25 oct. 2016
Par Jean Vinçot
Mediapart ne parle de l'autisme qu'en relayant les campagnes des professionnels partisans de la psychanalyse. Par quelques articles, et aussi en mettant en valeur les « contes de la folie ordinaire » ou les publications du RAA « HP ». On peut comprendre l'intérêt commercial de cette orientation.

Le dernier article est assez caractéristique. Il ne révèle rien de scandaleux, mais le titre le laisse croire.

Mediapart a très justement – à mon avis – mis l'accent sur la conception particulière que la nouvelle présidente de la HAS a des conflits d'intérêts. Voir par exemple http://le-gotha.com/index.php/2016/03/07/les-petits-arrangements-de-la-nouvelle-presidente-de-la-haute-autorite-de-sante/

Cependant, la journaliste de Mediapart n'a pas jugé utile de mentionner que le Pr Bonnet n'avait pas fait mention dans sa déclaration d'intérêts qu'il était au bureau du RAA »HP», et qu'il ne fait pas mention non plus du financement par l’industrie du sucre de ses études.

Bien que ce ne soit pas, à mon avis, l’essentiel, il n'est jamais fait mention de données pourtant connues de la journaliste, à savoir les intérêts financiers de psychanalystes.

Dans l'article, il est indiqué "Jean-Pierre Drapier pratique des cures psychanalytiques avec les enfants, ce qui est rare. " Il fait payer ses conférences. C'est bien joli de mener une campagne contre le refus du compte administratif par l'ARS d'une dépense de 80 € : il aurait été plus honnête de dire qu'il était le bénéficiaire de cette dépense.

Si on comprend bien la suite de l'histoire, l'ARS d'Ile-de-France a cédé ...

Il est vrai que JC Maleval a déclaré à Lorient en janvier 2013 que la cure ne marchait pas pour les autistes - sur la base de son expérience avec 2 personnes autistes.

Mais si on prend le couple dirigeant du RAA »HP » : M. Sadoun et Mme Rollux, seuls membres d'Autisme Liberté, les deux ont été en cure (2 à 3 fois par semaine) pendant que leur fils Boris avait ses 3 séances hebdo - avec un psy membre du CA du RAA"HP". 

"Vingt ans et bien des séances de psychanalyse plus tard, je me sens apaisé, Boris aussi est beaucoup plus calme, il a lui-aussi été soutenu par des psychanalystes (...)" https://blogs.mediapart.fr/.../culpabilite-sentiment-de...

Cela fait beaucoup de séances - et de littérature en évitant d'indiquer qu'il s'agit du même Boris dans les conférences du couple.

La journaliste de Mediapart a eu l'occasion de prendre connaissance des chiffres d'affaire des officines psychanalytiques. Aucun intérêt pour elle !

Elle met sur le compte de l'humour les réactions de professionnels.

L'humour du Pr Hochmann

Depuis longtemps, le Pr Hochmann, professeur émérite de pédopsychiatrie et spécialiste de l'autisme, disait que les parents étaient contaminés par l'autisme de leur enfant. Il pérore aujourd’hui en parlant de communautarisme et de laïcité, termes employés pour discréditer quelqu'un sans argumenter.

Il ne se limite plus aux parents.

