article publié dans Faire-Face

Le handicap est un sujet souvent abordé dans les mangas. Il reste pourtant tabou dans la société japonaise.

Actuellement en salles, Silent Voice, film d’animation japonais, aborde le thème du handicap et du harcèlement scolaire. Cette adaptation d’un manga à succès de Yoshitoki Oima doit sa sortie en France à une campagne de financement participatif.

Silent Voice aura mis du temps à sortir sur les écrans français. La surdité, le harcèlement scolaire, deux thèmes délicats qui ont, semble-t-il, fait hésiter les professionnels. Grâce à une campagne de financement participatif d’Art House Film, jeune société de distribution, il est visible en France depuis le mercredi 22 août.

Avant d’être un film d’animation, Silent Voice est un manga à succès. Le premier à mêler ces deux thématiques. Son auteure, la jeune mangaka Yoshitoki Ōima, a été sensibilisée à ces sujets grâce à sa mère, interprète en langue des signes. Elle l’a beaucoup conseillée dans sa manière de dessiner les échanges entre ses personnages.

Harcelée du fait de sa surdité

L’histoire ? Celle de Nishimiya, une élève douce et attentionnée. Pourtant, chaque jour, Ishida se moque d’elle et de sa surdité. Son harcèlement va croissant jusqu’à détruire les appareils auditifs de la jeune fille sous l’œil complice des autres élèves de la classe. Dénoncé pour son comportement, le garçon est à son tour mis à l’écart. Des années plus tard, il apprend la langue des signes. Et part à la recherche de la jeune fille pour tenter de se racheter.

Beaucoup de critiques saluent la qualité de ce film d’animation. Télérama note que Silent Voice ose s’attaquer à deux sujets tabous au Japon, « un pays où le handicap physique ou psychique est un objet de honte, une source de problèmes ». Et Le Monde parle d’un film qui « représente une jeunesse composite, hésitante et incertaine, dont le défi majeur est d’accepter sa propre diversité contre les réflexes grégaires et le conformisme qui la menacent ».

Lire aussi

Pour Paris Match, le film « surprend en délaissant rapidement les “ijime” (les brimades, “mal” récurrent des établissements scolaires nippons) pour suivre le long chemin vers la rédemption du héros tout en tenant un vrai discours sur le handicap et son acceptation par la société ».

Par souci de véracité, le doublage français du personnage de la jeune femme a été confié à Mélanie Deaf. Cette Youtubeuse sourde de naissance vulgarise la langue des signes grâce à ses vidéos. Un excellent choix qui prouve la volonté de porter un coup de projecteur différent sur le handicap.

Consultez la liste des salles où est projeté Silent Voice.
L’intégrale des sept tomes du manga est éditée chez Ki-oon.