Je relaye ici l'information ... tout en indiquant que clairement, à mon sens, la méthode des 3i ne peut être qu'une méthode par défaut. La stimulation par des équipes de bénévoles & le prosélytisme ne sauraient remplacer des méthodes mises en oeuvre par des professionnels formés ... d'autant que l'on parle même de guérison ! (jjdupuis)

Le 21 avril 2016 à 09h02 - Mis à jour le 21 avril 2016 à 09h02 - par

L'association Autisme Espoir Vers l'Ecole (AEVE) adresse aujourd'hui une lettre ouverte à Marisol Touraine. Elle préconise un meilleur accès à la méthode développementale des 3i (intensive, individuelle et interactive) qui repose sur le jeu et l'échange.

Autisme : une association interpelle la ministre de la Santé

La France a 40 ans de retard sur la prise en charge de l'autisme . C'est face à ce constat affligeant que l'association Autisme Espoir Vers l'Ecole ( AEVE ) adresse ce 21 avril 2016 une lettre ouverte à la ministre des Affaires Sociales et de la Santé Marisol Touraine. AEVE préconise depuis 10 ans la méthode des 3i (pour intensive, individuelle et interactive), une technique développementale et éducative. Celle-ci repose sur le jeu non-directif et l'échange ludique entre l'enfant et des bénévoles, en tête-à-tête. Cette interaction permet à l'enfant souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) de reconstruire chacune des étapes développementales qu'il a occultées. Ainsi, depuis 10 ans, AEVE a suivi 449 enfants autistes, dont 51% ont réintégré un parcours scolaire classique après trois ans de méthode des 3i.

"Des situations objectives de maltraitance d'enfants"

Pourtant, cette méthode n'est pas suffisamment prise en compte dans les programmes de recherche hospitalo-universitaire, malgré la recommandation de la Haute autorité de santé (HAS) de "réaliser des recherches cliniques sur des méthodes émergentes", comme la méthode des 3i, alerte AEVE. Les parents qui font le choix de ces thérapies développementales pour leur enfant ne bénéficient pas, par conséquent, d'allocations financières. De plus, AEVE dénonce le choix gouvernemental de placer tous les enfants TSA en structure collective "qui conduit à des situations objectives de maltraitance d'enfants". L'association explique en effet que "les particularités développementales ou sensorielles de ces enfants ne sont pas prises en compte, alors qu'il est démontré [...] qu'ils sont soumis à une surcharge sensorielle insupportable dans tout lieu collectif, que ce soit la salle de classe ou la cour de récréation".

Rembourser les dépenses liées à la méthode des 3i

La lettre ouverte de l'association AEVE demande donc à la ministre de la Santé d'offrir une plus grande liberté de choix pour les familles, en fonction de leurs besoins et de leurs envies.

Concrètement, la méthode des 3i présente un très bon rapport coût/efficacité, puisqu'elle est "10 fois moins onéreuse que les méthodes cognitivo-comportementales [comme la méthode ABA ], et évite davantage la mise en institution à l'âge adulte", souligne AEVE. Un argument qui appuie la requête de l'association d'attribuer un caractère remboursable aux dépenses liées à la méthode des 3i (aménagement d'une salle de jeu pour l'enfant, formation des parents et suivi par un psychologue).

AEVE ne souhaite pas ici imposer la méthode des 3i, mais l'inclure à un large panel de choix pour les parents d'enfants autistes, souvent démunis et peu informés. Et permettre à des centaines d'enfants autistes de retrouver, pas à pas, le chemin de l'école et la joie de vivre.

>> A lire aussi :

Autisme : le spot de sensibilisation dérange

SOS Autisme lance l'alerte pour changer les mentalités

Infographie : tout savoir sur l'autisme

Autisme : la piste de la stimulation magnétique transcrânienne