  • Tout mouvement sectaire porte en lui sa contradiction. Au communautarisme des familles s’ajoute et s’oppose aujourd’hui un communautarisme propre aux autistes, au moins à ceux dits de « haut niveau » ou syndrome d’Asperger (une entité qui s’est fondue dans le « spectre autistique » depuis qu’au DSMIV a succédé un DSMV qui donne la priorité à l’approche dimensionnelle sur l’approche catégorielle). Non contents de revendiquer simplement une « expertise profane » [4] qui leur permet de faire entendre leur voix dans les commissions où se décident les « plans autismes » successifs, ces sujets réclament, au nom de la « neurodiversité », le statut légal d’une minorité, sur le modèle des homos ou transsexuels. Regroupés en associations, les plus extrêmes nient être atteints de troubles quelconques et s’opposent non seulement aux approches dites psychanalytiques mais à toute forme d’éducation spécialisée. Ce sont les plus farouches opposants des approches comportementales. Leur souffrance éventuelle vient seulement, selon eux d’une société incapable de tolérer leurs particularités et de s’y adapter. À bien observer ces particularités, telle qu’elles sont exposées dans des livres à succès [2, 8] ou dans des témoignages au cours de congrès professionnels où leur présence est de plus en plus souvent sollicitée, on est frappé par une sorte de concordance stéréotypée entre elles et une fidélité au tableau symptomatique développé sur Internet à partir des systèmes de classification internationaux. On peut se demander alors si, comme l’hystérie aux temps de Charcot dont les patientes manifestaient les symptômes attendus par le Maître, l’autisme de haut niveau ne serait pas, au moins dans une certaine mesure, une création sociale, un vêtement proposé par la diffusion médiatique des descriptions de Kanner et d’Asperger, endossé par un certain nombre de personnes qui trouvent ainsi une façon de sortir de leur solitude et de faire entendre, autrement que dans le registre de la maladie, leurs difficultés existentielles.

Je me rappelle d'abord d'une discussion avec le Dr Jacques Constant, partisan de la psychanalyse mais aussi auteur du « permis de conduire en pays autiste ». Il expliquait que les professionnels n'ont appris ces dernières années qu'avec les autistes de haut niveau, qu'ils en ont tenu compte pour agir avec tous les autistes, et qu'ils ont vu que çà marchait.

Quand j'ai lu l'article du Pr Hochmann, je me suis attendu que Brigitte Chamak saute sur sa page Facebook pour le démentir. En effet, elle avait écrit :

  • L’étude de la dynamique historique des associations de personnes autistes au niveau international révèle une remise en cause de la représentation de l’autisme comme une maladie. Les mouvements activistes redéfinissent l’autisme comme un autre mode de fonctionnement cognitif, et insistent sur les aspects positifs et créateurs de la neurodiversité. L’association francophone de personnes autistes, Satedi, n’adopte pas de positions aussi radicales. Ses membres ont intégré la notion de handicap et adoptent une attitude de coopération avec les pouvoirs publics et non de résistance au modèle médical de l’autisme. Alors qu’au niveau international, les associations de personnes autistes se structurent en mouvement social qui remet en question les normes en vigueur, en France, il se constitue autour de la défense d’intérêts visant l’aide aux personnes autistes et à leur famille. La spécificité du système associatif français, caractérisé par le partenariat entre l’État et les associations de parents, le contexte historique et culturel, et en particulier l’opposition au communautarisme, apparaissent comme des éléments peu propices au développement de revendications radicales dans le domaine du handicap.

http://www.em-consulte.com/en/article/251841

Emmanuel Dubrulle, président de Satedi de 2003 à 2012, a bien exprimé sa position sur la neurodiversité : http://www.unapei.org/IMG/pdf/emmanueldubrulle.pdf

Comme communautarisme, çà laisse à désirer.

Une incidente sur le RAA »HP »

Cette association, dont le CA est composé en majorité de professionnels, prétend représenter les familles. Pour « justifier » la présence de ces professionnels, il a été fait état de l'intérêt scientifique de ceux-ci par Christine Gintz. Je suis donc étonné des propos qu'elle tient au sujet du bumétanide (nom commercial : burinex). Elle retire du fait que cette molécule soit efficace pour son enfant la conclusion que son autisme est lié à une anomalie génétique précise. Cela me semble présomptueux, car le bumétanide aurait des effets chez ¾ des personnes autistes, anomalies génétiques identifiées (800 possibilités) ou non. Elle remercie le Pr Ben Ari, mais fait semblant d'ignorer que le Dr Lemonnier, à l'origine de l'application du bumétanide dans l'autisme, a été purgé du CRA de Bretagne par les partisans de la psychanalyse.