article publié dans FAIREFACE

marseille,remaniement,carlotti,bilan,places,ad'ap,campion,2015,placesMarie-Arlette Carlotti aura été la ministre de la pénurie. Pendant ses 22 mois passés au ministère chargé des personnes handicapées, elle a dû gérer la pénurie de temps et la pénurie d’argent. Elle quitte le gouvernement sans être remplacée.

Pour le moment. Marisol Touraine a été confirmée, ce mercredi 2 avril, au ministère des Affaires sociales, dont les compétences englobent la politique du handicap. Un secrétaire d’État chargé des personnes handicapées pourrait être nommé la semaine prochaine.

Accessibilité : trop de temps perdu

Lorsqu’elle prend ses fonctions le 16 mai 2012, Marie-Arlette Carlotti (à gauche sur la photo, avec Najat Vallaud-Belkacem) trouve sur son bureau l’épineux dossier de l’accessibilité. Il reste alors moins de trois ans avant la date butoir de janvier 2015 fixée par la loi de février 2005 pour la mise aux normes de tous les établissements recevant du public et des services de transport. Faute de pilotage politique, sous les deux précédents quinquennats, le chantier a pris du retard. Beaucoup trop pour tenir l’échéance.  

Marie-Arlette Carlotti doit donc trouver une solution pour sortir de l’impasse. Ce seront les Agendas d’accessibilité programmée : les exploitants n’ayant pas respecté leurs obligations s’engageront sur un programme chiffré de travaux à réaliser en trois, six ou neuf années. Mais le gouvernement n’a dévoilé ce dispositif que fin février. Soit presque deux ans après son intronisation et un an après que la sénatrice Claire-Lise Campion, chargée d’une mission sur le sujet, en a esquissé les contours.

Bien sûr, la concertation demande du temps. Mais l’agenda de Marie-Arlette Carlotti a également été phagocyté par ses ambitions marseillaises : la préparation des primaires et la campagne municipale l'ont beaucoup accaparée. Résultat : le remaniement intervient alors que le projet d'Adap n’est pas définitivement bouclé : les ordonnances devraient être prises cet été.

Établissements : pas de moyens pour créer des places

Le manque de places dans les établissements et services constitue l’autre gros dossier sensible dont a hérité Marie-Arlette Carlotti. Au bas mot, entre 19 500 et 37 500 selon nos estimations, rien que pour les enfants. Mais pour créer de nouvelles places, il faut dégager des moyens. Or, la ministre chargée des personnes handicapées n’a pas réussi à convaincre Bercy.

Certes, le budget dévolu à la politique du handicap a augmenté plus vite que la moyenne, en 2013 et 2014. Mais cette hausse était essentiellement due à l’augmentation mécanique du nombre de bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé.

Marie-Arlette Carlotti a donc dû se contenter des créations de places prévues par le plan pluriannuel 2008-2012, dont l’exécution avait pris du retard. Et faute de pouvoir agir sur les causes du problème, elle a mis en place, en novembre 2013, un dispositif visant à trouver une solution en urgence pour les personnes en situation critique. De l’art difficile de gérer la pénurie… Franck Seuret - Photo DR