académie, dans l’objectif de mieux coordonner les moyens d’accompagnement, via une organisation plus globale des aides humaines, pédagogiques, éducatives et thérapeutiques ;
  • Une concertation avec parents d’élèves, enseignants, accompagnants et associations pour travailler concrètement sur la continuité des parcours et améliorer l’environnement scolaire.

De nombreuses avancées depuis un an 

La première année d’action du Gouvernement a permis de réaliser de nombreuses avancées en ce sens, parmi lesquelles :
  • Une meilleure formation des enseignants et des personnels d’encadrement ;
  • Une collaboration accrue avec le secteur médico-social au sein des établissements ;
  • 8 000 postes d’accompagnants créés ;
  • Une multiplication de classes adaptées : ouverture d’Unités locales d’inclusion scolaire (ULIS) et d’Unités d’enseignement externalisées (UEE) ;
  • Un travail d’aménagement pour que tous les élèves obtiennent un diplôme.
 

Posté par jjdupuis à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 juillet 2018

Scolarisation des élèves handicapés : le gouvernement souhaite un " saut qualitatif "

 

Scolarisation des élèves handicapés : le gouvernement souhaite un " saut qualitatif "

Le ministre de l'éducation nationale annonce la création de 10 900 postes d'aides et insiste sur l'importance de la formation des accompagnants et des enseignants. Par Audrey Paillasse Des délais d'attribution d'un accompagnant trop longs, des enseignants qui s'avouent démunis, et une scolarité discontinue pour les élèves : ce sont les principaux défis auxquels le gouvernement doit faire face sur la question de la scolarisation des enfants handicapés.

https://mobile.lemonde.fr

 

Posté par jjdupuis à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 juillet 2018

Guipavas. Le juge ne veut pas ordonner la création d’une place en IME

article publié dans Le Télégramme

Publié le 13 juillet 2018 à 16h05

Le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a rejeté la demande d’une famille de Guipavas (Finistère) qui cherche désespérément une place en institut médico-éducatif (IME) pour son fils handicapé de 11 ans. Les parents voulaient que le juge ordonne à l’Agence régionale de santé (ARS) de trouver une place à leur enfant dans un établissement spécialisé.

Malgré une oreille attentive aux problèmes des requérants, parents d’un enfant handicapé, le juge des référés du tribunal de Rennes n’a pas accédé à leur demande. « La création d’une place supplémentaire en IME, dotée de personnels suffisants et compétents » pour prendre en charge le garçon âgé de 11 ans, « n’est pas au nombre des mesures qui peuvent être utilement ordonnées par le juge des référés », explique le jugement.

Depuis 2015, l’enfant est scolarisé à Guipavas en classe Ulis (Unité localisée pour l’inclusion scolaire). « Il régresse, il ne sait même plus écrire son prénom, a expliqué sa maman à l’audience. Il dérange aussi les autres élèves, son comportement n’est pas adapté à la vie en classe ». Il est donc inscrit sur liste d’attente pour intégrer l’IME « Jean Perrin » à Brest.

« La carence de l’administration »

« Combien de temps devrons-nous attendre ? », s’inquiètent les parents. Pour leur avocat, Me Laura Lecour, il n’appartient ni à l’enfant ni à ses parents « de subir les conséquences de la carence de l’administration à prévoir un nombre suffisant de place en IME. Chaque enfant a droit à une éducation en lien avec ses capacités. L’éducation est normalement une priorité nationale ».

L’agence régionale de santé de son côté (ARS) parle, elle, de « critères de priorité » à l’audience. « Il y a 842 places en IME dans le Finistère et 351 enfants sont inscrits sur liste d’attente », explique sa représentante. À l’entendre, donner droit à la demande des parents, c’est « risquer » de faire passer leur fils « devant des enfants qui en ont plus besoin que lui ».

Le juge des référés du tribunal a conclu qu’« il n’existe pas de carence caractérisée dans l’accomplissement des missions » de l’ARS, puisque l’enfant est scolarisé et qu’il est pris en charge 4 heures par semaine par un service d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD).

Posté par jjdupuis à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 juillet 2018

proposition de loi visant à améliorer la scolarisation des enfants en situation de handicap ...

 

proposition de loi visant à améliorer la scolarisation des enfants en situation de handicap par une formation spécifique des futurs enseignants

proposition de loi visant à améliorer la scolarisation des enfants en situation de handicap par une formation spécifique des futurs enseignants

http://www.senat.fr

 

Posté par jjdupuis à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,