=>VOIR LA VIDEO http://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-difficile-scolarisation-des-enfants-autistes?id=9232859

Publié le dimanche 06 mars 2016 à 19h01

Deux cas de maltraitance sur des enfants autistes ont été dénoncés cette semaine, l'un à Evere, l'autre à Havré. De quoi mettre en cause l'encadrement de ces enfants. Les enseignants ne sont pas toujours suffisamment formés, et les places en institution manquent cruellement.

A 6 ans et demi, le parcours scolaire de Lehyan est déjà semé d’embûches. Diagnostiqué autiste à l’âge de trois ans, ce petit garçon est scolarisé dans une école spécialisée de type 2. Une solution loin d'être idéale selon sa maman, Frédérique Verbruggen. "Ce qui pose problème, c’est le manque de formation des enseignants, ils sont de bonne volonté mais ils manquent cruellement de formation. Mon fils est scolarisé dans le type 2 alors qu’il a un QI tout à fait dans la norme, les activités proposées sont plus de l’occupationnel que du travail scolaire. Son avenir est bouché, dans le meilleur des cas il pourra espérer une place dans atelier protégé."

Frédérique est déjà très impliquée dans la scolarité de son fils, mais elle envisage de le retirer de l'école dès septembre prochain, pour un enseignement à la maison. Une décision lourde de conséquences : "Ça implique l’abandon de la vie professionnelle, je ne suis pas enseignante, que faut-il mettre en place concrètement ? Vais-je avoir la pédagogie adaptée, combien de temps consacrer à l’étude ?" Mais cette solution radicale pose un autre problème, celui de l'éloignement des autres enfants, de la désocialisation.

Des solutions existent

Pourtant d'autres solutions existent. A Bruxelles, l’école des 4 vents a été créée par des parents en 2008. Elle accueille 45 élèves. Fondation privée au départ, elle est aujourd'hui subsidiée. Nous y rencontrons Jessy, 17 ans, il trouvé dans cette école l'encadrement dont il avait besoin. "Ici on s’adapte aux élèves. Dans mon ancienne école, on allait beaucoup trop vite. On pouvait poser des questions mais le prof ne répétait pas plein de fois comme ici… c’est vraiment adapté."

Qu'il s'agisse de l'enseignement ordinaire ou des institutions spécialisées, ce qui pose problème, c’est le manque de formation des enseignants nous confirme Kathleen Kleirmann, directrice de l'école des 4 Vents à Bruxelles. "Il faut une pédagogie spécifique. Il faut que les enseignants soient formés à l’autisme. On n’a pas la même méthodologie qu’avec un enfant trisomique, ou porteur d’un handicap autre."

Mais le manque de places est criant. On compte 11200 enfants autistes en âge d'être scolarisés et seulement 1200 places adaptées pour la fédération Wallonie-Bruxelles.

Une école pour enfants autistes se trouve à 15 km du domicile de Lehyan. Il est inscrit sur la liste d’attente depuis trois ans déjà. Sa maman n'y croit plus. L'idéal, selon elle, serait l'intégration dans une école ordinaire, avec l'aide d'une auxiliaire de vie scolaire, mais c'est impossible aujourd'hui pour cette famille, car une telle aide n'est pas remboursée en Belgique.